02/01/2014

Vingt ans de lutte zapatiste

 1126_166164733560727_1807116918_n.jpgHier soir, la BBC a fait une courte émission à la « Newshour » et cela m’a fait penser à la lutte des Zapatistes au Mexique. Mon amie (dont je tairai le nom) et son groupe de solidarité, visite, encourage et soutient ce peuple courageux et intrépide qui, depuis 20 ans, veut se défaire de ses chaînes et retrouver sa dignité humaine.

Will Grant de la BBC, ... fait remarquer un trou laissé par un boulet au deuxième étage du Palais municipal de la cité San Cristonal de Las Casas, au sud du Mexique, le 31 décembre 1994. Le EZLN alias les Zapatistes ont voulu contrôler une partie du Chiapas. La réplique militaire fut immédiate et « la Loi et l’Ordre » furent rétablis par le truchement d’une négociation malaisée de la part de l’Eglise Catholique. (ainsi Will Grant).

 Les 6 demandes du mouvement zapatiste :

 La terre, une maison, la nourriture, la santé, l’éducation et le travail

marcos.jpg " selon El Tiempo, le journal de l’époque publié sous la direction de  Concepcion Villafuerte et de son mari. Concepcion affirme qu’aujourd’hui aucune des demandes n’a été accordée.  

 « Tous les Mexicains, surtout les plus pauvres, - et pas les Indiens seulement, dit encore Concepcion Villafuerte , attendent encore la justice, la liberté et la démocratie. »

 Mais les Zapatistes ont institué leurs municipalités autonomes et indépendantes des autorités locales sur des terres arrachées en 1990 à des grands propriétaires terriens.

Will Grant obtient la permission de se rendre à la municipalité zapatiste, Oventic, non loin de San Cristobal. Les habitants se méfient des étrangers. Filmer est interdit. Interviews quasi impossibles.  La collectivité est forcée de se protégée par le silence.

Mais il a vu la nouvelle école les murs décorés de graffiti à l’image de Che Guevara et du sous-commandant Marcos.

 clinica.jpgDes modestes cliniques et quelques vieilles ambulances ont été récupérées pour les urgences.

Des rôles de leadership et égaux avec les hommes sont assumés par les femmes ; les hommes travaillent  à la production de café, du maïs, du chilis, de haricots.  Ces produits sont pour les besoins de la population mais le surplus est vendu au Marché.

Les Zapatistes ne demandent pas l’aide du gouvernement et, généralement, celui-ci ne s’occupe pas d’eux.

coutumes d'Acteal.jpg

Will Grant et son équipe se rendent un peu plus à l’intérieur du territoire Chiapas. A Acteal, les habitants  sont groupés en un groupe indigène « Los Abejas » ayant leurs propres lois et droits.

L’autonomie a eu un coût : un passé douloureux, des personnes, femmes et enfants massacrés par l’invasion de paramilitaires !

Will Grant rencontre Elias Gomez dont 7 membres de sa famille furent tués. Elias accepte de parler  et il montre l’endroit des massacres que les habitants honorent par un mémorial érigé de leurs mains.

« Les Zapatistes demandent simplement un peu de justice et la justice n’existe pas au Mexique. Le gouvernement est sourd et ne veut ni entendre ni écouter. » (selon Gomez)

Aujourd'hui, l'Institutional Revolutionary Party (PRI) est davantage conscient des enjeux sociaux, selon le maire de San Cristobal, Francisco Martinez, qui fait remarquer les efforts de l’Etat envers les communautés indigènes. Et c’est bon signe.

Et Will Grant : « … nul ne peut contester - malgré la dureté de la révolution durant ces 20 dernières années – qu’une amélioration irréversible des relations entre les autorités (mexicaines) et les populations indigènes du Chiapas, est en route… »

Le signe est clair à l’entrée de Oventic : « Vous vous trouvez en territoire Zapatista en rebellion : ici les gens gouverne et le gouvernement doit obéir. »

La BBC et Will Grant mis à part en les remerciant du reportage, (et m'excusant de ma pauvre traduction) j’ai pensé que c’était une manière utile et pleine d’espérance que de publier cet aspect de gens qui vivent une autonomie durement conquise au début de l'année 2014 !

Les petites communautés de base éviteront la catastrophe planétaire. Le Chiapas est un exemple.

Visitons les « produits zapatistes »

Et voyons ce qui se passe au « Fil des Monde ».

Finalement, pour soulager Alain Berset de tous nos soucis de santé et de caisses maladie, disons lui, si nous osons, comme le font les Zapatistes :

« La Santé aux mains du peuple »

21:02 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2013

MOI et LES AUTRES

 

banniere3.gif

Qui a inventé les frontières, les bornes, les barrières, les clôtures, les propriétés privées et tout ce qui confine les hommes, les forçant à s’auto-centrer,  à enfler un EGO trop grand pour les limites géographiques et humaines ? Dans l’intérêt de qui, cette invention funeste ? Et quelle en sont les conséquences ?

 Est-ce que l’être humain est par nature égoïste, alors « qu’il n’est pas bon que l’homme soir seul » (Gn 1 :18). Que l’origine de l’homme soit biblique ou simplement le mystère d’un big Bang, il n’en reste pas moins que l’homme, seul,  meurt.  Il ne peut s’aimer lui-même à moins qu’il ne se reflète dans l’autre. N’est-ce pas comme un signe de la Trinité ?

 L’être humain est communautaire, pour s’épanouir d’abord et puis, pour survivre. Il le fut dès l’origine. Le stigma égotiste, narcissique est cependant présent, c’est la faille dans la nature comme dit Laurent, la faille au fond du cœur. Dès l’origine :  l’EGO élimine ce qui n’est pas SON EGO. Exclusif.

 L’EGO (non pas l’être) individuel est devenu communautaire, muré dans son identité raciale, ethnique, linguistique, nationale, impériale, religieuse… puis territoriale, monétaire…  et c’est ainsi que l’EGO construit ses murs, ses barrières. L’EGO devient Mammon à la fois maître et esclave.

 Mammon communautaire, ses armées, ses banques. Cynique ou pas : c’est mortel et nous le savons, mais l’EGO semble avoir sa propre impulsion enracinée dans cette faille première qu’on peut nommer péché originel, mais que même le baptême semble impuissant à bannir, tant l’EGO est devenu système centripète. Malheureuses les particules qui ne s’échappent à temps entraînant ce qui reste à sauver de notre genre humain.

 L’Ego, c’est aussi moi, et toi, et notre Ego peut nous rendre hypocrites. C’est comme une poutre dans mon œil. Il est urgent de s’en défaire lorsqu’on prend conscience qu’on fait fausse route ! Mais une communauté de petites particules ouvertes aux autres, formera un réseau, une force qui ne connaîtra plus la peur, donc « les frontières, les bornes, les barrières, les clôtures, les propriétés privées et tout ce qui confine les hommes, les forçant à s’auto-centrer » passeront à l’arrière-plan… puis à longueur de vies, s’évanouiront pour s’ouvrir à la famille de Dieu.

 Le chemin est long et les pierres d’achoppement nombreuses : c’est comme une course de haie chaque 100 mètres (hurdle) et le Referendum sur Modification de la Loi sur l'asile (LAsi) sera le 9 juin 2013 en est un cas de figure.

