08/08/2012

Encore les enfants aujourd'hui

 

enfant devenez.jpg

A moins que vous ne deveniez comme de petits enfants (Matthieu chapitre 18, 3) http://www.labibleenligne.com/bible/matthieu-18.html


« A Homs, Hama, ainsi qu’à travers toute la Syrie, on tue quotidiennement des civils, on humilie et on torture des personnes. La culpabilité du régime est criante, ainsi que l’est notre silence. Nos larmes ne peuvent suffire si notre seul soutien consiste à regarder la télévision et à pleurer. Nos cœurs peuvent bien verser des larmes, mais le courage nous a bel et bien abandonné. » Tariq Ramadan

Non. Le courage ne nous a pas abandonnés, et nous faisons plus que « regarder la télévision et pleurer ». Faire « plus » c’est être conscient que « tout enfant est le mien », c’est approfondir  notre prise de conscience de l’intolérable souffrance des êtres humains, de la flore, de la faune de notre planète. C’est être conséquent… sans exiger des autres qu’ils soient comme nous. Les autres nous devancent peut-être de beaucoup sur cette route rocailleuse et c’est à nous de nous joindre à la longue marche vers la famille humaine.

Les enfants fragiles, libres, beaux. Leur innocence est la nôtre, leur regard et leur confiance spontanée sont nôtres, leur droit à la vie est nôtre. L’enfant que je fus est l’enfant que je suis et l’enfant que je fus est pleinement conscient des enfants souffrent de la famine structurelle partout dans le monde d’opulence, et qui meurent du SIDA négligé, et qui crient dans la violence des guerres rampantes en rendant leur âme au créateur et leur corps à la terre … sans un mot de haine. Car les enfants ne connaissent pas la haine et, prions nous tous, vous, moi,  afin que l’enfant que nous sommes n’aie jamais connu la haine, ni pratiquer la violence, ni l’hypocrisie, ni le mensonge.

L’enfant est naturellement courageux, « il ne connaît pas le danger » dit-on, soyons courageux, nous, même lorsque nous connaissons le danger de la route rocailleuse.

Aucun souffle de vie n’est perdu dans ce « Milieu Divin » (Teilhard de Chardin) qui est notre Milieu Divin même s’il ressemble à , et surtout peut-être, s’il est l’enfer. Car l’enfer disparaîtra de notre belle terre écorchée, ensanglantée. Et l’enfant que nous fûmes sera l’enfant que nous sommes : comme la fleur surgie plus dure et ferme sur le champ de bataille, émerveillée de voir le sens du chemin !!!

Non ! Notre seul soutien n’est pas la larme de pitié sur Alep, Damas, Bagdad, Genève et Beijing, c’est la force de Celui, en nous, qui a le dernier mot sur la mort. Jésus de Nazareth, à Antioche en Syrie ! Partout.

 

22:03 Publié dans Spiritualités | Tags : syrie | Lien permanent | Commentaires (0)

07/08/2012

Syrie : la solidarité concrète, c'est possible ?

7750940324_les-votes-des-15-membres-du-conseil-de-securite.jpg

Nous lisons dans les journaux et regardons sur les écrans le martyre des victimes du conflit en Syrie. Les femmes, les enfants, les personnes âgées et handicapées  sont les plus vulnérables. Eux sont mutilés, traumatisés, ils meurent. Ce sont les victimes collatérales des jongleurs d’armes, de bombes en provenance des pays qui ont intérêts à les fabriquer pour les vendre…pour tuer, mutiler : femmes et enfants aussi ! Où est la racine du mal ?

Mais nous sommes conscients de faire partie de l’espèce humaine : la souffrance de l’un est la souffrance de tous. Nous voulons prendre parti, combattre l’injustice, nous nous sentons coupables dans notre apparente inertie forcée. J’ai appris au fil des années que la culpabilité est stérile, elle reflète notre orgueil et un certain pouvoir qui n’est pas complètement dissocié de celui de l’oppresseur. La révolution est un processus extrêmement long lorsque nous en faisons l’expérience à partir de la résilience des petits et des pauvres !

Moïse est un exemple très actuel. L’Hébreu, Moïse, confronté à la misère de ses frères Hébreux, Moïse  cède à la violence et au meurtre de l’Égyptien oppresseur… le lendemain il veut faire la paix entre deux Hébreux qui se querellent et ces derniers remettent Moïse à sa place ! Mais lisons plutôt Exode chapitre 2: 11-15 :

« En ce temps-là, Moïse, devenu grand, se rendit vers ses frères, et fut témoin de leurs pénibles travaux. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu d'entre ses frères.
Il regarda de côté et d'autre, et, voyant qu'il n'y avait personne, il tua l'Égyptien, et le cacha dans le sable.

Il sortit le jour suivant ; et voici, deux Hébreux se querellaient. Il dit à celui qui avait tort : Pourquoi frappes-tu ton prochain ?

Et cet homme répondit : Qui t'a établi chef et juge sur nous ? Penses-tu me tuer, comme tu as tué l'Égyptien ? Moïse eut peur, et dit : Certainement la chose est connue.

Pharaon apprit ce qui s'était passé, et il cherchait à faire mourir Moïse. Mais Moïse s'enfuit de devant Pharaon, et il se retira dans le pays de Madian, où il s'arrêta près d'un puits. »

http://www.lirelabible.net/parcours/voir_ref.php?cle=592&imprimable=ok

Spectateurs de la violence, proche ou lointaine, nous prenons immédiatement parti pour les plus faibles, justement parce que, comme Moïse, nous sentons notre supériorité et notre pulsion nous pousse à arrêter le carnage et à organiser des « contre-attaques pacifiques » … solidaires, où est comment ?

