20/09/2009

MEDITATION

 

cercle10.jpg

 

 


L'enfant souffle sur ses mains...s'envole un sourire

Méditation dimanche  20.09.09

 

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&...

Demain, comme chaque dimanche dans les églises, à la radio, à la télévision, les textes à que vous trouvez à l’adresse ci-dessus seront lus et parfois, commentés par l'officiant.

Il s’agit de Jésus dans sa réalité humaine, sociale. Mais Jésus-cosmique transcende l’espace et le temps, et rejoint chacun dans sa réalité propre et communautaire. Une réalité, pour nous aujourd'hui par exemple, une actualité personnelle et/ou nationale, mondiale telle que nous la vivons et telle que les médias la publient, parfois biaisée selon l’intérêt des cadres.

· Le livre de la Sagesse, 2,12.17-20, prédit ce qui attend Jésus. Nous pouvons le lire tranquillement et réfléchir nous-mêmes sur la lumière que cela jette sur certains aspects de notre vécu tel qu'il. Positif, négatif et, souvent, les deux en même temps.

 

· Le Psaume, 54(53),3-4.5.6.8 David, qui s’accompagne à la harpe chante sa confiance en ce Créateur qui nous aime puisque nous sortons de sa main. Lisons plutôt…

· Lettre de saint Jacques 3,16-18.4,1-3 Jacques a vécu avec Jésus et sait de quoi il parle ! Rien de plus apte pour découvrir dans le miroir d'une eau de roche, la racine de la souffrance, celle que nous subissons et celle que nous infligeons. Selon moi, se laisser honnêtement interpeller par ce que dit Jacques, m’aide à poursuivre mon chemin de conversion, bien nécessaire à chacun de nous…

· L’évangile de Jésus-Christ selon saint Marc, 9,30-37 montre que Jésus est conscient qu’il est seul, que même ses amis n’ont rien compris, qu’ils sont centrés et concentrés sur leurs vues égoïstes et leurs intérêts personnels. Jésus ne les corrige pas, mais il se tourne vers un enfant, avec qui Il s'identifie, il le prend dans ses bras et l’embrasse, il le donne en exemple à ceux et celles qui lui succèderont, et leur dit simplement « Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille. Et celui qui m'accueille ne m'accueille pas moi, mais Celui qui m'a envoyé. »

 

  • Au sujet du statut de l'enfant à l'époque de Jésus en Palestine: l'enfant ne suscitait aucun intérêt. Il n'était considéré (comme aujourd'hui encore dans certains pays) que pour son travail. Dans les dix commandements, il n'y avait rien sur les droits de l'enfant. Bien que le code d’Hammonrabi, roi de Babylone 13 siècles avant Jésus, comprenant 282 articles, ait eu une règle pour la protection des enfants en cas d' exaction.

 

Il est bien possible que chacun, dans sa vie, fasse l’expérience que Jésus a faite, et qui est mise en exergue à l’adresse Internet donnée au début de ce billet. L'exemple de Jésus simplifie les moments douloureux que chacun de nous traverse, parce qu’Il est ici et maintenant, en nous,  et heureusement, sa force soutient notre faiblesse, sa joie soulage notre tristesse, son invincible espérance est tout simplement la nôtre. Grâce à Lui.

 

00:23 Publié dans Spiritualités | Tags : liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

05/09/2009

MEDITATION

EVANGILE de ce samedi, 5 septembre 2009


65.jpg

Un jour de sabbat, Jésus traversait des champs de blé ; ses disciples arrachaient et mangeaient des épis, après les avoir froissés dans leurs mains.
Des pharisiens lui dirent : « Pourquoi faites-vous ce qui n'est pas permis le jour du sabbat ? »
Jésus leur répondit : « N'avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu'il eut faim, lui et ses compagnons ?
Il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de l'offrande, en mangea, et en donna à ses compagnons, alors que les prêtres seuls ont la permission d'en manger. »
Jésus leur disait encore « Le Fils de l'homme est maître du sabbat puisque le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le  sabbat. » (Selon Luc, 6: 1-5, texte lu dans les églises catholiques ce matin)

Ma réflexion: vous est-il arrivé de vous sentir épié, surveillé ? Jésus a dû sentir ce poids d’un regard qui tue, le regard des gardiens de l’autorité religieuse institutionnalisé. Oui, il a eu peur de ce regard inquisiteur mais il ne l’a pas évité. Il a prié tous les jours, sans parole peut-être, UN avec le Créateur et le nôtre. Il a prié. Il avait alors l’énergie de continuer l’œuvre de création inachevée, en son temps comme en notre temps et nous le faisons avec lui. Il a dit « Abba, pardonne-leur » et continue de le dire.

Quoi de plus naturel de plus naturel que de cueillir un épi tellement lié au goût du grain, de la farine et du pain! Mais pour Jésus, la « vidéo surveillance » fonctionnait dans la tête des pharisiens. Les pharisiens ont eu l’honnêteté de poser à Jésus – et pas aux disciples - une question directe et face à face :

« Pourquoi faites-vous ce qui n'est pas permis le jour du sabbat ? »

Ils questionnent en tant qu'experts de la Loi et de sa stricte observance, des légistes, des théologiens. Ils n’ont pas l’intention d’engager un débat avec Jésus puisqu’ils savent qu’ils ont raison. Jésus les connaît bien. Lui aussi a appris, lu et relu les rouleaux de la Torah. Il leur dit ce que David a fait et cite par coeur I Samuel 21 : 1-6. Les Pharisiens se taisent mais ils se sentent menacés et l’adrénaline monte. Bien pire encore lorsque Jésus tranquillement effronté dirait-on aujourd'hui, ajoute : « Le Fils de l'homme est maître du sabbat puisque le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le  sabbat. » Ils ont peur, furieux et incapables de dialogue, les pharisiens, ils cherchent à se débarrasser de cet homme qui libère les humbles et les humiliés, et fait sauter les chaînes institutionnelles. Ils réussiront à se défaire de lui. Jésus a payé le prix de son engagement envers l’AMOUR en murmurant dans un dernier soupir vainqueur: «... ils ne savent pas ce qu'ils font. »

Méditation et questions :

La messe du dimanche est faite pour l'homme et non l'homme pour la messe?

L’église est faite pour les fidèles et non les fidèles pour l'Église ?

L’institution est faite pour les membres et non les membres pour l’institution ?

Le parti politique est fait pour le bien commun des gens et non les gens pour le parti ?

N'est-ce pas un peu le monde à l'envers de ce que nous vivons? Cela rime à quoi, « suivre Jésus aujourd'hui ? » Dans un monde qui se déploie et nous avec, dans la méditation d'un samedi qui ne peut être qu'un MERCI en étant consciente qu'un « petit pharisien » peut se cacher au fond de moi!?

Voir aussi:

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=1330

« L'extase divine crée le monde et l'extase du monde réalise le divin. Et vous, vous trouvez juste au milieu. » Béatrice Butreau

 

Sr Donna Geernaert, SC: la Terre et son caractère sacré in

http://www.uisg.org/French/PLENARIA%202007/calnewsfr-PLEN-Terra-fr.html

Bon dimanche! E001396_MED.gif



16:32 Publié dans Spiritualités | Tags : sabbat | Lien permanent | Commentaires (9)

03/09/2009

PRIER

 

Prier

 

femme_priere4.jpg

 

Existe-t-il une seule personne dans notre monde, dans notre société, qui, une fois où l’autre durant la journée ne se sent pas connectée à son créateur, c’est à-dire à Dieu?  Je peux me sentir UN/UNE avec mon créateur même sans en être constamment consciente ! Et il m’arrive d’en être consciente, cela me fait sourire de bonheur. Je l'aide à continuer son travail de création, comme les autres créatures le font.

 

Nul besoin d’une session de prière programmée bien que cela puisse aider. Nul besoin d’une liturgie quelconque avec des mots et des gestes programmés et répétés. Prier, c’est bien plus simple. Comme la tendresse d’un regard, un bisou en passant. Dieu est amour, l’amour se manifeste.

 

En sortant du lit pour me laver, m’habiller, éventuellement déjeuner, je crois avoir pris l’habitude de sourire sans y penser et de poursuivre la route.

 

Thich Nhat Hanh, qui vit en communauté au Village des pruniers en France dit que « prier c’est aussi naturel que respirer ou marcher ». On prie avec tout son être !

Dans une prière sincère, un balbutiement, un soupir peut-être, le cœur s’ouvre à la joie même quand la météo est aux orages.

Ce grand journaliste G.K. Chesterton qui prenait toujours parti pour les enfants, disait aussi que « Une bonne plaisanterie est sacrée, c’est la seule chose qui ne puisse être critiquée! »

 

Cette superbe prière d’un médecin qui priait avant d’opérer : « Seigneur, ces mains sont les vôtres, ne faites pas de bêtises ! »

Chacun de nous peut inventer sa prière :

« Seigneur, ces doigts sur le clavier sont les vôtres…

« Seigneur, cette main qui tient la plume est la vôtre ….

« Seigneur, mon cœur est le vôtre…

Et encore?

Est-ce que ça réussit ?

Quoi qu’il en soit, l’esprit de Jésus est au cœur de nous-mêmes… C’est quoi, sa réussite, à Lui ?