 Si nous ne franchissons pas la haie, en votant un NON sonore et bien articulé nous continuerons l’angoissant « glissement vers le rejet des autres. » Accepterions-nous d’avance de perdre ? N’est-ce pas l’EGO aveugle et sourd qui souffle cela ? Est-ce vraiment une «hystérie permanente» contre l’asile qui nous mine ? Je ne le crois pas, nous avons gardé assez d’humanité pour ne pas le croire tout en admettant les casse-têtes et les nœuds internationaux découlant de la migration mondiale irréversible et qui va – Dieu sait quand – faire émerger une nouvelle configuration des humains sur notre petite terre.

22:05 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1)

06/07/2012

Paradis ou enfer

 

67414.jpg

http://renevincentviry.livegalerie.com

Pour dimanche, j’ai l’intention de partager une réflexion sur l’insolence ou l’impertinence ou l’audace si préférez.

Pour l'instant : plongée ce soir dans ce que vivent nos frères et sœurs humains, je me demande quelle prière a un sens ? Car sûrement, ce ne peut être un vent léger, éphémère alors que des uns se vautrent dans l’argent facilement gagner et que d’autres « crèvent de faim et de soif » et, qu’entre les deux il y a une causalité. Quand les armes et munitions écrasent les uns, et que les autres sautent dans un airbus pour passer le weekend à la plage et qu’entre les deux il y a une causalité !

Prier ? Supplier pour avoir un peu de pain pour les malheureux ? Remercier pour les chanceux ?

 

Je me souviens avoir lu  « Les portes de l'enfer et du paradis. » Lisons :

Un samouraï se présenta devant le maître Zen Hakuin et lui demanda :
- " Y a t-il réellement un paradis et un enfer ."
- " Qui es tu ?" demanda le maître
- "Je suis le samouraï …"
- "Toi, un guerrier ! s'exclama Hakuin. Mais regarde-toi. Quel seigneur voudrait t'avoir à son service ? Tu as l'air d'un mendiant."
La colère s'empara du samouraï. Il saisit son sabre et le dégaina. Hakuin poursuivit :
- " Ah bon, tu as même un sabre !? Mais tu es sûrement trop maladroit pour me couper la tête."
Hors de lui, le samouraï leva son sabre, prêt à frapper le maître. A ce moment celui-ci dit :
- " Ici s'ouvrent les portes de l'enfer."
Surpris par la tranquille assurance du moine, le samouraï rengaina et s'inclina.
- " Ici s'ouvrent les portes du paradis. ", lui dit alors le maître.

Je remercie de tout cœur Le Jardin du conteur

 

22:04 Publié dans Monde | Tags : paradis | Lien permanent | Commentaires (3)

11/09/2011

La guerre ne fait pas la paix

 

 

webbanner_785x120pixels_manifpaixparis11septembre_reopen911_v2_rvb.jpg

http://sos-crise.over-blog.com/article-manifestation-a-pa...

La guerre ne fait pas la paix,

les nations s'arment, les fabricants d'armes s'enrichissent

le foisonnement d'armes pollue insidieusement notre terre et l'a menace d'extinction, elle et ses habitants! Il dépend de nous que ça cesse! Comment? Nous avons droit à la vérité.

 

Le 11 septembre 2001.

Le National Catholic Reporter:

Depuis avril 2002, un mouvement constitué des familles endeuillées le 11 septembre 2001, ne cessent d'œuvrer pour la paix, ceci à l'encontre des autorités!

 

Cela doit devenir un mouvement mondial. Comment? Les médias sont-ils assez honnêtes et indépendants pour s'engager pour la Paix? Et d'entreprendre une recherche des causes fondamentales de 11 sept. 2011 et des séquelles?

Aujourd'hui, à Paris: nous pouvons, dans la prière nous joindre à la manifestation qui demande une enquête indépendante sur les causes de la tragédie du 9/11. Ce sera la meilleure manière d'honorer la mémoire des victimes et de leurs familles.

 

« La tragédie du 11 septembre 2001 est encore très présente dans notre imaginaire façonné par des images-choc surmédiatisées qui ont fait l’objet de bien peu d’analyses objectives ou de contre enquêtes sérieuses et indépendantes. L’énorme émotion suscitée par cette catastrophe a été canalisée pour appuyer, depuis 9 ans déjà, la manichéenne rhétorique de la « guerre contre le terrorisme », sur fond de " choc des civilisations".

http://www.reopen911.info/11-septembre/grande-manifestati...

Ainsi, Conduis-nous

324105027_small.jpgdouce lumière

dans les ténèbres qui nous entourent...

H. Newman

 

13:37 Publié dans Monde | Tags : twin towers | Lien permanent | Commentaires (4)

11/03/2011

DE TOUTE URGENCE!

 

Solidarité avec l’Afrique du nord au lieu de souci électoraliste !

Le 16 mars, le Conseil national va discuter de la « crise » de l’Afrique du nord et de ses répercussions sur la Suisse dans le cadre d’un débat urgent. Bien des parlementaires ne semblent manifestement pas tant préoccupés par le bain de sang engendré par la guerre civile en marche en Libye et par les régimes despotiques et kleptocrates encore en place dans bien des pays arabes du Maroc en Arabie Saoudite que par le risque d’un afflux de réfugiés nord-africains en Suisse. La campagne électorale a commencé. Appartenant aussi bien à l’UDC et aux partis du centre bourgeois, des hommes et femmes politiques des partis établis ont déjà affirmé que les migrants d’origine des pays en crise qui viendront seront des « réfugiés économiques » qui n’ont rien à chercher en Europe ni, bien entendu, en Suisse. Voici quelques échantillons:

Madame Karin Keller Sutter, conseillère d’Etat et directrice de la police, PLR : « Les migrants sont des réfugiés économiques qui doivent être renvoyés immédiatement » ; 20min Online, 15.02.2011

Union démocratique du centre, UDC : « les autres partis veulent des frontières ouvertes. Nous voulons des frontières sûres » ; annonce dans la NZZ, 04.03.2011

Monsieur Ruedi Lustenberger, conseiller national PDC : « Les Tunisiens qui demandent l’asile en Suisse ne doivent désormais disposer que de moyens de droit limités. […] Le mieux serait de ne pas les laisser entrer du tout en Suisse », Zentralschweiz am Sonntag, 20.02.2011


Nous invitons donc toutes les personnes qui partagent notre opinion à refuser ce cynisme électoraliste et à signer notre appel public !

Sign the Petition

Fullname: *

E-mail: * (not displayed publicly)

Country:

Sign Petition

* required fields



Signatures

Collected so far:
986 signatures

 

http://www.solidaritaets-petition.ch

De tout coeur, je transmets ce que je viens de recevoir de Solidarités sans frontière! C'est Urgent!

 

Appel public concernant le débat parlementaire urgent du 16 mars sur la situation dans l'Afrique du Nord

 

 

L’Afrique du Nord lutte pour la démocratie – La Suisse doit se montrer solidaire!

