10/10/2011

Campagne électorale

 

 

images (11).jpg

 

Menu épicé pour l’automne

 

De la chancellerie fédérale: menu épicé pour le 23 octobre 2011, tournez les pages en commençant par la fin: cerise sur le gâteau

 

  1. Page 28, la cerise sur le gâteau : la Gauche, (2009) - cela ressemble à un sac de poivrons moulu : Répartition équitable des richesse ; une société plus solidaire

  2. Page 26, pour vous tirer du pétrin : Parti chrétien-social (PCS-1997) – impossible de déceler la poudre vert-vermoulu dans le sac : Solidaire plutôt que : sensible à l’environnement plutôt que.

  3. Page 24, composer votre plateau : Lega dei Ticinesi (LEGA -1991) – dans le sac, peut-être des cerises et des pruneaux ? : Les racines, la patrie, Suisse indépendante, forte, secret bancaire, fiscalité compétitive.

  4. Page 22, les plats cuisinés ont le vent en poupe : Union démocratique fédérale (UDF-1975) - un sac plein de mini-tomates ou de griottes ?: chrétien,  État de droit démocratique, Bible, protection de la vie humaine, marché de l’emploi renforcé.

  5. Page 20, le produit des opérations : Parti évangélique suisse (PEV-1919) - le contenu du sac : mystère bleuté en « sucettes » ? Familles, enfants, salaires convenables, pas de niches fiscales, solidarité avec les faibles et les pauvres.

  6. Page 18, harmonie des goûts : Parti vert’libéral (Pvl – 2007) – les machins verts dans le sac, c’est quoi ? recherche, politique pragmatique, respectueuse : Sans considération  d’ idéologie, ni de religion, ni d’âge, ni de droite gauche, propositions.

  7. Page 16, une préparation transparente : Parti bourgeois-démocratique (PBD 2008) – dans le sac, des choses très très jaunes mais non identifiables? Bourgeois +, progrès, contre UE, sécurité forte, crédible. Soldats suisses à l’étranger : possible, peut-être...

  8. Page 14, le dessus du panier : Parti écologiste suisse (Les Verts – 1983) -  y a quoi, dans le panier ? des choux-de-Bruxelles ? des mini tomates vertes ? Des mini pruneaux verts ? des mirabelles ?: Nucléaire : fin ; Climat : tip-top ; économie verte: oui; ouverture, salaires équitables, fiscalité juste.

  9. Page 12, plus compliqué que de compter les fèves : Parti démocrate-chrétien (PDC – 1912) – du curry doux dans le sac ? allez savoir ! Emplois, fiscalité « jolie », familles-travail-budget, partenaires sociaux, réformes ciblées, environnement propre.

  10. Page 10, quand la sauce ne prend pas : Parti Libéraux-Radicaux (PLR – 1894) – dans le sac des bouts de quelques choses teintes en un espèce de bleu, mystère: Cadre économique, pôle industriel, financier ; assurances sociales en bonne santé ; pérenniser AVS ; impôts simples et bas.

  11. Page 8, le peuple suisse : un monarque absolu : Parti socialiste suisse (PS – 1888) – dans le sac, des poivrons rouges vermeilles (miam) : c’est clair. filet social solide ; salaire pour une bonne santé ; meilleure efficacité énergétique. Réchauffement climatique : stop ! Nucléaire : exit ; enfanter des emplois.

  12. Page 6, vous avez le choix des ingrédients : Union démocratique du centre (UDC – 1971 et PAI 1917) – dans le sac des poivrons verts ou bien apparentés, des concombres ? : « qualité suisse »  total et inconditionnel, Union européenne : non ; étrangers criminels égal EXIT ! Poussière d’impôts. Liberté, Sécurité.

Conclusion: peut-être la bonne Soupe à l'orge grisonne accompagnée d'un filet de truite le dimanche 30 octobre 2011 à 11h00 à la rsr nous réserve une bonne surprise.

Ma réflexion: ce n'était pas pour m'amuser, cette lecture. Le privilège de « voter », c'est un devoir difficile. Et la cacophonie de cette Campagne électorale a de quoi décourager celles et ceux qui cherchent le plus grand bien pour le plus grand nombre.

J'aimerais trouver des valeurs, des promesses communes à tous les partis: afin de promouvoir la dignité humaine de toutes ses forces, indépendamment de la nationalité, de la race, du statut, des croyances...

