06/11/2010

SAMEDI SOIR

 

man praying on one knee.jpg

 

Demain dimanche, (Saint Luc 20,27-38),  Luc raconte l’entretien entre les Sadducéens et Jésus au sujet de la résurrection. Lisez vous-mêmes : http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

Comme à son habitude, Jésus prend ses interlocuteurs tels qu’ils sont. Eux prennent en exemple une femme qui paraît épuiser 7 hommes avant de mourir elle-même à leur suite.

Cet exemple doit énerver Jésus qui fait tout pour libérer la femme dans sa société. Mais Lui, comme les Sadducéens s’en réfère à Moïse. Moïse à l’écoute de Dieu devant son buisson en flammes et le cite : « Le Dieu des Vivants, tous vivent en effet pour Lui ! »  D’ailleurs, la résurrection, est-ce un si gros problème ? Croire que vient le printemps après l’hiver, l’aurore après la nuit, le blé après la semence enfouie, c’est un si gros problème ? On dirait que notre Créateur nous montre déjà par la nature, ce qu’est la Résurrection ! Mais voilà, le blé pousse-t-il à l’insu de la graine, l’aurore se lèverait-elle à l’insu de la nuit et le printemps à l’insu de l’hiver ? N’est-ce pas plutôt un simple enfantement ? Et pour nous ?

 

http://www.aelf.org/bible-liturgie/Lc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Luc/chapitre/20

 

Tout au long de ce chapitre 20 on trouve Jésus harcelé par les grands prêtres, les scribes, les sadducéens, les pharisiens qui cherchent à le piéger ! Et je peux sentir sa fatigue, son énervement dans la conclusion de ce chapitre :

 

« Méfiez-vous des scribes qui tiennent à sortir en robes solennelles et qui aiment les salutations sur les places publiques, les premiers rangs dans les synagogues et les places d'honneur dans les dîners.

Ils dévorent les biens des veuves et affectent de prier longuement : ils seront d'autant plus sévèrement condamnés. »

Je reste en silence et en solidarité avec Lui, Jésus présent dans notre monde aujourd’hui. Dans la souffrance des malades et des mourants, dans l’inquiétude des chômeurs, dans le désarroi de la jeunesse, dans les miséreux à Haïti, en Birmanie, au Darfour, en Europe, dans la colère de celles et de ceux qui ont soif de pain et d’eau, dans le cœur des foules anonymes, dans l’actualité hic et nunc ! Dans Simonetta Sommaruga déchirée dans ses convictions par un système de collégialité déphasé ! Jésus est déchiré là, au fond de mon cœur et du vôtre !

Dans la plénitude du moment présent, en connivence avec LUI, ce 2006_04_21_017_chanteur.jpgsoir, en ne rejetant pas sa souffrance en endurant en nous ces ténèbres le temps qu’il faut, en veillant à la plus petite étincelle d’espérance qui jaillirait de ce creuset assumé mais non désiré, en s’abandonnant non pas à sa volonté, mais à sa compassion aimante, la paix revient discrètement avant que gronde l’orage prochain… La vie, c’est aussi ça ! La mort et la vie avance sur le chemin main dans la main. Inséparables. sauf à l'arrivée!

 

20:47 Publié dans Spiritualités | Tags : réflexion | Lien permanent | Commentaires (0)

05/11/2010

Musulmans et Chrétiens

 

 

9782746703681.jpeg

Hier soir, je suis allée avec une consœur, à la rencontre organisée par « le Groupe inter religieux de la Gruyère » né en février 2010.

On en lira plus long dans un rapport du journal « La Gruyère de demain samedi », j’imagine. Je me borne donc à donner quelques impressions de cette rencontre.

a) Des visages connus et d’autres non. D'emblée l’atmosphère est accueillante, relaxe en même temps qu’expectative. Bien que j’habite Bulle depuis tantôt 4 ans, les rencontre spontanées avec des personnes de Bulle et/ou de la Gruyère, sont pour moi quasi inexistantes. C’est comme ça. Cependant et j’ai souvent fait cette expérience : je sentais immédiatement une affinité, une acceptation des « autres », en l’occurrence des Musulmans présents. Nos regards se touchent, on se reconnaît. Allez savoir pourquoi ? Peut-être parce qu’il n’y a aucun à priori. C’est spontanément humain entre êtres humains qui ne se connaissent pas mais qui ne sont pas étrangers l’un à l’autre !!!

b) L’animatrice, une belle valaisanne, présente le groupe né en février « parce que les religions ne peuvent plus éviter de se rencontrer. »  Un film de 40 minutes suit : cela se passe au Nigeria où chrétiens et musulmans se haïssent et s’entretuent.  Un Imam et un Pasteur décident que cela ne peut pas durer et ils travaillent à la survie des deux groupes. Le processus est long (il dure encore aujourd'hui, j’en suis certaine) mais « la haine, la violence et la mort n’ont pas le dernier mot ». Le film est mis à disposition à qui désirerait en faire usage. Le visionner ensemble et discuter ensuite du contenu nigérien et de ses ramifications en Europe est le moyen de faire justice au message de ce film. « Musulmans et Chrétiens, si nous voulons éviter de mourir ensemble alors efforçons-nous de vivre ensemble ! » C’est pragmatique et pratique ! Mais la base et le moteur du processus de « vivre ensemble » est l’humilité ! Et ce n’est pas une théorie, encore moins une doctrine, un dogme ou je sais quoi, c’est simplement essayer « d’aimer l’autre comme je m’aime moi-même ! » Même Jésus le palestinien ne dirait pas non !

c) Le film terminé un échange en petits groupes puis un plénum nourri, animé. Je ne détaillerai pas les différentes interventions à part les éléments suivants :

d) Le massacre dans une église catholique à Bagdad. Une demande de pardon fut présentée, laquelle paraissait insuffisante  pour une personne qui la désirait plus officielle. Une maladresse due soit à l’émotion ou à l’ignorance du contexte historique, comme je l'ai ressenti. L’influence des médias paraissait évidente dans les remarques exprimées.  Les médias occidentaux  présenteront au public le  massacre des chrétiens d’une manière, non opposée ni contraire, mais tellement différente des médias  orientaux par exemple ! Quelles conséquences ? La construction de mentalités marquées de préjudices tenaces. L'objectivité, ça existe? J’étais vraiment soulagée que cela fut exprimé clairement par un musulman qui a fait l’expérience de ce non-sens médiatique ! D’où l’urgence d’un regard critique sur ce que les journaux et les différentes chaînes de télévision nous racontent. Surtout si l’on décide d’essayer de vivre ensemble en tant que personnes différentes et pourtant tellement semblables !

Je souhaite vraiment que des rencontres informelles entre nqrik290.gifmusulmans, juifs, chrétiens se multiplient, dans la convivialité, en partageant un repas, le pain, le coucous, la manne, le sorgho sans lesquels d’autres partages sont impossibles.  A tous les niveaux. La rencontre d’hier soir aux Halles à Bulle était un prélude qui annonce une Bonne Nouvelle.

 

22:18 Publié dans Spiritualités | Tags : bulle | Lien permanent | Commentaires (5)

04/11/2010

JESUS INDISSOCIABLE

 

 

kramskoychristindesert.jpg

 

Réflexion sur l’actualité d’un monde tourmenté

Jésus aurait pu naître ailleurs

Il aurait pu naître en Birmanie, aux États Unis, en Côte d’Ivoire, au El Salvador, en Europe

Il aurait pu naître dans un taudis de Manhattan,  dans la brousse congolaise, dans une ruelle de Rome ou même quelque part en Suisse…

En fait, dissocier l’enfant pauvre de Bethléem des autres enfants de la planète, serait l’amputer du mystère du devenir humain de Dieu (Menschwerdung Gottes)

Jésus aurait pu naître à une autre époque, dans d’autres circonstances… « C’est tous les jours Noël » ai-je entendu chanter à Bulle

Il aurait pu être Jésus alias Steve Biko dans l’enfer de l’Apartheid et mourir torturé par un pouvoir occidental chrétien

Il aurait pu être Jésus alias le paysan sans terre de l’Amérique latine

Il aurait pu se trouver à Hiroshima, crucifié à même le sol ou vivre dans le cœur de Pedro Arrupe « crucifié », lui, par l’autorité ecclésiastique romaine effrayée de sa trop grande humanité !!!

Il aurait pu être Jésus alias « l’étranger supposé être criminel et que le peuple Suisse devrait, selon la loi, jeter hors frontière… si on accepte cette loi ou le contre-projet tout bientôt »

Jésus aurait pu annoncer une ère nouvelle par la voix de Martin Luther King alors qu’il remet à Dieu son âme à Memphis le 4 avril 1968

Jésus est indissociable de notre humanité gravement malade aujourd’hui

Oui, Jésus, Fils de l’Homme, certainement métissé aurait pu secourir et guérir les pauvres, le malades, les opprimés dans les quartiers de Chicago, animant un certain Barack Obama

Jésus alias Obama aurait risqué l’engagement politique pour la Justice dans un système pourri à la racine

En fait il m’est simplement impossible de dissocier Jésus, Homme totalement humain et libre, totalement divin (selon le grand et cher Ed. Schillebeekxs) des quelques voix prophétiques annonçant concrètement un monde plus humain dans la chaos de 2010! Jésus aurait dit :

« Lève-toi et marche ! » Je le veux avec toi : Oui nous le pouvons ! Yes we can !

