09/05/2010

MEDITATION DOMINICALE


Nouveau-monde.jpg

Jésus savait lire même s’il n’écrivait pas

La chronique de Fabrizio Sabelli : Il l’écoute à la radio, la lit sur mon blog et inspire ma prière contemplative de ce dimanche matin, sous le ciel gris bleu… je perçois son regard, «Il pleure sur Jérusalem » selon Luc 19, 41. Il pleure sur notre espèce humaine et sur notre monde. J’entends des érudits qui raillent, se fâchent et clament qu’il faut arrêter de mettre le doigt sur l’absurde et voir positif, mais L’Esprit de Jésus dit : « S’ils se taisent, les pierres crieront », selon Luc, idem. Et c’est vrai que la nature tremble, gémit, crie, se révolte et engloutit des millions de « surplus people ». Et que restera-t-il de celles et de ceux qui comptent ???  Des trônes et des dominations ? Seuls assis sur le sommet de l’arbre sans racines ?

« Au-delà d’un seuil », comme je le comprends, le « seuil » c’est lorsque « le travail des hommes produit le plus grand bien pour le plus grand nombre ».  Et l’au-delà du seuil, c’est :

Les oiseaux d’acier remplacent-t-ils les hirondelles, les mésanges, les rossignols qui ne polluent ni n’accumulent, ni ne font d’heures supplémentaires ! Marc 6,26 nous dit, à nous qui avons peur de l’avenir ou « d’imaginer l’inimaginable » « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? ». Je me demande si je vaux mieux qu’un petit oiseau ? Et ceux des G7 ou G8 ou des bonus bancaires ?

« Au-delà d’un seuil » : lorsque les soins de la santé seront accessibles au plus grand nombre. Et que les médicaments seront destinés à toutes celles et tous ceux qui en ont besoin, les sidéens y compris, au fin fond de la brousse comme à la bahnhofstrasse ! Avec ou sans argent ! Avec des bonus ou une bourse vide.

Quelle audace, ce rêve ! Et pourtant, c’est encore Jésus selon Matthieu 6, 25 « Ne vous inquiétez pas (ou ne soyez pas en souci) pour votre vie… » et encore : « Qui de vous par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » selon Matthieu 6, 27.

Jésus parle haut et fort aujourd’hui chez nous, comme chez lui autrefois, voici la solution  « Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice… et toutes choses vous seront données par-dessus » selon Matthieu 6, 33.

C’est clair : chercher signifie, je crois, faire partie de celles et de ceux qui selon saint Paul aux Romains 8,22 « Gémissent et sont dans le travail de l’enfantement jusqu’à cette heure. » Et ils sont nombreux souvent ignorés des médias.

La Chronique de Fabrizio met le doigt sur les faits et nous provoque à imaginer l’inimaginable, pas pour accepter la mort, mais justement pour travailler à l’enfantement d’un nouveau nouveau. Il y a mille manières de le faire, construire un réseau de relations qui ressemblerait aux premières communautés « chrétiennes en mouvement » serait une force ! Au-delà des systèmes, de leurs maîtres et contremaîtres !


10:49 Publié dans Spiritualités | Tags : fabrizio | Lien permanent | Commentaires (4)