29/03/2012

VOL SPECIAL

Vol spécial et Apartheid (infrarouge 29.03.2012)
(réflexion)



Le traumatisme de l’apartheid en Afrique du Sud se réveillait comme un cauchemar. Et ce n’était là-bas et ce n’est ici que le sommet de l’iceberg !

Le racisme, la peur de l’autre sont au plus profond de l’être dans la culture occidentale chrétienne ! Cela s’exprime de mille façons dans le bruit de mots et le silence de l’indifférence !

Les financiers accueillent  des milliers de milliardaires de toutes races et  sauvegardent leur misérable pognon dans nos temples bancaires. On les laissera partir, la mort dans l’âme sous contraire s’il vous plaît.

Broulis et ses semblables accueillent les investisseurs étrangers et les exonèrent  de toute taxe afin qu’ils prospèrent dans leur pays d’accueil et ailleurs. Quel sens de l’hospitalité ! Ils amènent avec eux des travailleurs étrangers et une poussière d’Helvètes, pour le vernis !

On accueille la clientèle d’armements destinés à abattre hommes, femmes et enfants par pays à peine interposés ! Que serait notre économie sans le marché des armes, y compris les plus meurtrières ?

Les Suisses sont partis et partent encore dans des pays étrangers, parce que, dans leur pays d’accueil, la rentabilité vaut la peine de l’exile. Même en Afrique, même dans des pays de l’Est ! C’est que les pouvoirs et les dominations de là- bas accueillent les faiseurs de fric ! Plein de mains d’œuvre bon marché qui n’arrivent pas à nourrir leur famille ni à pays les impôts dans leur pays natal ! Cela crée des gens redondants. Des surplus people et quelques-uns suivent l’exemple des Helvètes et font le chemin à rebours…vers le pays de cocagne la Suisse où il n’y a même pas 4% de chômeurs, dit-on !

Mal leur en prend ! La chasse aux intrus,  gibiers ciblés à l’avance celles et ceux de peau quelque peu foncée. Des « vrais réfugiés », gardez-vous de murmurer ce qualificatif d’avance incroyable et, à moins d’être miséricordieusement qualifiés de NEM (non-entréee en matière) et rejetés ipso facto on ne sait comment, les restants devront passer le test de la vérité ! Ils sont menteurs avant que débute la procédure laquelle est faite de questions pièges. Impossible de ne pas tomber dans la trappe. Lafontaine, vous connaissez ? « Un Agneau se désaltérait dans le courant d’une onde pure… un loup survient à jeun… prenez le temps de déguster cette fable, le miroir de notre procédure d’asile et faite le lien avec « Vol spécial » : les moutons noirs à majorité bronzés écroués, dévêtus, scannés, mâchoires forcément inspectées, ligotés, une amicale tape sur l’épaule d’un « gardien clés en main » et c’est l’expulsion fagotée, à tire d’aile jusqu’à Lomé, Abidjan, Douala ou ailleurs, où d’entente avec les autorités suisses, les autorités responsables de la fuite ou de l’exile « accueilleront » à leur manière le fugueur.

Si les « revenants » ne sont pas emprisonnés et s’ils ont la chance de rejoindre leur famille élargie, ils seront rejetés car ils ne rapportent aucun pécule du paradis des banquiers. Si, comme le dit Mme Sommaruga, ils ont un peu d’argent pour se remettre en marche, il faut bien peu connaître l’Afrique pour penser qu’il sera sa propriété privée !!!

On est si loin, du prophète Jérémie qui dit que Dieu se révèle dans l’accueil de l’étranger, on est si loin du Père et de l’Enfant prodigue qu’on nous lit comme des fables, surtout qu’on est tragiquement, irrémédiablement loin de Jésus qui s’identifie avec les rejetés, comme on jette à la poubelle nos déchets encombrants. Nous avons voté, à l’initiative de l’UDC et de leurs comparses, les lois que les fonctionnaires appliquent, sous peine d’être eux-mêmes punis s’ils écoutent leur conscience.
Il est bien plus commode d’adorer une hostie que de croire que Jésus est identifié aux étrangers, aux pauvres.
Au fond, la différence, c’est quoi ?

