20/03/2010

REFLEXION DOMINICALE

 

 

Little_girl_reading_book_4.jpg

Quel Bonheur

 

Quand j'étais petite à la ferme, il y avait dans la chambre d'en haut dont la fenêtre accueillait le grand soleil des matins de printemps, une belle armoire en bois clair et sculpté, (du bois de tilleul je crois) jamais fermée à clés. Elle contenait du linge de lit, quelques habits bien pliés de papa et de maman et, tout au fond, un petit livre que j'ai déniché par mégarde: « Si tu savais le Don de Dieu ». Du haut de mes huit ans, assise sur le planché en bois, je lisais lisais lisais jusqu'à ce qu'on m'appelle, je rangeais le livre et courait en bas les escaliers pour « faire mes devoirs ».

 

Mais « le Don de Dieu » me trottait par la tête. C'était quoi? C'était mon crayon, l'ardoise, les frères, les sœurs, les parents; les bêtes: Video - Animal Farm.jpgchevaux, vaches, cochons, couvées. Le bol de lait, le morceau de pain, l'œuf de la poule, l'eau du puits coulant de la pompe. C'était ces deux immenses tilleuls et la croix dessous entre les deux, que papa avait érigée après la guerre de 14-18 pour dire merci! C'était le ciel, le vent, le soir et la nuit étoilée: Oh! l'appelle au ravissement, aux rêves, à l'envie naissante d'explorer ce « don de Dieu » au-delà de la frontière française toute proche, au-delà de toutes frontières!

 

Maman, de sa belle voix chantait:

« quand je contemple dans les cieux,

ce doux éclat de mille feux,

mon œil se perd dans cette espace

que Dieu peupla si brillamment

et ma pensée ainsi se lasse

à contempler le firmament ».

children.jpgJ'écoutais et avec mon frère Jean, on s'est mis à chanter pour ne plus s'arrêter jusqu'à, il y aura six ans ce vendredi Saint, sa voix douloureuse comme celle du Golgotha devienne alléluia hors espace-temps! Qui nous invite à chanter!

 

Voilà comment j'ai appris la Bible, le livre comme on dit, et la Bonne Nouvelle de Jésus. C'était fait du vécu de chaque jour auquel nul besoin de conclure: « Parole du Seigneur ». Comment ça?

 

J'éclate tellement dans ma création...

« La foi, ça ne m'étonne pas.

Ça n'est pas étonnant.

J'éclate tellement dans ma création.

Dans le soleil et dans la lune et dans les étoiles.

Dans toutes mes créatures.

Dans les astres du firmament

et dans les poissons de la mer.

Dans l'univers de mes créatures.

Sur la face de la mer et sur la face des eaux.

Dans le mouvement des astres qui sont dans le ciel.

Dans le vent qui souffle sur la mer

et dans le vent qui souffle sur la vallée.

Dans la calme vallée. Dans la recoite vallée.

Dans les plantes et dans les bêtes et dans les bêtes des forêts.

Et dans l'homme. Ma créature.

Dans les peuples et dans les hommes

et dans les rois et dans les peuples.

Dans l'homme et dans la femme sa compagne.

 Et surtout dans les enfants.
Mes créatures.

Dans le regard et dans la voix des enfants.

Car les enfants sont plus mes créatures.
Que les hommes
Ils n'ont pas encore été défaits par la vie.

De la terre.

Et entre tous ils sont mes serviteurs.

Avant tous.
Et la voix des enfants
est plus pure que la voix
du vent
dans le calme de la vallée.

Dans la vallée recoite.
Et le regard des enfants est plus pure
que le bleu du
ciel, que le laiteux du ciel,
et qu'un rayon d'étoile

dans la calme nuit.
Charles Péguy. (1873-1914

Vous comprenez que nous n'avions pas tellement besoin de prêtres, ni de doctrines, ni de dogmes pour devenir amis de Jésus. Il est le Don de Dieu que mes parents et ma famille m'ont fait voir au grand jour!

 

 

22:43 Publié dans Spiritualités | Tags : bonheur | Lien permanent | Commentaires (1)