25/04/2011

LYTTA BASSET

L'invincible Souffle du Ressuscité aujourd'hui

 

Lytta Basset.JPG

L'invitée du journal de la radio Suisse Romande ce Lundi de Pâques est un message de Libération:

Lytta Basset, philosophe et professeur de théologie à l'Université de Neuchâtel, active dans des associations pour le développement durable et contre la violence

Lundi, 25 avril 2011 à 07:41

Présentation partielle: La spiritualité c'est la recherche du souffle, qui nous déplace, et qui nous fait bouger dans nos relations avec les autres". Le clivage n'est plus entre protestants, catholiques, juifs ou musulmans, selon Lytta Basset, mais entre ceux "qui sont d'accord de bouger et ceux qui ne le veulent pas, ceux qui sont figés". Pourquoi les églises se vident-elles? "C'est le signe d'une quête spirituelle, les gens n'ont plus envie de chapelles, dans tous les sens du terme". Donc, ouvrons-nous, pour ressentir ce souffle.

Je suis ravie de partager de message pascale avec tous et le plus largement possible.

emmaus.gif

« Le vent souffle où Il veut et on ne sait d'où Il vient sinon de Jésus ressuscité! » C'est la dynamique pascale. Que nos Églises traditionnelles et nos Institutions ne soient plus des éteignoirs d'Esprit. Qu'elles laissent le Souffle pascal renverser les murs de toute nature. Alors le Printemps des Peuples sera aussi le Printemps des Églises. C'est dans la force de la nature!



11:04 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (2)

24/04/2011

IL EST VRAIMENT RESSUSCITE

 

131464264_71a75bf8ed.jpg

Christ est ressuscité ! — En vérité, Il est ressuscité ! (gaulois)

Christ is Risen! — Indeed He is risen! (anglais)
Cristo e' risorto! — Veramente e' risorto! (italien)
Harisutosu Fukkatsu! — Jitsu ni Fukkatsu! (japonais)
Ukristu uvukile! — Uvukile kuphela! (zoulou)

Marie Madeleine, l’amie de Jésus par excellence, le reconnaît d’abord, après qu’il se fut échappé du tombeau ! Il lui confie son désir : « Va dire aux autres, qu’ils partent pour la Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Jésus évite d’amblée que ce tombeau devienne un lieu de « pèlerinage.» Vide. Lui se trouve là où Il a dit qu’il EST : dans nos Galilées mondialisées. C’est au milieu des foules, qu’Il souhaite construire son royaume, sa famille. Le signe de sa présence : c’est que ses disciples montrent qu’ils sont solidaires les uns des autres, leur mission centrée sur la réalisation d’un projet commun : « Le mouvement qui permet à tous les humains de prendre conscience de leur dignité humaine. » Il a donné l’exemple. Il a dit qu ’ Il EST le Chemin à suivre.

Les tâches confiées à son mouvement fort de la « résurrection » en direct, c’est

« Annoncer aux captifs la délivrance
Et aux aveugles le retour à la vue,
Renvoyer en liberté les opprimés,
proclamer une année de grâce du Seigneur'. » Luc 4, 16-21

Aujourd’hui. La mappemonde brille. L’espèce humaine a faim et soif de justice. Sortons donc de nos multiples tombeaux vides et hâtons-nous en Galilée. En salopettes, en bras de chemise, sans compte en banque, sans gardes de corps, sans armée, avec le seul invincible Pouvoir de sa résurrection aujourd’hui.En direct!

Notre Galilée suisse : Il s’agit du Pain quotidien : http://www.seco.admin.ch/themen/00374/00375/00376/index.html?lang=fr

Jésus n’est pas ressuscité pour rien. C’est un chèque en blanc à être utilisé intelligemment, politiquement au quotidien. H.J. Venetz le dit merveilleusement dans « Der Evangelist des Alltags. Streifzüge durch das Lukasevangelium, Venetz, H.-J., Freiburg/Schw. 2000 A. Nolan „Suivre Jésus aujourd’hui“ Ed Novalis cerf ou tout simplement dans les évangiles, un tout petit livre grand comme le monde.

Et permette au levain de faire monter la pâte !

Joyeuse fête de Pâques de votre claire-marie aussi!

 

10:08 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2010

JESUS AIMAIT LA VIE

 


Des chers amis de Chambésy m'ont envoyé ce très beau texte et je suis très heureuse de le partager avec tous!Les femmes ont trouvé la pierre roulée et Jésus libéré! Elle n'ont pas douté un moment, mais les apôtres sans foi et peureux ne voulaient pas croire! Merci à Vous2!

 

 

Tombeau-vide-Marie-Madeleine.jpg

"...Sa vie, il l’aimait.

Nous gardons des traces de son passage, dans nos cœurs et dans les livres qui ont raconté son histoire, même si de sa vie, il n’a jamais rien écrit.

C’était un voyageur, un vagabond du bon Dieu.

Impatient, c’était un homme du chemin, pas de la maison. Quand il consentait à s’asseoir, c’était pour mettre les autres debout. Lui marchait et entraînait les autres à sa suite. Il marchait sans se lasser sur cette terre qui l’avait vu naître. Attentif à la vie de la nature, enraciné en Dieu qu’il appelait son Père, son enseignement porte la trace de ses promenades à travers les champs. Il appelait les autres ses frères et il aimait la compagnie des femmes.

Même ses ennemis pour lesquels il lui arrivait d’éprouver de la colère, il ne les a jamais condamnés. Il aimait les humbles dont il partageait la vie.

Il avait cette faculté d’aider sans humilier, de sauver sans mettre en dépendance, d’aimer sans contraindre. Il a vécu en faisant ce qu’il disait. Il est mort d’avoir fait ce qu’il a dit.

