15/04/2010

NUAGE DE CENDRES


 

xin_500303261010085239224.jpg

Le nuage, le destin et Ospel

 

Ce matin, ce mot entendu à la RSR1ère : « Il faudrait éviter de s’en référer toujours à une personnalité… »  (ce n’est pas une citation). Et j’ai vu défiler quelques-uns de ces personnages :

Marcel Ospel : ce nom revient et ne sonne pas mal avec el et el. Une marche à deux temps. Mais comment comprendre l’enjeu des milliards à gogo, composés des économies d’ouvriers honnêtes confiées en « lieu sûr » en « mains sûres ». Comment ne pas voir des gens qui ont faim jetés en tôle parce qu’ils ont volé, jetés dehors parce qu’ils n’ont pas payé le loyer, mis sur une liste de renvois parce qu’ils n’ont pas obéi à des consignes qu’ils ne comprenaient pas, ruinés pour avoir eu confiance ce qu’une assurance leur promettait… Comment ne pas voir les milliards d’humains, des chiffres sans nom qui n’ont jamais vu un centime, dont le seul bonus de survie est peut-être un demi-verre d’eau ou quelques miettes de pain ? Ils ne s’appellent ni Ospel, ni Winniger, ni Marc Rich qui fut bien vu à Zoug.

Face à face, les SDF, les chômeurs, les non-nommés : « Personne ne sait mon nom ! » (James Baldwin)  Et nous vivons côte à côte sur une même planète ? Et nous avançons sur un chemin vers l’arrivée où nous serons tous rassemblés ???

886104.jpg

C’est presque comme ce nuage de cendres que crache le volcan et se promène dans notre ciel printanier. Cela effraye les avions, les passagers, et tue les oiseaux par milliers sans doutes et puis quand la pluie cendrée, fragmentée arrosera nos prairies, et entrera par infraction dans nos poumons. Sans « early warning system! » Serions nous alors tentés de croire à une attaque terroriste ? Combien re rendez-vous annulés ?

Peut-être qu’un vrai danger planétaire pourrait tous nous rendre frères humains, avec la nature, les oiseaux, les fleurs, les petits enfants, les vieillards et tous ceux qui se trouvent entre les deux !

Le nuage de cendres d’aujourd’hui, ressemble de loin ou de moins loin à celle des palestiniens fuyant les pharaons, l’esclavage. « L'Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils marchassent jour et nuit. » (Exode 13.21)

Quand nous pérégrinons sous le nuage de cendres, les leaders sont à la queue, il n’y a plus d’Ospel ni de Rich, à moins qu’ils ne se réfugient dans les rangs des va nu-pieds, dépouillés de leurs carcans, un beau sac de jute sur les épaules vers un destin commun.

Comme chaque année, je ferai ma retraite une semaine durant, et je me réjouis de revenir parmi vous. Claire Marie

P.S. http://www.beobachtungsstelle.ch/

22:40 Publié dans Spiritualités | Tags : ubs | Lien permanent | Commentaires (1)