04/05/2011

Cuernica

images (23).jpgSi jamais vous mettez les pieds dans ma petite hutte à angles droits, bien nommée KATUTURA,  votre regard se portera par de-là la fenêtre sur les vieux tilleuls  de la Place du Marché sous un ciel  aux nuages  et soleil en liberté !

Sur les trottoirs les gens de Bulle, pas trop pressés, des enfants aux mains des grand-mamans ou blottis dans des poussettes à côtés des peluches poilues!

En deçà de la fenêtre, l’espace et l’ordinateur qui, patiemment attend la frappe sans stress  de mes doigts. Au mur, le « Christ au désert » cadeau d’un ami honoré qui n’aurait jamais imaginé l’influence du grand Ivan Nikolaïevitch Kramskoï sur moi.  L’Esprit du Christ au désert est hors cadre et hors image. Je l’écoute et le découvre dans le petit livre des Évangiles. Il met en lumière l’actualité comme je la perçois en moi, autour de moi et dans le monde, par le « World Wide Web ».

Chacun perçoit et ressent l’actualité de son Businessmen on World Wide Web.jpgpoint de vue. De sa réalité. Cela donne de l’importance au World Wide Web et, lorsqu’il y a échange et débat – aussi contradictoire – d'un blog à l'autre, le regard de Jésus pénètre le tissu social et favorise la prise de conscience collective toujours plus profonde. Notre manière d’être et d’agir s’humanise. Des petites lumières d’espérance défient les ténèbres.

Ces ténèbres sont représentées, sur le mur fané de mon bureau, juste à côté du Christ au désert et c’est le large tableau de Cuernica : « Guernica est une lutte révolutionnaire par la peinture, le manifeste politique de Picasso et l’emblème de la participation du peintre aux drames de son temps : la violence, la barbarie et la guerre. » Je veux participer à cette lutte révolutionnaire en permettant au regard de Jésus de dire son jugement, selon la souffrance des victimes de notre Cuernica aujourd’hui :

Nos chômeurs, nos « surplus people », nos blessés par l’arrogance confrontés aux méandres de l’Assistance sociale et de l’Assurance invalidité…

Les gens assoiffés de spiritualité, les « pauvres d’esprit » sans importance face aux fastes ecclésiastiques déversées sur les écrans TV, leur seul passe-temps !

Les « faibles dans leurs corps », incapables de se défendre contre les actes de pédophilie.

Des milliards d’individus marginalisés, exclus « parce qu’il n’y a aucune place pour eux dans l’économie, ils ne sont ni producteurs, ni consommateurs. Ils ne sont rien du tout. » (A.N).

Les mendiants: en Suisse, par exemple, là où il y a encore des « couvents », des personnes bien intentionnées envoient ces mendiants à la « porte des Pauvres des bonnes Sœurs. » Honneur à elles, bien imparfaitement, elles partageront.

Mais pour les mendiants, ce partage humiliant, est une petite lueur d’espérance.

Le partage pourrait s’élargir, bien au-delà des heures d’ouverture de « Caritas », et de « Couvents » et prendre le chemin rugueux orienté vers la justice économique. Et l’engagement politique !

Aujourd’hui, j’aurais souhaité prier pour que s’allument des lumières d’espérances au Cuernica du Pakistan, de la Syrie, de la Libye… J’ai, hier soir, écouté Infra rouge au sujet de Osama Ben Laden. L’un des participants a dit : « On ne donne pas les morts en spectacle .»

images (1).jpgCuernica n’est pas un spectacle, c’est une réalité qui nous concerne. Elle m’oblige à prier avec Jésus. Mais c’est un CRI. « C’est une transcendance par en-bas. C’est tout. Dieu s’est rendu proche ! » (J.B. Metz)

Ah! J’oubliais autre chose que celui/celle qui mettrait les pieds dans mon petit bureau trouverait: C’est une belle famille de chevaux des Franches-Montagnes photographiée par mon ami Pierre, c’est le Doubs et son enclos et c’est la mer agitée de Van Gogh et ce sont les photos de petits enfants qui font leur apparition dans ce qui ne devrait jamais être, pour eux, Cuernica !

 

21:55 Publié dans Spiritualités | Tags : cri | Lien permanent | Commentaires (2)