Dans « Histoire inavouées de l’Apartheid » (Harmattan 1995) j’ai esquissé quelques faits vécus sous ce régime, « crime contre l’humanité » selon la Convention de l’ONU, et j’ai bien envie, si j’ai le temps, d’esquisser quelques faits des « Histoires inavouées » de la pratique de l’asile en Suisse.
Claire-Marie

15:40 Publié dans Suisse | Tags : asile | Lien permanent | Commentaires (0)

24/01/2011

PAIN et FORUM MONDIAL

 

 

 

Christian_Muslim_Jew_Support_The_World.JPG


Jésus avant

 

J’avais 6 ou 7 ans et je me souviens. C’était évident que Jésus faisait partie de la réalité où je suis née, à la ferme au Clos-du-Doubs.  Par exemple à table lorsque papa prenait dans ses mains la miche de pain, traçait une croix avec son pouce droit puis nous donnait à manger. Je prenais conscience de quelque chose, comme un don, et nous disions « merci ».  Et papa avait dit une fois : « Ne jamais jeter du pain par terre ni marcher sur des miettes. » Sans rien ajouter.

Le pain était parfois frais et d’autres fois sec. Une fois par quinzaine, une fournée de pain cuit dans le four à bois remplissait le panier soigneusement remisé dans le pétrin et recouvert d’un linge en coton. En attendant de nous rassasier, nous les gosses qui grandissions grâce à ce pain de vie. Le Pain de Vie : Jésus.

 

Jésus sembla prendre de la distance lorsque le curé, au catéchisme, nous fit apprendre, par cœur, les réponses se trouvant dans un petit catéchisme, réponses à des questions que nous n’avions jamais posées.  Jésus semblait s’éloigner même davantage de notre réalité le dimanche au sermon, à la messe.

 

Cependant ce pain de Vie partagé dans les turbulences de l’adolescence nous faisait rêver du vaste monde peuplé d’enfants sans pain.

 

Jésus, le pain abstrait des définitions, des dogmes et des enseignements religieux,  étudié durant des années,  disparaissait pour se montrer tel qu’Il est : La nourriture partagée entre celles et ceux qui ont faim, celles et ceux dont la seule expérience d’Amour de la naissance à la mort est de la faim non assouvie.  Dieu que Jésus est alors proche et tangible dans la soif et le cri des victimes de l’injustice ! Dans cette réalité-là force est de dire : « Pourquoi ? »

La réponse à cette question absente du catéchisme de l'Église, nous la trouvons nous-mêmes. Notre réponse inquiète même les auteurs de ce catéchisme parfois. Aujourd’hui je m’aventure à dire que la cause radicale se trouve dans les ramifications du système néo-libéral ou plus simplement selon moi, du capitalisme sauvage qui nous mène tous et dans le moyen terme à la dérive et au délire, entassés sur le Radeau de la Méduse !

 

Aujourd’hui, de l’Agence France Presse :

 

Agir "d'urgence" pour parvenir à nourrir la planète en 2050

we_are_the_world_001_lpjr.jpg

« La population globale devrait atteindre 8 milliards d'individus en 2030 et 9 milliards en 2050, un défi gigantesque alors que l'humanité ne parvient déjà pas à nourrir les 7 milliards existants, rappelle le rapport. 925 millions de personnes ne mangent pas aujourd'hui à leur faim. »

 

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gpDam9qzFvrVlKIYxhOYkptWGR3g?docId=CNG.b7e3f84c7945323e8f894b3d81959d76.b1

Le pain quotidien, Jésus notre VIE, que nous obtenons de la terre, grâce à la sueur de nos fronts (Genèse (chapitre 3, verset 19) nous permet de vivre en créatures humaines si nous le partageons !

