07/05/2011

« Justice est faite » Vraiment ?

 

 

malinois.1304584437.jpg
US Army photo
ready for action

 

L’espoir d’un avenir humain pousse comme une fleur vigoureuse sous le ciel orageux du printemps arabe. C’est héroïque : les peuples qui se mettent debout, mains nues, face aux pouvoirs et aux dominations et disent : cela suffit. C’est un printemps douloureux, irréversible. L’homme debout, c’est la gloire du Créateur. Il n’y a pas d’autre gloire !

 

En même temps: dans la nuit de samedi à dimanche, 1er mai ((11:38PM) Barack Obama le visage d’acier déclare, … « J'ai déterminé que nous avions suffisamment de renseignements pour agir, et ai autorisé une opération destinée à capturer Oussama Ben Laden et à le présenter devant la justice…. Nous pouvons dire aux familles qui ont perdu des êtres chers à cause du terrorisme d'al-Qaida: justice est faite. »

Ce n'est pas tellement que Justice doit être faite, mais c'est la manière dont cette « Justice est faite » sans que nul ne puisse voir « qu'elle est faite» par des êtres humains! Envers les 3000 victimes au Ground Zero...envers les 100 000 victimes en Irak!

« Lorsque la justice se marie avec le canon, c'est plus souvent pour le pire, l'un servant de masque à l'autre » (Jean Noël Cuénod, Trib de Genève 04.05.2011).

De plus, le déferlement de déclarations versus démentis, vérités versus contre-vérités ne formait plus qu’un sandwich indigeste que les médias nous offraient en pâture.

Mais non, nombreux sont les journalistes qui présentent cet « événement peu glorieux du Pouvoir américain » à la lumière du passé à partir de sources interposées! : « Ben Laden est une fabrication des Occidentaux notamment des Américains qui l'avaient érigé et financé contre les Soviétiques qui, lors de « la guerre froide » avaient envahi l'Afghanistan. » (Le Point) Point besoin de références spéciales, nos réfugiés afghans de l’époque, encore chez nous aujourd’hui, en sont la référence vivante.

Je ne peux, non plus, nier la haine destructrice de Ben Laden et Al Quaeda envers les USA et toux ceux qui « leur ressemblent » y compris une multitude d’Arabes. On ne peut nier la haine envers les « Terroristes dans les vastes zones de l’Axe du mal » selon la théorie Yankee de G.W. Bush.  Et cette théorie simpliste pollue les mentalités jusque chez nous!

Mais comment y voir clair, et comment se faire une opinion qui n’est pas nourrie par les sandwichs éclairs ?

J’ai enfin trouvé l’excellent article de David Cornu : Et voici ce que j’apprécie : « La mort de Ben Laden ou la preuve par l’image » http://www.mediateur.edipresse.ch/

« Le constat ne tient pas lieu d’excuse; la recherche de la vérité de fait reste impérative, dès le début des opérations. Mais il permet de relativiser les défaillances médiatiques. Avide de tout savoir sans attendre, le public n’est pas déchargé de toute responsabilité. L’immédiate circulation des informations suppose aussi, de sa part, une crédulité sélective et de moins en moins primesautière. »

Prendre le temps de réfléchir au rythme du déroulement de l’Histoire permet de chercher un Sens dans l’absurde de la haine, de la violence confrontée à l’empathie purement humaine, la soif de paix dans ce que nous vivons tous, partout. Aujourd'hui.

Encore un signe de lucidité : Ce soir le journal de notre TSR à 19h30  termine par la « Chronique libre du cinéaste Jacob Berger ». Chacun regarde, comprend, se « se fait une opinion » à partir de son propre pont de vue. Beauty is in the eye of the Beholder…and so is sin”.  C'est objectif?

Peut-être que notre espèce humaine est-elle en train de s’approcher d’un “point de vue commun”, celui de l’Homme de Nazareth. Mais regardez Jacob Berger !

http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/#id=3126309

Non, M. Obama, « Justice n’est pas faite » aussi longtemps qu’elle le sera en tuant l’ennemi sans le juger, full_18172.jpget même en le jugeant, en le condamnant à mort, aussi longtemps que la peine de mort existe aux USA comme ailleurs, aussi longtemps que l’opportunisme et la volonté de domination impérialiste sont tributaires du Pentagone ! Et j'ose douter qu'au fond de leurs coeurs endeuillés, les personnes que vous consolez sous l'objectif de la télévision world wide, soient en parfaite harmonie avec vous...!


 

00:00 Publié dans Général | Tags : justice | Lien permanent | Commentaires (0)

17/09/2009

Société et structures

 

 

2413548415_1.jpg

 

 

En 2004, j’écrivais ce qui suit et que je reprends aujourd’hui. C’est simplement ce que Jésus a vécu et enseigné. Au vu de l’actualité j’ai essayé de mettre à jour ce texte.

 

LA VISION DU MONDE DE JESUS ET SON PROJET DE VIE

Concernant l'argent

 

JÉSUS osait rêver «  d'une communauté à la taille du monde, qui est organisée de telle sorte qu'il n'y ait ni pauvre ni riche. » Sa compassion était et est sans borne pour les pauvres et les opprimés.

Concernant le prestige :

JÉSUS  osait rêver «  d'un monde à l'image de celui des enfants, celui où les échelles sociales, les rangs, les distinctions, les prestiges n'existent pas et sont remplacés par la valeur divine de l'humanité ».

Concernant la solidarité :

JÉSUS osait rêver «  que nous sommes tous identifiés les uns aux autres et donc à lui. Un pour tous, tous pour un. Un honneur à l'un est un honneur à tous. » Une insulte à l'un est une insulte à tous. Tout enfant est le mien.
Pour
JÉSUS, la solidarité globalisée supplante toutes les vieilles solidarités de groupe de quelque nature qu'ils soient.

Concernant le pouvoir

JÉSUS osait rêver « d'un monde où le pouvoir n'est pas organisé pour être servi, il n'appellera pas les hommes à se courber, à s'aplatir. Le pouvoir sera un service mutuel pour l'épanouissement de tous. »
Les barrières, les frontières, les trônes et les dominations sont remplacés par la famille humaine. Le partage et la solidarité  inspirent la politique économique, par conséquent les structures, à tous les niveaux.

La survie de notre espèce humaine dépendra de notre volonté d’implémenter petit à petit cette Bonne Nouvelle. Certaines cultures, dites primitives, en sont plus proches que l’Occident. Des communautés de partage et de solidarité ont existé (petites communautés de base) et survivent difficilement en Amérique latine et en Afrique malgré la méfiance des autorités.

Références :
Jésus avant le Christianisme, évangile de la libération
Albert Nolan traduit par Jean-Marie Dumortier
Editions Ouvrières 1979. Réédité, se trouve actuellement aux Editions du Cerf

The Hidden Gospel
Decoding the spiritual message of the Aramaic Jesus
Neil Douglas-Klotz
Quest Books 2001

SUIVRE JÉSUS AUJOURD’HUI

Albert Nolan, traduction Paul André Giguère

Juin 2009 aux Editions du Cerf

jesus-terre.jpg

 

 

19:22 Publié dans Général | Tags : justice | Lien permanent | Commentaires (20)