J'aimerais trouver une volonté de respecter, dans les débats politiques, la dignité des protagonistes!

J'aimerais que tous les partis et que chaque parti détestent comme la peste: des coups tordus, des humiliations pour de hausser, des « ratissages » par des affiches qui d'emblée sonnent le « parti pris »!

J'aimerais que chaque parti mette en lumière les valeurs apparentés des autres partis.

J'aimerais, avant tout, que l'argent mis à disposition des partis pour les campagnes soit absolument égal pour chacun.

J'aimerais que chacun prie pour le pain quotidien en terme d'efforts communs, pour une justice économique qui œuvre « à moins de richesses pour les riches et moins de pauvreté pour les pauvres ».

 

images (12).jpg

 

22:27 Publié dans Politique | Tags : voter | Lien permanent | Commentaires (3)

18/11/2010

VOTER EN CONNAISSANCE DE CAUSE

 

LE BIEN COMMUN

cooperation-two-mules.jpg

J’ai toujours pensé que « voter » est un privilège et non une fantaisie. En Afrique du Sud (j’ai la nationalité sud-africaine) sous le régime d’apartheid, je boycottais les bureaux de vote par solidarité avec la majorité africaine privée de ce droit. La solidarité avec les gens que la pseudo loi bafoue n’est pas une option.

En Suisse, le 29 novembre 2009, la loi anti minarets était promulguée à la honte du peuple ! Ce 28 novembre 2010, je voterai NON - avec un profond sentiment de révolte dans mon cœur de citoyenne - sur le renvoi des criminels étrangers. Un rapport de force inégale entre qui ? UDC et qui ?  Sommes-nous à l’époque et dans l’atmosphère de « Nuit et Brouillard »  alors que Heinrich Himmler donnait les instructions de telle sorte que « Les prisonniers disparaîtront sans laisser de trace » ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuit_et_brouillard 

Comme les « criminels étrangers » d'aujourd'hui ? L’apartheid et le nazisme, nous le savions en 1948 en Afrique du Sud, sont 2 mouvements nationalistes visant une « solution finale ». Cela commence dans des contextes flous et de grande insécurité, et la population manipulée n’a plus la force de l’analyse et de la lucidité sur l’avenir lorsqu’on est pris dans le rouage ! Les Roms, les « moutons noirs », les minarets ? L’UDC est-elle motivée par la peur, seule ? Uniquement par la Peur ? N’avons-nous pas les ressources nécessaires à notre protection s’il y a lieu, ou avons-nous vraiment besoin d’un mur légal pour nous cacher derrière ?

L'initiative vise-t-elle à faire disparaître ces « criminels étrangers sans laisser de traces » ? Ne voit-on pas poindre à l'horizon la gêne économique croissante qui vient des handicapés, de la vague croissance des vieilles et des vieux ? Comment légiférer à l'avenir pour garder le peuple suisse et la race helvétique « pure, sportive, intouchable » ? Où nous conduit l'UDC?

La longue vue du citoyen lui est indispensable s'il veut éviter de tomber dans la "Schweitz über alles" et sa perte.

 

Quant à l’initiative du PS «Pour des impôts équitables», il est difficile de comprendre les enjeux. Voter sans comprendre est sot. De plus, le langage économique est trop compliqué pour des gens comme moi !

Je lis: « L’idée est de limiter la concurrence fiscale entre cantons en instaurant un taux d’imposition minimum pour les hauts revenus. La droite s’y oppose. »

http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/votations/novembre_2010/detail/La_concurrence_fiscale_soumise_au_verdict_des_urnes.html?cid=28535876

Ce n’est pas parce que la droite s’y oppose que je voterai « non » ni parce que le PS la propose que je voterai « oui » si je n’ai pas compris. On est frustré et je ne suis pas la seule ! En définitive, le BIEN COMMUN, c’est quoi et c’est pour qui ? Il y a eu peu de débats et notre expérience est que les soit disants débats virent en combats humiliants pour les protagonistes ! Écœurants  et frustrants pour celles et ceux qui écoutent ou lisent? La Mission des médias, (un service publique) je crois, est de nous aider à former une opinion éclairée, en laissant chacun libre et responsable de ses choix. Nous ne sommes pas des "moutons" issus de la courte, ou longue vue, d'un parti politique quelconque, l'UDC dans le cas qui mène au 28 novembre 2010.