Appel public concernant le débat parlementaire urgent du 16 mars sur la situation dans l'Afrique du Nord

Mesdames et Messieurs les Députées et Députés au Parlement
Mesdames les Conseillères fédérales,
Messieurs les Conseillers fédéraux

Les fractions ont décidé de mener un débat urgent le 16 mars sur la crise en Afrique du Nord. Les personnes et organisations signataires de cette lettre souhaitent vous rappeler certains points:

Ces dernières semaines, des milliers de réfugiés ont fui la Libye vers la Tunisie et l’Égypte, et les populations locales les ont accueillis. Bien que ces populations soient elles-mêmes en proie à des troubles politiques et démunies, elles ont fait ce qu’elles ont pu pour venir en aide aux arrivants. Pendant ce temps, en Europe et en Suisse, on élabore des scénarios catastrophes parce que quelques Tunisiens ont traversé la Méditerranée. Des millions de francs doivent être débloqués, les gardes-frontières et même l’armée doivent être mobilisés pour empêcher les intrus d’entrer et pour les refouler.

> Ce comportement est honteux. L’Europe et la Suisse font preuve d’arrogance et d’égoïsme et d’une absence complète de solidarité vis-à-vis des gens qui se battent, au péril de leur vie pour la liberté, l’égalité, la démocratie. «Le Maghreb brûle», et il est de notre devoir le plus simple et évident de contribuer à éteindre le feu. C’est d’autant plus clair que nous avons nous-mêmes attisé le feu en soutenant pendant des années les dictatures de l’Afrique du Nord, comme l’affirme notamment une lettre de lectrice dans le Tagesanzeiger du 4.3.2011 qui dit: «Actuellement, ces gens sont menacés, ils ne sont pas menaçants» (Tages-Anzeiger, 4.3.2011).

On traite ces gens de «réfugiés économiques». On oublie d’ajouter que notre politique économique – qui veut des matières premières bon marché, des ventes record de biens de production et des vacances exotiques et pas chères – a beaucoup contribué à créer le chômage et la pauvreté dans ces pays. On oublie notre participation à l’absence de liberté politique et aux violations des droits de l’homme en exportant pendant des années nos armes vers les pays arabes.

> Les gens qui émigrent pour pouvoir survivre et assurer la survie de leurs familles ne sont pas des «réfugiés économiques», mais des réfugiés de la pauvreté. On leur refuse des droits fondamentaux et des droits de l’homme, en matière sociale, culturelle et économique. Le droit de mouvement est également un droit de l’homme et nous en usons sans même y penser.

On parle de droit à la révolution en évoquant les bouleversements des pays de l’Afrique du Nord. Il faut du temps pour intégrer des changements des relations politiques, économiques et civiles de cette ampleur.

> La Suisse ne peut se contenter d’affirmer solennellement son soutien aux forces démocratiques en Afrique du Nord. Elle doit, en même temps, commencer à recréer de nouvelles relations politiques et économiques avec ces pays. Il faut une politique économique permettant aux pays de l’Afrique du Nord de se développer en toute autonomie au lieu d’être encore et toujours subordonnée aux intérêts de la Suisse.

Nous, les personnes et organisations signataires, nous sommes indignés de la manière dont les politiciennes et politiciens, les membres des gouvernements et des partis se sont exprimés dans les médias sur les migrants du Maghreb.
Nous rejetons catégoriquement leurs appels à la répression. Enfin, nous refusons que ce problème brûlant soit instrumentalisé à des fins électorales.

«Des frontières sûres», cela n’existe pas.
Ce qui existe en revanche, c’est une manière sûre et solidaire de vivre ensemble! Pour ces raisons, nous exigeons des parlementaires cantonaux et fédéraux, du Conseil fédéral et des gouvernements cantonaux qu’ils:

- s’engagent pour une politique d’asile et de réfugiés ouverte et solidaire s’appuyant sur le respect des droits de l’homme au plan politique, social, économique et culturel;
- s’engagent en faveur d’une autre politique économique permettant une évolution vers l’indépendance des pays d’Afrique du Nord et la création de places de travail, et non pas favorisant d’abord les intérêts du libre-échange et de l’économie de l’occident;
- s’engagent à rembourser aux pays lésés les millions de francs détournés par les dictateurs et en confier l’usage à des institutions démocratiques élues;
- soutenir fermement ceux qui s’engagent pour la démocratie dans le sens que toutes et tous puissent contribuer à la vie politique, économique et civile.


 

09:14 Publié dans Monde | Tags : afrique nord | Lien permanent | Commentaires (0)

23/02/2011

LIBYE/SOLIDARITE

 

Solidarité avec le Peuple de Libye

Ce soir à 18 heures Place Waisenhaus, Berne


QUI

Amnesty et Solidarité Sans Frontières


QUOI

appellent à une Manifestation de solidarité avec la

Libye

 

QUAND

aujourd’hui à 18 heures

à Waisenhaus platz, Berne, s’il vous plaît,

Merci


Amnesty und

Solidarität mit den nordafrikanischen Menschen!  Libye!

data=LtgX-e3f8ctI3U5dJtbt7EJ1ZfRneYme,GHS3yNAkSLTXMm8RbOAJ7HJNPZv2BG0gUQbn-xLUyeafGg5g1Df2KD3Fwq85FgqFARXWd9-3Kp-CVP0GIas6pfg4VwRd0Rw0MddU3ZI1.gifSolidarité sans frontières ruft deshalb auf zur

Solidaritäts-Kundgebung in Bern

Wann: Mittwoch, 23. Februar 2011 | 18.00 Uhr

Wo: Waisenhausplatz in Bern. VIELEN DANK!

 


Solidarité avec les manifestant·e·s pacifiques dans le monde arabe

  • Soutien aux demandes en faveur de la démocratie et  des droits humains

  • Pas de violence contre les manifestations pacifiques

  • La Suisse officielle doit soutenir activement les mouvements en faveur de la démocratie

Les diplomates libyens en Suisse doivent se désolidariser de la violence étatique

09:49 Publié dans Monde | Tags : libye | Lien permanent | Commentaires (4)

10/08/2010

Mon Dieu QU'AVONS-NOUS FAIT?

 

Le Japon : Hiroshima, la bombe, la renaissance.

japon-103.jpg

Hiroshima et Nagasaki

Mon Dieu, qu'avons-nous fait ?

Comment en est-on arrivé à faucher, l’espace d’un flash,  des centaines de milliers de  personnes à Hiroshima et Nagazaki ? En connaissance de causes ! Vraiment ?

Qui allait gagner cette guerre mondiale ? En l’absence de dialogue, c’est la force brute.

Imaginer un moyen : anéantir l’ennemi d’un seul coup au moyen d’une bombe. Einstein découvre l’incroyable équation entre matière et énergie : E = mc2. Une chance « pour un monde meilleur ». Selon son emploi lorsque « la solution finale est plus facile que le dialogue ! »

En fait, il s’agissait de l’Allemagne,  des USA et des autres. Les Japonais seront sacrifiés pour en finir. Si je ne détruis pas l’ennemi, je serai détruit par lui.

Il fallait devancer les Allemands et mettre au point l'arme nucléaire avant ceux-ci. En 1939, des scientifiques allemands réfugiés aux États-Unis, font pression sur Albert Einstein pour de signer une lettre à Franklin Roosevelt, président des États-Unis, visant à  le prévenir  des dangers de l'énergie nucléaire. http://mendeleiev.cyberscol.qc.ca/carrefour/rescol99/bombe-3.html

Face au danger potentiel d'une arme nucléaire allemande le président américain donna son accord. Le 16 décembre 1941, le "Projet Manhattan" fut lancé.  (Voir La petite histoire du projet Manhattan http://www.astrosurf.com/luxorion/histoire-manhattan-proj...)

