23/06/2012

Pardonner

 

Que voulons-nous de plus ?

 

pardonner2.jpgJésus a enseigné à ses amis une prière, qui est probablement le point le plus essentiel de la tradition chrétienne: le Notre Père.

 

Il commence ainsi: Abba, cher Père...

 

Et, un peu plus loin: Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons ceux qui nous ont offensés.

 

Ce qui me fascine toujours chez Jésus, c’est sa manière directe, confiante, immédiate d’être en relation avec Dieu. Et ce qui me fascine davantage encore, c’est qu’il encourage les siens à faire de même envers le Père du ciel, c’est-à-dire : il leur dit de s’adresser à lui directement, en pleine confiance et sans nécessairement passer par un intermédiaire. On peut donc joindre Dieu directement : Abba, Père bien-aimé pardonne-nous nos fautes et nous pouvons être sûrs que nos fautes sont pardonnées.

En même temps, nous aussi, pouvons aussi avoir la bonne  volonté de pardonner les gens qui ont fauté contre nous et,  inversement, nous pouvons donc espérer obtenir leur pardon si nous le leur demandons. En fait, il s’agit simplement d’une confiance mutuelle et fraternelle.

Si nous désirons confesser nos péchés à un prêtre, alors faisons-le ; on peut supposer que nos péchés seront pardonnés. Mais sans pour cela être déliés du devoir de pardonner nous-mêmes les fautes de notre  prochain envers nous.

Soyons reconnaissants! Nous devons avoir confiance que notre Dieu, notre Abba nous pardonne si nous le lui demandons. Et nous pouvons aussi offrir ce pardon à notre prochain, proche ou lointain.

Que voulons-nous de plus ?

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

 

14:56 Publié dans théologie | Tags : pardon | Lien permanent | Commentaires (2)