Debout face aux trônes, aux dominations, au Capital, face à ses gardiens, ses esclaves. Obama dit: "Tous doivent avoir droit aux soins médicaux, tous ont droit à leur dignité. Lève-toi et marche !" La santé, c'est un premier pas!

Hosanna ! « Yes we can ! Jésus alias Barack Obama, après son entrée triomphale à la Maison Blanche doit marcher dans le sillage bourbeux et criminel d’un Bush en Afghanistan, en Irak, à Guantanamo et bien au-delà où il croyait trouver des « Etats voyous »

De plus le Capital ne pardonne pas et il est vrai que deux années, c’est bien peu pour sortir les pauvres de la misère alors qu’une récession mondiale progresse. Et les gens désirent avant tout, quelque chose à manger, de l’eau et si possible du travail, un toit et tout cela tarde, le nouveau régime des Démocrates montre ses limites.

Ainsi renaît, des cendres de l’Histoire de ce beau pays, le mouvement Tea Party (qui avait eu son origine à Boston « et qui fut l’un des évènements symboliques de la Révolution américaine… au 18ème siècle)

Je ne sais pas si les rencontres des Tea Party n’étaient pas teintées de racisme, il est certain que la motivation première, je crois, était l’économie suivie immédiatement par la peur de l’islam faussement associé à Al-Qaïda, au terrorisme et au traumatisme des Twin Towers (9-11)

Et Obama n’avait-il pas tendu la main aux pays arabes (comme l’a fait Nelson Mandela) et n’avait-il pas été favorable à la construction d’une Mosquée à proximité de Ground Zero ? Impardonnable?

Manipulée par les médias la masse n’était plus capable de réflexion critique et personnelle. (n'est-ce pas là la raison d'être des medias aujourd'hui: subjuguer la masse?)

Après avoir hurler « Hosanna » Yes We Can ! La foule gronde “No we 29659089_400x400.jpgcan’t, no we won’t! Give us rather the flesh pots of Bush !!! » Les élections mid term ont eu lieu, comme on le sait. Le president des Etats-Unis reconnaît et assume sa défaite publiquement. Il aurait pu mieux faire. Il n’accuse pas les autres, il s’en prend à lui-même. Il prend sur lui la responsabilité de sa défaite ! Comme Mandela, il tend la main, en connaissance de cause, à l’ennemi « victorieux ». L’avenir dira si cette main tendue sera honnêtement acceptée

Veiller et être vigilant : nous faisons l’expérience, à fleur de peau, de la manière dont les petites gens sont traitées chez nous! Nous en faisons l’expérience, marginalement du moins,  au-delà de nos frontières, et il faut reconnaître notre mollesse, pour autant que les autorités de tout bord nous invitent à faire « comme si » à faire confiance à leur pouvoir plutôt qu'à notre conscience!  On a droit à la colère. On a surtout le devoir d'agir avec les moyens que l'on a.

«Ne pas assumer ma responsabilité personnelle au cœur de l’injustice, c’est m’y complaire. Hausser la voix, cela mène où ? Buy Béart chante : http://www.frmusique.ru/texts/b/beart_guy/verite.htm


22:37 Publié dans Spiritualités | Tags : obama | Lien permanent | Commentaires (2)

01/11/2010

LA CROIX BRISEE


41787_109175312473499_4048_n.jpg Après la condamnation à mort de Tarek Aziz

Après le massacre de chrétiens innocents hier dans une église catholique à Bagdad

Ma réflexion est soutenue par l’article paru en allemand dans le « Walliser Bote » et que j’insère avec la permission de l’auteur. Cela concerne la polémique au sujet du symbole de la croix à l’école, en Valais, et ailleurs. Mais ceci nous concerne tous ce 2 novembre parce que la croix et la mort font partie de la vie.

 

Les Croix  et pas de fin en vue

Différents points de vue sont rapportés dans les pages du journal WB (Walliser Bote) sur le thème de la Croix..

Ma réflexion ne saurait résoudre le problème, mais sans vouloir critiquer personne, j’aimerais seulement stimuler la réflexion.

Il serait bon que la discussion sur le symbole de la Croix ne cache pas l’Annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus, celle-ci ne peut être réduite à la croix seulement.

La mort de Jésus sur la Croix ne correspond pas à la volonté de Dieu, pas plus que Auschwitz et la deuxième guerre mondiale ne correspondent à la volonté de Dieu.

Bien avant la Crucifixion  de Jésus, des milliers de personnes ont été exécutées d’une manière tout aussi cruelle - par des oppresseurs avides de pouvoir, par des « Warlords » et des racistes… le symbole chrétien de la Croix représente aussi ces « crucifiés ».

D’innombrables innocents ont cruellement souffert au cours de  deux derniers millénaires « au nom de la Croix ». La Croix  fut souvent un instrument  apte à tenir les gens en laisse, à les soumettre, à les culpabiliser, et jusqu’à les forcer à prendre part aux Croisades.

S3010044.JPGEt ce qui est le plus important est la réalisation que ce n’est pas la Crucifixion de Jésus qui inaugure l’ère de la Foi chrétienne, mais bien Sa Résurrection. La Mort n’a pas le dernier mot car c’est  l’Espérance qui nous fait naître à la Vie nouvelle.

Fribourg, le 15 octobre 2010

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

 

21:07 Publié dans Spiritualités | Tags : polémique | Lien permanent | Commentaires (0)

LA TOUSSAINT

images (2).jpg

images (5).jpg

 

Ce que j’ai trouvé étrange en pays de Mission : Afrique Australe pour ce qui me concerne, c’est que les néophytes abandonneraient leur nom africain pour recevoir, au baptême, le nom d’un saint occidental.

Cette imposition a disparu – j’espère – et Chakanaka, Fara, Thlabathi, Zanele, Thabo, Nobuntu auront peut-être la chance infiniment lointaine d’être un jour dans la litanie des Saints de « l'Église universelle ».

Mais un procès de Canonisation est dispendieux comme disent nos amis canadiens et la pauvre femme de ménage de Soweto qui s’est asservie aux patrons blancs pour nourrir sa famille noire restera ad vitam eternam qui elle est : Nobuntu.

L’exilé du Lesotho, Thabo, venu travailler aux East Rand Mines qui meurt de silicose, d’éboulements, alors qu’il désirait nourrir sa famille restera Thabo.

Ma mère, mon père, mes frères et sœurs arrivés au bienheureux « hors espace-temps » ne seront jamais sur une liste de saints quelconques ! Par contre Josémaria Escriva de Balaguer – fondateur de l’Opus Dei, passe le test en vitesse et on aurait souhaité Jean-Paul II fut mis sur les autels « Santo Subito! »

Le soir, à la lecture des saints du lendemain, je m’étonne toujours que nombre d’entre eux soient des papes, des évêques, des fondateurs et parfois des fondatrices de Congrégations religieuses.

Et je me demande comment Pierre, premier pape,  impossible à vivre avec, reniant son ami, a pu trouver sa place sur cette liste avec les « autres fils du tonnerre ». Idem pour Paul, Barnabé. Les femmes paraissent moins nombreuses à l’accès aux autels et je ne sais par quel tour de force Marie Madeleine et Jésus lui-même sortiraient aujourd’hui « canonisés » de cette longue procédure ecclésiastique vaticane!

Pensons donc à sa vie, sa critique des systèmes et des autorités religieuses, son amour de la justice, sa parole absolument dépouillée de diplomatie ! « Oui pour OUI et NON pour NON ! » Matthieu V, 20-48

Son Esprit ressuscité me suffit.

Il est nécessaire parfois de poser des questions. « Pas de saints hors de l’Eglise catholique et orthodoxe ? » Et la Toussaint est célébrée malgré tout en tant que jour férié. Tant mieux.

 

20:28 Publié dans Spiritualités | Tags : toussaint | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2010

GEORGES HALDAS

 

 

Hidden_by_ReeNaa.jpg

C’était à Saint Maurice juste avant que, pour moi, la vie ne bascule, dans sa forme du moins.

Un message m’avait invitée à me rendre au Foyer Franciscain où Georges Haldas avait été invité pour quelques conférences. Rien de précis sur le contenu.

Georges Haldas, fut guidé vers la table de conférence par une charmante jeune femme, il s’assied, il n’a pas de notes, d’ailleurs sa vue est déjà faible. Pour seule boussole et seul support me suis-je dit, le généreux verre de Bourgogne rouge placé à quelques centimètres de sa main droite. De temps à autre il en goûtait, et sa pensée reprenait la forme des paroles. Doucement, sans hésitation et sans précipitation comme l'eau d'un modeste ruisseau jurassien que je connais.