Einstein prit la responsabilité totale des conséquences  possibles de « la plus grande erreur de sa vie ». Il ne participera pas au projet Manhattan et écrira une deuxième lettre à Roosevelt début 1945 pour le supplier de ne pas utiliser l'arme nucléaire. En vain !

Après la guerre et le carnage Einstein militera pour un désarmement atomique mondial, jusqu’à sa mort en 1955. Il confiera à Linus Pauling : « j’ai fait une grande erreur dans ma vie, quand j’ai signé cette lettre [de 1939] ».

«Le 30 juillet, la décision définitive est prise. "Nous n'avons plus le choix", reconnaît Truman. (Successeur de Roosevelt).

Il envoie ce mémo à Stimson : "Suggestions approuvées. Lâchez la bombe dès que vous serez prêts… » Le 6 août, à 8 h 15 minutes et 17 secondes : "Little Boy" est lâché sur Hiroshima par le B-29 "Enola Gay" du colonel Paul Tibbets (509ème escadrille de bombardiers). La ville est rayée de la carte, il y a 70 000 morts. Deux autres B-29 l'escortent, emportant les instruments scientifiques destinés à l'analyse de  l’explosion.

Le commandant de bord Paul Tibbets décida de baptiser le B-29 avec un nom unique, celui de sa mère (Enola Gay), pour placer l'avion et son équipage « sous une bonne étoile !!!» comme il le dira lors d'une interview.

Trois jours après, Bockscar, un autre B-29 piloté par le major Charles Sweeney, largua une bombe A au plutonium surnommée Fat Man sur Nagasaki.

Le Japon doit se résoudre à "accepter l'inacceptable". Les Américains ont accepté de laisser l'Empereur en place. Le 15 août, le Japon annonce officiellement qu'il capitule sans condition.

L'opinion publique américaine n'en a pas voulu à Harry Truman d'avoir ordonné la destruction atomique des villes japonaises. Bien au contraire. Les équipages des B-29 ont été traités en héros. De son vivant, Truman a été plus critiqué pour son programme social et ses projets de loi en faveur des noirs que pour l'utilisation de la bombe.

(En fait les USA voulaient aussi impressionner la Russie et quiconque deviendrait une menace !)

La moralité, en temps de guerre, c'est une question de statistiques.

En 1995, dans ses mémoires, l'amiral Leahy, chef d'état-major particulier des présidents Roosevelt puis Truman, expliquait :

"Les Japonais étaient déjà vaincus et prêts à se rendre. (...) L'utilisation à Hiroshima et à Nagasaki de cette arme barbare ne nous a pas aidés à remporter la guerre. (...) En étant le premier pays à utiliser la bombe atomique, nous avons adopté (...) la règle éthique des barbares."

Quant au général Eisenhower, il écrivait lui aussi dans ses Mémoires : "À ce moment précis [août 1945], le Japon cherchait le moyen de capituler en sauvant un peu la face. (...) Il n'était pas nécessaire de frapper avec cette chose horrible."

Comme quoi l'interprétation du passé a toujours constitué un champs de bataille idéologique.

Quant au général Eisenhower, devenu président des États-Unis de 1953 à 1961, il écrivait lui aussi dans ses Mémoires : "À ce moment précis [août 1945], le Japon cherchait le moyen de capituler en sauvant un peu la face. (...) Il n’était pas nécessaire de frapper avec cette chose horrible".

Nous nous résumerons en une phrase: la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. A. Camus

La souffrances des survivants:

·         L'envoyé spécial de notre RSR et TVS, notre journaliste Georges Baumgartner rencontre en 1995 Keiko Ogura, une survivante à l'explosion de la bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945. Ces rescapés sont appelés en japonais Hibakusha, soit littéralement «victimes de la bombe». Elle témoigne afin de transmettre le souvenir de cette expérience horrifiante.

En effet, des milliers de Japonais sont irradiés par les 2 bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki en août 1945. En plus des souffrances physiques, ils sont aussi rejetés par leurs concitoyens par peur d'une contagion.

 « Les États-Unis n'ont jamais accepté de présenter des excuses pour les quelque 210'000 morts, pour la plupart des civils innocents. »

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_atomiques_de_Hiroshima_et_Nagasaki

http://aerostories.free.fr/hiroshima/page9.html

http://webduweb.free.fr/complot.htm

1028096741.jpg

Le Peace Memorial Park, le Musée de la Bombe, l'Hypocentre et le Memorial Hall.

(Ce billet est motivé par le désir de savoir un peu mieux ce que nous avons célébré le 6 et le 9 août 2010, claire-marie)

16:16 Publié dans Monde | Tags : bombe aromique | Lien permanent | Commentaires (2)

26/11/2009

HARD TALK Han DongFang

Ce vedredi 27, voici le texte modifié mais en Français!

 

Entretien entre Steven Sackur, journaliste à la BBC et DangFang :

http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/hardtalk/8376923.stm

L’émission “Hard Talk” BBC est particulièrement intéressante parce que la personnalité interviewée ne peut en fin de compte que dire la vérité telle qu’il l’a vécue ou telle qu’il la vit ! Du lundi au jeudi, chaque semaine à 15h30, j’écoute ce « parler franc ». Steven explore les méandres de la vie de son invité(e) avec respect, mais sans concession. Pas de langue de bois possible, pas d’évasion. On découvre une personne humaine (qui se laisse analyser) dans ce qu’elle a de faible, de fort, dans son engagement politique, sociale, culturel. On défait des nœuds de contradictions, d’ambiguïtés, de succès, de courage et les fils ainsi dégagés montrent la complexité de l’action…en plus de la conviction que l’engagement pour la justice des uns et des autres est le SENS profond d’une vie.

Les 25 minutes de « HARD TALK » écoulées on aimerait que ça continue et on veut en savoir plus au sujet par exemple de Han DongFang, présenté au public le 25 novembre de cette semaine. Je découvre un homme avec une mission, un message d’engagement désintéressé avec la « classe ouvrière » chinoise, mais chez nous aussi.

Il est un leader du mouvement de Tiananmen et il était présent les 3 et 4 juin 1989 sur la Place de la paix céleste. Il est un « Labour rights activist » et a fondé le « China Labour Bulletin ».

Il a échappé au massacre de Tienanmen Square, mais a fait 22 mois de prison. Gravement malade – il avait contracté la tuberculose - il reçoit un visa inattendu et peut se rendre aux USA où il recouvrira la santé.

-L’excellent article de Swissinfo du 3 juin 2009, offre de plus amples informations à l’adresse Internet : http://www.swissinfo.ch/fre/swissinfo.html?siteSect=881&sid=10770959 -

Mais dans l’interview de la BBC, les trois points suivants m’ont interpellée, tant les réponses aux questions du journaliste reflètent la sagesse et le pragmatisme d’un homme qui sait ce que signifie lutter pour les droits des ouvriers et en assumer les conséquences !

