07/07/2012

Plaidoyer pour l'insolence

av_03g.jpgDans son Évangile, Luc présente, par deux fois, des exemples  de personnages insolents.

La première fois, il s’agit d’un homme qui vient réveiller son ami en pleine nuit pour lui demander du pain. Bien sûr que l’ami, tiré de son profond sommeil aurait volontiers envoyé aux pives l’importun ! Malgré tout, il sort du lit pour lui donner ce dont il a besoin. Ce n’est pas l’amitié qui le fit sortir du lit, mais l’insolence de celui qui le réveillait en pleine nuit (Luc 11, 5-8).

La deuxième fois, il s’agit d‘une veuve qui avait des désagréments avec les proches de son mari défunt. Elle chercha un juge pour qu’il l’aide mais celui-ci, un fonctionnaire sans-pitié, renvoya la femme. Mais elle revint plusieurs fois sans se décourager. Ce juge qui ne craignait ni Dieu ni diable  s’est dit : « Je veux m’occuper de cette femme avant qu’elle ne revienne encore une fois et ne me casse la figure.» (Luc 18,1-8)

Jésus est profondément convaincu que, lorsque nous venons à lui avec nos besoins, et que ces besoins sont conformes avec ceux pour  lesquels il s’est toujours engagé avec passion et avec un amour inconditionnel, il ne nous laisse pas tomber… Nous sommes  solidaires avec les nécessiteux, les privés de droits, les déportés, les étrangers. Notre prière et nos actions persévérant…au risque de l’insolence, font  à la longue, pencher la balance en faveur de la justice  pour tous.

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

17:46 Publié dans théologie | Tags : faim | Lien permanent | Commentaires (2)