15/12/2011

14 décembre 2011

téléchargement.jpg

Ne pas se réjouir de l’humiliation des autres

L’UDC mord la poussière, et les « gagnants » jubilent. Berset est élu, tant mieux, et Maillard ne l’est pas, dommage! Tout parait politiquement correct. Pourtant, lorsqu’on lit entre les lignes, il y a, dit-on, des traces de magouilles. Je dis Oui à cette observation !

Les lobbyings, on connaît ça, et pas seulement en politique, mais aussi dans les institutions religieuses et ecclésiastiques. Et j’abhorre qu’on invoque le Saint Esprit en « Veni Creator Spiritus » et qu’on « évite » l’Esprit Saint dans les cris des sans-voix. La Bible est pleine de textes de violence, de vengeance, de rétribution. C'était déjà la politique de l'époque!

Seul, Jésus est dans le camp des perdants et de l’engagement pour le Bien commun. C’est là qu’il a planté sa tente, pas dans les palais fédéraux, impériaux épiscopaux et autres.

Hier, j’ai apprécié l’attitude et les paroles intelligentes de Jean-François Rime. Il n’abandonnera pas le parti qui croule, il veut en analyser les causes et reconstruire, sans exclure de prime abord le PBD. Et il dit ça dans le calme de la défaite. Chapeau.

Pierre Yves Maillard est droit, pas assez diplomate pour satisfaire au tortueux langage politique. C’est pour des politiciens comme lui qu’Oscar Wilde dit : «Dans les crises politiques, le plus difficile pour un honnête homme n'est pas de faire son devoir, mais de le connaître. » Connaître son devoir politique s’apprend tout en bas de l’échelle sociale, (dans le domaine de la santé par exemple) pour en dégager le Bien commun. Sans intérêts particuliers.

11:37 Publié dans Politique | Tags : élections | Lien permanent | Commentaires (2)

26/10/2011

Jésus en politique helvétique

 

Jésus et la politique

Prélude: j’ai rencontré Jésus dans le regard de mon frère Jean frappé de méningite dès l’âge de trois mois. J’étais de trois ans son aînée et j’ai pris conscience de l’amour inconditionnel de nos parents, de nous tous, pour cet enfant qui révélait l’au-delà !

Mais aimer  est toujours inclusif, contagieux, l’amour du prochain proche est organiquement lié avec le plus lointain.

Et cela n’exclut aucunement l’amour personnalisé ! Au contraire, l’amitié est une source d’énergie qui me propulse vers les plus assoiffés d’amitié partagée, assoiffés de la liberté d’exprimer vraiment leur pensée et non celle de l’institution! Jésus à été en conflit constant avec les détenteurs d’un pouvoir institutionnalisé, politique, économique, religieux.

Jim Zbinden/les petite gens 1414074850.jpg

Où ressentir l’Esprit libérateur de Jésus dans  INFRAROUGE d’hier soir, 25.10.11 ? (http://infrarouge.tsr.ch/)  Le Forum, suite à l’émission révèle un tant soit les perceptions des spectateurs. Personnellement les paroles du simple citoyen Jim Zbinden « sonnaient vrai ».  On dirait une querelle dans un préau d’école primaire ou chacun « doit » défendre son

carré privé, c’est-à-dire celui de son parti ! Un coup de langue, un coup de pied par-ci par-là, mais jamais, un souci commun pour arriver à un gouvernement qui veut avancer vers « le plus grand bien pour le plus grand nombre ! » Encore une fois, aucun signe de vrai débat, mais un combat plus ou moins goguenard sur le résultat surprenant des élections. Monsieur Jim Zbinden a résumé : pourquoi ne pas avancer « la main dans ea7b556.JPGla main » ?  Etrange, quasiment aucune des idées de Jim Zbinden ne fut reprise sinon par Stéphane Rossini. Merci à lui. Il indiqua les difficultés qui viennent de la lenteur d’un système démocratique « cadré » mais qui ne bloque pas les initiatives !  Même, je dirais,  si l’on va de l’avant en « semblant vouloir éternellement porter sa maison sur son dos » comme la tortue par peur de la perdre. Il est juste aussi d’apprécier Monsieur Yvan Perrin pour sa reconnaissance des fautes commises au cours des campagnes des années précédentes,  et pour la nécessité d’une auto-critique. Qu’il est rare d’entendre des personnes au Pouvoir  se remettrent en question !

Qu’est-ce que cela a à faire avec Jésus aujourd’hui et son Esprit inconditionnellement centré sur  le bien-être de l’HOMME et de touts les êtres humains surtout celles et ceux exploités par les systèmes politiques et économiques ?

C’est à nous de chercher une réponse.

 

23:09 Publié dans Spiritualités | Tags : élections | Lien permanent | Commentaires (1)

23/10/2011

ELECTIONS FEDERALES 2011

 

 

images (17).jpg

"Je ferai ici une exhortation à tous les hommes en général, de réfléchir sur leur condition et d'en prendre des idées saines. Il n'est pas impossible qu'ils vivent dans un gouvernement heureux sans le sentir : le bonheur politique étant tel que l'on ne le connaît qu'après l'avoir perdu."
Montesquieu - 1689-1755 - Mes pensées

Dans le marasme international, voire mondiale actuel, le terme politique évoque le doute, le cynisme. Comment notre état-nation, notre Suisse subsisterait-elle sans gouvernement ? Pour la première fois ce soir, l’espoir renaît que la politique prime sur l’économie. La différence, et c’est subjectif, je l’ai ressenti ce soir – et il n’est que 21h00, – lorsque les politiciens, anciens et nouveaux s’exprimaient, respectueux les uns envers les autres, les perdants, les gagnants dans la dynamique du provisoire car rien n’est joué, restent dignes, soucieux de l’avenir, voire de la survie de notre petit pays.

L’ensemble de la classe politique suisse est consciente que l’Occident alias l'Euro zone vit le cauchemar d’un avenir privé d’avenir ! Il n’y a qu’à voir la conférence de Presse à Bruxelles il y a quelques heures ! Faire semblant qu’on avance est devenu une habitude à Bruxelles, Londres, Paris ! On avance dans quelle direction ? Et l’anxiété est palpable, c’est poreux et contagieux !

Ma prière de reconnaissance est plus spontanée, plus facile ce soir ! L’intention de prière pour tous les politiciens et leurs partis respectifs, c’est qu’ils se concentrent à rassembler des éléments propres à chacun, et qui convergent vers le bien commun.

Je prie que notre précieuse démocratie « soit légitimée par le vote des citoyens ».

On en était arrivé à « perdre bonheur politique »… "Il n'est pas impossible de vivre dans un gouvernement heureux". Nos politiciens, je crois, sont des citoyens qui deviennent adultes.

Et nous avec eux!


 

 

22:20 Publié dans Politique | Tags : élections | Lien permanent | Commentaires (1)