· Question : « Vous paraissez ne pas avoir gardé de colère ni d’aigreur, ni de haine contre vos persécuteurs et les oppresseurs de votre peuple ? C’est possible ? »

· Réponse : « Pourquoi nourrir de la haine ? Lorsque je regarde le fond de l’être humain, tous les êtres humains, nous nous ressemblons beaucoup… » (Mes ennemis et moi, avons beaucoup de choses en commun…cm)

· Question : « Vous n’avez pas mentionné le mot « démocratie, pas même une fois, …est-ce possible ? »

· Réponse : “Parce que je crois que nous devons d’abord apprendre à discuter entre nous, analyser nos problèmes chercher et trouver des solutions, établir des contrats entre nous au ras des pâquerettes… » (La démocratie peut être un mot vide de contenu si la base reste silencieuse et passive… attendre et prendre conscience…cm)

· Question : « Vous ne paraissez pas pousser les ouvriers exploités à la résistance, aux démonstrations, à la révolte… vous avez changé ? »

· Réponse : « Le fait est que j’ai été en prison et que je sais ce que cela veut dire… » (Nous connaissons le prix de la lutte et n’avons pas le droit d’exposer les autres à la prison, à la torture ! Même au Zimbabwe aujourd’hui ! cm )

Il y a matière à réflexion! La solidarité avec les chômeurs, la lutte pour les droits des ouvriers,  impliquent une solidarité qui accepte les conséquences pour soi et pour tous. En Chine et au-delà. Chez nous aussi.

Le défi est de se poser la question sur les enjeux des relations économiques de nos autorités helvétiques avec la Chine, dans l’intérêt de notre pays…oui, mais à quel prix pour les ouvriers chinois ?

 

Chers amis, ce billet se trouve aussi dans le blog English, juste à droite. J'essairai de e nourrir plus régulièrement en partageant le temps

han_dongfang_DV_20090204000548.jpg

avec celui-ci! Je me permets donc d'insérer cette note aujourd'hui en double. Merci beaucoup Claire marie

 

http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/hardtalk/8376923.stm

(You can watch the full interview at the address above)

One thing I try never to miss is the BBC Hard Talk!  From Monday to Thursday, each afternoon at 3.30 pm. Yesterday, 25th November, Han DongFang and Steven Sackur faced each other for 25 minutes talking straight! Steven guides his guest through the tough meanders of his life, his profession, his responsibility, his weak and strong points, failures and successes. You simply have to be true to yourself and to others, emerging as you do, from a reality most of the time knotted, thorny and ensnared in contradictions! As the hard talking unfolds - and yesterday's Hard Talk was a magnificent example of that,  Han DongFang, has become, for me at least, a  man I want to know better, his people, his Mission and uncertain future! And especially what he has to tell us here in Switzerland!

Han DongFang, is a Chinese dissident and “labour rights activist” . One of China’s most influential campaigners for workers rights. He escaped massacre in Tiananmen Square, on June 4th 1989.  He was jailed for 22 months and, almost dying with tuberculosis got an unexpected visa for the USA (it was almost sure he would die) and got better.

Ron Gluckman an American journalist, tells us more about DongFang in an article published in the Asian Newsweek (July 1997) http://www.gluckman.com/HanDongFang.html

Let me just mention three points which gave me food for thought in the Steve and Han BBC HARD TALK:

a) Question: you do not seem to keep anger or bitterness against those who persecuted you and your people (and still do not permit your return home to China today)...

b) Answer: why should I? When I look deeply into them, and in me… all human beings... we are much the same… (the opponents are much the same, my enemies and I are much the same, deep withing us… cm!)

c) Question: Your never mentioned the word democracy, not even once… how’s that?

d) Answer: because I believe that we must first learn to discuss, tease out our problems, search and find solutions, work out agreements and contracts amongst ourselves at grassroots. (Democracy may be void without that basic content…cm)

e) Question: you do not seem to urge the exploited work force to demonstrate; as it has been done… have you changed?

f) Answer: The fact is: I have been in prison and I know what it means… (We know the cost of public action in the struggle and dare not expose others to similar experiences! Even in Zimbabwe, cm)

Nevertheless Han DongFan, in an interview from Hong Kong warns international companies that by signing labour contract agreements with the “All China Federation of Trade Unions they are not reaching out to workers in a legitimate way”.  His words are clear and his struggle continues in solidarity with all workers, even beyond China's borders! Steve Sackur’s interview with such a man could well inspire our own swiss economic and finance authorities to think twice before flirting with the powers that be in Beijging!

 

23:34 Publié dans Monde | Tags : han dongfang | Lien permanent | Commentaires (1)

09/11/2009

JUBILATION

La chute des murs

 

article_Image_443.JPG

 

« Abats les murs de ta maison, ils te cachent le monde, ils te cachent le monde… » Ce devait être en 67, en Belgique, si je ne me trompe, en transit vers la Suisse depuis l’Afrique du sud où sévissait dans toute sa cruauté le mur de l’apartheid ! Nous chantions cette chanson engagée. Je ne sais plus la suite.

 

Aujourd’hui, la joie du mur de Berlin enfin abattu, est un cri du cœur. Le souvenir est encore en surface, c’est comme si c’était hier pour certains. C’est frais. Comme s’il en restait des pans pourtant pour d’autres,  ou comme une espèce de nostalgie pour celles et ceux trop occupés à vivre à l’époque du mur de la honte, pour être conscients de sa présence.

 

J’ai des amis en Allemagne de l’Est qui regrettent la simplicité du quotidien ; des enseignants qui ont perdu leur emploi dans le nouveau système capitaliste, d’autres sont traumatisés par l’orgie de choses superficielles, clinquantes, miroitantes et vides de vie qui éveillent l’envie et dessèchent ton cœur ! Et puis, c’est logique, la concurrence,  la compétition bâtissent  une société pyramidale !

 

J’ai aussi quelques connaissances qui ont retrouvé des parents, leurs champs, leurs maisons et qui savourent le bonheur d’être sans contrainte, dans un pays démocratique. La liberté de s’exprimer, de voyager, de « penser » (Die Gedanken sind frei !)  a valeur d’or. Et de l’or, il en faut pour se payer les fruits de cette liberté-là !

 

Ce qui m’amènent à dire qu’il y a d’autres murs au-delà du mur de Berlin. Des murs culturels, économiques, religieux. Ces murs-là sont efficaces dans les rouages des systèmes capitalistes. Leurs victimes dissimulées dans les coulisses de la société civile et des « aides sociales »  se plaignent occasionnellement et timidement. En Allemagne moins qu’ailleurs peut-être ces murs-là ont encore un semblant d’humain ! Tant mieux. Humaniser le système capitaliste qui paraît sacrosainte saint, est encore un moyen de nous faire oublier que la planète est en colère et que pas mal de murs sont en danger de crouler par le bas !

 

« Les murs de séparation dans le monde » à l’adresse suivante est une lecture sobre, qui n’exclut en aucun cas, la jubilation de ce 9 novembre 2009, à laquelle nous prenons part. Cet article est une aide à réaliser que des vestiges de murs peuvent exister à notre insu peut-être, au fond de nous-mêmes.

http://www.courrierinternational.com/dossier/2007/04/26/les-murs-de-separation-dans-le-monde


 

22:29 Publié dans Monde | Tags : mur | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2009

ELECTION PRESIDENTIELLE

Élection présidentielle en Afghanistan le 20 août 2009

2807DosAfghanistan.jpg

(merci à http://www.courrierinternational.com/files/imagecache/dossier/illustrations/article/2009/07/2807DosAfghanistan.jpg)

Les journalistes, envoyés spéciaux de la BBC étaient sur place, essayant de rapporter les faits dans les contextes des différents endroits clé et dans le rayon de leurs possibilités.