 

21:00 Publié dans Spiritualités | Tags : prier | Lien permanent | Commentaires (4)

29/08/2009

MEDITATION

Méditation

 

IMG_4618.JPG

 

 

« Il n’y rien entre Dieu et l’homme »

There’s nothing between Allah and man”

L’empathie vient avant la compassion »

« Empathy precedes compassion »

Il me dit cela avec la simplicité d’un enfant. Lui, un grand et bel homme, un regard oriental qui faisait penser à Yeshuah, fidèle au jeûne du Ramadan depuis 40 ans, assis face à moi qui buvais du thé citron rafraîchissant. Il  était environ 11h00 du matin, et le soleil plongeait dans les vagues tranquilles, pas de brise mais un vent léger l’empêchait de nous dessécher complètement. Sourire de bonheur naturel, aussi naturel que le frémissement des vaguelettes du sable fin. Je savais que, dans quelques heures, ce serait le vol vers la Suisse après un mois en compagnie de gens qui, en famille, bébés compris, s’amusaient dans le sable, jouaient à la balle dans l’eau, s'aspergeaient, se poursuivaient, jouaient au surfing, aux pirouettes pour « échouer » comme un cerf-volant sur la modeste plage. Des torses masculins reluisants, cuivrés, des femmes ravissantes en maillots de bain modestes, en shorts et jupes comme chez nous et j’ai même contemplé l’une d’entre elle dans la mer à l'aise dans l'eau, enveloppée de rose argenté qu'elle était de la tête aux pieds comme une particule d'astronaute reflétée de là-haut. Puis j'en ai vu deux, trois, quatre.

Mon bienfaiteur et moi, échangions quelques impressions sur ce lieu, cette région, la réalité humaine des rives de la mer Marmara, précisément au point de rencontre de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique. Ce point qui semble distiller le souffle d'un devenir « inter-être » possible! Nous avons parlé des gens, des coutumes, de l’histoire et, tout naturellement du sens de la vie et du moment présent. C'est alors qu'il a dit:

« Il n’y rien entre Dieu et l’homme »

« There’s nothing between Allah and man…”

Il dit cela comme un enfant qui prend ta main pour avancer. Je n'ai rien dit. Un seul mot serait superflu.

Je venais de relire deux livres durant mes vacances : « Suivre Jésus » et j’avais souligné à la page 181 : « Les mystiques soufis ou musulmans disent : Dieu est plus proche de moi que ma veine jugulaire ». Et de citer Maître Eckhart qui affirme « que le fondement de notre être est le même que le fondement de l’être de Dieu. Au plus profond nous sommes UN » (Saint Paul, Actes 17,28).

Le deuxième livre relu, « L’art du Pouvoir », j’avais souligné à la page 138 « Le grand réveil se produit quand nous reconnaissons que ce que nous cherchons est en nous. » Du même auteur in « L’énergie de la prière », page 45

« Celui qui s’incline et celui devant lequel il s’incline

ont tous deux la nature du vide

la communication entre eux

est donc sublimement parfaite ».

Pas besoin de long débat face au mystère: « Il n’y a rien entre Dieu et l’homme » c'est notre être: un mystère.

 

Puis, la deuxième remarque tranquille de mon bienfaiteur :

L’empathie vient avant la compassion »

« Empathy precedes compassion ».

Du même coup, cela fait tilt et la phrase soulignée dans « Suivre Jésus aujourd'hui » : « L’empathie est plus large que la compassion…,  mais l’empathie s’étend aux personnes même quand elles ne souffrent pas. »

La phrase soulignée dans « L'art du Pouvoir » à la page 129 « La souffrance de l’autre est notre propre souffrance et le bonheur de l’autre est notre propre bonheur. Sous la lumière de la non-discrimination, le bonheur et la souffrance sont collectifs et non individuels. »

Toute parole devenait superflue, voire déformante. Ce mystère - être UN – c'est simplement silence et émerveillement.

 

288381-icon-1220002810_large.jpg


« Suivre Jésus aujourd'hui » traduction française de « Jesus Today » Ed. du Cerf, 2009.

« L'art du Pouvoir », Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste vietnamien, Guy Trédaniel éditeur, 2009.

Méditer dans la réalité humaine, douloureuse, violente, merveilleuse, belle comme le « Mystère que nous sommes! » Et dire Merci!

 

 

10:54 Publié dans Spiritualités | Tags : jésus | Lien permanent | Commentaires (9)

15/07/2009

TOUT NOUVEAU

suivre_jesus_aujourd_hui.jpg

 

Suivre Jésus aujourd’hui

http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre_imp.as...

Le vécu de mon maître à penser et ami, Albert Nolan est tout entier résumé dans « Suivre Jésus aujourd’hui » qui vient de sortir en français aux éditions Novalis Cerf (2 juillet 2009). Depuis sa sortie en anglais en octobre 2006, je m’en suis nourrie et, bien souvent, des pensées d’Albert se sont glissées comme par effraction dans mes blogs. On peut obtenir cet ouvrage dans toutes les librairies. J’aimerais tant l’offrir en cadeau à tous ! Je ne peux pas ! La traduction le rend un peu cher. Mais c’est un joyau. Pourquoi ? Parce que, selon moi, c’est (pas encore) l’aboutissement de la vie de lutte d’Albert pour la justice en notre pays, l’Afrique du sud et bien au-delà. C’est notre lutte à tous, c’est la liberté de chercher, de réfléchir que Dieu à mise en nous. C’est une libération radicale.

Albert dit : « Je propose que nous apprenions à prendre Jésus au sérieux et j’estime que c’est très précisément à notre époque que nous devons le faire. »

Son confrère Timothy Radcliffe écrit dans la préface : « Dans Jésus avant le christianisme » qui est désormais un classique, Albert Nolan a mis l’accent sur le contexte poltique dans lequel s’est déployé la mission de Jésus. Dans cet ouvrage qui prolonge le premier, il se concentre sur la spiritualité de Jésus et son actualité. Après avoir passé en revue les signes des temps, Nolan esquisse à grand traits les éléments de la spiritualité de Jésus et montre comment ses enseignements sont de nature à favoriser une plus grande communion avec Dieu et avec toute sa création,

Autant les personnes en recherche que les croyants convaincus trouveront dans ce livre une parole de sagesse pour notre temps, fruit de la vie mystique et prophétique de l’auteur.

Dominicain sud-africain, Albert Nolan a joué un rôle important dans le combat de l’Eglise contre l’apartheid. Son livre précédent, Jésus avant le Christianisme s’est vendu à plus de 150 000 exemplaires (et il est bien sûr traduit en français) (T. Radcliffe, o.p.) http://www.culture-et-foi.com/coupsdecoeur/livres/albert_...

rossignol.philomele.thta.1.jpg

 

 

11:33 Publié dans Spiritualités | Tags : jésus | Lien permanent | Commentaires (8)

09/07/2009

ENVOL

6939187.jpg

 

Michael Jackson, et l’ancien président de l’Afrique du sud Nelson Mandela, à Pretoria, Afrique du sud, samedi le 20 juillet 1996.

Il a vécu, il a chanté, dansé, ri, pleuré, il a aimé, il s’est envolé. Je ne l’ai pas beaucoup entendu, mais je sais que le peuple d’Afrique du sud et notre Mandela l’aimaient parce qu’il était humain, vulnérable, généreux et bon !

Lors de la cérémonie religieuse au Staples Center, Mandela a envoyé un message à son ami Michael. Pour lui dire Merci pour lui et merci pour l’Afrique: «Michael était devenu proche de nous après qu'il ait commencé à se rendre en Afrique du sud et à (y) jouer régulièrement,  nous avions une grande admiration pour son talent (...), Michael était un géant et une légende".

« L'icône de la pop était sensible à la personnalité de l'icône de la sagesse. »

La musique et la chanson ont joué un rôle primordial durant la lutte anti-apartheid. Musique afro occidentale, chants de tous les continents pour inspirer, soutenir, donner un sens, un sens vrai, à la lutte de ce peuple tout entier, toutes races confondues pour le droit de vivre ensemble. Michael Jackson est venu, il a senti, il a vu, il a chanté, et l’Afrique du sud, le continent africain, a pris dans son cœur cet homme à l’âme d’enfant. Regardons, si vous avez le temps «Le chant de la terre » : http://www.youtube.com/watch?v=pYSoZPuPmNw&feature=re...

Dans l’ombre de Mandela, Michael avait compris le moment propice, le Kairos. Il faut changer notre style de vie pour survivre! Il avait aussi compris que notre planète est au bord du gouffre. Il faut sentir la mort pour espérer encore. Notre époque est celle de la désespérance. Les gens ont peur et cherchent désespérément à se sécuriser… ce n’est pas mon propos ce soir de m'étendre sur cette réalité.

Mon propos est celui de l’espérance que donne l’envol de Michael Jackson vers le hors espace-temps dans l’amour du Cantique des Cantiques 2 : 12 « Les fleurs paraissent sur la terre, le temps de chanter est arrivé, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. »

Il était dans les coulisses de la scène trois jours avant sa mort qui l’a révélé bien mieux que ne l’aurait fait le show. Je ne veux entrer dans aucune polémique au sujet de la complexité de son passage sur terre. Comme Mandela, je prends l’homme tel qu’il est. Avec Lui et avec la planète entière nous chantons : « Nous sommes le monde, nous sommes les enfants de ce monde ». Je regarde Jésus qui à osé dire aux érudits du temple et des nations, et il le répète aujourd’hui : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 18:3-4)

http://www.youtube.com/watch?v=E4Hcd60VoRM&feature=fvw

 

21:53 Publié dans Spiritualités | Tags : michael | Lien permanent | Commentaires (8)

OUVRIERS à BULLE

 

 

jesus-premier-pretre-ouvrier.gif

 

 

Les billets partagés sur le blog surgissent d’une réalité, d’un vécu et de la réflexion sur des faits que l’on a envie de partager. Nous sommes interconnectés, interdépendants, Ce qui touche une personne touche  « les autres » pour le meilleur ou pour ce qui est moins bon, parfois pour le pire.