Voici peut-être un exemple qui nous vient de Suède :

« La répression du pouvoir n’épargne pas les plus jeunes. Il y a un an déjà, le cas du

jeune Hamza, 13 ans, arrêté et torturé pendant des semaines avant de succomber

à ses blessures, était devenu un symbole pour les insurgés syriens. Des pratiques

dénoncées par l’ONG Human Rights Watch qui avait documenté en février une

douzaine de cas de détention et de torture de mineurs dans le pays. »


« Et pour sensibiliser l’opinion publique sur le sort des jeunes syriens, victimes

collatérales ou directes du conflit qui agite le pays, les initiatives se multiplient.

Une centaine d’écoliers suédois ont ainsi récemment participé à une flashmob

dans un centre commercial. Allongés au sol, comme les enfants syriens tués dans

les violences, ils ont contribué à lever des fonds pour le Haut Commissariat aux

réfugiés des Nations Unis qui prend en charge des jeunes syriens dans des camps

de réfugiés. »

 

 

22:14 Publié dans Spiritualités | Tags : syrie | Lien permanent | Commentaires (0)

22/07/2012

Grenades en Syrie?

 

« Que de paroles creuses alors que des milliers de chrétiens fuient la Syrie dans la terreur et les gaz de combats !!

topelement (1).jpg


Vous semblez curieusement silencieuse ? » de Corto

Ce commentaire à la note publiée hier sur ce blog : http://katutura.blog.tdg.ch/ mérite cette petite réflexion :

D’abord, ne sommes-nous pas tous complices? La Presse suisse ne garde pas le silence au sujet de la possibilité que des grenades fabriquées chez nous tuent des gens (qu’importe la religion ou l’ethnie ou la nationalité !)

Donc « La décision a été prise au regard de l'aggravation de la situation pour les civils sur le terrain. La livraison d'équipements militaires est notamment visée… »

http://www.tdg.ch/monde/nouvelles-sanctions-suisses-syrie/story/16389226

Sommes-nous sur place pour vérifier ce que notre presse et RST rapportent ? On sait que très peu ou pas de journalistes peuvent se rendre là où les civils sont massacrés. C’est vrai aussi que les médias, sans exagérer, sont très répétitifs et,  tout en provoquant la juste colère chez nous,  ne mentionnent peut-être pas, entre les filets du moins, d’autres messages qui ont leur source chez des Syriens , sur place et qui, malgré les exodes, donnent un témoignage, non pas fataliste, mais moins prône à attirer sur eux la pitié.

Nous connaissons des réfugiés syriens des années huitante, qui ont pu (Oh ! pas tous) rester en Suisse et nous avons pu entendre de vive voix la complexité historique de ce beau pays, là où le fougueux Saint Paul vécu !

Oui les régimes syriens successifs  divisent pour plus facilement contrôler. Oui, ils favorisent les uns et tyrannisent les autres et créent ainsi des zones de tension, de conflits latents comme les vautours de Bush avaient d’emblée planifié de le faire en Irak ! Avec ce que l'on en sait aujourd'hui.

Quant à nous et à notre fabrication d’armes pour la vente et l’économie de notre pays : nos journaux en parlent, Ouvrez les liens suivant:

http://www.tdg.ch/monde/nouvelles-sanctions-suisses-syrie/story/16389226

http://mobile.lacote.ch/fr/monde/des-grenades-suisses-utilisees-par-les-rebelles-syrien-577-496319

« Le "Sonntagszeitung" affirme que le journaliste a trouvé et photographié une grenade à main suisse jeudi dernier dans la localité de Marea, au nord de la Syrie. Le journal ne précise pas le nom du reporter, expliquant simplement que celui-ci est connu de la rédaction et qu'il couvre les événements depuis le camp des rebelles. »

La photographie publiée dimanche, et tenue pour preuve par le quotidien, montre uniquement une main tenant une grenade de type "Offensive OHG92, SM 6-01 1", engin fabriqué par l'entreprise d'armement RUAG, en mains de la Confédération… »

Nos Conseillers Fédéraux, sont-ils prisonniers de leur « devoir de collégialité », sont-ils, du haut de l’échelle hiérarchique, trop loin des racines pour, comme trop souvent, tergiverser ad infinitum?

A quoi servent les grenades ? et à quoi sert la panoplie d'armes, de munitions, de chars d’assaut et du reste ?

L’Église,  « mandatée » pour annoncer une paix désarmée, y compris une mentalité et un cœur désarmés comme le témoigne Jésus n'est-elle très silencieuse ? Parfois le Pape fait des déclarations, nous faisons des prières (et souvent pas spécifiquement ni nommément). L’institution reste timide.

On se souvient de la Libye, des gens sont restés sur place, solidaires des Libyens de bonne volonté, idem dans d’autres pays sans exclure la Syrie aujourd'hui.

Si les chrétiens ont dû fuir l’Irak : a-t-on chercher à en comprendre la cause ?

Chiites, Sunnites et chrétiens vivaient en paix, nous racontaient une réfugiée Irakienne en 2004. Voir plus la motivation de Bush, Blair et les autres divisant le Irakiens pour prtéger les Marines américaines?

Ma conclusion : Est-il complètement idiot de désirer une Suisse sans armée, un monde désarmé ? Des cœurs et des mentalités désarmés, réconciliés avec eux-mêmes et le monde ?

« Ils forgeront leurs épées en socs de charrue; et leurs lances en faucilles. Une nation ne lèvera plus l'épée contre l'autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. » Ésaïe 2:4

Qu’en pensent les marchés de cette « Parole du Prophète » qu’on entend quasiment jamais dans nos églises ?

 

23:35 Publié dans Résistance | Tags : syrie | Lien permanent | Commentaires (3)