30/09/2011

La Prostitution, suite

 

 

34002476.jpg


Prélude : il y a bien des années à l’école Secondaire située dans un township infecte (black spot !) au nord de Prétoria. Nos étudiantes/étudiants, âgés de 16 à 20 ans, une soixantaine par classe, arrivaient, impeccables pour la prière et le travail ! Un incident parmi des douzaines de semblables : Depuis des semaines, Nabila, étudiante intelligente et studieuse était triste et cela m’inquiétait. Comme chaque week-end, les sœurs se rendaient à la recherche des familles de nos étudiants ayant des difficultés. Chacune de son côté. J’allai donc, sans avertir, vers l’adresse de Nabila : Une masure – shacks – avec porte branlante, fenêtres cartonnées, dehors assise sur un tabouret, Nabila étudiait… Elle me dévisagea, mi-désespérée, mi-suppliante, j’entendais une sorte de bruit à l’intérieur De la masure. Je dis à Nabila : « Je jette un coup d’œil ? » Elle ne répond pas. Je me faufile vers l’intérieur et je sais tout ! Je viens m’asseoir près de la jeune fille :


Sister, my grandma “sleeps” with the men to get money for my school fee”. (Ma grand-mère gagne l’argent pour l’écolage !)


On ne se dit rien, on est là toutes les deux! C’est tout. Je suis « raving mad », furieuse avec la vie, avec le système, avec moi-même, avec la Mission qui se fait payer des « schoolfees » !!!  Le but de la prostitution chez les pauvres : c’était aussi ça : payer l’éducation des enfants !


En Suisse on appelle ça le travail du sexe, en maisons closes parfois, ou ailleurs peu importe.


Dans mon précédent billet, je réfléchissais sur Le fait que les prostituées et les collecteursd’impôts, selon Jésus,  parviendront au règne de Dieu avant les Docteurs de la Loi et les savants. J’ai alors pensé à l’excellent « Quinze minutes : 24 septembre 2011 de la RSR 1ère. . Un reportage de Jérôme Galichet et Silvain Michel raconte qu’un groupe de travail a lancé « une charte éthique visant à encadrer la pratique des salons de massage vaudois. » Bien au-delà du Canton de Vaud, il arrive que les travailleuses du sexe subissent des violences et soient exploitées.  Thierry Schmiedli, ancien tenancier d’un salon de massage, Sandrine Bavaud, députée verte au Grand Conseil, Christophe Zufferey, criminologue. Je propose que vous écoutiez l’émission à l’adresse ci-dessus. , Alors que la Loi « oblige »,  la charte « propose » une approche plus responsable et respectueuse dans ce commerce du sexe et pour la régulation des maisons closes de notre pays dont le nombre est, selon moi, effarant. Le but est de protéger les prostituées qui gagnent ainsi leur pain quotidien. Dans le Canton du Tessin par exemple !  L’Afrique du Sud, la Suisse : Deux pays, deux mondes. Les prostituées ont en commun ceci : elles vendent leur corps.

Mais j'aimerais continuer la réflexion ce week-end. A bientôt.

 

23:32 Publié dans Femmes | Tags : femmes | Lien permanent | Commentaires (3)