Un chantier de travaux publics:

Ici, à Bulle par exemple : des ouvriers de chantier de route travaillent en équipe,  depuis plusieurs mois, ils sont les ressources humaines, chacun avec sa formation, sa compétence, son salaire. Les chefs d’équipe et de chantiers assurent le bon fonctionnement des équipes. En quoi consiste le travail de ces ouvriers du ras du sol ?

·  Déblayer un terrain, faire de la démolition, du terrassement

·  Creuser et remblayer des trous et des tranchées

  • Apporter à pied d’œuvre les matériaux

  • Préparer et transporter du mortier, du béton, des enrobés, des bitumés chauds, au seau ou à la brouette ou avec de lourds engins

  • Épandre différents matériaux de revêtements

  • Poser des canalisations, découper des tuyaux

  • Construire des voies et leurs bordures et des chaussées

  • Conduire de petits engins de chantiers

  • Assurer le nettoyage des chantiers et de l'outillage

  • Poser des cailloux (jusqu’à 15kg chacun)

  • Égaliser le bitume

Tous suent depuis 2 mois à reconstruire la rue et la place du Marché, ici à Bulle, face au Foyer Sainte Croix et face à la chapelle de Compassion.  Un bruit de tonnerre. Un roulement caillouteux de tambours. C’est à la fois spasmodique et régulier. Les vibrations de tôles grinçantes envahissent la maison, nos corps, nos têtes. Souvent je me dis : qu’en est-il des ouvriers liés à ce qu’ils font ? J’ai pu parler avec eux, discrètement. Ils portent un nom, ils viennent d’un pays, souvent loin de la Suisse – mis à part les chefs – ils ont une famille, ils pensent à ceux et celles de là-bas et/ou d’ici. Ils connaissent le mal de dos, le bourdonnement des oreilles, la tête abrutie, les mains amochées. Des mains d’ouvriers.  Comme celles de Jésus le charpentier de Nazareth ! Ils attendent le salaire!

 

Dans la chapelle de Compassion, des messes sont dites. Lorsque j’assiste à l’une de ces cérémonies,  je m’efforce d’avoir avec moi, en mon cœur et dans ma prière, la sueur,  la fatigue des ouvriers qui triment à 10 mètres de nous. Lorsque j’entends « fruits de la terre et du travail des hommes », c’est à eux que je pense. Ils me révèlent Dieu fait homme : Jésus au milieu de nous. Jésus l’ouvrier qui sue sur la route, « hors des murs ». Solidaire de tous les ouvriers du monde entier ! Avec eux, je prie le Notre Père. Pour l’emploi, le salaire et le pain quotidien.

paveur.jpg

 

 

08:24 Publié dans Spiritualités | Tags : ouvriers | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2009

FOURBERIE

 

Méditation dominicale 05 07 09

Ecouter Jésus avec un esprit neuf: est-ce possible alors que l'esprit ambiant reflète celui de « vieilles outres » institutionnalisées qui ne peuvent digérer le vin nouveau? N'est-ce pas un signe des temps, cette crispation d'une institution sur elle-même? Est-ce accueillir Jésus?

Regarder Jésus avec un esprit ouvert à partir du lieu où je suis: n'est-ce pas courir le risque de mettre en danger « une pièce d'étoffe neuve sur la rigidité d'un vieux vêtement » rébarbatif à l'allure de linceul?

 

marelle.jpg

Le texte de Matthieu (9,14-17 ) accompagné de celui de la Genèse (27,1-5.15-29) qu'on trouve dans:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20090704

J'ai lu attentivement ce texte (lu dans les églises ce matin-même), et l'histoire jette une lumière sur notre actualité, locale, régionale, mondiale: c'est un duel entre des rapports de forces inégaux, de fourberie, de roublardise, de mensonge, de tricherie pour obtenir un pouvoir: Il s'agit d'Esaü et de Jacob. Et d'innocence et de la sagesse du vieux Isaac!

 

· Esaü et Jacob ont des rapports ambigus dès la naissance. Ils sont frères mais l'un, Jacob est le préféré de sa mère Rébecca alors que l'aînée, Esaü, travailleur et chasseur de gibier, fait plaisir à son père. Esaü va « se faire rouler ». Un jour qu'il meurt de faim, il demande à son cadet Jacob, un morceau de pain pour ne pas mourir de faim. Jacob dit oui, à condition que Esaü lui cède le droit d'aînesse! L'affamé Esaü qui arrive à peine à réfléchir se dit: « à quoi me servirait le droit d'aînesse si je meurs? » Et il accepte le deal. Jacob joue un stratagème, un marchandage malhonnête et inhumain. C'est à ce prix qu'Esaü survit. Une espèce de « vivre ensemble teinté d'amour haine » s'installe entre les deux frères. Comment se faire confiance, comment s'aimer alors qu'en trichant, on prétend être aimé de l'Eternel???

Pire, alors que le vieillard Isaac sent arriver la mort, il veut officiellement remettre à Esaü son droit d'aînesse en mangeant un bon repas, fruit de la chasse et du travail de son aîné. Avait-il eu connaissance de la ruse de Jacob le prétentieux? Certainement pas! La mère Rébecca espionne et entend le souhait de son vieux mari et s'empresse de mettre en route ce qu'elle a dû envisager depuis longtemps pour que Jacob son préféré devienne chef, puissant et riche! Esaü le poilu part à la chasse. Jacob à la peau lisse s'en remet à sa mère qui avait tout prévu. Cette femme 180px-Isaac_Blessing_Jacob_-_Govert_Flinck.jpgs'y connaît en manœuvres et en machinations subtiles. Il faut faire vite avant qu'Esaü ne rentre de sa chasse avec le gibier! Elle trouve des peaux de chevreau, elle couvre les mains et le cou de Jacob qui s'en va vers Isaac aveugle, avec un repas succulent. Il réclame son droit d'aînesse! Le vieillard aveugle n'est pas à l'aise, il questionne, mais sa pureté d'âme l'empêche de soupçonner un mensonge! Il ne peut pas croire à la malhonnêteté. Et la fourberie et la tromperie réussissent. Isaac croit et confère le droit d'aînesse à Esaü piraté par Jacob avec ce qui en découle: femme, servantes, richesse, propriété, pouvoir! Tant pis pour Esaü et sa colère, tant pis pour la justice et la vérité et tant pis pour le vieux Isaac qui meurt avec sa douleur et son innocence! http://www.lirelabible.net/parcours/voir_ref.php?cle=546

Comment cette histoire va-t-elle être commentée dans nos églises? Le prêtre doit-il dire: oui il y a eu fraude. Ou va-t-il excuser ce mensonge avec une explication faussée de de l'affaire précédente quand Esaü avait faim? Il semble c'est la tendance des prêtres actuellement en fonction de simplifier et de conseiller les fidèles à "garder toutes ces choses en leur coeur!!!"  Il semble que les entorses à la vérité sont justifiables et justifiées  quand il s'agit de sauver la façade et les intérêts particuliers d'une institution? N'importe quelles institutions. Laïques et religieuses!

Penser au vin nouveau, à la pièce d'étoffe toute neuve qui ont été, qui sont et qui seront gaspillés si l'on a peur de créer de toute pièce des outres neuves et des habits neufs comme Vatican II le voulait? Comme certains économistes honnêtes le proposent dans la crise financière actuelle dans leurs efforts d'un système économique à visage humain!. Quelle utopie que lrègne de Dieu!

Le mystère de Pâques sans la praxis dans la réalité des structures, reste une lettre morte. Une résurrection retardée! Le système n'est pas encore mort pour espérer ressusciter, il est aux soins palliatifs!

Cher Yeshuah, qu'en penses-tu, toi qui affirmas que seule, la Vérité peut nous rendre libres (Jean 8:32) et que tu es toi-même la Vérité et le chemin! Ton accès de colère est le mien, et j'aimerais que ta tendresse fut de plus en plus mienne! 

Avec Jésus au plus profond de mon cœur ce samedi soir et dimanche!

 

 

01/07/2009

Prière du soir avant ce premier juillet 2009

 

PE0066558.JPG

Je contemple le globe et ses habitants

Quand je contemple mon petit globe dans la prière chaque matin et chaque soir, je peux voir les terriens, des hommes, des femmes, des enfants qui vivent dans leur humble chaumière paysanne au bord du Doubs, dans mon Jura natal par exemple, je les connais par nom, les morts et les vivants et je suis proche d'eux, de tel et tel et de tel et tel et de tel et tel; ou encore mes amis, confrères et consœurs sud africains au bord du fleuve Vaal, ou dans le semi-désert du Transvaal du nord et j'y trouve Jérémie et Rita, et Magui et surtout mes petits Bonsaïs... des orphelins sidéens, chefs de famille !