C’était ce que les petits paysans faisaient il y a bientôt 100 ans au Jura, et c’est ce qui se fait dans ce qui reste de sain dans certains coins de la planète, des petits coins qui disparaissent…

 

Mais pour que tout aille mieux et nous prions pour ça, voici que les puissants de ce monde font route vers Davos la Blanche avec 5000 soldats suisses (pour que personne ne touche à un seul de leurs cheveux et qu’ils travaillent en toute sécurité à l’hôtel) . Le but de la rencontre : Forum économique mondial 2011 du 26 au 30 janvier 20111 a pour thème :

« Shared Norms for the New reality ». « Des normes partagées pour une nouvelle réalité » http://www.weforum.org/

 

De Jésus avant…. Et maintenant !

 

Après tout nous sommes dans un Occident soit disant civilisé et chrétien. Peut-être que Jésus pourrait dire un mot à ces Messieurs et ces Dames : Il n’a pas besoin de micro car, si on s’arrête un instant pour l’écouter il dira :

yrosl83c.jpg« J'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; Mt. 25 : 35 »

 

Non il ne dira pas « j’avais faim… » il dira : « j’ai faim »

Que la « norme » pour notre réalité soit le pain, l’eau et la terre partagés.

 

22:10 Publié dans Suisse | Tags : forum | Lien permanent | Commentaires (1)

06/01/2011

passation DES POUVOIRS

 

fnb1026.jpg

 

Les coups tordus continues d’un contexte à l’autre et, comme nous le disions en Afrique du Sud en parlant de l’apartheid, des autorités religieuses et politiques en arrivaient à nous faire croire que : « Le mensonge devient vérité et la vérité devient mensonge » (Dieu en Afrique du Sud, A. Nolan).

IL m’est arrivé une expérience qui mérite, dans la mesure du possible, d’être partagée, car bien d’autres personnes font des expériences semblables et préfèrent se taire ou simplement murmurer.

Voici :

Il y a des chats qui sentent les souris,

des loups qui flairent les agneaux

et la raison du plus fort….

Il y a aussi des cigognes et des regards plus civilisés mais qui n’arrivent pas à partager, légèrement plus civilisés, ils réfléchissent aux « coups tordus » dont nous sommes les émules, chacun à sa hauteur, à sa place …mais voyez comme c’est difficile !

3801168316_20cc9ba648.jpg« Sans doute, quelques personnes genre grognon vont me traiter de vieille folle, vieille sorcière, mais qu'importe... La liberté a un prix, et je la conserve jalousement.
Car la vieillesse n’a pas d’âge : elle n’existe que chez ceux qui ont tué en eux-mêmes la part de l’utopie".( Ronald CREAGH )
Et Einstein: "pour l'instant, je suis un privilégié... quand on rentre dans le
einstein72ans.jpggrand âge, dans la dépendance, ce n'est plus pareil ... donc je profite de l'instant présent, que je vais m'efforcer d'étirer le plus possible ... et je me prépare pour d'autres combats"


Einstein a 72 ans sur cette photo:

Mais moi, je me réfugie ce soir chez Maurice Zundel, ce Vaudois, ce prophète sur qui ont écrit beaucoup mais qu’on imite peu et en cachette…ou qu’on déconseille même sinon dans sa pensée du moins dans sa pratique lorsqu'il s'agit de partager l'argent avec les pauvres de la paroisse!!!!

Il dit":

« La tyrannie au dehors et au-dedans »

C’est Maurice Zundel qui me donne le courage d’écrire ces quelques mots ce soir suite à une expérience qui n’avait rien d’humain, encore moins de spirituel :

« Les servitudes extérieures ne sont rien en face des servitudes intérieures. Les déterminismes passionnels que nous subissons, qu’ils soient sexuels, qu’ils soient nationaux, qu’ils soient de classe, qu’ils soient de race, les déterminations passionnelles intenses sont  infiniment  plus redoutables que même les camps de concentration. » Zundel termine en voulant nous redonner le « goût de vivre. » (Maurice Zundel, un mystique contemporain par Caludio della Costa, p 98 à 99)

Et le déclencheur de ma sombre réflexion furent les mots sortis de la bouche d’une personne pourvue du fonctionnement et donc de l'immunité de l’autorité  du pouvoir qu'elle détient (quel qu’en soit la nature !).