Donc, ce soir, c’est pas la joie en réfléchissant sur notre actualité. Ce matin-même, la lecture de l’évangile de saint Luc : « Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle ; il disait :
« Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix ! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. 
Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi, t'encercleront et te presseront de tous côtés ; 
ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où Dieu te visitait." »

(j'ai fait qq corrections et ajouts à ce billet publié hier, cmj)

 

21:57 Publié dans Résistance | Tags : voter | Lien permanent | Commentaires (20)

12/03/2010

DEUX FOIS NON

 

Le peuple suisse dit deux fois NON

 

non.jpg

· Le peuple suisse a dit non à l’institution d’un avocat défenseur des animaux.

·       Non également à la nouvelle loi qui prévoyait de fixer le taux de conversion minimal à 6,4 % pour les nouvelles rentes à l'horizon 2016. Le taux de conversion est utilisé pour calculer le montant de la rente de la prévoyance professionnelle (2e pilier) à partir de l'avoir de vieillesse.

Spontanément, c’est le l’expression (pour ne pas dire le cri) : « Perte de confiance du peuple en ses institutions et en ses autorités ».

La radio, la TV, les journaux répétaient comme un chœur d’écoliers :

"clairement le résultat d'un manque de confiance envers les milieux de la finance".

"plus de confiance des gens en un système où les banques ont fait de l'argent en bourse avec leurs retraites et où ils doivent éponger leurs pertes".

« la défiance,  tel un ouragan, a tout emporté"

"le peuple suisse n'est pas disposé à valider des sacrifices infligés au plus grand nombre alors qu'une minorité de patrons, spécialement dans la finance, encaissent de nouveau de juteux bonus, comme s'ils n'avaient rien appris".

« les Suisses ne sont pas idiots »

« ce vote de méfiance est une affaire de conscience »

« le peuple a parfaitement compris qu'il lui est tout simplement demandé de payer la crise. Ce dimanche, il a dit «ça suffit».

« Il y a quelque chose de pourri au royaume du profit. D'un côté les autorités volent au secours de la place financière, de l'autre les assureurs entretiennent une opacité autour de leurs prises de risque d'avant la crise ».

« Au pays de l'argent facile, les banquiers et autres spéculateurs sont rois. Au royaume de la démocratie, le peuple suisse décide ».

A plus de 70 %, même 80%, les gens ont manifesté, protégés il est vrai, par le secret des urnes, leur dégoût de l’hypocrisie !

En mai 2007 l’UDF Suisse, à Thoune, faisait connaître sa prise de position au sujet de la confiance et/ou de la méfiance envers les autorités politiques. Je cite à partir du lien :

http://www.udf.ch/images/elecfede07/politiqueconfiance.pdf

« Politique et (perte de) confiance Pourquoi tant de citoyens ont-ils perdu confiance en leurs autorités ?

« Le peuple a le sentiment que, dès qu’ils ont été élus, ses représentants ne s’engagent plus pour sa cause.

De plus en plus de politiciens et de détenteurs du pouvoir se trouvent impliqués dans des scandales, et des affaires de toutes sortes.

Certains politiciens et partis politiques donnent dans l’idéologie, et proposent des solutions de type "tout noir ou tout blanc", alors que le monde et ses problèmes se situent plutôt dans des nuances de gris.

Le comportement des politiciens et des partis est stratégique, plutôt que concret et objectif. En plus, leur attention est portée sur le temps que dure une législature.

Les gens deviennent de plus en plus individualistes et leurs intérêts se limitent à leur propre personne. Les défis de société, qui sont très souvent complexes, ne les intéressent pas du tout.

La plupart des sérieux problèmes qui chargent la société d’aujourd’hui sont d’origine morale, spirituelle ou comportementale et, partant, particulièrement résistants aux solutions politiques. »

On peut être pour ou contre ou indifférent envers l'UDF, ce qui suit, écrit avant 2008 et l'affaire de l'UBS, peut aider notre réflexion:

Avoir confiance en les autorités politiques, c'est quoi?

confianceensoi-38448.jpgIl me semble qu’un adulte responsable est celui qui fait preuve de loyauté critique, de confiance critique, et qui, avant tout a, envers lui-même, une confiance relative puisqu'il est conscient de sa dignité humaine. Puis-je avoir confiance en moi?

22:46 Publié dans Spiritualités | Tags : voter | Lien permanent | Commentaires (0)