03/12/2011

Mon Bien-Aimé avait une vigne

 

Mon bien-aimé avait une vigne

VIGNE.jpg

Le soi-disant Ancien Testament - ainsi dit-on - parlerait d’un Dieu vengeur  et qui punirait les gens. Alors que le Nouveau Testament proclamerait, par contre, un Dieu aimant. Dans l’Ancien Testament, ainsi dit-on – les gens  auraient vécu sous la loi du talion :  Œil pour œil, dent pour dent.  Dans le Nouveau Testament, il aurait été dit : Tu dois aimer ton prochain comme toi toi-même.

Pour mémoire : le commandement : Tu dois aimer ton

prochain comme toi-même se trouve être la copie exacte

trouvée dans l’Ancien Testament. A l’époque de Jésus, les

pharisiens et les docteurs de la loi pouvaient résumer tous

les commandements et les interdictions en un seul

commandement : L’amour de Dieu et l’amour du prochain.



Le fait que Dieu lui-même est Amour, n'est pas une invention du Nouveau Testament.  Le Cantique d’Isaïe à son Dieu bien- aimé, compare l’Amour de Dieu pour son peuple avec la tendresse du vigneron qui bêche le vignoble, en ôte les pierres, y met un plant délicieux, y met une tour au milieu d’elle, y creuse aussi une cuve dans l’espérance que sa vigne produise de bons raisins ! Isaïe décrit aussi la douleur de son Amour trahi lorsque le vigneron voit que le fruit de sa vigne n’est que du  mauvais raisin…

L'Ancien Testament donc était la Bible de Jésus de Nazareth. Non seulement il lisait, il priait, il vivait avec la Bible, davantage encore, il pouvait annoncer avec conviction et passion ce Dieu, Père très aimant et Mère pleine de Tendresse.

Hermann-Josef Venetz

(ma traduction)

avec permission de l’auteur

17:57 Publié dans Spiritualités | Tags : vigne | Lien permanent | Commentaires (12)