Les menaces directes des Talibans, qui allaient perpétrer les pires atrocités sur les gens ayant l’audace d’exercer leur droit de vote,  se répandaient partout, c’était comme une rumeur paralysante. Des messages et des informations contradictoires disséminées dans les zones rurales et urbaines allaient terroriser les plus courageux.

Un attentat à la bombe, juste à temps – et l’on sait que ce n’est pas un fait unique - des explosions, des morts, des agonisants traînés sur les écrans TV, généralisait la rumeur.

Les autorités en charge de la Sécurité à Kaboul s’efforcèrent d’interdire  aux médias la publication de ces violences. Ce qui mit l’équipe des journalistes de la BBC dans l’embarras, en plus d’exposer leurs confrères journalistes afghans que l’on abattrait d’abord, lorsqu'ils gênent et exposent la fraude. Le porte parole de l’équipe BBC fit cette déclaration que je cite de mémoire : « Nous sommes ici pour rapporter les faits. Il serait cependant non professionnel d’exposer,  à répétition, un attentat aussi grave soit-il, donnant ainsi l’impression que tout le pays est à feu et à sang alors que des régions entières sont relativement paisibles.  Terroriser par l’écran les gens ayant accès à la TV en Afghanistan et biaiser la vérité hors des frontières de ce pays. La surveillance de la commission électorale indépendante est au travail, efficace… »

Je crois que la négociation résolut le problème de la mise en garde des autorités en charge de la Sécurité.

En suivant les informations au fil des jours, j’ai eu de l’admiration pour cette équipe de journalistes, intelligents, engagés, proches des gens (des Talibans aussi) dans leurs contextes variés et volatiles. Ils ont la nécessaire patience d’attendre, de vérifier, de focaliser ce qui se passe sur la réalité humaine. Le peuple afghan a sa dignité propre, il est impliqué dans la reconstruction, encore une fois, de sa nation, de ses terres, de son avenir. Choisir le meilleur parti et le meilleur leader dans une réalité d’une extrême complexité. Un peuple conscient que des intérêts bien au-delà des frontières afghanes forçaient une espérance sans illusions !

Le but des médias, me semble-il, est d’informer de telle manière que des réseaux de solidarité se construisent pour un monde plus juste.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/8205787.stm -

 

11:05 Publié dans Monde | Tags : afghanistan | Lien permanent | Commentaires (0)

18/05/2009

LA SOUPE et plus

 

Un coup d’œil sur l'actualité

 

Lire les articles de 24 Heures révèle la personnalité du journaliste qui expose l'actualité, il/elle met les faits en situation dans le but de faire « voir » cette réalité aux lecteurs. Je ne crois pas qu'il peut être totalement neutre! Ni totalement objectif! La plume du journaliste révèle la main qui la tient, même s'il reste lui-même en retrait.

 

6208.jpgHier en écoutant la Soupe, (RSR 1ère) Esther Mamarbachi a hésité, légèrement embrassée par 3 petites questions: a) au sujet des 30 francs suisse de taxe comme sésame chez un docteur; b) au sujet des excuses, oui ou non, à la Lybie; c) au sujet de la canonisation et/ou béatification (Anne Baecher ne s'y retrouvait pas dans la séquence) de Pie XII. Esther a hésité avec raison, mais elle a eu le courage et l'intelligence de passer outre la fonction professionnellement neutre, pour répondre très brièvement par « oui et ou par non ». Vers la fin de La soupe pourtant, elle fait cette toute petite remarque: « J'ai un peu écorné la règle ». Quelle règle, exactement ? J'ai eu un grand respect pour cette journaliste qui, en plus, gère vigoureusement les bla-bla-bla d'Infrarouge!

 

Jésus était un journaliste expert en mises en situation  (contextualisation) dans sa société. Il parlait peu ou pas du tout de lui-même, mais révélait en directe les faits de son temps et de sa société. Il se trouvait au cœur de la réalité, Les gens parlaient et parfois, Jésus n’était que leur porte-parole. Mais Sa signature était limpide, comme celle écrite dans le sable devant les docteurs de la Loi en train de faire lapider une femme « selon la règle », la Loi! (St Jean, chap. VIII, 1-59). C'était tellement clair et net que ces hommes doctes, savants, coupables eux-mêmes des péchés attribués à la femme, déguerpissaient en commençant par les plus vieux!!! Quelle mise en situation! Jésus en prenant parti pour cette femme devra continuer ses discussions avec les docteurs de la Loi; un désaccord profond se creuse encore entre les gardiens du système religieux et Jésus qui affirme son rôle d'homme intègre et vrai.

La vérité libère.

Mais, selon la Loi, selon la Règle, Jésus n'était pas à l'abri d'une accusation, et il risque même de se faire lapider. Après un échange serré avec les Docteurs de la Loi... »ils ramassèrent alors des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se déroba et sortit du Temple. » Lire le chapitre 8 de Jean, un magnifique exemple de mise en situation! http://www.biblia-cerf.com/BJ/jn8.html

Obama, invité à l'Université catholique Notre Dame, Indiana, USA.

Obama.jpg

Hier après-midi à l'Université catholique Notre Dame, Barack Obama a été hué hier par des pro-lifers haineux, qui lui jettent à la figure:  "Abortion is murder," « avorter est un meurtre », il répond simplement: "We're not going to shy away from things that are uncomfortable" en français: « Nous n'allons pas esquiver les problèmes embarrassants ». Et il a relevé le défi comme c'est rapporté à l'adresse : http://www.catholicnews.com/data/stories/cns/0902274.htm

 

Faisant face à ce dilemme de démocrate, confronté à des visions du bien différentes et irréconciliables, le nouvel hôte de la Maison Blanche a refusé l’impasse du choc violent des convictions dans l’espace public. « Comment travaillons-nous à travers ces conflits ? Est-il possible de joindre nos mains dans un effort commun ? (…) Comment pouvons-nous rester fermes sur nos principes et combattre pour ce que nous considérons juste, sans diaboliser ceux qui ont, sur l’autre bord, des convictions tout aussi fortes ? », a-t-il questionné.

« Il est une voie, a-t-il soutenu : celle qui consiste à « ouvrir nos cœurs et nos esprits à ceux qui peuvent ne pas penser exactement comme nous ou qui ne croient pas exactement ce que nous croyons »... « C’est alors que nous découvrons au moins la possibilité d’un terrain d’entente. » ...« Chaque partie continuera à plaider sa cause dans l’espace public avec passion et conviction. Mais certainement pouvons-nous le faire sans réduire à la caricature ceux qui ont des vues différentes ? », a-t-il simplement envisagé. (de l'excellent article dans le journal

La Croix: http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2374010&a...

 

La contextualisation du problème au sujet de la recherche sur les cellules souches embryonnaires … le cas de l’avortement, un dossier qui a « des dimensions à la fois morales et spirituelles … nos politiques de santé doivent être enracinées non seulement dans une science solide, mais aussi dans une éthique claire ainsi que dans le respect de l’égalité des femmes ». Un encouragement pour les 12 000 étudiants présents, et pour nous qui essayons de promouvoir la vie en plénitude concrètement.

