06/05/2010

AUJOURD'HUI

picture_small.jpg

Le contexte

Jeudi, 6 mai 2010 / 08:00 – 12:00. C'est le Marché hebdomadaire de Bulle, à la « rue du Marché » juste en face, j'aime, de ma fenêtre contempler les Bullois, Gruyériens, Fribourgeois qui vont, viennent, se donnent la main, achètent fruits, légumes, fromages, saucisses, fleurs. Nombreuses sont les jeunes mamans avec un bébé à la main et un autre dans la poussette. Nombreux sont celles et ceux qui sont allés à la messe à Notre Dame de compassion, juste à côté. Et l'on a prie pour l'évêque B. Genoud gravement malade. J'entends le murmure des conversations, Les exclamations consternées des femmes surtout, des éclats de rire et parfois jusqu'à des soupirs mélancoliques qui semblent fusionner avec le CD d'un marchand de musique, par exemple: « Paysans que ton chant s'élève... »

Contexte

Les trois journaux: la Gruyère, La liberté et 24 Heures, chacun à sa manière, informent.

Image pieuse en première page de La Liberté: la multiplication des pains et des poissons et un prétendu client qu'on peut prendre pour un « actionnaire » du Crédit Suisse de dire: « ça marche! » En fait comme je l'ai compris, il s'agirait de songer sérieusement à l'éthique de l'usure, qui sait peut-être, réfléchir avec Saint Thomas: « Recevoir un intérêt ou une usure pour de l'argent prêté est une chose injuste de soi, car en faisant cela on vend une chose qui n'existe même pas .»  Ah! qu'en est-il des Bonus?

Contexte

24 Heures très discrètement, à travers l'inimitable et précieux Burki, expose le lien qui relie l'actuelle présidente de notre Confédération à Berlusconi. C'est un spaghetti bien droit cuit al dente et qui évite les faux pas linguistiques grace au lien de bouche à bouche. Lorsque je fais la lecture des journaux à quelques-une de mes consœurs malvoyantes, j'explique ce tête à tête des deux personnalités et elles me demandent si le spaghetti avait un peu de sauce tomate et comment tout ça s'est terminé.

Contexte

Cela terminé, un autre événement toujours à Rome: la même présidente de notre Confédération suisse, Madame Doris Leuthard, observe avec fierté ces « soldats du Pape » en uniforme prêter serment au pontife. A la Télé le reportage un peu bruyant de cette solennelle assermentation, mais ça s'est vite calmé et nos 4 Fribourgeois ont montré leurs frimousses souriantes à l'écran. C'est suivi aussitôt d'une procession plus que solennelle de dignitaires du Vatican escortant la Présidente Leuthard, sans mantille, jusqu'au bureau de Benoît XVI. L'homme en blanc accueille la femme en noir, les deux mains tendues. Vingt-cinq minutes de discussion qui s'est voulue transparente d'après le rapport de Madame Leuthard.

Contexte

La Grande Bretagne est en ébullition. On vote. Il n'y a pas de commission de surveillance et c'est vrai que je pourrais à peine l'imaginer dans le contexte du Royaume-Uni! Gordon Brown, David Cameron, Nick Clegg le surprenant petit dernier! On verra demain et on verra plus tard, on verra la suite quant à l'économie, les étrangers, les malades.

Mais il faut toujours espérer et c'est cette sage phrase anglaise que je me redis en implorant la lumière de Jésus ressuscité sur les contextes de notre monde inquiet: « 'There is so much good in the worst of us and so much bad in the best of us,' that it ill behooves any of us to talk about the rest of us.' " (attribué à plusieurs auteurs mais je m'aventure à dire que c'est Fulton Sheen)

Je serais infiniment reconnaissante à qui pourrait traduire en beau français, cette phrase digne du Livre de la Sagesse.

23:05 Publié dans Solidarité | Tags : contexte | Lien permanent | Commentaires (3)