Je tourne un peu le globe sur son axe et je me trouve face aux deux Amériques... et aux Américains, je tourne un peu et voici les Asiatiques, les Roumains, les Serbes, les Croates, les Kossovars, les Sri Lankais, les Afghans, les Libanais et les Syriens et les Algériens, et Oh ! Les Turcs, et ceux et celles de la région des Grands Lacs dans des régions où « The War Lords » (les seigneurs de la guerre) forment des enfants soldats qui tuent par obéissance aux Seigneurs et dans l’intérêt des faiseurs d’armes ! Nos réfugiés en savent quelque chose : l’un d'eux, africain, dont j’ai le nom et qui a été expulsé de Suisse, me disait : « mais Claire-Marie, tant qu’on nous met des (rifles) armes dans les mains, on est bien obligé de les utiliser !!! » Où est-il aujourd’hui ?

J’arrive au bord du Léman à Lausanne, et par ici je sens dans ma peau l'épaisseur de l'humain et de l'humanité car, dans l'aujourd'hui de ma vie, j’ai ce canton de Vaud dans ma peau. Je me demande pourquoi ? Et que dire de la Gruyère ?

Lyôba, lyôba, por aryâ (bis).
Vinyidè totè, byantsè, nêre,
Rodzè, mothêlè, dzouvenè ôtrè,

Lè chenayirè van lè premirè,
Lè totè nêrè van lè dêrêrè

Les vaches de toutes les couleurs forment une société unie en montant vers l’alpage, mais attention, même là, la hiérarchie existe car : les sonnaillères vont les premières et les toutes noires vont les dernières… Lyôba…

La mappemonde pivote un peu, et ma prière pivote avec. Toi, qui n’es qu’AMOUR, « tu désires que je m’aime moi-même et que j’aime mon prochain comme je m’aime » (Mc 12,29-31). Jésus, tu n’as pas sonnaillé cette loi du Léviticus (Lv 19,18) tu l’as vécue, tout simplement. Tu es conscient que tous les humains ont soif de bonheur puisque c’est leur raison d’être !

Ayant réfléchi sur l’actualité, m’étant énervée à subir le télé journal de 19h30 avec d’autres spectateurs, je regarde intensément cette planète d’humains, et  j'y cherche des gens heureux... Si j'en trouve, je leur demanderai le secret de leur bonheur...


28/06/2009

Méditation dominicale

 

Méditation dominicale du 28 juin2009

itemImage.aspx?itemId=77452&code=2&maxH=300&maxW=400

 

Dans mon panier d'osier, je contemple les gens qui m'entourent, proches, lointains, les vivants, les morts, et ceux entre les deux; les bébés, les vieillards, et ceux entre la naissance et la mort;

les vanniers, les paysans, les laboureurs de terres et les laboureurs d'idées et de papier, les architectes, les maçons, les charpentiers; les propriétaires et les esclaves, les riches et les pauvres, les chômeurs et les burnouts;

les juges et les accusés, ceux qui parlent et ceux qui réfléchissent, les supérieurs et les inférieurs, les savants et les ignorants;

les artistes et les poètes, ceux qui brillent dans l'ombre, les aveugles rayonnant et les sphinx guetteurs, ceux qui dorment dans la lumière, et ceux qui brillent dans les ténèbres;

les palestiniens, les musulmans, le bouddhistes, les chrétiens et les humains tout simplement.

 

Nous tous, sans murs ni frontière ni trône ni domination ni hiérarchie ni palais ni temple ni cathédrale, seulement une tente où Dieu trouve refuge pour habiter parmi nous, seulement une chaumière chez Marthe et Marie où Jésus trouve refuge dans son immense solitude et son besoin d'amis.

 

Dans ma corbeille ce soir et ce matin, Jésus vient chez les siens, et les siens le reçoivent. (Et beaucoup ne l'ont pas reçu selon saint Jean) Un cœur immense bat dans ma corbeille, le cœur de l'espèce humaine habité du mien, du tien, un cœur qui agonise dans l’enfer de la souffrance de la Swat Valley au Pakistan, un cœur de compassion incarnée dans la famille et hors de la famille jusqu'à l'infini!

Ton regard, mon bien aimé Yeshuah, ton regard ambre émeraude d'Orient, ou bleu azur d'Occident, ou simplement arc-en-ciel de l'Ouest et de l'Est illumine mes yeux en cette terre de Gruyère et son sourire répond aux habitants de ma corbeille de roseaux! Une terre pour nous nourrir, des terriens pour aimer autour d'un morceau de pain partager avec un peu d'eau pour tous et pour chacun. C'est le repas d'immense reconnaissance. L'eucharistie.

 

Au creux de ma corbeille, suinte à l'heure même où je prie la guerre impitoyable que la BBC expose grâce à des reporters héroïques. Par exemple John Sweeney

http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/8112202.stm

Pour plus d'information:

http://www.military-world.net/Afghanistan/1719.html

Oui, dans ma corbeille d'osiers, l'horreur de la Swat Valley au Pakistan: la petite fille qui désire être éduquée alors que les Talibans détruisent son école, là où des musulmans désirent prier alors que les Talibans détruisent la mosquée. Lors que je vois, comme je l'ai vu par le passé, la violence en directe, je prie que Jésus fortifie ma foi en l'homme et en son créateur! Mais à qui irai-je Seigneur? Ma question: quel sens donnes-tu à tout cela, à ce qui se passe dans ma corbeille d'osiers?

La corbeille sur mes genoux, mon Jésus bien-aimé, je prie, consciente des horreurs, et des merveilles! Mais nous sommes tous responsables de la vie de nos frères et de leur bien-être dans cette corbeille d'humains multiformes et multicolores. Je te les confie et moi avec, tous ensemble, et je te les confie un à un, car si tu es présent, c'est parce qu'ils sont là. Pourquoi? Mais l'Amour n'a pas de pourquoi. L'Amour est comme celui qui dit « JE SUIS QUI JE SUIS! » Jésus mon bien-aimé, permets à ton Esprit de nous réveiller, de nous bousculer, de nous secouer de notre torpeur, de nos peurs, de notre égoïsme, permets à ton Esprit vibrant de nous enflammer pour éclairer, réchauffer, lutter, créer!

2283309-3-a-prayer.jpgEt que les usines d'armes disparaissent à jamais! Et que les banques ouvrent leurs coffres pour les affamés, et les églises, Temples et Palais ouvrent leurs portes aux réfugiés afin de renaître ensemble ce matin de juin ensoleillé!

 

09:06 Publié dans Spiritualités | Tags : prier | Lien permanent | Commentaires (3)

13/06/2009

FAIS TA PRIERE!

Méditation dominicale

affiche-Fais-ta-priere-Tom-Dooley-The-Legend-of-Tom-Dooley-1959-1.jpg

 

Fais ta prière! Tom Dooley!

 

http://fr.lyrics-copy.com/philippe-clay/tom-dooley-fais-ta-priere.htm

 

Tom Dooley, de Caroline du Nord, jeune soldat sudiste de 18 ans, revient de la guerre de cessation en 1865 en jouant du banjo pour sa bien-aimée Laura. Selon la légende, il est accusé d'un crime, il est pendu en léguant son banjo pour que continue la musique! La veille de sa pendaison, des amis lui auraient chanté « Fais ta prière Tom Dooley:  ça peut toujours servir »! Que de fois avons-nous chanté cette chanson « western », stoppant net après Tom___ pour reprendre en riant! Et sans avoir une idée de la belle légende. Au fond, ça sert à quoi la prière?

 

Demain dimanche est un jour de prière; il y a les triduum de prière, les week-ends de prière, les semaines de prière, et saint Paul en son temps disait: "Priez sans cesse" (1 Thess. 5:17), "priez en tout temps dans l’Esprit" (Eph. 6:18). Je me demandais si Pascal Couchepin avait fait sa prière avant d'annoncer son départ hier matin? Peut-être bien.

Jésus, Lui, priait à l'écart, au bord du lac de Tibériade, au désert, dans la montagne; il nous conseille de nous retirer dans une chambre, un coin solitaire et de rester tranquille. Car prier pour Jésus, c'est être, dans la pleine conscience de Lui-même! Dans le silence souvent, ou dans le bruissement de l'eau, du vent dans les arbres, en écoutant le cricri des grillons, le gazouillis des oiseaux, en humant le parfum des fleurs, en souriant aux bêlements des moutons, ou encore, ses yeux dans les étoiles, dans les signes des temps, dans l'amitié des gens. Il n'utilisait que très peu de mots, pas de répétitions inutiles. Son être était prière! Jésus a été très sage d'enseigner à ses disciples, femmes debout ou courbées, pêcheurs et raccommodeurs de filets de pêche, la plus simple de toutes les prières: « Notre Père! » (Mt 6:9) Depuis, que de paroles, que de litanies ajoutées et sans cesse répétées. Einstein aurait dit: « Ne dites pas à Dieu ce qu'Il doit faire! » Et Jésus: « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé (Mt 6:7-8) et Jésus encore - quelle audace il a notre Jésus – et... comment les candidats qui se bousculent au portillon du siège de Couchepin recevraient-ils, durant cet été ses paroles: « Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. La vie est plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement. Regardez les oiseaux du ciel ; ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier; cependant Dieu les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ? Considérez les lys, comme ils croissent; ils ne travaillent ni ne filent cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'était pas vêtu comme l'un d'eux. Ne vous mettez donc pas en peine de ce que vous mangerez et de ce que vous boirez et n'ayez pas l'esprit inquiet. Tout cela, les païens s'en préoccupent; mais votre Père sait bien que vous en avez besoin. Cherchez seulement son Royaume et tout cela vous sera donné par surcroît.» (Luc XII, 22 24, 27)

 

Mais voilà: « Cherchez son royaume! », participez à la construction d'une société juste avec les gens de tous les jours, mesdames et messieurs les politiciens, y compris celles et ceux qui se disent d'un parti Chrétien! Ecoutons Jérémie (22:3) et Jésus aujourd'hui: « Ainsi parle l'Eternel: Pratiquez la justice et l'équité; délivrez l'opprimé des mains de l'oppresseur; ne maltraitez pas l'étranger, l'orphelin et la veuve; n'usez pas de violence... »

 

863018326_8ffbcc46e8.jpgCela lie notre prière à la réalité, ici chez nous, en Iran, au Soudan... Positivement solidaires dans notre pensée méditative. Prier, me semble-t-il, c'est joyeusement être conscient de la plénitude du moment présent, et comme l'écrit Albert Nolan: « C'est faire l'expérience de notre UNITUDE avec Dieu, avec nous-mêmes, avec les autres et avec l'univers! » (Jesus today, page 118). Aussi avec les Tom Dooley de notre époque qui s'infiltrent gentiment dans cette méditation dominicale du 14 juin 2009.

