16/02/2011

PRINTEMPS ARABE

 

Contempler et prier

images (5).jpg

 

Je ne peux pas prier dans le vide, ni répéter des textes déconnectés de notre monde. Parce qu’on ne peut séparer la créature de son créateur. On ne peut pas séparer tout ce qui vit de la source de Vie ! Nous sommes l’infiniment petit dans l’infiniment grand comme l’infiniment grand anime l’infiniment petit. En chacun de nous. C’est une merveille, un mystère.

Comme les animaux, comme les plantes, les humains vivent du travail de leurs mains qui leur procure du pain car nous sommes responsables du don de la vie. C’est basique. Et ce n’est pas évident. Le Moi enflé des dictatures le montrent! Et pourtant!

Sous nos yeux étonnés, le « printemps arabe »  secoue les rapports de force ; les racines prennent conscience que l’arbre et ses fruits dépendent d’elles, pleines de sève trop longtemps contenue, elles secouent, remuent, agitent le tronc, les branches jusqu’au sommet dès lors tremblotant.

Une gigantesque pyramide impassible, une arrogante hiérarchie qui s’était octroyée  le Droit divin : Dieu, notre adorable créateur qui ne peut être séparé de sa création et des créatures.

Oui! les nouveaux rapports de force, sens dessus dessous, pourraient devenir des relations fraternelles. Oh ! Pas dans l'immédiat! Pas sans résistance, ni sans efforts constants, ni sans conversion continue car notre MOI, individuel et collectif a besoin de guérison ! Pour que notre pain quotidien retrouve la pleine saveur de la Terre qui nous aime !

Je suis heureuse de vivre en directe ce printemps de notre humanité comme le soleil de justice se lève à l’Orient et je le savoure dans "la dynmique du provisoire"! (Frère Roger)

« La célèbre prière chrétienne, le « Notre

Père » est emprunté aux Égyptiens qui, sur les frontons de leurs temples, inscrivaient :

« Notre Père qui est aux cieux », le soleil,

« que ton nom soit sanctifié »,

c’est à dire reconnu saint,

« que ton règne vienne »

c’est à dire que le jour nous délivre de la nuit,

« que ta volonté soit faite »

c’est à dire qu’il brille sans entrave pour dispenser ses bienfaits sur la terre.

La suite ne concerne plus le soleil.

Si notre civilisation vient de l’Est, il n’est pas étonnant

que le soleil se lève à l’Orient. »

http://etoiledeuxpoles.free.fr/acro/le%20soleil%20se%20leve.pdf

C’est aussi vrai qu’une multitude de peurs flotte dans l’ambiance quotidienne.

Ce qui était n'est-il pas plus sécurisant que ce qui sera?

Nous prenons conscience d’être des Occidentaux. Simplement.

Mais la beauté de l'Occident n’est que l’ombre du Soleil Levant ! Heureuses épousailles !

Et H. W. Longfellow, que je ne peux traduire, dit que le temps ne passe pas sans porter de fruits :


images (2).jpg"Though the mills of God grind slowly


Yet they grind exceedingly small;

Though with patience he stands waiting

With exactness grinds he all.”

 

22:08 Publié dans Spiritualités | Tags : contempler | Lien permanent | Commentaires (3)