20/02/2012

Moments-choc

 

images (37).jpgBruceClarke

Il y a des moments-choc : la réalisation que les gestes, les mots énoncés par amour, ont blessé, et on fait du mal. On ne pardonnera pas le bien parce qu’il est mal, dit-on. Dans ce cas, il faut se faire pardonner d’être qui on est. Et en tirer la leçon. Et se réorienter.


Le but du blog Katutura a été d’essayer de contempler la réalité de notre monde, l’actualité, de mon point de vue qui se voulait être le point de vue de Jésus et de sa Bonne Nouvelle qui nous concerne directement.

Je vois maintenant que « nombreux » n’ont besoin ni de Jésus ni sa Bonne Nouvelle, ni de moi pour dire où va notre société, notre planète. Chacun le sait au plus profond de son esprit.


Cela dépend de son « point de vue » à soi !

Le point de vue du travailleur licenciée dont la famille perd le gagne-pain est différent du point de vue du patron qui veut assurer la bonne marche financière de l’entreprise.


Le point de vue du locataire qu’on met à la rue est différent de celui du propriétaire.


Le point de vue des ministres grecques et des banquiers suisses est différent de celui du petit peuple sans espoir.


Le point de vue de la femme violée et qui avorte est différent de celui qui la juge du haut de son autorité « morale .»


Y a-t-il une possibilité d’échange entre ces différents points de vue ? Une convergence ? Voilà la question !


La solution, et ce n’est pas moi qui le dit : « Aimer son prochain comme soi même.» Mt 22, 37-39


« Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donné lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir. Cette voix, qui ne cesse de le presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal, au moment opportun résonne dans l’intimité de son cœur : « Fais ceci, évite cela .» Gaudium et Spes 16,1. Ainsi la futilité des efforts de Katutura et son orientation présente.

 

Nous sommes en train de vivre l’Histoire, de la subir, c’est comme le dit mon ami Bruce Clarke « L’histoire dramatique des dominations parfois directes, insidieuses qui nous briment, nous écrasent et nous asphyxient ! »


Dans ce monde bavard, des torrents de mots déferlent dans des oreilles qui n’écoutent pas, des flaques d’images de violence, de sang, de mort et quelques nudités pour consolation. Cette Histoire que nous subissons nous mène au « nombril de la modernité.»


Mais notre monde n’est pas sans référence, sans modèle, à commencer par le plus actuel : Jésus, suivi de nombreux autres autour de nous aujourd’hui. Ils ne nous disent pas ce que nous avons à faire, ils nous montrent ce qu’ils font ou ce qu'ils ont fait.

22:05 Publié dans Général | Tags : orientation | Lien permanent | Commentaires (3)