 

22:39 Publié dans Spiritualités | Tags : prier | Lien permanent | Commentaires (5)

11/06/2009

LA FETE-DIEU à RIAZ

 

La Fête-Dieu à Riaz ce jeudi 11 juin 2009

 

ph_riaz450.jpg

Juste une belle expérience: ma consoeur m'offre le transport jusqu'à l'église de Riaz pour la célébration de la Fête-Dieu. Comme c'est à 2 pas de Bulle, il n'a fallu que quelques minutes et déjà nous rencontrons des riatins qui s'acheminent à pied vers leur église.

L'intérieur peuplé de statues, de peintures à thèmes bibliques et haut placé au choeur: l'archange saint Michel terrassant un dragon car "C'est lui qui combattit contre le dragon et ses anges, et qui, en les chassant du ciel, remporta une grande victoire" (Ap. 12:7-8)

Les femmes en costumes de la Gruyère sont vraiment chez elles, de même que les fidèles qui remplissent l'église, les premiers bancs étant réservés aux enfants qui venaient de faire "leur première communion", vêtus de blanc et dans leurs mains, quelques fleurs des champs! Pour offrir à Jésus! Espièglerie entre fillettes et garçons gentiment retenue, ils sont légers, frais et chantent comme des rossignols "je fais silence dans mon coeur" sous la direction amicale de ma consoeur! J'en suis fière. Vient la fanfare et leur prestation vigoureusement religieuse alors que s'incline le drapeau en un geste d'hommage au compositeur d'avant la création du monde! Et toute cette assemblée autour d'un prêtre né, ayant vécu au Vietnam, un vrai pasteur. pas de frontière pour lui ni pour ce Dieu que nous aimerions fêter.

Les chants sont magnifiquement exécutés, mais je dois m'habituer à ces envolées mélodiques compliquées et superbement contrôlées par un directeur aimant la perfection, cela s'entend!

Quand vient le moment de se donner la paix, j'ai l'impression que tout le monde se connaît. L'atmosphère n'est pas artificiellement fraternelle, elle est simplement amicale comme dans la rue, ou à la maison! J'ai ressenti cette amitié spontanée lorsqu'une jeune femme portant une belle jaquette vert clair et pantalon blanc me souffle: « J'ai du plaisir à lire votre blog! » C'est à elle que je dédie ce tout petit billet. En rentrant je me suis mise à chercher l'histoire de Riaz sur Internet – car je connais très mal mon pays – et cela me chagrine. Eh! Bien! Il faudrait du temps pour s'informer correctement, mais ceci est sûr, c'est que l'histoire de la Gruyère dès le 8è, 9è siècle n'est pas de tout repos, c'est comme au Jura, comme dans toute cette Helvétie en construction, un mélange de guerres et d'efforts de paix, un mélange de Savoyards, de comtes, de prince-évêques, de luttes pour le pouvoir et le prestige, de rapports de force, de riches et de pauvres et de gens exceptionnels dont on retrouve ce sens de l'humain qui fait chaud au coeur, dans la population de Riaz aujourd'hui. « Les riatins travaillèrent durement, défrichèrent les terres de l'évêque, mais ils vécurent en communauté largement autonome ». (voir commune de Riaz www.riaz.ch/histoire/default.htm

15.gif

 

22:56 Publié dans Spiritualités | Tags : riaz | Lien permanent | Commentaires (2)

31/05/2009

FRUITS DE LA PENTECÒTE EN 2009

 

Fruits de la Pentecôte pour Jésus et pour nous en 2009

 

  1. Pour Jésus selon Luc 4,16-30

poissonpaleochr.gif

 

« Il vint à Nazara où il avait été élevé. Il entra suivant sa coutume le jour du sabbat dans la synagogue, et il se leva pour faire la lecture. On lui donna le livre du prophète Esaïe, et en le déroulant, il trouva le passage où il était écrit :

« L'Esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a conféré l'onction pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année d'accueil par le Seigneur. »

Il roula le livre, le rendit au servant et s'assit ; tous dans la synagogue avaient les yeux fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : « Aujourd'hui, cette écriture est accomplie pour vous qui l'entendez. » Tous lui rendaient témoignage ; ils s'étonnaient du message de la grâce qui sortait de sa bouche, et ils disaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? »

Alors il leur dit : « Sûrement, vous allez me citer ce dicton : "Médecin, guéris-toi toi-même'. Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm, fais-en donc autant ici dans ta patrie. » Et il ajouta : « Oui, je vous le déclare, aucun prophète ne trouve accueil dans sa patrie. En toute vérité, je vous le déclare, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d'Elie, quand le ciel fut fermé pendant trois ans et six mois et que survint une grande famine sur tout le pays ; pourtant ce ne fut à aucune d'entre elles qu'Elie fut envoyé, mais bien dans le pays de Sidon, à une veuve de Sarepta. Il y avait beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée ; pourtant aucun d'entre eux ne fut purifié, mais bien Naaman le Syrien. »

Tous furent remplis de colère, dans la synagogue, en entendant ces paroles. Ils se levèrent, le jetèrent hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline sur laquelle était bâtie leur ville, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d'eux, alla son chemin »

 

  1. Fruits de la Pentecôte pour nous, en 2009, c'est une expérience de vie, résumé dans le chant qui suit:

image_329.jpg

C'est toute la vie de Notre Jésus bien-aimée dont l'Esprit nous anime en ce moment. C'est une expérience chantée au coeur des luttes. Si quelqu'un veut traduire ce texte en français chantant, j'en serais très reconnaissante:

 

God's Spirit To-day

God's Spirit is in my heart.

He has called me and set me apart.

This is what I have to do,

what I have to do:

 

He has sent me to give the good news to the poor,

tell prisoners that they are prisoners no more.

Tell blind people that they can see,

and set the down-trodden free.

And go tell everyone the news that God's kingdom has come (bis)

 

Just as the Father sent me,

so I am sending you out to be

my witnesses throughout the world.

The whole of the world....He's sent me

 

Don't carry a load in your pack,

you don't need two shirts on your back.

The workman can earn his own keep,

Can earn his own keep.... He's sent me

 

Don't worry what you have to say.

Don't worry because on that day,

God's Spirit will speak in your heart,

will speak in your heart!...He's sent me ...

 

Se sentir UN avec l'Esprit, c'est la Pentecôte en continu. C'est le Bonheur!

10:44 Publié dans Spiritualités | Tags : pentecôte | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2009

VIGILE DE LA PENTECOTE

 

Vigile de la Pentecôte

 

Reflet-lois03.jpg


Evangile du jour:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20090530

A la Chapelle de Compassion à Bulle, l'Eucharistie a lieu à 8h00. Jean-Marie Pasquier officie avec sa grande simplicité et c'est notre soeur Nicole qui lit « les actes des apôtres, 28,16-20.30-31. Un texte vraiment actuel. Je pense au Pape en Israël et en Palestine, aux milliers de gens comme nous, qui ne désirent que de vivre en paix. Je pense aux autorités qui tentent de se rencontrer pour parler de « Paix », aux rencontres Benyamin Netanyahu, Obama et Mahmoud Abbas. Tous parlent: « Paix! Paix! » Cela traîne et traîne parce que, se fâche le prophète Jérémie: « Ils pansent à la légère la blessure de mon peuple en disant : "Paix! Paix!" alors qu'il n'y a point de paix... » (Jr 6:14- ) . Ils tergiversent! A la veille de la Pentecôte, je sais que « L'heure de l'Esprit est l'heure de l'irruption des pauvres » (J.Comblin). Les paroles des chefs retentissent-elles du cri des pauvres qu'ils sont sensés écouter pour le répercuter dans leurs rencontres?

 

http://www.biblia-cerf.com/BJ/jr6.html

Mais voici comment je comprends le texte que lit Nicole et que je médite : Il s'agit de Paul de Tarse après sa culbute du trône chevalin. L'avorton de Dieu (nom qu'il se donne lui-même) a bien du mal à se faire connaître en tant que disciple de Jésus qu'il n'a jamais vu et ne connaît qu'à partir du témoignage des premiers chrétiens qu'il n'avait eu cesse d'emprisonner, de tuer, d'harceler. Sa chute lui a permis de faire un tour de 180 degrés et d'ouvrir ses oreilles à la voix de l'Esprit de Jésus!