Une heure, deux heures ? Une communion plutôt qu'une instruction. Comme un repas. Un silence profond suivi de l’invitation aux questions. Très peu nombreuses. Et les réponses d’Haldas étaient plutôt des questions-réponses! Simples, fraternelles, reconnaissantes. Comme un jeu où tout le monde gagne.

La quelque centaine de participantes et de participants s’est retirée en silence. J’avais l’impression qu’on digérait cette nourriture qui dépasse l’entendement normal et nous fait percevoir l’au-delà du temps et des choses.

Ainsi durant trois « conférences »  d’environ deux heures chacune ! En passant, il avait à plusieurs reprises, évoqué le « Hors espace-temps » et cela tombait à pic, pour moi personnellement, et pour d’autres peut-être, interpellés par le sens du « temps » dans l’éphémère, ou non, d’une vie forcément limitée par l'espace et le tracé de la route.

La dernière conférence terminée, j'ai levé la main et j'ai posé MA question: « Pourriez vous approfondir le terme « Hors Espace-Temps, s'il vous plaît? » Georges Haldas s'est presque excusé d'avoir évoqué ce terme « Encore très peu réfléchi. » (sic). Et ce fut tout.

Mais je suis certaine que George Haldas a fait l’expérience de « Hors-Espace-Temps » et il le dit sans l’expliquer dans sa poésie, dans ces graines de vie surgie des racines de notre mère la terre qui vient d’accueillir les cendres et la poussière qui restent de ce corps consumé par l'Esprit jusqu'au bout. L' Esprit souffle à présent où il veut !

J’évoque « Hors Espace Temps » dans ce billet parce que j’en ai fait l’expérience. Au moins trois fois dans ma vie et davantage peut-être. Cette expérience relativise le temps  compté, calculé, rentabilisé jusqu’à l’absurde, et donne à ce « temps perdu et retrouvé » son vrai sens d'aboutissement: « Hors Espace-temps ».  Et loin de moi la pensée de « Repos éternel »! C'est tout autre chose!

 

17/10/2010

MEDITATION DOMINICALE

widow2.gif

La parabole du Juge sans pitié : Lc 18,1-8

 

Prier c’est aussi dire à Dieu ce qui me manque. C’est aussi prendre conscience de ce qui m’est dû et prier pour avoir la force de le revendiquer ! C’est difficile car l’église a (trop) souvent,  enseigné la soumission à ce que disent les ecclésiastiques, les directeurs de conscience, les dogmes, les autorités de tout bord.

 

Au temps de Jésus et dans son contexte, les femmes (et les enfants) étaient culturellement êtres inférieures, des « servantes des seigneurs », des femmes qui refoulent les humiliations dans leur cœur ! En silence.

 

Cela agace Jésus pour qui nous sommes tous égaux. Tous. Mais nous devons lutter pour conquérir notre dignité humaine sans se décourager jamais. Et Dieu sait que c’est épuisant ! Voici cette histoire dans la traduction œcuménique de la Bible.  Cela pourrait se passer à Bulle, à Lausanne, à Delémont, ici et maintenant :

 

« Il y avait dans une ville un

juge qui n'avait ni crainte de Dieu ni

respect des hommes.

 

Et il y avait dans

cette ville une veuve qui venait lui dire :

Rends-moi justice contre mon adversaire.”

 

Il s'y refusa longtemps. Et puis il se dit :

Même si je ne crains pas Dieu ni ne

respecte les hommes, eh bien ! parce que

cette veuve m'ennuie, je vais lui rendre

justice, pour qu'elle ne vienne pas sans fin

me casser la tête.” »

 

Et Jésus conclut :

« Écoutez bien ce

que dit ce juge sans justice.

Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient

Vers lui jour et nuit ? Et il les fait attendre !

Je vous le déclare :il leur fera justice bien vite.

Mais le Fils de l'homme, quand il

viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

 

Des juges, des supérieurs, des autorités sans vergogne qui ignorent celles et ceux qui viennent leur demander de les écouter, Oh ! il y en a ! Combien de fois, surtout si les demandeurs sont des femmes, des étrangers, des balayeuses de rue, des mendiantes, devront-elles attendre, attendre, repartir avec des papiers à remplir, remplir, revenir, repartir, être envoyés à un autre fonctionnaire, encore, encore… J’en ai fait l’expérience seule, et/ou avec d’autres. Et on revient si le courage tient bon, une fois, deux fois.

Jusqu’à forcer la  porte d’un chef pour lui faire face !

 

Selon Jésus, mon entêtement devrait avoir raison de cet homme de pouvoir, ce juge qui devrait enfin  « écouter ma revendication » ne serait-ce que pour que j’arrête de lui casser les pieds, ou la tête ! Et Jésus montre ce type, en fait quasiment l’éloge pour me donner à moi, une veuve, femme, étrangère, l’audace de changer ma vulnérabilité en une volonté d’acier, ne serait-ce que pour survivre !

Le juge de l’histoire de Jésus écoute et rend justice à la petite vieille veuve pour avoir la paix ! Parce qu’elle ne s’est pas découragée ! Et Jésus « loue », devant ses apôtres, ceux d’hier et d’aujourd’hui, ce fonctionnaire malhonnête forcé à faire son travail par … une femme marginalisée, une veuve seule, mais une personne animée par la Foi en elle-même jusqu’au bout.

Jésus n’a vraiment pas la langue de bois ! Que d’exemples concrets autour de nous, mais je ne veux pas penser pour les autres… Chacun a certainement des exemples plus percutants que les miens à partager…

Et pourtant la dernière réflexion de Jésus rejoint ce soir ma tristesse : « Jésus, le Fils de l’Homme, notre frère, trouve-t-il, sur la terre, dans nos villes en 2010,  des femmes et des hommes qui croient en Lui et en eux-mêmes ? »

 

00:27 Publié dans Spiritualités | Tags : veuve | Lien permanent | Commentaires (0)

09/10/2010

POINTS DE VUE

 

 

enfant.gif

 

 

MEDITATION DOMINICALE :

Les drones et les 33 mineurs

« Un jour, j’admirais les œuvres exposées d’un grand peintre. Une des peintures retenait mon attention. Comme l’artiste était présent, je le priai de m’indiquer la signification de sa peinture. Il me dit : « Vous devez découvrir vous-mêmes ce qu’elle vous dit. » Et le message de cette œuvre sera différent pour chaque personne qui la scrute ou qui la contemple. » *

J’ai compris que ce qui se passe à Sainte-Croix, à Bulle, en Suisse, dans le monde, est compris selon le regard de chaque individu.  Et que c’est en partageant nos points de vue que nous nous rapprochons les uns des autres. Peut-être.

Par exemple la fabrication des drones en Israël avec la coopération de la Suisse protègera les uns et tueras les autres. Y a-t-il un dénominateur commun entre l’être humain que le drone protège et celui qu’il tue ? (TJ de ce soir 19h30)

Ainsi pour toutes les armes dont le but est la violence, la mutilation, la mort ! Que Ueli Maurer se rende en Israël  et entreprenne une visite de « travail » de trois jours en Israël, et qu’il s’entretienne avec Ehud Barak son homologue, est perçu différemment par celles et ceux qui profitent de l’industrie des armes, et les autres ! Les cibles : des civils. Qu’y a-t-il de commun entre nous ? Notre humanité ? Notre vie ?

La BBC a montré, en directe tout au long de l’après-midi, l’exubérance du Chili jusqu’à ses plus petits recoins, jubilait la fille d’Allende  qui soutenait avec beaucoup d’autres les parents et amis des mineurs. Cette jubilation qui faisait vibrer le journaliste rayonnant de la BBC semblait jaillir de l’espérance des 33 hommes encore en attente de leur délivrance à portée de main et quand même encore loin ! L’explosion de joie, de pur bonheur, d’émotion non contenue sur terre et sous terre m’a envahie, petite spectatrice à l’autre bout de la planète ! Qu’avons-nous en commun ? La VIE pardi ! La Vie de chacun et la Vie de tous !

La Vie est notre point de vue commun. J’en ai fait l’expérience spirituelle et très concrète aujourd’hui et je vous la communique.

Mais la réflexion peut et doit se poursuivre indéfiniment si je cherche le sens de ma vie dans la réalité vécue.

* Du livre récent « Lob der Unvershämtheit » Gleichnisse  Jesu für Heute, par Hermann Josef Venetz, 2010 chez Paulusverlag à Fribourg (ma traduction libre)

 

08/10/2010

TROIS PERSONNAGES

 

Trois personnages

 

Amma

images (5).jpg

ou plus compliqué: Matha Amrithanandamayi, une femme « maître spirituel hindoue ». Elle pratique le darshan : elle enlace et embrasse les gens, des milliers de personnes, des gens de toutes sortes, des bébés, des vieillards… tous ! Et chacun se sent unique et digne d’être aimé, dans les bras de cette femme.

