17/04/2011

Dimanche des rameaux

Christs_Entry_into_Jerusalem_Hippolyte_Flandrin_1842.jpg
Entrée du christ à Jérusalem, Hippolyte Flandrin

L’ânesse et l'ânon  de Jésus aujourd'hui

Meditation dominicale

Jésus n’a rien écrit. A part quelques traits qui ont fait fuir les légistes d’Israël ! Il a vécu au milieu des gens. Il ne devint intéressant que lorsqu’il a fait des choses nouvelles dans des réalités quotidiennes. Il avait appris la Thora à l’école ou à la synagogue. Mais apparemment, il n’a jamais eu de débats avec ses parents à ce sujet. C’est au Temple qu’il a confronté des enseignants de la Thora ! Du jamais vu. J’en déduis que Jésus avait l’oreille fine,  une intelligence curieuse et instinctivement critique, parce qu’il savait écouter! Et qu’il n’acceptait pas tout.

Le savait lire, mais il lisait d’abord le livre de la vie des gens de tous les jours, les femmes au travail, les paysans, les charpentiers, les éventuels clients. Il lisait comme un amant le livre de la nature. La terre, les saisons, les oiseaux, les fleurs des champs ! Quelle bibliothèque !

A peine adolescent, il a réalisé que les Prêtres, les Docteurs de la Loi ne pratiquaient pas ce qu’ils prêchaient aux gens! Sa première expérience au Temple montre le « toupet » du jeune Yeshuah qui n’hésite pas à questionner les autorités du Temple. Un exemple et un encouragement pour notre jeunesse d’aujourd’hui, trop souvent docile !

Jésus agit dans des réalités précises afin de faire éclater au grand jour la vérité contenue dans la vie ! Exemple : le Bon Samaritain (Saint Luc 10, 25-37) ou encore Marie la prostituée (Jean 8, 1-11) Guérison du paralytique (Marc 2, 1-12). Il met la personne au centre de sa préoccupation et pour accomplir son option de vie, il met la société sens-dessus dessous ! Cela crève les yeux ! C’est tout simplement fascinant ! Il agit personnellement : il ne renvoie pas les étrangers, les prostituées, les paralysés à Caritas, aux services sociaux, aux œuvres d’entraide. Il s’implique lui-même. C’est comme ça qu’il « enseigne » ce que nous devons faire : l’objet de notre attention, de notre prière, de notre liturgie : la personne humaine !

La venue de Jésus à Jérusalem :  Jésus donne une leçon de chose  magistrale à tous les candidats à un poste d’autorité dans la vie civile, politique, économique, et avant tout ecclésiastique en 2011 dans notre monde actuel (Luc 19.28-44). En quelques mots : Jésus vient assis sur une ânesse accompagnée de son petit ânon, rien d’autres, pas de gardes de corps, pas de papa mobile, pas de procession organisée ! Les gens se rassemblent spontanément parce qu’ils reconnaissent celui qui leur a fait du bien quelque part, dans leur vie : son regard, ses mains qui guérissent, son affection spontanée. Lui, l’HOMME !

Si proche de nous qu’Il est un de nous ! Il sourit quand on lui jette des fleurs ou qu’on met des palmes sur le chemin. Puis des disciples se mettent à chanter des psaumes, ce qui énerve les pharisiens. Jésus ne dit Jesus monde 2.jpgrien. Il a le cœur lourd, c’est clair à la vue de Jérusalem : « Jésus pleura sur elle et dit: «Si seulement tu avais toi aussi reconnu, aujourd'hui, ce qui peut te donner la paix! Mais maintenant, cela est caché à tes yeux. Des jours viendront pour toi où tes ennemis t'entoureront d'ouvrages fortifiés, t'encercleront et te serreront de tous côtés. Ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où tu as été visitée.»

Rien de plus actuel que cet avertissement : Jérusalem, Zurich, Rome, Tripoli, Yamoussoukro, Johannesburg, Tokyo, Chicago…Rien de plus actuel. Je n’ai même pas envie de mettre les points sur les i. Ce serait ôter le punch de la Parole de Notre Bien-aimé Leader !

 

22:30 Publié dans Spiritualités | Tags : ânesse | Lien permanent | Commentaires (0)