On ne supporte pas une telle clarté...
La résurrection, c’est un mot savant qui veut dire une chose toute simple : la mort n’est plus le dernier mot de la vie. Au matin de Pâques, les femmes d’abord, découvrent que le tombeau est vide.

C ’est simple mais comme elles, dans un premier temps, on a de la peine à y croire ". 

Quand on est prisonnier des tombeaux dans lesquels il nous arrive de croupir, quand on vit crucifié aux bois de la maladie, de la solitude, de la dépression, de l’échec, du découragement face à ce monde cruel on a de la peine à croire que la vie est forcément au bout, que l’amour n’est pas très loin, que les pierres, toutes les pierres se roulent…

Ce n’est pas évident de se dire et de proclamer qu’il n’y a rien ni aucun lieu de cette terre qui ne puisse être visité par le souffle du dieu qui vient relever, redresser, ressusciter.

On a de la peine à le croire, pourtant, c’est bien cette expérience dont nous sommes aujourd’hui les témoins.

Avec les disciples de l'Évangile, avec les hommes et les femmes qui ont vu le Ressuscité, avec ceux et celles qui célèbrent aujourd'hui  ce Dieu qui vient nous donner sans cesse de nouvelles raisons de croire et d’espérer...

Belle journée de Pâques !

Nous 2 de  Chambésy

20:29 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (0)

03/04/2010

INSURRECTION RESURRECTION

dyn007_original_486_484_pjpeg_53683_78a3744793aac41ca9e69147a5f79836.jpg

La résurrection en directe !

A quoi serviraient ces interminables liturgies pascales sans la pratique pascale ?

Chaque battement de cœur, chaque souffle est une dynamique de vie ! Comme pour Jésus et son dernier souffle, ou plutôt, comme sa belle parole que je murmure chaque soir avant de fermer les yeux : « Mon Dieu je remets mon même entre tes mains ».

Il a ajouté : « C’est accompli ». Quel accomplissement ? Il a fait ce qui fut sa raison d’être : « Donner publiquement aux enfants et aux femmes leur dignité propre. Guérir les souffrants, encourager chacun à s’assumer, libérer les « gens de trop » de leur timidité, de leur peur face aux puissants… » Mais Luc nous raconte tout ça en quelques pages.  Et je rougis de plaisir, oui, quand je rencontre tellement de gens qui, forts de son Esprit, continuent aujourd’hui son travail : dans la construction, dans les bureaux, les hôpitaux, les écoles, par la plume, la pelle, le scalpel, la casserole, et les mains nues qui pétrissent la pâte de notre pain quotidien. L’Eucharistie. C’est la résurrection en directe.

Et toutes ces « petites mains » de la famille humaine annoncent la Bonne Nouvelle, dénonçent les injustices, les scandales, proposent la vérité au risque parfois de leur « bonne réputation » ! Ces « petites mains » femmes et hommes, sont les bâtisseurs d’un monde nouveau et, oui, ces derniers temps, d’une Église nouvelle (Église signifie une assemblée, une famille élargie, un peuple en chemin).

Mais il nous faut bien toute l’énergie qui surgit des multiples tombeaux sociaux, culturels 3261032676_e7a48a6b17.jpget religieux pour continuer le travail du « Ressuscité ». Nous sommes ses « petites mains » guidées par sa vision et sa résilience face aux trônes et aux dominations !

J’ai compris combien les images, les liturgies et les flots de mots bibliques de la saison pascale étaient  futiles sans la dynamique quotidienne du mystère pascal !

Quand j’ai compris la résurrection ! C’était en 1977 et voici en quelques mots l’histoire :

« Le 18 Décembre 1946, en Afrique du Sud naît Steve Biko, 12 Septembre 1977, il est torturé à mort à Prétoria il avait 30 ans, martyr de la lutte contre l'apartheid en Afrique du sud.
Il avait appelé les Sud-africains à faire surgir du tombeau de l’apartheid leur esprit ! Pour libérer de ses chaînes le plus beau pays du monde, celui de Invictus ! Steve disait : "L'arme la plus puissante dans les mains de l'oppresseur est
l'esprit de l'opprimé".

Je me souviens du jour de sa mort en 1977. La radio, les journaux, le bouche à oreille : "Steve a tout donné, son Esprit est libéré, sa Vie est une dynamique (dynamite disaient nos jeunes) de résurrection, de vie nouvelle. C’est à nous la suite !
Une vibration pascale, une lumière d’espérance s’attardaient sur les visages des petits et des grands. Il ne sera pas mort en vain, Steve. La marche vers la liberté continue.  "Un point de non-retour", ce fut le début de la fin de l'apartheid. J’ai eu le privilège et la douleur d’être sur place ce jour-là ! La force organisée de la jeunesse sud africaine  toutes races confondues fut la grande peur des autorités et la répression fut sans pitié ! Combien de blessés, d’emprisonnés, de morts. Les funérailles étaient des célébrations pascales mouillées de larmes, une force de vie nouvelle ! Les prêtres totalement engagés dans notre lutte ne se distinguaient pas du reste si ce n’était pour quelques gestes de bénédiction !

Conséquence : les Forces de l’Ordre interdirent les funérailles publiques. Raison : c’était une « liturgie politique » ! Les interdictions furent ignorées le plus souvent possible ou alors, les funérailles prirent une autre forme tout aussi unies au mystère pascal.

Et Pâques aujourd’hui : la résurrection n’est-elle pas une insurrection ? Dans quel but ? En Suisse? Éradiquer la pauvreté, les bonus de la honte, les complots politiques, les mensonges, les hypocrisies rampantes ! Je suis vulnérable. Nous le sommes tous. Mais Pâques en directe nous pousse en avant. Jusq'au moment où nous pourrons dire: C'est accompli!

 

22:25 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (1)