J’ai vu ça au TJ de 19h30, ce n’était qu’un flash pour un événement vrai, humain, une source d’énergie. J’ai eu envie d’en savoir plus pour le partager avec celles et ceux qui auraient envie, comme moi, de se confier quelques secondes dans les bras d’Amma !

Vous pouvez encore le faire demain, le 9 octobre et le dimanche, 10 octobre à Winterthur

  • 08.10. - 10.10.2010 à Eulachhalle, Wartstrasse 73, 8400 Winterthur.

  • Informations complémentaires : Violeine Ducret, tél. 022 757 41 92 (17-21h) mail: info.fr@amma.ch

Liu Xiaobo

 

liu-xiaobo-source-photo-rsf-org_30448_w250.jpg

Il est né en le 28 décembre 1955 et a pris conscience de l’injustice des plus pauvres en Chine, son pays natal où sa lutte lui vaut d’être en prison dès Noël 2009 et pour 11 ans !  En bref, pour avoir dit, pour ses millions de compatriotes, que la démocratie est un droit, et que, lutter pour que soit reconnue et respectée la dignité humaine est un devoir! Liu est donc le symbole de ceux qui luttent dans l’ombre pour la justice et qui n'ont pas droit à la parole.

(Je souhaite que Doris Leuthard en prenne bonne note ! L’économie est au service du bien commun et non de l’accumulation d’un capital au fond des banques !Voir sa visite en Chine en août dernier!)

La presse va sans doute nous informer sur la réalité et l'actualité des habitants de la Chine, et nous réveiller quant à notre devoir de solidarité. Pas seulement pour honorer Liu Xiaobo mais pour s’associer à la réalité et à la lutte des opprimés en Chine et jusqu’au Tibet !

 

Sarkozi et Benoît XVI

 

176781-94776-jpg_74178 (1).jpg

 

« Une saynète, au Vatican » avec des intentions « électoralistes » dit-on, pour Nicolas Sarkozi et, sans doute, avec des intentions « pastorales », mais j’en doute vraiment malgré moi, de la part de Benoît XVI.

L’entrevue à huit-clos n’annonce pas de Bonne Nouvelle pour les Roms et ceux qui sont dans la catégorie des « surplus people » ! Et images (6).jpgjusque au-de là des frontières françaises, italiennes et même helvétiques ! Là, exactement où vit et souffre Jésus de Nazareth aujourd’hui…et demain. Alors que les acteurs de la saynète jouent leur rôle comme les marionnettes  qu’active on ne sait trop quelle main ni pour amuser qui ?

Ma prière :

images.jpg

 

22:54 Publié dans Spiritualités | Tags : actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

04/10/2010

Le 4 Octobre 2010

 

Je vous offre la prière de François, le poverello

Quelle audace!

Celles et ceux qui ont essayé,

St-Fran-ois-d-Assise.jpg

Giotto

de vivre ce que dit François

prient ce texte « timidement »

C'est presque trop demander!

 

Quel travail à faire au quotidien

au travail

en communauté

en politique

en religion

Faire ce travail sans penser à une récompense

ni à des Bonus, ni même au Paradis

simplement par Amour

Faire ce travail, c'est mourir un peu

et c'est déjà être ressuscité avec LUI!

 

Seigneur, Fais de moi un instrument de paix,

Là où est haine, que je mette l'amour.
Là où est l'offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l'union.
Là où est l'erreur, que je mette la vérité.
Là où est le désespoir que je mette l'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

Fais que je ne cherche pas tant
à être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.

Car c'est en donnant qu'on reçoit ;
c'est en s'oubliant soi-même que l'on se trouve ; 
c'est en pardonnant que l'on est pardonné ;
c'est en mourant
que l'on ressuscite à la vie éternelle.

Saint François d’Assise (1182-1226)

 

02/10/2010

A ceux qui revendiquent un BONUS

Tous_différents_tous_égaux_Hérouville.jpg

 Conseil de Jésus à ceux qui revendiquent un BONUS

 Évangile de ce dimanche 3 octobre 2010

J’ose espérer que bien des employés/es, cadres, présidents, actionnaires de Banques vont à la Messe ou au Culte le dimanche ou le samedi. Demain, comme prévu dans le calendrier liturgique, la Parole de Dieu, selon l’apôtre Luc, 17,5 – 10, nous indiquent les recommandations que Jésus fait à ses apôtres, à ses disciples, à tous les chrétiens. La lecture terminée l’officiant dira : « Parole du Seigneur » et les fidèles répondront « Nous rendons grâce à Dieu ». Ce qui signifie : « Amen, je suis d’accord.» Ce que seront les commentaires des officiants, je n’en sais rien ce soir. 

Voici le texte:

A la demande des Apôtres d’affermir leur foi, Jésus répond :

« La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : 'Déracine-toi et va te planter dans la mer', et il vous obéirait. 
« Lequel d'entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs : 'Viens vite à table' ? 

Ne lui dira-t-il pas plutôt : 'Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour. '

Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ?

 
De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : 'Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n'avons fait que notre devoir. ' » 

 Les Apôtres étaient de fortes personnalités, ambitieuses, qui s’attentaient à des places d’honneur et même de pouvoir ! (Selon Marc 10 : 37, ils avaient revendiqué des Bonus: « Accorde-nous que nous soyons assis, l’un à ta droite et l’un à ta  gauche, dans ta gloire ! »)

 Jésus devait les prendre tels qu’ils étaient et leur dire la vérité sur le statut d’un vrai Chrétien : être comme l’amant au service des plus petits ! Un risque de la part de Jésus ! Mais sa Parole est encore aujourd’hui même, proclamée publiquement, est-ce qu’on peut faire « comme si » ?

 Donc, que les chefs quelconques, les papes, les évêques, les présidents, les directeurs de banques, de n’importe quelles institutions ne se mettent pas au-dessus de celle ou de celui qui balaie les corridors et vide les poubelles. Ils font simplement, chacun, des travaux complémentaires. Ils le font de leur mieux et doivent se contenter du salaire convenu qui devrait suffire, à tous, pour se procurer le Pain quotidien. Jamais pour l'accumulation.

Ils réciteront cette belle prière durant la Messe demain aussi.

Alors quid des bonus de toutes natures ? Des millions de francs, des chapeaux cardinalices, des promotions injustes au détriment d’autres qui attendent, des poste d’autorité à des intimes sans compétence, des omertas de facilité,  et la litanie est longue et les exemples proches de nous dans l’espace et le temps !

 Jésus dit : 'Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n'avons fait que notre devoir. '

 Jésus leur lavait les pieds, les servait à table, les emmenait parmi les pauvres, les lépreux, les prostitués, les aveugles, et aussi chez les riches ! Il leur donnait une formation de serviteur et pas de supérieur ni de maître. Il leur enseignait à prendre conscience que eux, comme nous tous, « sommes des serviteurs quelconques ! »

 On ne fait pas son devoir pour des Bonus, on le fait parce qu’on aime et qu’on désire être aimé : Le plus grand des Bonus.

 Je me permets juste une ou deux adresses d’exemples que nous connaissons déjà : La plus grande banque suisse annonce une perte de 1,8 milliards d’euros et distribue… 2 milliards de bonus. Il est beau le images (3).jpgsystème !

Credit Suisse: 3 milliards de bonus pour les cadres 26.04.2010 18:12 - mise à jour: 28.06.2010 10:25

http://www.tsr.ch/info/economie/1761195-credit-suisse-3-milliards-de-bonus-pour-les-cadres.html ) )

 

22:14 Publié dans Spiritualités | Tags : bonus | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2010

LE VOILIER IRENE VERS GAZA

 

169761-airene-une-jpg_69174.jpg


Le témoignage des voiliers vers Gaza

Dans le ciel de Palestine, le pays natal de Jésus, le ciel est noir comme le désespoir du petit peuple blotti dans sa révolte au dos du mur d’acier,  de pierre, un mur de peur, de haine dans la tête et le cœur du pouvoir d’Israël.  C’est dans cette nuit-là que des étoiles se lèvent lumineuses. Redonneront-elles l’espérance aux affamés de justice de Gaza, et la vue aux pouvoirs  aveugles de l’occupant israélien ?

 

Une de ces étoiles est un petit voilier bleu et blanc du  nom d’Irene. A bord, des pacifistes juifs – européens, israéliens et américains, en tout sept militants juifs pro-palestiniens et deux journalistes. Ils ont appareillé dimanche passé (20.09.10) du port de Famagouste, dans le nord de Chypre, et voguent vers Gaza. Ils apportent une petite cargaison de jouets, livres, matériel de pêche ou encore des médicaments, "une aide symbolique" pour la population de Gaza.

Comme ces bergers et ces sages d’antan offraient leurs « trésors » à celui qui est devenu, suprême ironie , la « cause » des haines religieuses entre chrétiens, et « non-chrétiens ! Jésus trahi. Institutionnalisé ! Jusqu'à aujourd’hui.

