31/05/2012

Et si la Tendresse existait?

Et si la tendresse existait ? Réflexion

 

7b8e0576868a86acc5eaf524698c7b62_s.jpg

Il me semble qu’un débat a pour but de faire avancer la pensée vers une plus grande lucidité, une meilleure compréhension du problème débattu. Infrarouge : est- un débat ? Ou un  « combat » entre des gens : politiciens, syndicalistes, simples ouvrières/ ouvriers, patrons, qui veulent se rencontrer afin d’exposer leurs réalités respectives, mieux se comprendre, sortir d’une impasse et construire ensemble le bien commun.

Pourtant : aucune ressemblance avec l’arbre de la palabre et les protagonistes qui vont persévérer jusqu’à l’émergence d’une solution fragile ! A l’aube ! Mais c’est du passé.

Au présent : Infrarouge, les forums bien formatés, encadrés, minutés, animés par une/un spécialiste à l’allure d’un arbitre sur un terrain de foot ou un court de tennis.  « Une » arbitre dans le cas d’Infrarouge parfois bien malmenée par les protagonistes ignorant les règles fondamentales d’un échange constructif. Le jeu des sportifs est parfois plus courtois, polis, que celui des invités de l’émission. Ceux/celles-ci ont préparé leurs arguments, et c’est juste, jettent ces arguments sur les camps adverses, sans vergogne, souvent avec un « malin plaisir, dirait-on, d’humilier » l’autre ! De le vaincre ! Des phrases « assassines » : t’es un petit calomniateur, ( à la sarko) t’es déphasé, un verre d’eau irait laver le veston de l’autre … et quand on a le ballon, on le tient …. Un déferlement de mots, de tous les côtés, on n’y comprend rien, on rit de dépits, quelle perte de temps et d’attention ! On éteint la télé et on s’en va…

Cela paraît personnalisé et bien loin de représenter  les intérêts des gens concernés en premier lieu : les malades, les médecins – pour ce qui concerne le domaine de la santé par exemple - celles et ceux qui œuvrent, hors micro, hors bureau, hors partis politiques, hors institutions, mais là : au ras des pâquerettes.

La personne n’est pas un chiffre. Elle est légion. Elle est la base d’où monte la sève. Pure, non corrompue. En est-il de même pour ce qui concerne les personnes assises aux échelons ascendants de la société ? Fières d’un pouvoir argenté, coloré, ces personnes auxquelles est confiée l’autorité de service, sont trop souvent et sans même s’en rendre compte, perverties par des systèmes intrinsèquement corrompus ! Exemple : élu (e) au Conseil fédéral, force est de trahir la raison pour laquelle on a été choisi (e) car la collégialité l’exige. Le débat est-il normal sous la Coupole ?

C’est vrai que de nos jours, même les plus « aveugles voient clair » et nos média ont ceci de bien qu’ils exposent les scandales, dans les couloirs du vatican  comme au no 10 downing street, comme dans les méandres du monde des finances, chez nous, ailleurs !

L’analyse manque, faute de recul, mais on pressent que ces bouleversements, ces signes du printemps des peuples, ces justes colères sont les signes d’un monde nouveau d’où la tendresse du créateur n’est pas absente.

 

17:36 Publié dans Résistance | Tags : media | Lien permanent | Commentaires (1)