Lorsqu’elle indiqua solennellement la cérémonie qu’elle avait fêtée avec les protagonistes et (qui donne ipso facto l'immunité de la fonction) en tant que : La passation des pouvoirs : comme d’autres cérémonies intervenant. ... dans diverses structures ou divers corps sociaux, entre l'ancien titulaire d'une fonction et son remplaçant. Que ce fut laïque ou religieux ! J'en fus profondément choquée.

Le Verbe fait Chair : passation de pouvoir entre le ciel et la terre ??? O admirabile commercium ! Vous avez tout oublié ? Et m’est revenu en mémoire l’Enfant Dieu, Verbe fait enfant, c’est-à-dire "privé de parole" (in-fans), autrement dit cette manifestation du Père parmi nous sous les traits de l’Enfant Dieu?

Sans autre parole que la nôtre – qui n’est qu’un balbutiement vécu et terrien -  et n’atteint pas l’oreille du « pourvoir qui passe de l’oreille du premier à l’oreille du second. NEUTRE! DU BOIS MORT à la DERIVE!  Une fois cette passation de pouvoir exécutée devant témoins applaudissant, Rituel oblige! Le fonctionnement peut continuer garanti de l’inévitable « immunité de la fonction ».  Qui les protège du regard des « in-fans » le Dieu sans voix qui crie dans le désert ? Ceux qui ne peuvent pas mentir.

Banques, les actionnaires seront témoins de la 20866291.jpgcérémonie, attentifs  cependant, par expériences passées, à la surveillance critique de l’exécution d’un pouvoir nouvellement en place.

Si cela se passe dans l’économie,, les partis politiques veillent car le lancement des campagnes de fin 2011 veillent à la part du gâteau qui leur sera attribué pour leur travail.

Si c’est dans le domaine de la santé, et je l’ai vu.  les médecins, me semble-t-il sont marqués par le fait que leur pouvoir est un service à la vie, au soulagement des malades, des mourants. Et je crois et je sais que, dans le corps médical, la conscience du service n’est pas un pouvoir, c’est une vocation, une compassion.

Mais je sors d’une expérience ou une supérieure d’un simple « bureau de travail » au  service de tous les membres de cette région, surtout au service des plus proches d’elle : les plus vulnérables, les plus silencieuses, ou mêmes celles qui sont en recherche d’une voie prophétique dans un monde ou ne retentissent plus les appels à l’action ! A la conversion! Individuelle et collective. Ces efforts prophétiques qui pourraient contribuer à trouver un sens à  ce qui reste à sauver d’une espèce humaine en voie de disparition. Le pouvoir de la fonctionnaire  est son épine dorsale. Raide inflexible. Je peux donner d'autres exemples beaucoup plus humains!

E002248_LRG.gif La conclusion de ce qui s’est passé lors de cette traumatisante entrevue non organisée et non prévue, à l’écart et en présence d’un témoin officiel – sans possibilité d’un deuxième témoin, pourtant sollicité, la conclusion me fit l’impression de la pelle d’un nettoyeur de rue qui déverse dans une poubelle la poussière immonde de demi vérités gobées par autant de demi mensonges.

La question de Jésus, mon seul repère est, dans ce vécu : « Que ton OUI soit OUI et que ton NON soit NON » (Mt 5 :37)

Jésus : « Quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit votre esclave ».

Et je conclus avec Richard Foster: «. Le service nous exile d'une vie banale, ordinaire et insignifiante. "Dans le service, il y a aussi beaucoup de liberté. Le service nous permet de dire "non" aux jeux du monde, les jeux d'avancement et d'autorité. Il abolit notre besoin et notre désir d'avoir une hiérarchie" Vous soumettant les uns aux autres dans la crainte du Christ. Ephésians 5. Entre frères et sœurs.

Vraiment il nous faut prendre au sérieux et avec reconnaissance la présence de Jésus qui nous aide et nous console à notre époque des coups tordus.

(Corrections, à mon retour d'un peu de repos, j'ai relu ce billet. Je m'excuse des fautes impardonables d'orthographe que j'ai corrigées) Merci, Claire-Marie, ce dimanche 9 janvier 2011.