Mais la haine et la peur n’auront pas le dernier mot ! Aujourd’hui aussi, combien de héros anonymes à bord de ces voiliers de la paix et de la non-violence active ?

image002.jpgIl y a ceux qu’il est bon de nommer, par exemple Reuven Moskovitz, un Israélien de 82 ans, survivant des camps nazis, il fait partie du voyage et déclare :

Nous, juifs, devons avoir notre propre pays. Mais nous ne devons pas pour autant opprimer un autre peuple. Beaucoup d’Israéliens partagent mon opinion, mais ils n'osent l’exprimer à haute voix…

C'est un devoir sacré pour moi en tant que survivant [de la Shoah] de protester contre la persécution, l'oppression et l'enfermement de tant de gens, dont plus de 800 000 enfants à Gaza… L'État d'Israël est un rêve magnifique qui s'est réalisé, il faut faire en sorte qu'il ne devienne pas un cauchemar. Je suis sioniste, je crois que j'ai ma place sur cette terre, mais ce n'est pas une raison pour voler la terre des Palestiniens et violer les droits d'1, 5 millions de personnes".

On pouvait s’y attendre, le voilier Irene, intercepté, l’AFP rapporte : « Dix navires de guerre israéliens ont forcé le bateau à faire route vers Ashdod (port israélien) », a déclaré un des organisateurs qui se trouvait à terre à Gaza, Amjad al-Shawa.

« Ils se sont rendus parce qu'ils étaient encerclés, ils n'avaient pas le choix », a-t-il ajouté.

« La marine a pris le contrôle du voilier », a pour sa part annoncé l'armée israélienne dans un communiqué, ajoutant que l'interception n'avait donné lieu à aucune violence de part et d'autre… »

 Cependant, à Césarée avec l'émissaire américain George Mitchell, le Premier ministre Binyamin Netanyahou déclarait : « Il y a beaucoup d'obstacles sur le chemin de la Paix », tout le monde le comprend. Mais il n'y a qu'une seule manière de ne pas y parvenir, c'est en renonçant.» L'État hébreu est dans l’embarras mais reste prisonnier du mur de la peur qu’il a lui-même érigé. Il n’a pas le courage du risque. Sa peur le paralyse et l’empêche de contempler un avenir commun !

 Je souhaite que les petits voiliers continuent leur navigation vers Gaza et suivent l’étoile qui les guide. Les chefs des deux États, (sans ignorer le Hamas)  suivraient la lumière lacustre comme on suit l’étoile, même « l’nnacessible étoile » qui conduirait à la Paix ? Les deux peuples frères palestiniens et israéliens sont déjà unis dans leur volonté de vivre ensemble ! Mais comment se débarrasser des trônes et des dominations ?

 Le message du paysan juif, le Palestinien Jésus de Nazareth, ressuscité et vivant aujourd’hui dans son pays natal comme au fond des cœurs, construirait la justice et Jésus ne serait plus en agonie.

« Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde : il ne faut pas dormir pendant ce temps-là. » Ne dormons pas, scrutons l'horizon!

images (4).jpgOui, j’aimerais rester éveillée aujourd’hui et promouvoir les messages des petits voiliers comme Irene, le message des étoiles scintillantes dans la nuit, et celui des fronts obstinés qui cognent et font des fissures innombrables pour que disparaissent tous les murs !

 

13:45 Publié dans Spiritualités | Tags : irene | Lien permanent | Commentaires (3)

29/09/2010

TIBHERINE DES HOMMES ET DES DIEUX et la réalité

 

affiche.jpg

« Ma vie était donnée... » Il sait bien que la mort n'a pas le dernier mot, et cette réalité de mort de Tibhirine n'a pas le dernier mot. Le terrorisme non plus! Les fleurs poussent plus drues sur les tombes et je suis heureuse de savoir que « Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. » On ne peut « jouir de ce film -Des hommes et des Dieux - si extraordinairement beau » sans s'unir à la réalité qui fut et qui est, globalement dans notre monde. C'est pourquoi je vous donne le Testament de Christian. (claire-marie)

 

Testament spirituel du frère Christian 

  
Quand un A-DIEU s’envisage... 

S'il  m'arrivait  un jour - et ça pourrait  être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNEE à Dieu et à ce pays. 


Qu'ils acceptent que le Maître unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal. Qu'ils prient pour moi : comment serais-je trouvé digne d'une telle offrande ? Qu'ils sachent associer cette mort  à tant d'autres  aussi violentes laissées dans l'indifférence de l'anonymat. Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance. J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde, et même de celui- là qui me frapperait aveuglément. 

J'aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout cœur à qui m'aurait atteint.
 

Je ne saurais souhaiter une telle mort ; il me paraît important de le professer. Je ne vois pas, en effet,  comment  je  pourrais  me  réjouir  que  ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.
 

C'est trop cher payé ce qu'on appellera, peut-être, la « grâce du martyre » que de la devoir à un Algérien, quel qu'il soit, surtout s'il dit agir en fidélité à ce qu'il croit être l'islam. Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement. Je sais aussi les caricatures de l'islam qu'encourage un certain islamisme. Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes.
 

L'Algérie et l'islam, pour moi,  c'est  autre chose, c'est un corps et une âme. Je l'ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j'en ai reçu, y retrouvant si souvent ce droit-fil conducteur de l'Évangile appris aux genoux de ma mère, ma toute première Eglise, précisément en Algérie, et, déjà, dans le respect des croyants musulmans. Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : « Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense ! » Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec lui ses enfants de l'islam tels qu'il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de sa Passion, investis par le don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir  la  ressemblance,  en  jouant  avec  les différences.
 
Cette  vie  perdue,  totalement  mienne,  et totalement leur, je rends grâce à Dieu qui semble l'avoir  voulue tout  entière pour  cette JOIE-là, envers et malgré tout.  Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui, et vous, ô amis d'ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes sœurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis !
 

Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux, ce MERCI, et cet « A-DIEU » envisagé de toi. Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. AMEN !  Incha Allah ! 


Alger, 1er décembre 1993. 
Tibhirine, 1er janvier 1994. (c'est Frère Christian Chergé)

Christian220px-Tombe_Christian_de_Chergé.jpgchristian.JPG

 

 


 

23:32 Publié dans Spiritualités | Tags : testament | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2010

DES HOMMES ET DES DIEUX

 

affiche-des-hommes-et-des-dieux_jpg_300x365_q95.jpg

« Des hommes et des dieux ». Ma réflexion

Je me souviens bien de ces années-là, je travaillais à SOS ASILE JURA, Delémont. En 1989, 90, 91, l'avenir en Afrique du Sud était comme un unijambiste sur une corde raide. Tout pouvait arriver…et rien! Et la lutte continuait avec notre Mandela à l’arrière plan.

L’Algérie nous était proche par la présence de Ahmed Ben Bella, qui vécut 23 ans en prison (Mandela 27 ans !), et qui avait acquit une vision lucide et profonde de l'ordre mondial et des relations Nord-Sud. Il était solidaire de l'ANC, de sa vision d'une société « où le plus grand bien serait pour le plus grand nombre ».

 

Après les « indépendances », en Algérie, les soubresauts économiques, des nouvelles émeutes, des changements de régimes politiques, étaient inévitables. La victoire du FIS (Front Islamiste du Salut) en 1991 n’était pas acceptable aux intérêts des « protagonistes des anciens régimes » et la grande peur de l’islamisation paralysa les meilleures volontés, de telle sorte que, avec le pouvoir de l'armée, le F.I.S fut interdit le 4 mars 1992. La révolte était inévitable.

C'est alors que le sang rougit cette terre d’Algérie alors que la population n’avait qu’un désir, c’était de vivre ensemble en paix, en reconstruisant une nouvelle Algérie à partir de ses racines inter religieuses, inter culturelles.

« Mais quand on a des armes, on les utilise » me disait une fois un demandeur d’asile angolais ! »

J’ai mis ces quelques brèves lignes du contexte historique pour expliquer le fait que, malgré l’horreur de l’assassinat des Moines, annoncé en mai 1996, ce témoignage de martyrs, donc de témoins prophétiques sans oublier celui de Pierre Claverie évêque à Oran assassiné en août 1996, me paraissait aussi inévitable que les témoignages nombreux au El Salvador, en Afrique du Sud, en Chine, en Asie sans oublier l'Irak et ailleurs. En Palestine par exemple.

Dimanche passé j’ai eu la chance d’aller voir le film :  « Des hommes et des dieux ».

Le titre vient du Psaume 81 (82) :

"Vous êtes des dieux, des fils du Très-Haut, vous tous ! Pourtant, vous mourrez comme des hommes, comme les princes, tous, vous tomberez".

 Et je ne peux m’empêcher d’ajouter qu’il s’agit, dans ce psaume, de

« Rendre justice au faible, à l'orphelin ; de faire droit à l'indigent, au malheureux.