Il devient persona non grata de sa propre nation Israël qui le livre donc aux Romain et Paul, qui n'est pas n'importe qui, demande une rencontre avec l'empereur romain, s'il vous plaît, l'obtient et arrive à Rome accompagné, pas de gardes suisses, mais d'un soldats de la milice romaine! Sa foi toute nouvelle en l'Esprit de Jésus présent le mouvement naissant l'enflamme et les chefs de l'institution juive tremble encore une fois. Comme Jésus, Paul devrait mourir! Mais en fin diplomate, il plaide sa cause. Les autorités juives le condamnent, les autorités romaines, ayant entendu Paul, veulent le relâcher disant qu'il n'y avait aucun motif de condamnation à mort! (comme Pilate avait voulu relâcher Jésus, en vain) Paul reste donc reste donc réfugié à Rome. Portant ses chaînes, en compagnie du garde romain, il loue un deux pièces dans cette ville. Il n'est pas du tout en résidence surveillée, loin de là, car il accueille tous ceux qui viennent chez lui. Il leur annonce le règne de Dieu – en buvant un petit café, j'imagine, « il enseignait ce qui concerne le Seigneur Jésus Christ avec une assurance totale, et sans rencontrer aucun obstacle ».

Je suis complètement déboussolée en essayant d'imaginer le retour de Paul à Rome aujourd'hui, à l'Etat du Vatican gouverné dont le gouverneur est nommé « Vicaire du Christ ». Paul essayant de trouver des indices de son « Seigneur Jésus » en ce lieu que je ne peux ni ne veux essayer de décrire!!!

« Oh! Oui, jésus avait annoncé le royaume, et c'est l'Eglise qui est venue! »

Le plus ironique est qu'on célèbre en ce lieu même l'année de saint Paul. Je crois pourtant qu'en cette veille de Pentecôte, l'Esprit paulinien cum christique, souffle quelque part dans les catacombes, « hors des murs des Temples », dans les sous-sols d'humanité, à la recherche de l'Esprit de son Seigneur qui habite tout homme! Et puisqu'Il souffle où Il veut, même dans les lieux les plus inattendus, Il souffle aussi au secteur de la Curie romaine, dans le cœur de Benoît XVI... pour ses prochaines visites, par exemple aux millions d'Africains comme en Angolais! Il s'assiérait parmi, sur un tabouret et leur dirait: « La Parole est à vous, Je vous écoute! »

Page_2Dial-afb8a.jpg

Ce serait «l'Heure de l'Esprit qui est toujours l'heure de l'irruption des pauvres »

(J. Comblin p. 186 in L'Esprit Saint Libérateur) et le « Pastor bonus, en visite pastorale » dirait avec L'Esprit de Jésus ajourd'hui: « Debout, peuple pauvre et opprimé, renoncez à votre paralysie structurée! Reprenez consciences de votre dignité d'homme, prenez part à la lutte qui construit mon royaume! Voici que mon énergie vous lance pour annoncer la Bonne Nouvelle d'une libération en marche! »

 

29/05/2009

VERS LA PENTECOTE II

Vers la Pentecôte

E001258_MED.gif

« Tu es tout à moi. Je suis tout à toi » et « Quand on s'aime bien tous les deux... » Avec le mûrissement du temps cette expression d'un amour exclusif devient inclusive. St Jean le Bien-aimé reposant sur la poitrine de Jésus ressemble à une relation amoureuse exclusive: « Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus. » (Jean au chapitre XIII, versets 23 – et c'est Jean qui écrit ça!). Cela paraît exclusif: Jean et Jésus. Au sein d'un groupe d'apôtres, des jalousies pouvaient en découler. Jésus redresse la barre en remettant chacun à sa place, sans esprit de possession ni d’égoïsme possible. « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » et « c’est à cela que tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 15: 12 et 13).

Lorsque, nous arriverons au « Hors espace-temps » l'amour sera tout à fait inclusif. Aujourd'hui, je perçois l'amour de personnes très chères, décédées, dans l'inclusivité universelle des êtres, sans pour cela perdre nos personnalités respectives! C'est l'Unitude.

Je me souviens d'un amour très fort, d'abord exclusif dans son immaturité – et c'était mutuel - nous disions: « Our bodies are in the way! » « Nos corps sont au travers du chemin à une vraie communion ». Cet être aimé est mort, et plus que jamais présent par son esprit.

La Pentecôte, c'est un peu ça. Une cinquantaine de jours aurait été nécessaire pour que les amis de Jésus se remettent de son exécution, de sa mystérieuse résurrection, puis de ses apparitions sans prévenir, et de sa « disparition spectaculaire » derrière les nuages. Alors qu'il leur avait intimé de se rendre dans leurs « Galilées » respectives, ils restent plantés là, à contempler le ciel!

Il leur avait pourtant dit : « C'est votre intérêt que je m'en aille... mon Esprit de vérité vous guidera vers la vérité tout entière » (Jean 16: 7,12). Mais Jésus a l'expérience de ce monde : « Et souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: le serviteur n'est pas plus grand que son Maître » (Jean, XV, 20). Et encore selon Matthieu: « Le disciple n'est pas au-dessus de son Maître, ni le serviteur au-dessus de son Seigneur » (Matth., X, 24) . Qu'en est-il aujourd'hui des disciples institutés?

Nous, qui nous disons être « chrétiens », nous en sommes où, en cette fin de mai 2009 dans nos petites communautés de base?

Où se manifeste, en directe, l'Esprit ressuscité? Joseph Comblin, un théologien engagé chez les pauvres en Amérique latine, dit: « On fait l'expérience de l'Esprit dans les activités concrètes de construction d'un monde nouveau … Loin d'être un enfermement de la conscience en soi-même, l'expérience de l'Esprit lance les hommes vers le monde comme si elle leur insufflait des énergies surhumaines pour réaliser une oeuvre surhumaine» ( p. 16, 17 de L'Esprit Saint Libérateur, Ed. Cerf 1994). Pour les premières communautés de base, l'agapè, célébrait l'amour concret et actif du prochain. Un repas fraternel de gratitude, une Eucharistie.

Une liturgie créée dans la dynamique de la réalité quotidienne, porteuse de sens et d'énergie! En Occident malheureusement, même les manifestations de l'Esprit paraissent être programmées...Lui qui souffle où Il veut!

En Occident encore , le peuple chrétien a été initié à la prière au moyen de formules. Réciter les prières de toujours sans déviation. Dixit Joseph Comblin: « Nous ne saurons jamais combien de personnes sont arrivées à une prière plus libre que celle de ces recueils et combien d'entre elles pratiquaient une prière spontanée en pleins travaux des champs, de la cuisine ou du ménage...alors que la norme veut qu'un prêtre dirige les prières publiques, la messe! Pour le reste, c'est des récitations». Alors que l'Esprit désire chanter, gémir, jubiler. « N'éteignez pas l'Esprit » (1 Th 5, 19).


19:08 Publié dans Spiritualités | Tags : esprit | Lien permanent | Commentaires (1)

Avant la Pentecôte

 


b1w782pvln3.jpg

Réflexions personnelles

Jésus aujourd'hui et l'Esprit aujourd'hui, c'est l'Unitude. Etre conscient du regard de Jésus sur le monde et sur nous en ce moment, c’est être conscient de son Esprit. C’est l'Esprit d'avant le Big Bang, l'Esprit planant sur les eaux, couvant les vagues comme une poule couve ses œufs. L’Esprit dans la plénitude du moment présent.

L'Esprit reposant en Jésus durant son séjour « espace-temps »,  à l'adresse Planète-terre, l'Esprit dans l’intimité de cet enfant juif. C’est un souffle radicalement nouveau dans la spiritualité orientale et hébraïque où il est né… «Il grandissait en âge et en sagesse » (Lc 2 : 40) radicalement nouveau aujourd’hui.

Ce passage sur terre de Jésus, l'Esprit incarné, la Parole (Verbe) donc, est d'une importance singulière pour l'espèce humaine dans son habitat naturel. Pour nous. Pour moi. Comme Jésus fut ouvert au souffle de l’Esprit, en Lui, nous pouvons être ouverts à Jésus donc à l’Esprit en ce temps de Pentecôte en directe.

Permettre à l’Esprit de vivre en nous, d’agir. Il n’est pas une chose, ni une définition ni une Troisème personne mystérieusement intégrée trinitèrement inaccessible "aux simples d'esprit"! Non, Il est la Vie. Même Vatican II l’a articulé : « Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même... C’est une loi inscrite par Dieu au cœur de l’homme; sa dignité est de lui obéir et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre” in Gaudium et Spes (16) ».

Si la présence de Jésus en son temps fit naître une ère nouvelle, la présence agissante de son Esprit dans notre monde grevé de contradictions, peut faire naître une ère nouvelle ! Quel défi ! Une ère nouvelle sans armes, sans famines, sans frontières. Sans capital accumulé, sans pub télé grossièrement mensongère, sans murs, sans préjudices... Actualiser la foi en la Pentecôte devrait  aboutir au royaume annoncé par Jésus.