 

01:35 Publié dans Suisse | Tags : coups tordus | Lien permanent | Commentaires (14)

15/10/2010

LE TUNNEL DU GOTHARD

 

8991549-4c1b191789e0ab4da0e0283d2b0ddab4.jpg

 

Sainte Barbe et le tunnel du Saint-Gothard

Aujourd’hui, Fritz Leuenberger, notre conseiller fédéral socialiste a serré dans ses bras, Barbe, la sainte, et la protectrice des mineurs du monde entier.

 

Barbe fut ensuite déposée dans une niche auprès des images des huit mineurs morts, victimes d’accidents lors des travaux dans le tunnel. « Qu'Ils reposent dans la paix du non-espace-temps ».

 

Un mineur déclare : « En entrant dans le tunnel, chaque jour, Sainte Barbe était là, se réjouissant de notre fidélité au travail, et nous nous sentions en bonne compagnie. » Une belle confiance en une présence, c’est simple, c’est beau et vrai ! Qu’il n’y ait eu aucune timidité mal placée, aucun sourire ironique devant cette authentique religiosité populaire d’un peuple de travailleurs multinationaux est un signe des temps encourageant, un signe d’espérance, comme celui des mineurs de San José miraculés hier au Chili ! De beaux moments à vivre, à dire merci. Humblement, comme des enfants, des participants, pas comme des spectateurs. Nous sommes concernés.

 

Pas de hiérarchie dans cette foule au regard fixé comme un seul homme, droit devant, en avant, vers l’ouverture du nord au sud, de l’est à l’ouest. Pour faire quoi ? Pour se rencontrer, s’aider, construire des réseaux de relations pour notre temps, pour nos peuples. Tous et jusqu’au-delà des mers et des déserts.

 

Le message de Jésus qui m’amuse et m’inspire, c’est quand les apôtres lourdauds implorent le charpentier de Nazareth « d’augmenter leur foi. » Sans trop préciser la nature de leur besoin. Jésus prend ses amis comme ils sont, et dit:

« Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à cette montagne : « Déplace-toi d'ici à là », et elle se déplacera; rien ne vous sera impossible. » (Selon Matt 17 :20).

 

La « graine de moutarde » a aidé les Suisses que nous sommes, pas à transporter les montagnes mais à passer au travers cet obstacle, ce qui n’est déjà pas si mal ! En vue d’un Bien commun ! Ce qui est essentiel!

 

Saint Paul a peut-être aussi son mot à dire : « Je dis à chacun de vous de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun (Rom 12 :3).

 

Beau et bon de voir les mineurs, petites mains des travaux, bien présents, applaudis, remerciés de leur travail engagé, par Oggi, Leuenberger, par chacun de nous. Sans eux, pas de tunnel. Merci à chacun!

 

Je vous donne « Le chant à Sainte Barbe » dont vous trouvez le texte chanté à l’adresse : http://www.stebarbe.com/chant.htm


 

REFRAIN

Sainte-Barbe, ô douce patronne
Tu nous vois à tes pieds, implorant ton secours
Quand le rocher s'abat ou que la mine tonne
Veille, veille, sur nous toujours. (Bis)

Quand nous descendons à l'aurore
En toi nous mettons notre espoir
Et là, sous la voûte sonore
Combien n'ont pas revu le soir

Dans les entrailles de la terre
Quand il affronte le danger
A toi, dans son humble prière
Le mineur aime se confier

Quand nous menacent les orages
Que tout est noir à l'horizon
Ecarte de nous leurs ravages
Sainte-Barbe, nous t'implorons

Soldat du feu, risquant ta vie
Au service de ton prochain
Alors que gronde l'incendie
Sainte-Barbe, guide ta main

Dans les rudes travaux, nos pères
Aimaient jadis à t'invoquer
Comme eux, ouvriers des carrières
Nous accourons pour te prier

A l'entrée des tunnels tu veilles
Sur ceux qui creusent le terrain
Pour eux sauvegarde et surveille 
Tous ces ouvrages souterrains

 

21:34 Publié dans Suisse | Tags : barbe | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2010

A L'OMBRE DE LA MONTAGNE

 