 

Qu'écrirait Jésus dans nos Quotidiens? Rien probablement. Mais Il guide la pensée critique et constructive des journalistes et, sans aucun doute, Il se trouve au cœur des mises en situation. En toute personne. Son influence gonfle nos voiles aujourd'hui surtout face aux vents contraires, aux moyens restreints, à la précarité pour tous! Il faut une grande force pour chercher la vérité et l'écrire de telle manière qu'elle nous interpelle, nous défie, nous pousse à l'action pour le bien commun! On pourrait prier le Notre Père: « Donne -nous aujourd'hui notre droit au travail, au bien commun ». On répète cette prière tous les jours, mais voilà « Il ne faut pas dire à Dieu ce qu'Il doit faire sans que nous le fassions nous-mêmes! »

 

22:37 Publié dans Monde | Tags : la soupe | Lien permanent | Commentaires (2)

03/04/2009

NOUS SOMMES LE MONDE

 

G20 à LONDRES

 

 

vivreensemble-d5729.jpg

En écoutant la BBC entre 17 et 18h00 aujourd'hui

 

Etait-ce une perte de temps ?

Dans une salle sans fenêtres, Gordon Brown vient déclarer : « Le G20 marque l'avènement d'un "nouvel ordre mondial". Sa conclusion : "Aujourd'hui, le monde s'est uni pour lutter contre la récession mondiale. Pas avec des mots, mais avec un plan de reprise mondiale et de réformes assorties d'un calendrier clair", a déclaré le Premier ministre britannique Gordon Brown dans sa déclaration concluant le sommet. Puis il a annoncé le prochain sommet en Ecosse. Ce sera en septembre 2009, un nouveau G20 consacré à mettre en musique les décisions du jour. Il sera l'occasion de vérifier que les grandes déclarations ont bien été suivies d'effet. Puis Brown s’est efforcé de répondre aux questions très pertinentes des journalistes au sujet de l’attente des gens, des chômeurs, des sans-abri, il a répondu en ne répondant jamais à la question. Là, quand il n’avait plus en main son papier il répondait machinalement selon le souffle du système de « l’ancien ordre mondial » encore bien en vie ? Question d’une consœur : « D’où proviennent ces tonnes de dollars puisque les banques sont vides ? » Qu’aurait répondu Brown ? Les mots pour les G20 ont-ils la même signification que pour nous, pour les millions qui n’ont pas de compte en banque ?

Une chose m’a quand même frappée, une phrase de Brown au sujet de la pauvreté, particulièrement en Afrique, « When we see people suffering, we will not pass by to the other side ! » En passant ! La seule étincelle évangélique. La parabole du Bon Samaritain actualisée au G20 à Londres ? Sans doute lit-il l’Evangile.

« Et qui donc est mon prochain ? » Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé, roué de coups, s’en allèrent en le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. (Luc 10 :25-37). Aujourd’hui :

· Qui sont les gens dépouillées, rouées de coups, à moitié mort ?

· Qui sont les brigands ?

· Qui sont les Samaritains ?

 

En 2005, le G8  à Gleneagles en Ecosse. Et puis ce chant : « Nous sommes le monde » « We are the World » (Un CD spécial a été produit en 2005 pour les 10ans de la chanson. Tous les profits iront à 90% en Afrique et 10% aux États Unis pour venir en aide aux sans-abri ».

Je l’ai re-écouté ce soir et si vous cliquez : vous pourrez l’entendre, malheureusement en Anglais, mais vous entendrez peut-être la motivation profonde des manifestants, dans la rue où chez eux qui se posent la question : « Comment des messieurs-dames du G20 ont-ils l’audace de ce qu’ils disent en notre nom ? Nous ont-ils consultés ? Leurs conclusions répondent-elles à nos besoins d’avoir un peu de travail et de pain, ce soir, pas demain ! »

 

http://www.sumo.tv/watch.php?video=983123

 

We_Are_the_World_cover.jpg

Ma prière ce soir est que « le nouvel ordre mondial » planifié par les G20 et voulu par Jésus il y a plus de 2000 ans, ressemble un peu au « royaume de Dieu » .  Non, écouter la BBC n’était pas une perte de temps, je l’espère.

 

09:03 Publié dans Monde | Tags : g20 suite | Lien permanent | Commentaires (5)

01/04/2009

G20

 

Signes des temps

tips-on-selecting-spring-flowering-plants0.jpg

Une consœur m'a dit ce matin:« On ne peut plus faire confiance à la météo. On avait dit qu'il y aurait du soleil et il n'y en a pas ». Je pensais: « Le soleil est pourtant là et on ne le voit pas ».

Parfois je me dis qu'on ne peut voir l'Esprit de Jésus ressuscité: il est pourtant ici, au plus profond de nous tous. Etre consciente de sa présence amicale et active me console parfois, d'autres fois elle me propulse vers ce qui doit être à longueur de vie une lutte: Annoncer sa bonne nouvelle, la libération totale de chaque être humain, en dénonçant tout ce qui enchaîne chaque être humain! Le monde en construction d'une part et le monde en état d'autodestruction d'autre part.

Nous étions conscients de ces deux faces d'un même monde en Afrique du Sud. La libération prendrait longtemps, nous doutions parfois que nous allions pouvoir vivre un jour hors de l'enfer de l'apartheid. On entendait: Touche pas à l'apartheid protégé par l'armée et le Capital étranger. Touche pas à mon Capital. Mais la lutte dans « les sous-sols d'humanité » se poursuivait, on sentait un regain d'énergie, de foi en soi. La montée vers Pâques, c'est un chemin rocailleux. Il y a des blessés, des cadavres. Et un filigrane de résurrection.

Ainsi aujourd'hui, nous sommes conscients, avec acuité, depuis des années, des deux faces du monde et du gouffre qui les sépare: la réalité du Capital gobalisé pour la pseudo liberté des riches aux prix de la souffrance des enchaînés, ceux qu'on avait l'honnêteté, autrefois, de nommer prolétaires. Il a bien un vernis de progrès, des projets, des petits succès, mais le capital reste en place avec ses managers et ses temples bancaires. Il y a la voix de quelques prophètes marginalisés ou liquidés. Ceux et celles qui disent: « Un autre monde est possible », et qui se mettent au travail en créant des comportements alternatifs, chez nous, plus loin.

En Afrique du Sud je me disais: Je doute de voir L'Afrique du Sud libre de mon vivant. J'en doute mais la lutte continue car elle, seule, donne un sens à la vie.

Puis les choses se sont accélérées … et bien que les derniers kilomètres fussent les plus durs, sans le voir, on s'est trouvé en mai 1994 et le suffrage universel!

En Europe, même réalité, même signes, on doute encore... on nous traite  d'utopistes, de rêver « d'un ciel sur la terre », on cite Karl Popper : « Wer den Himmel auf Erden schaffen will, schafft Hölle. » On nous dit que la sécurité règne et « qu'on est bien chez nous! ». Ce qui est vrai. Mais notre pensée et notre volonté et toute notre énergie concordent à nous faire nager à contre courant et peu à peu on se trouve en compagnie de beaucoup d'autres dans cette montée vers « Pâques ». Et les signes se font plus clairs pour un plus grand nombre. Bush fait basculer le monde dans la haine, la peur, les guerres et « c'est comme la paume d'une main qui écrit sur les murs en plâtre: Mené, Mené, Teqel et Parsîn et le prophète Daniel interprète: « Dieu a mesuré ton royaume et l'a livré; tu as été pesé dans la balance et ton poids se trouve en défaut; ton royaume a été divisé et donné aux Mèdes et aux Perses. » (Dan 5:25-27), C'était à l'époque de la débâcle de Babylone. Mais n'y a-t-il pas des similarités?