La soif existe parce que l'eau existe. La soif et le désir de la spiritualité de Jésus aujourd’hui est ressentie dans la société post-moderne parce qu'on prend conscience de Jésus aujourd'hui. De son désir d'assouvir notre soif si nous le lui permettons.

L’homme, la femme rencontrés dans les endroits les plus inattendus sont conscients de ce phénomène hors structures, hors institution, et pregnant de potentialité! La soif de la spiritualité de Jésus est assouvie lorsque Jésus aujourd’hui agit dans tous les domaines publiques de la société. Lui permettons d’agir dans la réalité la plus banale et la plus humble de notre vie quotidienne. Parfois inconsciemment, mais réellement.

C’est, comme pour Jésus en son temps : une révolution, un monde à l’envers…les bouleversements, les systèmes et leurs gardiens mis à nu par la vérité des faits, les ouvriers virés par milliers, sans pubs télé grossièrement mensongères! C'est le moment propice de prendre au sérieux Jésus dans notre chaos. Le Kairos. Inventer et, donc agir dans l'insécurité pour concrétiser la Bonne Nouvelle de Jésus. N'est-ce pas ça, la Foi?

L’Esprit Saint, donc Jésus aujourd’hui, relativise les interminables liturgies et prêches minutieusement préparées et exécutées mais en manque de rapport directe avec notre réalité, en manque d’un « Buisson Ardent » qui nous pousse vers un nouveau départ.

 

08:15 Publié dans Spiritualités | Tags : esprit | Lien permanent | Commentaires (9)

16/05/2009

MEDITATION DOMINICALE

 

MakeDisciples_m.jpg

 

 

Il ne doit pas nécessairement en être ainsi

Lorsque nous lisons aujourd’hui des textes bibliques, inchangés depuis 2000 ans, nous y découvrons des choses tout à fait nouvelles. Par exemple le passage de l’évangile de Luc que je viens de relire raconte le matin de Pâques : Les femmes sont devant la tombe vide, elles se posent des questions et un ange leur dit : «Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts? Il n'est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu'il vous a dit quand il était encore en Galilée: Il faut que le Fils de l'homme soit livré aux mains des pécheurs, qu'il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite. Alors elles se rappelèrent ses paroles ». (Lc 24,1-12) http://users.skynet.be/bs775533/Armand/hom/readings/resurr-c.htm

Lorsqu’on réfléchit sur l’impression que firent ces paroles sur les femmes, on ne peut que revenir au passage du même Luc (Lc 9, 22) qui dit : http://www.meditationfrance.org/spip.php?mot12 « Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'Il soit rejeté par les anciens, par les princes des prêtres et par les scribes, qu'Il soit mis à mort, et qu'Il ressuscite le troisième jour » Là, il n’est pas question de femmes, ces paroles ne s’adressaient qu’à Pierre et aux disciples alors qu’au tombeau vide les anges disent aux femmes qu’elles doivent se rappeler ce qu’il leur a dit en Galilée.

Il aura donc fallu presque 2000 ans pour arriver à la conclusion : Lorsque l’évangéliste Luc parle des disciples, il parle aussi bien des femmes que des hommes. C’est si simple.

Souvenons-nous, il y a 20 ou 30 années de cela, l’annonceur à la radio disait : « mes chers auditeurs et les prêtres sur la chaire disaient : mes bien chers frères » et personnes ne doutaient que les auditeurs et les frères étaient aussi bien des femmes que des hommes. Il en était ainsi pour les évangélistes et il en fut ainsi durant les siècles écoulés.

Aujourd’hui se font entendre les super qualifiés qui disent : Pour ce qui concerne la bible, c’est tout différent. La bible est la Parole de Dieu et doit être prise à la lettre et les disciples sont donc des hommes.

Soit dit entre nous : Ce n’est pas parce que la Bible est la Parole de Dieu que ces super-qualifiés n’acceptent pas la simple logique, mais c’est parce que la catastrophe est prévisible : où cela conduirait-il, si Jésus avait aussi appelé des femmes à le suivre en tant que disciples ? Cela ne peut et ne doit pas être !

En fait  il ne s’agit ni de foi ni de logique. Les hommes saisissent  chaque tâche, y compris celles de Jésus, qui leur sont confiées en tant que possibilité bienvenue d’exercer leur pourvoir.  Dans « l'Eglise d'hommes », et très tôt après ses débuts, ce penchant  s’est peu à peu installé et à fait ses preuves !

Seulement il ne faudrait pas rendre Jésus, ni Dieu responsables de ce développement.

Hermann-Joseph Venetz

(Traduction avec la permission de l'auteur que je remercie: Claire-Marie Jeannotat, les emphases sont miennes)

(Article paraissant dans le WALLISER BOTE du 16 mai 2009

http://www.walliserbote.ch/walliserbote/epaper.php?aw_fie...

(Comme cette réflexion m'a réconfortée, elle peut aider des catholiques, des réformés, des gens de partout, du haut de l'échelle hiérarchique très masculinisée, jusqu'aux racines silencieuses où vit Jésus incarné en tout être humain, homme femme intégré comme la clé et la serrure! Et en tirerles conséquences)

21779ibq2.jpg

 

 

 


Avec un cordial merci au lien:

agarttha.oldiblog.com/?page=articles&rub=342700

11:21 Publié dans Spiritualités | Tags : disciples | Lien permanent | Commentaires (1)

06/05/2009

L’image et la réalité

 

L’image et la réalité

normal_bougie.jpg

Petite réflexion sur un anniversaire

05.05.2009 : 60 années de vie de sœur (Bulle)

05.05.1999 : 50 années de vie de sœur (Vrede black township, Afrique du sud)

05.05. 1955 : 6 années de vie de sœur : à vie, Lady Selborne black township

05.05. 1949 : conclusion positive du noviciat

04. 05. 1948 : entrée au noviciat, Aliwal North Holy Cross

Cinq petites pierres sur le « Long chemin vers … »

C’est l’occasion d’une petite réflexion. Une sœur, c’est quoi ?

L’image et la réalité : il me semble qu’un fossé existe entre l’image qu’on se fait d’une sœur et la réalité d’une sœur. En Occident certainement ! (Pas tellement en Afrique où nous sommes insérées (pour ce qui me concernait) dans la population.)

En Occident : une sœur : quelle image dans l’Eglise ecclésiastique et dans la communauté ecclésiale ?  Et quelle réalité ?

Une sœur : quelle image et quelle réalité dans l’éducation et la médecine ?

Une sœur : quelle image et quelle réalité chez les riches et chez les pauvres ?

Je pourrais continuer longtemps et donner des exemples pour confirmer le fossé entre l’image et la réalité d’une « sœur » aujourd’hui dans la société occidentale.  Tout au moins dans mon champ de vision de la chose.

Jésus a ressenti ce sentiment et le ressent certainement aujourd’hui plus que jamais. Un exemple : Les juifs attendaient un libérateur, un messie, un descendant de la maison royal de David, un roi (Hosanna et tout le reste) Les docteurs de la Loi et les autorités religieuses se méfient d’emblée de voir surgir un homme qui est au niveau du peuple. Un paysan juif qui se dit être le Fils de l’Homme. Mais dont le comportement et la parole ne correspondent pas du tout à l’image qu’ils se font d’un messie !

Jean-Baptiste emprisonné envoie ses amis poser la question à Jésus : Es-tu celui qu’on attend ? La réponse de Jésus, sa Réalité résonne aujourd’hui encore comme un coup de tonnerre dans l’air pur : « Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute » (Luc 7 :22-24) http://www.ccel.org/ccel/bible/frls.Luke.7.html

Ainsi pour l’idée qu’on se fait de la sœur, je ne peux pas voir un meilleur moyen de faire correspondre l’image à la réalité que l’exemple de Jésus.

Il me semble que, marginalement, j’ai essayé de vivre ça parce que c’était inné,  que je ne pouvais pas être sœur autrement. Ce qui implique Jésus et sa spiritualité comme on la découvre peu à peu dans l’évangile, dans ces quelques expériences privilégiées, rares, parfois inattendues et surprenantes, de sa tendresse, de sa force, de son courage. Ces expériences arrivent (happen !) quand, par exemple, un lever de soleil me coupe le souffle, où un mot d’une voisine/voisin, qui exprime ma pensée, où l’article d’un journaliste juste à point, où comme vendredi passé, rue du marché 10, Bulle, en route vers la chapelle de N-D. de Compassion, ce regard du ramasseur de poubelles qui laisse là sa charrette et vient me dire : « Vous avez une pensée pour moi à la chapelle ? » C’est un beau regard et j’ai prié avec lui.

 

Cependant, les années passent et la spiritualité d’une personne change avec le monde qui change, les contextes qui nourrissent la prière changent; la prise de conscience que la vie bouge nous force d’avancer, comme dit saint Paul : « Quand j'étais un enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j'ai fait disparaître ce qui faisait de moi un enfant.. » (Corinthiens - Chapitre 13,11)

La réflexion de Sœur Joan Chittester est  réconfortante :

« Soyons ouverts à l’Esprit en nous. Essayons de nous libérer des chaînes de l’esprit et soyons prêts à nous alléger des choses qui ont été dites au sujet de Dieu jusqu’à présent. Permettons-nous la lucidité que tout cela est inadéquat, partial même si bien intentionné et cependant très lacunaire. N’ayons pas peur de dépasser les preuves de l’improuvable, d’aller au-delà d’une croyance et de confronter l’inconnu. Le fait que nous ne savons ne signifie pas que nous « SAVONS pas ». Sœur Joan nous rappelle que c’est notre devoir de remettre en question toute autorité, même la plus honorable et de questionner et renverser les idoles de l’orthodoxie…

Nous acceptons la possibilité que Dieu nous cherche dans des endroits et avec des gens et des choses que nous pensions ne pas être possible en vivant la spiritualité de nos jeunes années de vie de sœur.