De libérer le faible et le pauvre, d’arracher les pauvres aux mains des impies… »

 

Ce film magnifique, profond, m’interpelle directement : jusqu’où va ma passion pour les petites gens, pour la justice, la réconciliation, la vie donnée, dans des réalités de mort rampante et imminente ? Comme celles qu'ont vécu les moines?

Car la vérité poignante du film ne peut être qu'un pâle reflet de la réalité des moines de Tibhirine, de leur agonie face à la décision à prendre, à la peur récurrente de leur propre faiblesse, dans ce Jardin des Oliviers d’un si long Vendredi Saint. L'agonie et la peur sont peut-être pires que l'exécution: on y sue des gouttes de sang, comme Jésus.

Je crois que seul l’Amour les uns envers les autres a soudé leur courage, les a rendu forts et invincibles. Les sept.

Ce témoignage communautaire est extrêment rare. Dans la liberté respectée de chacun, permettre à l'Esprit d'Amour de nous unir dans le respect total des individus, quel défi, sans pression ni calcul. Conscients de notre raison d'être dans une société, une Eglise déchirée, pour moi, c'est Jésus aujourd'hui. Le film nous le rapelle. Le méditer nous fortifie.

Les Moines n'ont pas recherché la mort, ni le martyre pas plus que la communauté massacrée non loin de leur maison quelques temps auparavant. C'était une affaire d'otages interchageables! Les otages des deux bords servaient au marchandage de deux Pouvoirs ennemis et le vrai responsable reste à se présenter comme tel!!!

Pour ce qui est des moines, savoir ensemble que, « donner sa vie, c’est la gagner » pas pour soi, mais pour Dieu en soi, mais pour ce petit peuple musulman, chrétien et tout autre de par le monde. Pâques, c'est ça, aussi.

 

22:17 Publié dans Spiritualités | Tags : tibhirine | Lien permanent | Commentaires (4)

25/09/2010

LAZARE et l'HOMME RICHE

 

images.jpg
L'Évangile d'aujourd'hui
Dans quel état est notre planète?

Combien de gens, déplacés par les guerres ? les catastrophes naturelles ? Combien d'orphelins et combien de réfugié/es?

Combien d'affamés par les les structures économiques verrouillées pour l'accumulation du Capital au service des riches?

Réduire la pauvreté de moitié d'ici 2015, oui, mais, sans changer les structures économiques? C'est possible?

Selon la Direction du développement et de la coopération (DDC): « Berne n'a d'ailleurs toujours pas atteint son objectif de consacrer 0,4% du Produit national brut (PNB) à l'aide au développement ». (selon Swissinfo et les agences).

« Depuis la crise économique, un nombre

croissant de travailleurs se retrouvent dans

une pauvreté extrême avec leurs familles »

http://www.un.org/fr/millenniumgoals/poverty.shtml

S'il y a de nombreux signes de bonne volonté pour construire un monde où règne la justice et la paix, le dieu Mammon rester le maître des « pouvoirs et des dominations » de notre monde. Et continue d'écraser les efforts des petites gens pour survivre.

Je fais partie de ce monde. « Peu importe le point de vue où je me place, mon identité véritable est d'être membre de la race humaine... Jésus n'était pas moins humain que nous tous, et s'il l'était davantage, c'est en raison de sa conscience plus vive de ne faire qu'un avec tous les humains. » (Suivre Jésus aujourd'hui, page 207, Albert Nolan) Et Jésus s'identifie formellement aux victimes des systèmes:

« Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !' » (Matthieu chap. 25. 34 et 35).

Aussi, l' Évangile qui sera lu dans les églises catholiques, ce dimanche, 26 septembre, nous interpelle directement, au cœur de notre réalité.

Selon Saint Luc 16,19-31

Ce texte sera commenté afin de nous aider à nous unir à Jésus, notre adorable frère et seigneur! De mieux apprécier ce repas de gratitude: l'Eucharistie, le Pain de Vie.

Le Pain partagé, la Parole vivante partagée, un partage, source de VIE.

Dans « l'Évangile au quotidien », le commentaire du jour est signé saint Jean Chrysostome , prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église. Son langage est clair comme l'eau de roche ! (http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20100926)

 

téléchargement.jpg

Saint Jean Chrysostome dit:

Reconnaître le Christ pauvre

«       Tu veux honorer le Corps du Christ ? Ne le méprise pas lorsqu'il est nu.

Ne l'honore pas ici, dans l'église, par des tissus de soie tandis que

tu le laisses dehors souffrir du froid et du manque de vêtements.

Car celui qui a dit : « Ceci est mon corps » (Mt 26,26), et qui l'a réalisé en le disant,

c'est lui qui a dit : « Vous m'avez vu avoir faim, et vous ne m'avez pas donné à manger »

et aussi : « Chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits,

c'est à moi que vous ne l'avez pas fait » (Mt 25,42.45).

Ici le corps du Christ n'a pas besoin de vêtements, mais d'âmes pures ;

là-bas il a besoin de beaucoup de sollicitude... Dieu n'a pas besoin de vases d'or

mais d'âmes qui soient en or.

Je ne vous dis pas cela pour vous empêcher de faire des donations religieuses,

mais je soutiens qu'en même temps, et même auparavant, on doit faire l'aumône...

Quel avantage y a-t-il à ce que la table du Christ soit chargée de vases d'or,

tandis que lui-même meurt de faim ?

Commence par rassasier l'affamé et, avec ce qui te restera, tu orneras son autel.

Tu fais une coupe en or, et tu ne donnes pas « un verre d'eau fraîche » ? (Mt 10,42)...

Pense qu'il s'agit aussi du Christ, lorsqu'il s'en va, errant, étranger, sans abri ;

et toi, qui as omis de l'accueillir, tu embellis le pavé, les murs et les chapiteaux des colonnes,

tu attaches les lampes par des chaînes d'argent ;

mais lui, tu ne veux même pas voir qu'il est enchaîné dans une prison.

Je ne dis pas cela pour t'empêcher de faire de telles générosités,

mais je t'exhorte à les accompagner ou plutôt à les faire précéder

par les autres actes de bienfaisance...

Donc, lorsque tu ornes l'église n'oublie pas ton frère en détresse,

car il est un temple et de tous le plus précieux. »

 Jean Chrysostome, né à Antioche entre 344 et 349, et mort en 407.

C'est un saint de l'Église catholique, de l'Église orthodoxe et de l'Église copte, fêté le 13 septembre en Occident et le 30 janvier en Orient.

Voilà les conseils que ce Docteur de l'Église nous donne pour vivre l'évangile de ce jour. Et je lui dis toute ma reconnaissance!

So help me God!

 

16:50 Publié dans Spiritualités | Tags : évangile | Lien permanent | Commentaires (1)

19/09/2010

John Henry Newman

 

John Henry Newman

2845728243_1de812d043_o.jpg

Six enfants dans la famille Newman et John est l'aîné. Son père tente d'être banquier et sa maman hérite de la culture huguenote française . La banque fait faillite et papa travaille alors dans une brasserie. John Henry va à l'école à Ealing/Londres. Il est studieux, timide, voire superstitieux et lit beaucoup. En 1816, il a 15 ans, sa pensée mûrit, il écrit: « Le point central est de « demeurer dans la pensée de deux êtres et de deux êtres seulement, absolus et lumineusement évidents : moi-même et mon Créateur... » Égoïste, John Henry? Non!

 

Déjà ce « cœur à cœur » qui sera sa devise une fois devenu à contre cœur, Cardinal Newman. Mais c'est une longue histoire. Profondément conscient d'être humain, il prend conscience de l'humanité de son Créateur et des créatures!

 

Son père le voudrait avocat. Mais Non. John Henry fréquente Oxford, il finance par des travaux annexes ses études théologiques et devient prêtre de l'Église anglicane disant « que le célibat lui convient ». Ses plus chers amis sont presque tous masculins, à part sa sœur qui meurt alors qu'il à 27 ans et le chagrin l'amène à la poésie. Il abhorre l'Église catholique (voir Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Henry_Newman) . Il est en recherche constante et passionné de LA VERITE.

 

Intellectuel, il se lie d'amitié avec John Keble, un ecclésiastique. poète et théologien « un des hommes les plus saints et généreux qu'ait connus l'Église anglicane ». John Henry travaille trop, il fait une grave dépression, un burn-out dirait-on aujourd'hui. Il va alors chez son ami Robert Isaac Wilberforce pour se reposer, et poursuivre sa route, conscient de plus en plus du caractère non apostolique de l'Église d'Angleterre. Tiraillé entre deux institutions: la catholique et l'anglicane, jumelles qui ne s'aiment pas, il est enfin ordonné prêtre catholique cette fois et "converti" cette fois, et devient membre de la Congrégation de l 'Oratoire, laquelle n'exige pas de vœux, et dont le noviciat dure trois mois.

 

John Henry Newman non seulement recherche la vérité mais il essaye de la dire et à mesure que la pensée « avance » sa formulation doit aussi avancer! Il interprète donc la Tradition comme quelque chose de vivant, changeant et actuel. Ce qui inquiète les autorités ecclésiastiques.

