28/03/2009

MEDITATION DOMINICALE

J'ai mal à la tête

migraine-locus.jpg

Avez-vous déjà eu mal à la tête? Elle est lourde, ça cogne, la vue, l'ouïe, le cœur entrent en conflit dans le crâne. Ce conflit casse la tête. Pas de médicaments. … Vous restez seul avec « ce mal ». Vous êtes ce mal! Identifier cette souffrance... s'en défaire? L’ignorer? Fuir? N'est-ce  pas trahir sa destinée? Ce pourquoi on est né ? Je suis sûre que bien des personnes autour de moi, et plus loin font cette expérience. Il ne reste qu'une faible étincelle de survie sous ces cendres. Une étincelle que rien ne peut éteindre!

Un homme a fait cette expérience. C'est Jésus le nazaréen. Le Fils de l’Homme. Son comportement était insupportable pour le pouvoir religieux. Les Chefs veulent arriver à leur fin: liquider cette espèce de prophète. Harcèlement, complots, pièges. Menaces de mort. On connaît leurs manières de faire. Selon les évangiles du moins. Même si tout n’a pas été dit. Jésus endure.

Avons-nous déjà connu l'endurance quand les complots sont sur nos talons ? Nous refusons de les identifier, c’est trop désespérant, nous avons peur. Moi aussi.

Jésus avait peur. Il se donnait des « Pep talk »essayant de penser positivement comme on dit... jusqu'au moment où la « foule » l'entend dire: «  Maintenant mon âme est troublée. Et que dirai-je? ... Père, délivre-moi de cette heure? ... Mais c'est pour cela que je suis venu jusqu'à cette heure. Père, glorifie ton nom! (Jean 12:27) La foule qui était là et qui avait entendu, disait que c'était un tonnerre ». Oui, Jésus dit ces choses, il s'en alla et se cacha loin d'eux »!!!

Il avait peur. Il tremblait comme une feuille. Ses pensées, ses sentiments le tourmentaient: il se connaissait, dès sa naissance il savait qu'il ne pouvait faire autrement que d'être fidèle à lui-même, aimer les opprimés, les exploités. Les étrangers, les orphelins … les mal-aimés. Pour lui, c'était faire le travail de Dieu. Il était fait pour ça comme un artiste, un écrivain est « fait pour ça, son oeuvre ». Mais hier comme aujourd'hui, les autorités et leurs systèmes ne pardonnent pas à celles et à ceux dont l'agir et le comportement les remettent en question.

Jésus avait l’instinct de survie « (il se cacha »)! La douleur de l'âme est physique et vice versa. « J'ai mal à la tête égale j'ai mal à l'âme » Jésus dit: « Mon âme est triste à en mourir ; demeurez ici et veillez..." (Marc 14:34). Il appelait ses amis au secours, ils vinrent un bout de chemin… et s'endormir.

Olive+tree.jpg

Lorsque la douleur arrive au point de non-retour, tout le corps est envahi, il transpire, il peut suer du sang! Je me souviens d'une chère consœur et amie qui me disait en Afrique du sud lors d'un moment limite : « When the heart aches and the spirit bleed ». (Je ne peux traduire). C’était un peu ça.

Jésus n'aimait pas souffrir, il a eu peur de la mort. Même s'il savait que ce qui précéderait son arrestation, sa crucifixion, serait plus dur que l’exécution. Les condamnés des couloirs de la mort du Texas par exemple, souhaitent et parfois implorent la solution finale en tant que délivrance! Jésus avait la persévérance des humbles, des petits, de la graine qui porte des fruits à travers sa mort. Il a remis son âme entre les mains de son père. En aimant.

Rumi, le soufi mystique: « ll y eut aussi la Nuit du Destin (26 au 27 ramadan 610), nuit durant laquelle Mohammed passa, comme dans toutes les vocations mystiques, par une expérience de souffrance et de mort suivi d'une régénération. "Ce fut le surgissement de l'aube (falaq as-subh), dira la Tradition ».

Dans les lieux de culte, on va lire demain, ce que les évangélistes racontent des derniers jours de Jésus, de ses souffrances, de sa mort. Ce n'est pas un spectacle liturgique. C’est réel et actuel. C'est en direct aux quatre coins de la terre.

J'ai peur de la souffrance et de la mort. Je fais ce que je peux pour me protéger de la souffrance. Pour ce qui est de mourir, ce n'est pas une partie de plaisir, mais je crois que ce n'est pas le pire puisque l'aurore nous fait signe... une heure plus tôt que d'habitude demain matin, le 29 mars 2009.