Alors (comme pour moi aujourd’hui en ce 60ème anniversaire) la couleur de la vie change, la mélodie est neuve – un chant nouveau –la vie est vibrante et prégnante  de la plénitude de ce moment, tous unis à l’univers qui respire en nous! » (ma traduction et adaptation de l’anglais, in NCRonline.org

  • Sr Joan Chittester est moniale bénédictine depuis une quarantaine d’années, conçoit la vie spirituelle sous un angle nouveau qu’elle incarne dans ses divers engagements auprès des communautés de religieuses américaines et dans sa lutte pour la reconnaissance des droits des femmes dans l’Église et la société.

Voilà ma réflexion en ce jour du 5 mai 2009. Je crois rejoindre beaucoup de sœurs qui réfléchissent en ce sens car il est grand temps d’accueillir la vie à pleines mains.

 

RTEmagicC_grasse_031.jpg.jpg

13/04/2009

LUNDI DE PÀQUES

Lundi de Pâques

fyre34.png

Chaque jour de carême j’ai essayé d’écrire un petit billet dont le but était de permettre à Jésus d’avoir son mot à dire dans notre réalité concrète C’est-à-dire, d’en découvrir le SENS à la lumière de son expérience de vie liée à la nôtre aujourd’hui. C’est une spiritualité contextuelle.

Une spiritualité contextuelle, soutenue par une théologie de la libération dont la méthode, celle de Jésus lui-même en son temps, est de chercher le sens de ce que nous vivons et d’y découvrir, si c’est possible : Dieu.

L’énorme problème en Occident, c’est l’infranchissable fossé, dirait-on, entre, d’une part, ce que dit, prêche, fait L’Eglise et, d’autre part, ce que vivent les gens qui cherchent un sens à leur vécu, à leur expérience de vie dans l’intégralité de leur personne humaine. Il n’y a pas ou peu de symbiose. Ceci est douloureusement perçu, tout spécialement au moment des « fêtes » : Noël, Pâques. Des liturgies préparées, exécutées par des experts pour une audience de fidèles qui vont répondre « amen » aux textes qui leur sont lus, lesquels ont été scrutés, approuvés.

contradictions.jpg

La spontanéité, une exclamation, la manifestation d’un besoin adressé au Créateur, comme le cri des Hébreux : c’est exclu. Souvent, les cérémonies sont un beau « spectacle » (sic). Une saison, et on passe à une autre dans le calendrier liturgique.

Un peu comme, dans les supermarchés, on passe de l’opportunité financière des fêtes et saisons pour trouver ce qui se vend avec le plus de profit : les sapins ou les œufs. C’est selon.

Ce vécu ecclésial, est devenu routine pour les uns, et source de critiques loyales pour les autres. Où se trouve, dans la liturgie, le vécu dynamique des gens face à Dieu ?  Peut-être « Hors des murs, hors du camps … » comme Jésus (Hébreux 13, 12-14). Portant sa honte aujourd’hui (Jesus today, A.N. Orbis books, 2006).

Deux hommes  - http://arts-cultures.cef.fr/livr/livrpast/lpastx25.htm- -

Les voyageurs sur la route d’Emmaus

Ils ne font pas partie des douze, ces deux-là. Ils rencontre un autre voyageur et la conversation s’engage. Ils parlent de quoi ? Des rumeurs au sujet de ce Jésus. Que se passe-t-il au juste ? Des rumeurs courent. Cet homme était si proche des gens de la rue et des chemins de traverse qu’il était connu par « ceux qui marchent et qui sont perdus…». Il est tard. On a faim. On s’arrête à la première auberge pour manger quelque chose en continuant la conversation. Le partage des expériences de vie et du pain sont une seule et même chose.  Cela revigore. Ils trouvent un sens à leur confusion et  l’étranger disparaît.

Il ne reste que le SENS découvert dans la communion des trois.

Cela m’est arrivé souvent, ces rencontres inattendues sont autant de communions avec le ressuscité, en cheminant.

http://www.pointkt.org/index.php?option=com_content&view=article&id=122:sur-le-chemin-demma&catid=22:fiches-bibliques&Itemid=37

Ils continuent la route dans la nuit car le travail les attend, la famille, les enfants, la société ; ce lieu, Jésus le nomme « Galilée ».

Dans le blog de Pâques, j’ai dit que c’était sur ce lieu de travail que Jésus les attendaient pour construire une société plus humaine, plus unie. Ensemble.

Nos Galilée ?

Moi, où je me trouve sans l’avoir voulu

Vous, là où vous travaillez pour gagner votre vie et participer à l’amélioration de la vie sociale en ce temps de récession

Dans nos fermes agricoles

A l’école

À l’hôpital

A la rédaction d’un journal, à la production d’articles

A enfanter des enfants et à en prendre soin

A enterrer nos morts

A faire des vacances

A faire de la politique

……………………….

A préparer la soupe et le pain quotidien

A continuer la route. La longue, longue route ! entre ombres et lumières jusqu’au bout.

ENTRE LES OMBRES ET LA LUMIERE discog3a3
Paroles: Jean Debruynne

Entre les ombres et la lumière,
Chacun de nous risque un chemin.
L'un va devant, l'autre derrière,
Mais si nous unissons nos mains,
Si nous portons ce monde lourd,
Chacun son pas, chacon son tour,
Nous pourrons voir naître le jour.

Nous marchons tout le long des nuits,
Nous allons d'errance en errance
Franchissant les gués de l'ennui
Pour accueillir nos différences:
Nous sommes tous gens de couleurs.

Nous venons tous de nos passés,
Nos mains sont toujours un peu sales.
C'est que nous avons traversé
Tant de vieux mondes en cavale:
Nous sommes tous gens d'un passé.

C'est quand il fait si froid dehors
Que dedans nos soleils brûlent.
Main dans la main et coeur-à-corps
Le gel et la faim nous stimulent:
Nous sommes tous gens de désir.

Nous avons le coeur en jardin
Avec des rosiers de poètes.
Chacun de nous est un chemin
Chacun de nous est un prophète:
Nous sommes tous gens de la paix


20:09 Publié dans Spiritualités | Tags : emmanus | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2009

JOIE DE PÀQUES

Story%20of%20Jesus%20in%20Pictures%20029.jpg

 

Allez, il vous précède en Galilée

Mt 28,7

Marie-Madeleine a pour Mission d'aller dire aux hommes (les apôtres à l'époque) de se mettre au travail sur les chantiers du monde. Ils auront du mal de croire la le souhait de Jésus énoncé par la bouche de femmes!

Aussi en ce beau matin pascal, je me permets de partager la pensée d'une consœur américaine, Joan Chitester (bénédictine) et que j'aime beaucoup.

Jésus ressuscité vous attend en Galilée, pas à Jérusalem, pas au centre de pouvoir et d'affaires profitables, pas en tant que chef d'un establishment, état ou synagogue. Non! Jésus les pousse et les appelle en Galilée, la périphérie méprisée d'Israël, la région peuplée de pauvres et d'opprimés, les oubliés des hiérarchies. En Galilée-même, là où il a travaillé dur durant sa vie publique, Jésus attend de ses apôtres qu'ils en fassent autant! Maintenant!

Cela résonne en mes oreilles ce matin: où est ma et notre Galilée? Joan: « Nous avons « contribué » (par notre silence y compris) à la fabrication d'armes nucléaires, à passer des législations en faveur des riches et au détriment des pauvres. A nous revient la tâche soit de faire annuler, amender et de recréer un système législatif qui permette à tous de manger, de dormir sous un toit, d'aller à l'école. D'arrêter la dégradation de la justice, la torture, le mépris de la vie de la naissance au tombeau. Notre tâche consiste à énoncer, annoncer la Bonne Nouvelle de la justice, de l'égalité pour la paix ». Merci Joan!

(Pour ma part, j'ai compris la Résurrection le jour de la mort sous la torture de Steve Biko, le 12 septembre 1977 à Prétoria. Et si vous cliquez Katutura Steve Biko, vous verrez que, chaque avril je crois, depuis l'année 2003, j'évoque l'expérience collective de la résurrection! L'esprit de Steve vivant, enflammait ce pays pour obtenir enfin la libération des chaînes de l'apartheid!)

Pâques n'est pas l'aboutissement, c'est la naissance de Jésus actif aujourd'hui, dans nos Galilée helvétiques, européennes, mondiales, oui, gruyériennes, vaudoises et jurassiennes. Si on le lui permet. Il y a pénurie grave d'actions prophétiques aujourd'hui, tant les systèmes de sécurité font tout pour prévenir toutes velléités en ce sens!!! Il y a urgence! Pâques 2009 est l'occasion, dans la joie exultante de Jésus ressuscité, de se mettre au travail en nos Galilée respectives.

galilee_400.jpg

Joyeuses Pâques!


10:55 Publié dans Spiritualités | Tags : galilée | Lien permanent | Commentaires (0)