A l’ombre de la montagne

476514948985.png

http://www.alombredelamontagne.ch/drupal/?q=node/57

Un film documentaire de deux réalisateurs allemands, Alexander Kleider et Daniela Michel avec Ashraf Cassiem et Mnecedisi Twalo, tous les deux actifs au Cap dans les campagnes menée contre les évictions - www.antieviction.org.za - est actuellement montré à Bâle, Genève, Berne et continue sa tournée : http://filmtour.blogsport.eu/2010/03/28/kult-kino-basel/

 

Ce film reflète « la dureté de la vie des pauvres du Cap et les efforts inhumains qu’ils doivent déployer pour survivre. Les structure d’inégalités mises en place par le système d’apartheid imprègne encore la société. (Nos journalistes l’auront certainement vu !)

Mais ce film montre aussi la résistance, la solidarité, l’humour et la fantaisie que déploient les gens. Ashraf et Mncedisi sont engagés sans compromis pour les droits humains personnes menacées. Ils subissent des arrestations et des violences corporelles. Par exemple, il faut dire clairement que la coupure de l’eau, représente la violation d’un droit fondamental et s’y opposer est totalement justifié. L’évaluation de Ashraf et de Mncedisi quant aux conséquences de la Coupe du Monde est claire : non seulement, les pauvres n’en profiteront pas, bien au contraire. Pendant les trois mois que l’accord avec la FIFA est en vigueur, 2000 personnes de rue perdent leur travail ;  70 d’entre eux ont reçu une licence. 800 familles du Cap ont dû quitter leurs demeures pour faire place au stade. Et pour le stade d’entraînement les habitants des environs ont été chassés au nom des « mesures d’embellissement du quartier » Le rôle de l’Anti Eviction Campaign (AEC) consiste à soutenir les personnes qui luttent contre leurs déplacements forcés. Ainsi l’AEC organise la résistance, négocie avec les autorités et mobilise l’opinion publique. Elle organise des tournois de football des pauvres avec des équipes des townships. Avec des organisations partenaires d’autres provinces, l’AEC veut également rendre attentif aux conditions des pauvres, par des actions communes pendant la Coupe du Monde.

Barbara Müller, la coordinatrice de la KEESA, Campagne pour l’annulation des dettes et les réparations en Afrique australe (c/o FEPA, case postale 195, 4005 Bâle) - www.apartheid-reparations.ch -

maintient le contact avec l’AEC et sert de porte-parole pour ses revendications.

 

Rien ne peut mieux démontrer aussi clairement le « Unfinished business of apartheid » – et aussi la nécessité de demander des comptes aux profiteurs de l’apartheid en Suisse. Vous trouvez des informations sur l’Anti Eviction Campaign sous : www.antieviction.org.za

Vous trouvez aussi deux articles parus dans « La Liberté » 1.4.10 et « Le Courrier » 4.3.10, qui semblent pertinents parmi le flots d’informations véhiculées actuellement.

(retransmis avec reconnaissance par Claire-Marie)

 

21:54 Publié dans Suisse | Tags : coupe de foot | Lien permanent | Commentaires (0)

28/02/2010

TRANSFIGURATION

 

 

Méditation dominicale

 

 

4196390052_73b060a6d5.jpg

 

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

 

La transfiguration et le Mont Tabor

 

Ce matin, au petit déjeuner conventuel, je mentionne l'évangile du jour « la Transfiguration » lu dans les églises catholiques aujourd'hui, et ma consœur, ayant fait un pèlerinage en Terre sainte, me dit avec un rire en sol majeur: « Quand nous sommes arrivés au Tabor, il y avait un énorme orage! »

Voilà qui change la donne selon la saison, et la météo!

Il faisait probablement beau et chaud quand Jésus est allé faire une promenade là-haut sur la montagne pour y faire sa prière du matin avec Jean, Jacques et Pierre. Jésus s'est plongé dans la méditation alors que filtraient les premiers rayons de soleil entre les branches d'arbres. Quelle était son expérience du moment? Il communait avec son Abba, et le nôtre.