 

N'oublions pas le contexte! On vit à l'époque et au pays de Charles Dickens avec son Oliver Twist, et ses millions de petites gens avec qui Jésus, hier comme aujourd'hui, s'identifie formellement! John Henry Newman en est conscient!

 

Ce qui me fait aimer Newman, c'est avant tout ce qu'il essaie d'accomplir en tant que brillant intellectuel qui choisit de vivre auprès des pauvres. Il les aime et leur montre son amour chez eux!

 

Le long chemin vers la Vérité de John Henry Newmann traverse bien des tunnels. "I have lived thirty years in hot water" écrit-il, épuisé par tant de controverses ecclésiastiques! Les institutions « l'utilisent » dans des intérêts de prestige je suppose, et sa candeur et fidélité envers lui-même et Dieu le rendent malade au point de se contredire et de devoir rechercher sa propre intégrité! "Dois-je croire un mensonge?" se plaint-il à un ami Ce qui lui fait redire « when the heart aches and the spirit bleeds! » Cher John Henry, il avance « un pas à la fois, dans les ténèbres environnants ».

 

Il a la chance d'un ami indéfectible, c'est Ambrose Saint John décédé en 1875. Ils s'entraident, se soutiennent dans un amour fraternel!

(voir Wikipedia: Le cardinal Newman est enterré dans le cimetière de Rednall Hill (Birmingham). Il partage sa tombe avec son ami, Ambrose St. John, qui s’était converti au catholicisme en même temps que lui).

 

Aujourd'hui, je cite Elena Curti, éditorialiste au Tablet – un "respectable" hebdomadaire catholique » (cadeau de mes consœurs en UK et que je lis chaque semaine), pour la béatification, le corps de Newman sera (peut-être?) "translaté", déposé dans un sarcophage, séparé, du corps de son ami afin d'être vénéré par le public. Comme si on nous offrait de vénérer des os alors que brûle l'Esprit! La décision de l'Église Catholique a choqué de nombreux catholiques, prêtres et laïcs, et cela en a conduit d'autres à se poser des questions embarrassantes sur la relation de ces deux hommes, prêtres et amis.

 

Alors que Jésus disait « Voyez comme ils s'aiment », ils sont mes disciples, ce n'est pas un mièvrerie, s'aimer, c'est une exigence à longueur de vie, jusque dans la tombe, et les cendres et au-delà!

Elena Curti écrit (The Tablet, 4 et 12 septembre) « à trois occasions Newman a exprimé son désir d'être enseveli avec son ami Ambrose, même dans les derniers moments avant sa mort en 1890. “Je désire, de tout mon cœur être enseveli dans la tombe de Fra Ambrose St John – et je vous laisse ceci comme mon ultime volonté, comme ma volonté la plus impérative” écrit-il, ajoutant: “Je le confirme et j'insiste”. Et voici ce qu'il écrivait peu de temps après la mort de d'Ambroise St. John en 1875: “J'ai toujours pensé qu'il n'y avait pas deuil égal à celui de la perte d'un époux ou d'une épouse, mais aujourd'hui j'ai du mal à croire qu'il y ait deuil plus grand, ou même douleur plus grande, que les miens”.

C'est Newman, le brillant intellectuel au cœur de chair!

 

« ON FAIT COMME SI »

 

Que se passe-il en ce moment à Birmingham? Une cérémonie de Béatification programmée jusqu'au au dernier point, au dernier geste. Cela se passe en ce moment alors que j'écris ces quelques lignes que je voudrais « bienheureuses » et qui ne le sont pas. Il y a trop de « comme si ».

Newman est venu au catholicisme parce que l'Église anglicane lui paraissait trop « non apostolique », la reine en est le chef. Le Pape vient à l'invitation d'Élisabeth en tant que chef de l'État du Vatican. Ce fut spécifié, c'est une visite d'État. Et il béatifie.

 

Newman a souffert des autorités des deux Institutions qui l'ont encadrés jusqu'à la mort! On fait « comme si ». Ensemble. Sous le regard d'un monde qui en a marre de faire « Comme si »! C'est une Béatification politique, écrit le National catholic Reporter d'aujourd'hui.

 

Ce pape demande pardon aux enfants victimes devenus adultes et fait « comme si » tout ira bien, mais ne montre pas le moindre signe de vrai changement structurel interne à l'institution, et poursuit sa route « restauratrice » alors que veillent les fonctionnaires de l'Opus Dei en UK itou! On fait « comme si! »

 

Faire « comme si » est-ce la Parole du Verbe incarné?!

 

Cher Newman, reste bien toi même: l'Ami de tous, le Poète au cœur bien trop vulnérable pour ta brillante intelligence! « The heart aches and the spirit bleeds! » Aujourd'hui aussi.

Dans nos ténèbres tu nous offres aujourd'hui une douce lumière:

 


Conduis-moi, douce Lumière

Conduis-moi douce Lumière,

A travers les ténèbres qui m’encerclent.

Conduis-moi, Toi, toujours plus avant !

La nuit est d’encre

Et je suis loin de ma maison.

Conduis-moi, Toi, toujours plus avant.

Garde mes pas :

Je ne demande pas à voir déjà

Ce qu’on voit là-bas :

Un seul pas à la fois

C’est bien assez pour moi.

Je n’ai pas toujours été ainsi

Et je n’ai pas toujours prié

Pour que tu me conduises,

Toi, toujours plus avant.

Si longtemps ta puissance m’a béni :

Sûrement elle saura encore me conduire

Toujours plus avant

Par la lande et le marécage,

Sur le rocher abrupt et le flot du torrent

Jusqu’à ce que la nuit s’en soit allée…

Conduis-moi, douce Lumière,

Conduis-moi, Toi, toujours plus avant !

 

John Henry Newman

dyn007_original_500_375_pjpeg_2617841_3c67ec8d8fb44930056148f185722d6d.jpg


12:47 Publié dans Spiritualités | Tags : newman | Lien permanent | Commentaires (3)

15/08/2010

EVASION

 

51948041.jpg

Évasion

J'en ai rêvé et j'ai tellement désiré passer quelques précieux moments au bord de l'eau.

Et le miracle est d'autant plus merveilleux que j'y avais presque renoncé, mais c'est venu et dès demain et pour un beau mois je pourrais m'évader, hors d'une multitudes de murs, au grand large, au bord d'un Lac, peut-être d'une clarté autre que notre Léman, mais d'une profondeur qui rejoint votre MOI profond quand vous êtes libre et libéré.

20080222_121444.jpg

 

Comme Le lac de Tibériade, là où Jésus aimait s'évader et et sentir accueilli par la tendresse vigoureuse des vagues. L'eau accueille les turbulences accumulée et tendrement m'entraîne au cœur des vagues frémissantes vers une Vie renouvelée car « 'esprit d'Elohim plane au-dessus des eaux". Il apaise les discordances, le bruit des mots , les vanités,les blessures, les inquiétudes, les tourbillons, les colères. Il souffle comme la main amie sur mon front tourmenté la fraîcheur du SILENCE de son immense pour la terre, pour l'univers, pour moi, petite vibration de son origine faite femme. Pour Dieu fait homme en nous.

Oh! je me réjouis de revoir le calme, la paix, la musique du silence et là-bas3532042038_337b3d2373.jpg l'horizon.

L'eau bleu comme le ciel, il ne font qu'UN. Et moi avec, le temps de quelques semaines.

 

 

13/08/2010

PRIERE DU SOIR

 

Prière de ce soir avec Pedro Arrupe

DN-UMS-21_pa_poster.jpg

Enseigne-moi ta manière de te comporter avec les disciples, avec les pécheurs, avec les enfants,  avec les Pharisiens, ou avec Pilate et Hérode. Et encore avec Jean-Baptiste avant sa naissance et plus tard au bord du Jourdain. Enseigne-moi comment tu agissais avec tes disciples, surtout avec les plus intimes : avec Pierre, avec Jean ... et aussi avec le traître Judas.

Communique-moi la délicatesse avec laquelle tu leur as préparé à manger au bord du lac de Tibériade ou tu leur as lavé les pieds.

Que j'apprenne de toi, comme l'a fait saint Ignace, ta manière de manger et de boire, comment tu prenais part aux repas de fête , quel était ton comportement quand tu avais faim et soif , quand tu ressentais la fatigue après les voyages, quand tu avais besoin de repos et de sommeil.

Enseigne-moi à souffrir avec ceux qui souffrent : avec les pauvres, les lépreux, les aveugles, les paralytiques. Montre-moi comment tu témoignais de tes émotions très profondes quand tu en vins à verser des larmes ou quand tu as ressenti cette angoisse mortelle qui te fit suer du sang et qui nécessita la conso­lation d'un ange.

Et surtout je veux apprendre la manière dont tu as témoigné cette extrême douleur sur la croix, lorsque tu t'es senti abandonné par le Père.

