29/05/2012

Lac d'AEGERI

 

Le Lac d’Aegeri

 

Aegerisee910.jpg

C’est là que je me suis reposée à Ländli (Petite Prairie) durant trois semaines. Des vacances anticipées. Le ciel et la terre faisaient l’amour, d’abord étrangement calme, puis frissonnant comme la peau d’une femme, alors que le soleil se cachait  en rougissant de plaisir entre les plis des montagnes. Le crépuscule me fermait les yeux, et les étoiles me faisaient signe, comme un appel irrésistible, non pas à la rêverie ni à l’oubli de notre terre tant aimée -  cela me tentait parfois - mais m'obligeait à l’écoute de son cœur humain, de son visage d’enfants vulnérables, des  mains rugueuses des travailleurs, du l'immense peuple arc-en-ciel en construction… l’espérance sans illusion, l’espérance et la confiance que l’homme, la femme, les enfants ne demandent et n’espèrent qu’une chose : un peu de pain, de l’eau potable et des fruits de saisons ! Chemin faisant.

Mes lectures : Le chemin de l’Espérance  (Stéphane Hessel et Edgar Morin)

Exigez ! Un désarmement nucléaire total (Stéphane Hessel et Albert Jacquard)

Des Gens très bien (Alexandre Jardin)

Et tout ce que j’ai trouvé sur Dietrich Bonhoeffer dans la bibliothèque allemande des Diaconesses du Ländli. Et son temps ne ressemble pas peu à notre temps !

Plus la Parole Perdue (Frédérique Lenoir)

De retour à Bulle, l’ordinateur réparé, je partage la vie des petites gens qui s’accrochent à leurs petites espérances et qui enfantent dans la douleur un monde où le fric sera au service de tous, où les armées et les armes disparaîtront, où les indignés (ées) en tant que signe précurseur … seront accueillis comme un signe important et de dernière heure qui secoue nos torpeurs face aux systèmes sans âmes, et nous invite à retrouver l’énergie créatrice en nous et à s'en servir!

 

 

22:06 Publié dans Général | Tags : vacances | Lien permanent | Commentaires (3)

23/07/2009

VACANCES

 

 

bible_light-copie-2.jpg

Les VACANCES

Mt 11, 28-30 "En ce temps-là, Jésus prit la parole : «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

 

Travel light

 

Jésus sait que la majorité des gens « peine sous le poids du fardeau ». Chaque personne rencontrée dans la journée chez nous et au-delà des mers et des déserts, peine sous le poids d'un fardeau ». Le sien et, très souvent, celui des autres. Je me prépare à partir quelques temps, emportant un minimum de bagage que je ne peux même pas soulever « de deux stupides béquilles », une amie s'en charge gracieusement. Mon fardeau devient léger, pas seulement du fait que quelqu'un le porte pour moi, mais surtout de la manière dont ce grand service est rendu! Comme si je lui faisais une faveur! Je ne doute pas que Yeshuah est mêlé à tout cela!

Un joug, c'est quoi? Selon Wikipedia, c'est «  une pièce de bois permettant d’atteler des animaux de trait en exploitant au mieux leur force de traction. »

Cela semble impliquer une relation de domination entre personnes! Une espèce de soumission. Dans la société paysanne de Jésus, tout le monde comprenait que c'était une proposition de partage des taches et des fardeaux. Ce n'est pas un fardeau de suivre Jésus. Je crois que c'est simplement permettre à tout ce qu'il y a de meilleur dans notre moi profond de vivre et d'agir avec Lui! Quand une multitude devient consciente de cette possibilité, c'est comme une irrésistible énergie prête à être mise en valeur! C'est concrétiser ce qui est célébré à Pâques et qu'on nomme Résurrection.

Jésus invite des gens qui peinent et plient sous le poids de leur propre fardeau. Je pense que ce qu'Il a voulu dire, c'est que, si l'on accepte son joug, nous serons tous les deux, les trois, la multitude, attelés à transformer la société. Ce sera une lutte pour le plus grand bien de tous! Selon le rêve du créateur! Une « impossible étoile! »? Rien n'est impossible dit-on! Mais lutter et souffrir n'est pas une fin en soi! Ce n'est qu'un chemin. Se sentir allégé et léger, c'est le repos. C'est les vacances, une espèce de hors espace temps où le moment présent devient contemplation. Reconnaissance. Simplement. Le farniente bienheureux!

Pour repartir vigoureux sur la route du non-retour, à la Maison!

 

dardannelles.jpg

 

21:52 Publié dans Amis - Amies | Tags : vacances | Lien permanent | Commentaires (0)