08/06/2011

Mercredi avant Pentecote

images (12).jpg
Heder Camara

« Jésus vint à Nazareth où il avait grandi. Comme il en avait l’habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat et il se leva pour faire la lecture. On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :

L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé

porter la Bonne Nouvelle aux pauvres,

annoncer aux prisonniers qu’ ils sont libres, et

aux aveugles qu’il verront la lumière,

apporter aux opprimés la libération,

annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur." » (Isaïe 61: 1 Saint Luc 4:18)

 

Ce soir, consciente d’être au cœur d’un monde tourmenté et tumultueux, le pauvre, la pauvre, qui a besoin de la Bonne Nouvelle de Jésus c’est moi. Ma pauvreté a de nombreuses facettes : physiques, psychiques, intellectuelles, humaines tout simplement. Il est bon d’écouter l’Esprit aimant m’encourager, comme Il sait le faire.

 

La prisonnière qui a besoin de liberté, c’est aussi moi. Prisonnier/prisonnière de mon EGO orgueilleux, prisonnière de la peur des « qu’en dira-t-on ? ». Prisonnière d’une mentalité dépassée mais rassurante !

 

L’aveugle qui attend la lumière, c’est moi ce soir ! Pour voir mes limites, pour percevoir les attentes et les limites des autres, pour voir mes potentialités et les leurs !

 

L’opprimée qui a besoin de libération, c’est encore moi. L’oppression de sentir que le système, après tout, me protège, y compris l’ecclésiastique parfois !!! L’oppression de la peur de l’effort. L’oppression du « moindre effort ! »

 

C’est moi qui ai besoin de l’énergie de l’Esprit, comme on a besoin d’une énergie toujours renouvelable mais que Dieu ne nous impose pas ! Besoin d’ouvrir mon cœur et mon intelligence à L’Esprit pour le courage de continuer la route.

 

Moi, c’est Claire-Marie bien sûr. Et c’est aussi toi, le balayeur de rue, le videur de poubelles, l’évêque, le politicien, le patron et l’employé. La femme de chambre, doyen, le banquier. Le chômeur ! L’ami, tous les amis.

L’Esprit de Jésus nous guérit, c’est son « job » et sa passion ! On dit aussi : sa Mission qu’il accomplit avec nous chemin faisant.

 

30/05/2009

VIGILE DE LA PENTECOTE

 

Vigile de la Pentecôte

 

Reflet-lois03.jpg


Evangile du jour:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20090530

A la Chapelle de Compassion à Bulle, l'Eucharistie a lieu à 8h00. Jean-Marie Pasquier officie avec sa grande simplicité et c'est notre soeur Nicole qui lit « les actes des apôtres, 28,16-20.30-31. Un texte vraiment actuel. Je pense au Pape en Israël et en Palestine, aux milliers de gens comme nous, qui ne désirent que de vivre en paix. Je pense aux autorités qui tentent de se rencontrer pour parler de « Paix », aux rencontres Benyamin Netanyahu, Obama et Mahmoud Abbas. Tous parlent: « Paix! Paix! » Cela traîne et traîne parce que, se fâche le prophète Jérémie: « Ils pansent à la légère la blessure de mon peuple en disant : "Paix! Paix!" alors qu'il n'y a point de paix... » (Jr 6:14- ) . Ils tergiversent! A la veille de la Pentecôte, je sais que « L'heure de l'Esprit est l'heure de l'irruption des pauvres » (J.Comblin). Les paroles des chefs retentissent-elles du cri des pauvres qu'ils sont sensés écouter pour le répercuter dans leurs rencontres?

 

http://www.biblia-cerf.com/BJ/jr6.html

Mais voici comment je comprends le texte que lit Nicole et que je médite : Il s'agit de Paul de Tarse après sa culbute du trône chevalin. L'avorton de Dieu (nom qu'il se donne lui-même) a bien du mal à se faire connaître en tant que disciple de Jésus qu'il n'a jamais vu et ne connaît qu'à partir du témoignage des premiers chrétiens qu'il n'avait eu cesse d'emprisonner, de tuer, d'harceler. Sa chute lui a permis de faire un tour de 180 degrés et d'ouvrir ses oreilles à la voix de l'Esprit de Jésus!

Il devient persona non grata de sa propre nation Israël qui le livre donc aux Romain et Paul, qui n'est pas n'importe qui, demande une rencontre avec l'empereur romain, s'il vous plaît, l'obtient et arrive à Rome accompagné, pas de gardes suisses, mais d'un soldats de la milice romaine! Sa foi toute nouvelle en l'Esprit de Jésus présent le mouvement naissant l'enflamme et les chefs de l'institution juive tremble encore une fois. Comme Jésus, Paul devrait mourir! Mais en fin diplomate, il plaide sa cause. Les autorités juives le condamnent, les autorités romaines, ayant entendu Paul, veulent le relâcher disant qu'il n'y avait aucun motif de condamnation à mort! (comme Pilate avait voulu relâcher Jésus, en vain) Paul reste donc reste donc réfugié à Rome. Portant ses chaînes, en compagnie du garde romain, il loue un deux pièces dans cette ville. Il n'est pas du tout en résidence surveillée, loin de là, car il accueille tous ceux qui viennent chez lui. Il leur annonce le règne de Dieu – en buvant un petit café, j'imagine, « il enseignait ce qui concerne le Seigneur Jésus Christ avec une assurance totale, et sans rencontrer aucun obstacle ».

Je suis complètement déboussolée en essayant d'imaginer le retour de Paul à Rome aujourd'hui, à l'Etat du Vatican gouverné dont le gouverneur est nommé « Vicaire du Christ ». Paul essayant de trouver des indices de son « Seigneur Jésus » en ce lieu que je ne peux ni ne veux essayer de décrire!!!

« Oh! Oui, jésus avait annoncé le royaume, et c'est l'Eglise qui est venue! »

Le plus ironique est qu'on célèbre en ce lieu même l'année de saint Paul. Je crois pourtant qu'en cette veille de Pentecôte, l'Esprit paulinien cum christique, souffle quelque part dans les catacombes, « hors des murs des Temples », dans les sous-sols d'humanité, à la recherche de l'Esprit de son Seigneur qui habite tout homme! Et puisqu'Il souffle où Il veut, même dans les lieux les plus inattendus, Il souffle aussi au secteur de la Curie romaine, dans le cœur de Benoît XVI... pour ses prochaines visites, par exemple aux millions d'Africains comme en Angolais! Il s'assiérait parmi, sur un tabouret et leur dirait: « La Parole est à vous, Je vous écoute! »

Page_2Dial-afb8a.jpg

Ce serait «l'Heure de l'Esprit qui est toujours l'heure de l'irruption des pauvres »

(J. Comblin p. 186 in L'Esprit Saint Libérateur) et le « Pastor bonus, en visite pastorale » dirait avec L'Esprit de Jésus ajourd'hui: « Debout, peuple pauvre et opprimé, renoncez à votre paralysie structurée! Reprenez consciences de votre dignité d'homme, prenez part à la lutte qui construit mon royaume! Voici que mon énergie vous lance pour annoncer la Bonne Nouvelle d'une libération en marche! »