Quelle était la nôtre quand nous méditions sous un sapin, au bord de l'eau? Pour moi, j'ai fait, au bord d'un ruisseau, l'expérience du hors espace-temps: la présence du Créateur dans la nature, la tendresse d'Abba. L'herbe tendre et printanière, le chant de l'eau entre les cailloux mêlé à celui des oiseaux dans les roseaux, et la paix. C'est tout. Je ne somnolais pas. Dieu était simplement présent. Et je suis revenu à la maison, le visage souriant, le coeur en fête, le pas confiant.

C'est plutôt rare des expériences de bonheur parfait, mais elle restent en nous dans les moments les plus douloureux de notre vie!

Et Jésus? Il aimait prier dans la nature, au bord d'un lac, au désert. Il y était bien plus à l'aise que dans les synagogues! Bien qu'il s'y rendit comme le faisaient ses compatriotes et il en aura souffert, il se fera même expulser car il avait le don de lier les Écritures à l'actualité, ce qui était un grand danger pour les autorités.

Ce jour-là, au Tabor, ses trois amis masculins somnolent alors que Jésus prie. Ils sont vite épuisés ces chers hommes, mais voilà que le soleil levant les réveille et ils regardent leur maître et serviteur tout rayonnant. Sont-il unis à ce que vit Jésus? Sont-ils spectateurs? Font-ils l'expérience de la présence du Créateur? Comment savoir!

Mais ils voient Moïse et Élie en discussion avec Jésus. Quel sujet de conversation? Pas un mot. Et, sur le chemin du retour, Jésus leur dit de se taire sur ce qu'il ont vu dans ce lever de soleil. Et de redescendre sur terre pour travailler à la construction de la famille humaine!

Jean, d'ailleurs le seul des quatre évangélistes ayant été au Tabor ce matin-là n'en dira pas un mot dans son évangile alors que c'est Mathieu, Luc et Marc, qui n'étaient pas là, mais  qui rapportent ce qu'on leur a dit.

Ce n'est pas que je n'aime pas ce témoignage que j'en parle en méditant, mais c'est malheureux de voir des Édifices religieux construits là où étaient la nature, le refuge de Jésus pour sa prière! Au Tabor.

Et c'est à une femme, la Samaritaine que Jésus dira qu'adorer Dieu consiste simplement à être avec LUI en « esprit et en Vérité … ni à Jérusalem ni sur une montagne ». Pourquoi! « Parce que l'adoration est spirituelle et non cérémonielle, elle est universelle et non locale, elle est réelle et non formelle, elle est filiale et non légale. » http://topchretien.jesus.net/topmessages/view/158/jean-chapitre.html

D'ailleurs « Katutura » signifie « nous n'avons pas ici bas de cité, ni de temple ni d'église qui durent » selon l'expérience des migrants sur terre dont nous sommes.

images.jpg(L'image est du blog de oemery.blog.tdg.ch/media/02/02/160578892.jpg avec toute ma gratitude)

 

15:33 Publié dans Suisse | Tags : évangile | Lien permanent | Commentaires (1)

27/01/2010

DAVOS 2010

 

 

Davos:

images.jpg« Un fait divers » selon Europe 1 du 26 janvier

« Le chef de la police du canton helvétique des Grisons, responsable de la sécurité au Forum économique mondial de Davos, a été retrouvé mort mardi dans son hôtel de Davos et il semble s'agir d'un suicide, selon un communiqué de la police. Markus Reinhardt dirigeait la police cantonale depuis 1984. » Un mort, un fait divers!

 

Mais tout est sécurisé et on espère que tous les acteurs du Forum de Davos rentreront chez eux sain et sauf. Sauf un, le plus important : celui chargé du système de sécurité qui disparaît la veille à Davos même !

 

Les médias l’annonce, on sent l’embarras à la radio, à la télévision, les journaux reprennent pour la plupart le communiqué de ATS. Selon Europe 1, c’est un « fait divers ». Un « quick read » est publié par la BBC DAVOS NEWS.

Mais aujourd’hui, à peine un chuchotement au sujet de cette tragédie.

Et pourtant c’est un mort. Une famille, des amis, des connaissances le pleurent sans doute.