Tu étais sévère, il est vrai, avec les gens malintentionnés. Mais il est vrai aussi que ta bonté attirait les multitudes au point qu'elles oubliaient de manger ; que les malades étaient sûrs que tu aurais pitié d'eux ; que ta connaissance de la vie quotidienne te permettait de parler en paraboles à la portée des gens simples; que ton amitié s'étendait à tous, mais avec une spéciale attention pour certains : Jean ou Lazare, Marthe et Marie; que tu savais remplir d'une joie sereine une fête de famille, à Cana par exemple.

Apprends-moi ta manière de regarder : comment tu as regardé Pierre pour l'appeler à ta suite ou pour le relever après sa faute ou comment tu as regardé le jeune homme riche qui ne s'est pas décidé à te suivre, ou comment tu regardais avec bonté les foules qui se pressaient autour de toi ou comment tu regardais avec colère les Pharisiens .

Je voudrais te connaître comme tu étais : ton image devant moi suffirait à me changer. Le centurion de Capharnaüm s'est senti écrasé par ta bonté. Sous ton regard, Pilate se sent incertain, et son épouse est effrayée . Le centurion qui te voit mourir proclame ta divinité alors même que tu rends l'âme.

Je voudrais entendre ta voix comme dans la synagogue de Capharnaüm ou comme sur le Mont des Béatitudes ou quand tu t'adressais aux foules. 

Enseigne-nous ta manière d'agir pour qu'elle devienne, aujourd'hui, notre manière et que nous soyons tes compagnons, et tes collaborateurs et tes collaboratrices.

(J'ai légèrement adapté, ici et là, la prière de Pedro Arrupe à ma pensée, claire-marie)

http://www.jesuites.com/histoire/arrupe/priere.htmlimage003.gif


et à Haïti aujourd'hui

21:44 Publié dans Spiritualités | Tags : arrupe | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2010

LE PERE ARRUPE

003-Padre Pedro Arrupe, S_J_.jpg

 Un prophète, le Père Pedro Arrupe SJ

« Il existe un poète aux odes insondées,
Plus vaste que les cieux, plus grand que l'infini ;
Son cœur est l'océan où naissent les idées,
L'univers à genoux chante son nom béni.

Son regard rajeunit les croyances ridées ;
Il sculpte au cœur humain l'espoir dans le granit,
Il calme de la mer les vagues débordées ;
Aigle impossible, il a l'immensité pour nid.

Sa plume est le soleil ; son poème, le monde ;
Les monts et les forêts que la tempête émonde,
Les océans profonds que tord le vent du flux,

Sont les notes sans fin de sa vaste harmonie ;

L'homme est l'écho complet de son œuvre infinie.
Ce poète, c'est Dieu ; mais on ne le lit plus.

Etienne Eggis
(1830-1867)

Un prophète, Pedro Arrupe, jésuite, est selon moi : « 

l'écho complet de l’oeuvre infinie de Dieu, mais on ne le connaît pas ! » Il est témoin des ravages de la première bombe atomique sur Hiroshima et Nagazaki en 1945. On préfère taire son action! Je voudrais me souvenir de ce prophète jésuite honnis des autorités vaticanes à l'époque! Je voudrais l'honorer et le prier de nous inspirer par sa vie et sa vision!

A Nagazaki, le premier à recueillir les agonisants dans ce qui restait du Noviciat des Jésuites et à se familiariser avec la mort de Jésus aujourd’hui. J’étais là et tu étais là…Pedro Arrupe. " J'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !"
Mattieu 25 :31-46

Et pourtant, les 6 et 9 août 2010, Pedro Arrupe est resté dans l’ombre de la bombe. A l’écart des médias, et hors les murs de l’Institution comme Saul le disait déjà aux gens d’Ephèse 13.12-14 : « C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, (sa vie) a souffert hors de la porte. Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre. » Silence !

Né en 1907 et mort en 1991, il avait fait des études en médecine et au moment de l’explosion de la bombe atomique soigna sans relâche les victimes, les brûlés, les mourants. Plus tard il alla célébrer la première Eucharistie dans la cathédrale éventrée.

Nommé supérieur provincial du Japon en 1958, il est élu « général » le 22 mai 1965. A ce titre, il participe à la quatrième session du Concile de Vatican II. Il participe à tous les synodes des évêques (six sessions entre 1967 et 1980). « Ce qui ne veut pas dire » précise-t-il « que je considère ma vie comme particulièrement extraordinaire » !

Il a un cœur qui va droit à la réalité des victimes de l’injustice. En Amérique latine, il pousse la Compagnie à prendre sa part dans la lutte sociale et à s'engager en faveur des pauvres et des marginaux, comme de toutes les victimes de l’injustice. Mais il sait que des oppositions viendront « d’où on les attend le moins ! » Du Pape et du Vatican ! Combattu et méprisé par la curie romaine, il est humilié et désavoué publiquement par Jean-Paul II qui, dès lors, vise à remettre de l'ordre chez les Jésuites soupçonnée de collusion avec la "théologie de la libération". !!!

 Le journaliste Etienne Séguier écrit en février 2004 dans l’hebdomadaire La Vie :

C’est en revenant des Philippines, que le Père Arrupe est atteint, le 7 août 1981, d’une thrombose cérébrale. Jean-Paul II, sans état d’âme, écrit en ces termes de Castelgandolfo au Père Arrupe le 5 octobre 1981 :

 « La préoccupation que j’ai éprouvé à la nouvelle de votre maladie, comme je vous l’ai écrit le 27 août, ne m’a pas quitté tandis que je suivais ces dernières semaines l’évolution de votre état de santé. […] Votre maladie m’a fait percevoir de façon encore plus vive la signification du désir que vous m’avez manifesté dès l’an passé de présenter votre démission à la Congrégation générale … ».

arbre_fleurs.JPGC’est l’approche de Jean-Paul II. Et le coup de grâce infligé à celui qui le dérange : le prophète !

Pedro Arrupe meurt à Rome le 5 février 1991 à l’âge de 83 ans.

« Le regard de Dieu rajeunit les croyances ridées… » Est-ce possible ?

 

22:21 Publié dans Spiritualités | Tags : prophète | Lien permanent | Commentaires (4)

04/08/2010

ETINCELLE DANS LE CHAOS

 

Jésus au cœur de la réalité 

 GOUFFR~1.JPG

Être conscient de la réalité humaine de notre monde nous coupe le souffle, nous ôte la parole. Le suprême égoïsme serait de se réfugier dans une tour d’ivoire pour « garder la paix », la tranquillité. Ce serait l’indifférence !

 Mais voilà : indépendants, nous sommes interdépendants ; solitaires, nous sommes solidaires. Notre demeure est hors frontière, hors patrie, hors planète, puisque, nous sommes UN  dans l’Univers qui se déploie. L’infiniment grand dans l’infiniment petit (moi) ou le contraire. La souffrance de l’un est celle de tous et l’espérance de l’un est celle de tous, et, en Jésus, l’irréconciliable est déjà, et pas encore, réconcilié (Col 1 :20). C’est simplement le mystère de l’Amour. Mais l’Amour est l’énergie de la lutte pour hausser la voix face à l’actualité, par la prière peut-être, pas une prière de repos, mais une prière de révolte dans la confiance et les contradictions. Une prière qui agit dans la mesure de mes moyens, consciente  de ne pas être immunisée contre les tentations au désert comme Jésus les a connues au désert : faire du spectaculaire plutôt que de labourer la terre !

 Mais comment donc réconcilier cette foi avec l’intolérable souffrance humaine, en nous, autour de nous, comment réconcilier l’espérance qui nous maintient debout dans la tempête qui tue les uns, épargne les autres ?

Comment réconcilier ce qui reste d’humain en l’homme avec l’intolérable souffrance des gens qui ont faim, soif, qui sont perdus dans les catastrophes à répétition : l’eau au Pakistan, en Chine, le feu en Russie, le poison persistant à Tchernobyl et Bophal , la violence en Afghanistan, en Irak, l’agitation, la mort, la corruption chez nous ? Être conscient de la réalité ne veut pas dire l’accepter, cela signifie plutôt permettre l’empathie de motiver l’action, si petite soit-elle, pour allumer dans ce chaos, une étincelle de vie. Et ce n’est pas facile, on devient facilement spectateur quand on est « au repos ».

 

L’actualité est notre quotidien. Nos journalistes le disent avec leur plume, ou en « dévidant » à toute vitesse les bulletins d’information etincelle.jpgjusqu’au délire à la radio. Bonnes Nouvelles ? Tout le contraire ! Tant et si bien que l’intelligente et engagée Mishael Hussein  présentatrice du « BBC  World News » s’excuse   quasiment de « rambling on » dévider non stop ces NEWS de guerre, de sang, de souffrance ! Pour le moment, ajoute-t-elle comme pour s’excuser !

(c’est ma prière du soir)

 

 

23:26 Publié dans Spiritualités | Tags : news | Lien permanent | Commentaires (0)