18/03/2011

DE MON POINT DE VUE

 

 

siteon7.png

Coup d’œil sur notre monde


Le malaise, quand tu deviens vieille, c’est que tu te sens de plus en plus spectatrice éloignée des injustices systémiques qui saturent les nations et le monde. Les humains tentent, avec la force du désespoir d’émerger du marasme ensanglanté de notre planète et tu te sens marginale à ce sursaut de survie car une part de toi habite déjà le hors-espace temps.

 

Et je me demande si ce point de vue-là ne favorise pas une vision plus claire de l’étrange destinée de notre espèce humaine. De l’Homme-Mensch, pétri du limon de la terre-mère et par le doigt de Dieu son Père et créateur, dit-on ! Que Dieu est Notre Père, on nous « le fait croire », c’est un Credo récité comme un moulin à prière à des moments déterminés par une liturgie préparée à l’avance et qui célèbre… Quoi ? Qui ? Pourquoi ?

 

Bernard Phiri me disait dans ma prime jeunesse et la sienne: « Ah ! Non ! Si Dieu m’aimait, Il ne m’aurait pas fait noir en Afrique du Sud ! »

autres-mers-et-plages-japon-5682489276-361906.jpgCela résonne aujourd’hui comme l’écho de la vieille japonaise enroulée dans une mince couverture sur un grabat de ruine recouvert d’une neige acide,  inspirant une dernière bouffée d’air  saturé de particules radio actives qui l’enfouiront dans le soulagement de la mort. Ah ! si Dieu m’aimait…

 

Comme l’écho du Libyen blessé, traqué par la Police jusqu’à l’hôpital pour « le finir » sous l’œil du médecin soignant.

Ah ! non si Dieu m’aimait…

 

Comme en côte d’Ivoire, idem. Au Zimbabwe, pire. En Chine profonde ? En Russie tchétchène : pire du pire. Mais là, personne peut-être n’a pu « faire croire aux petites gens » que Dieu les aimait.. A eux de le découvrir. Seuls. Où se cache-t-il ? Ce créateur responsable de sa création qu ‘il a confié à notre liberté responsable !

 

Le « pouvoir des petites gens, des masses, du peuple ? » Nil ! Démunis par les systèmes, quels systèmes ? Créés par qui ? Au profit de qui ?

 

Ici au moins c’est clair : le Dieu Mammon, l’idole, « das Liebe Geld » accumulé dans images (1).jpgses temples, protégés par ses garde-chiourme emmitonnés de Bonus ! Des arsenaux stockant des tonnes d’armes létales. Pour quoi faire ? Pour abattre  qui ? Le Veau d’or a longue vie…

 

 

Dans son Opéra, Faust, Gounod fait chanter à Méphistophélès :

 

"Le veau d'or est toujours debout;
On encense Sa puissance
D'un bout du monde à l'autre bout!
Pour fêter l'infâme idole,
Rois et peuples confondus, 
Au bruit sombre des écus
Dansent une ronde folle

Autour de son piédestal!
Et Satan conduit le bal!

 

Le veau d'or est vainqueur des dieux;
Dans sa gloire Dérisoire 
Le monstre abject insulte aux cieux!
Il contemple, ô rage étrange!
A ses pieds le genre humain 
Se ruant, le fer en main,
Dans le sang et dans la fange
Où brille l'ardent métal! 
Et Satan conduit le bal!

 

L’actualité donne-t-elle raison au Méphistophélès de Faust ? Si ce n’était la terreur d’une apocalypse, ce qui reste d’humain en nous se révolte et regarde « ce qui est » : qu’est devenu notre entendement, notre Ego gonflé, individuel et collectif. « N’oubliez pas l’Eternel présent » a dit calmement, humblement,  Georges Baumgartner face au monde, avec le calme de Jésus face aux Prêtres, à Pilate ! Et à leurs systèmes incestueusement liés !

 

Alors, j’ai compris : l’Esprit souffle où il veut dans la plénitude du moment présent! D’où l’irréversible Souffle printanier du pays du Soleil Levant au Moyen Orient et jusque chez nous. Il souffle doucement sur les petits et les pauvres qui tapissent le sol comme une rosée matinale ; il renverse catégoriquement, irrévocablement, définitivement les trônes et les dominations. Parce qu’il a la toute puissance des impuissants à qui Jésus s’est nommément identifié dans son parcours de vie, du Golgotha de son pays à ceux de chez nous ! En ce moment-même. Jusqu’à  l’incroyable réveil de ce matin pascal en train de s’actualiser dans l’héroïsme de celles et ceux dont nul média ne parlera jamais. Ce sont eux qui font l’Histoire profonde de notre espèce humaine ! Ils sont en nous. Et nous réalisons que c’est le « hors espace-temps » qui donne un sens à l’espace temps d’aujourd’hui.

 

15:17 Publié dans Spiritualités | Tags : liybe japon | Lien permanent | Commentaires (6)