Peut qu’au discours d’ouverture du Forum, les autorités ont dit une prière : « Que Markus Reinhardt repose en paix ! » Peut-être qu’avant la prise de parole de la présidente du gouvernement suisse et du président du gouvernement

images.jpg
français, ont-ils conjointement proposé une minute de silence pour cet homme et une parole de condoléances à sa famille. Je ne sais pas. Les médias n’en ont pas parlé ! Peut-être que cela ne se fait pas, ce n’était pas prévu. Ce qui est prévu est « Business as usual !»

 

 

23:30 Publié dans Suisse | Tags : mort | Lien permanent | Commentaires (5)

10/09/2009

TEMPS PRESENT

 

Méditation

Méditer hors de la réalité peut être une évasion de cette réalité, méditer peut aussi être un moment privilégié; notre état d'âme, comme on dit, s'abandonne au bien-aimé sans rien dire, conscients que nous sommes UN avec Lui. Un repos. Cependant être UN avec Lui est aussi être UN avec toutes les créatures et avec l'Univers. Mais on repart, fortifié apaisé, déterminé, sachant que notre raison d'être sur terre est d'aider Dieu dans son travail de bâtisseur, de son « royaume » inachevée, de sa famille comme Jésus l'a annoncé. Et la réflexion, doit alors surgir de notre multiple réalité.

 


chomage.jpg

 

Réflexion

 

La réalité de celles et de ceux qui souffrent de la crise, ici, chez nous; de nos malades, handicapés, déprimés; des ouvriers qui ont perdu ou perdent leur emploi, des mendiants qui nous gênent devant la chapelle de Notre Dame de Compassion. La souffrance prend des formes et des « contenus » nouveaux avec la mondialisation, elle se mondialise si bien que nos médias TV la banalise dans des flash éclairs! Mais elle se traîne partout et nous n'y échappons pas. Nous pouvons « vivre avec » et y trouver un sens dans l'intemporalité et l'espérance toujours présente.

Ce jeudi soir, l'excellente émission de la TSR 1 « Temps Présent » (http://www.tsr.ch ) a montré les chômeurs pris dans les rouages de l'Assurance chômage! Et on se sent rougir de honte en touchant du doigt la déshumanisation systématique des surplus people, gens de trop! Pourquoi? Pas tellement à cause de l'organisation « Assurance Chômage » mais à cause de la manière dont les chômeurs sont traités, manipulés, conditionnés par des fonctionnaires de la dite Assurance, eux-mêmes conditionnés à faire ce que le système attend d'eux sous peine de renvoi! Je n'ai pas entendu une seule fois les mots de solidarité, de lutte, de partage, de compassion, d'espérance. Mais l'émission a très bien fait ressortir les conséquences humaines de la machine.

Ancrés dans cette réalité multiple nous pourrions prier le Notre Père comme suit: « Notre Père qui êtes aux Cieux, donnez-nous aujourd'hui notre travail quotidien pour gagner, à la sueur de notre front, notre pain quotidien. Un pain quotidien, pas du tout accumulé dans une banque à pain! Un pain partagé.

Le message de Jésus? C'est le pain partagé afin que l'être qui naît ne naisse pas pour mourir de faim. Un pain partagé: c'est le message que Jésus a désiré donner concrètement au dernier partage de pain avant son arrestation au jardin des oliviers. Un repas où il a dit, le cœur brisé - car il pouvait prévoir la fragilité de celles et ceux qui essaieraient de le suivre - « Faites ceci, partagez ce travail et ce pain en pensant que la Vie en dépend! « Je suis la Vie, la Vérité, le Chemin » (Jean 14:1-6). La Vie est une valeur impérative. « Choisis la vie... » (Deut. 30:15-20). Ce dernier repas de Jésus avec ses amis était comme un envoi, après sa mort, à choisir la Vie. Quel rapport entre les « Messes » dites quotidiennement, la réalité de ce premier repas partagé, et la réalité des chômeurs qui prient pour un travail quotidien?  Pour un pain partagé? Le Pain de Vie?

 

 

22:07 Publié dans Suisse | Tags : chômage | Lien permanent | Commentaires (3)