Je ne refais pas l'histoire des crashs financiers et économiques et la panique des pouvoirs et des dominations que seul un Burki a le don, avec sa délicieuse ironie, d'exposer, mais je peux dire que les subprimes, la débâcle des Bourses et des boursiers, les golden boys, les fatcats et la l'accumulation des « surplus people » des chômeurs, des SDF même à deux pas de la Maison Blanche comme chez nous. La confrérie des « Madof »... les abcès crèvent de toutes parts... les fraudes, la corruption, les multiples parachutes dorés... les sous qui disparaissent, on entend des dirigeants dire: « Oui, nous avons été surpris, nous ne nous attendions pas, nous ne pensions pas etc etc ». Hier soir encore, je me suis efforcée de visionner jusqu'au bout "Infra rouge" au sujet du secret bancaire et de l'affront ressenti parce que un méchant a dit « La Suisse ressemble à une réserve d'Indiens ». (Entre nous je ne vois pas pourquoi on devrait se sentir humilié d'être comparé à des Indiens, des Noirs, des Kaffirs...ça sonne plutôt arrogant de la part de celles et ceux qui s'indignent).

Puis le malaise parce que la Suisse ne sera pas à Londres demain, n'ayant pas été invitée à la réunion des 20 leaders. On cherche les coupables de notre splendide isolation grütliénne et c'est comme un nuage sur le plâtre qui écrit des choses incompréhensibles, incroyables. Pas d'interprètes disponibles du type de Daniel. Nos médias sont tellement gauches pour dire l'actualité – analyse quasi inexistante – il y a des journalistes courageux, oui mais on sent l'autocensure, soit par crainte de l'éditeur soit par respect du lectorat. Mais les journaux font de leur mieux.

Dieu et la foi dans ce cadre-là? "Où est ton Dieu" demande le psalmiste. Une théologie inductive enracinée dans le vécu des gens? On en a peur, l'autorité ecclésiastique a fortement découragé toute velléité de foi qui libère des systèmes et donne aux pauvres la parole!

Alors, on fait ça comme on peut « hors des murs » comme a fait Jésus et répété saint Paul. Mais qu'elle belle occasion manquée d'annoncer le Kairos qui, si on le lui permet: fera apparaître Jésus aujourd'hui parmi nous! Il y a de bons types parmi les 20 à Londres, il y a des prophètes parmi les manifestants qui hurlent leur faim de justice et d'un monde nouveau.

« The times they are a-changing » et si tu ne veux pas bouger, les événements, te pousseront, et si tu regardes toujours en arrière tu seras bientôt comme la femme de Lot: une statue de sel. (Gn 19:24

La réunion de demain à Londres est-elle vouée à l'échec? Je souhaiterais que ces milliers de manifestants soient écoutés, entendus des G20 pour faire mentir la prédiction d'échec. Je souhaiterais que nous tous, mains dans la main, quittions nos lieux sécurisés, descendions dans la rue pour nous joindre aux manifestants. On en est proche. Encore nous faut-il passer par « Pasqua mysterium » être prêts à partager le pain, l'eau, la terre.

Les structures d'un nouveau système, basées sur le partage de la terre, de ses ressources, de l'eau, du travail et des revenus selon les besoins de chacun serait un signe que Jésus ressuscite vraiment. On pourrait nommer et célébrer cette espérance-là à Pâques. Concrètement.

colombe%20de%20la%20paix.jpg

(Cette réflexion dont je m'excuse pour la longueur reflète simplement ce que je ressens de ce qui se passe ces temps-ci)

 

 

23:42 Publié dans Monde | Tags : g20 | Lien permanent | Commentaires (2)

26/03/2009

Conférence pour la Paix, oui ou non?

 

Quand arriverons-nous à comprendre le jeu chinois globalisé? À réfléchir sérieusement, et à agir?

 

spaceball.gif

AFRIQUE DU SUD: Il était une fois!

spaceball.gif

 

Dalai_Lama_and_Mandela.jpg

 

Ce vendredi 27 mars 2009, la Conférence pour la Paix devrait s'ouvrir à Johannesbourg. Mais non, le gouvernement de notre Peuple «Arc-en-Ciel » refuse la visite d'un homme de Paix, le Dalai Lama, prix Nobel de la paix en 1989. Une honte pour tous les Sud-africains! A moins de renverser cette décision insensée!

Selon les médias:

Le porte-parole du gouvernement d'Afrique du Sud annonce le refus d'un visa « dans l'intérêt général » à la Conférence pour la Paix qui devrait débuter demain à Johannesbourg. Desmond Tutu, F.W. De Klerk l'avaient invité à parler du sport comme instrument de paix.

 

Les autorités sud-africaines donnent priorité « aux avantages de bonnes relations bilatérales avec la Chine ».. (mon interprétation du Mail and Guardian Online d'aujourd'hui). Seule, en tant que membre du gouvernement, Barbara Hogan, ministre de la santé, a déclaré que ce refus d'un visa au Dalai Lama est « l'exemple d'un gouvernement qui se moque des Droits humains et que ceci exige des excuses ». Réponse des autorités sud-africaines: «the matter is closed!" »

 

Pleure Oh! Pays bien-aimé! La lutte continue!

 

Selon le Journal The Post, D. Tutu, F.W. De Klerk et Mandela boyboycotterons la Conférence si le gouvernement ne change pas de décision. Thembo Masko affirme que le Gouvernement ne reviendra pas sur sa décision. Le Dalai Lama est « banni » du pays Arc-en-ciel jusqu'après les jeux 2010!

 

Répétition: le refus est motivé par les échanges commerciaux (y compris le trafic d'armes) entre les deux pays estimés à des milliards de dollars.

Le gouvernement sud-africain courbe l'échine et le peuple se tait! La Chine avait demandé officiellement, une fois de plus, à ce que personne ne donne le moindre espace au "dangereux-Dalaï-lama-qui-veut-envahir-la-Chine"!!!

Mon billet dans le blog Katutura du dimanche, 22 juin 2008, parle déjà des Chinois, juste après qu'ils aient demandé et obtenu du gouvernement Mbeki d'être classifiés Noirs! La colonisation recommence et avance lestement! Pas blanche cette fois!

La Conférence pour la Paix d'abord été repoussée. Puis, sans palabre, Irvin Khoza, président de la conférence l'a reportée sine-die. Point. Plus de conférence, c'est fini ! Fini le "football contre le racisme et la xénophobie", un débat certainement important en Afrique du Sud, pays symbole de l'apartheid, aboli dans ce pays même il y a moins de 20 ans !

Pour en savoir plus:

« Heureux comme un Chnois en Afrique du Sud » in
http://fiammettavenner.wordpress.com/2008/07/30/heureux-comme-un-chinois-en-afrique-du-sud/

Et voivi ce q'en pense Tony Jackman dans son blog:

http://www.thoughtleader.co.za/tonyjackman/2009/03/24/saffron-robes-and-sackcloth/

Mais attendons pour voir! Pas Godo, mais un sursaut de fierté quand même!

Ajout: http://www.wikio.fr/international/afrique/afrique_du_sud#

08:24 Publié dans Monde | Tags : dalai lama | Lien permanent | Commentaires (0)