28/05/2010

WORLD CUP

 

 

 

zakumi-mascotte-mondial-2010.jpg

 

World Cup


2010 - Church on the Ball

 

La Coupe du Monde – L’Eglise sur le Ballon

avec la Bénédiction du Cardinal

 

Je tombe des nues

Je ne sais comment m’y prendre pour raconter cette « drôle d’histoire ». Le lecteur prendra position à moins qu’il soit, comme moi. Totalement « flabbergasted» !

 

« Drôle d’histoire », c’est vraiment ça ? Voici :

 

arton1449.jpg

 

Une vidéo et des  reportages de l’Eglise (catholique romaine donc) laquelle s’engage, en Afrique du Sud, dans les régions HIV AIDS et dans les zones du TRAFIC HUMAIN (Human trafficking), viennent d’être officiellement publiée  par Conférence des évêques d’Afrique australe (SACBC) à la veille de la Coupe du Foot 2010.

Voyez plutôt :


Bishop Sandri bénit le stade Mbomebla  pour la Coupe de Foot 2010.

L’évêque de Witbank a béni le stade de la Coupe Mondiale 2010 à Nelspruit, le 24 mai. Des personnalités politiques, militaires/policières, l’évêque Giuseppe Sandri, le Père Roger Masiku, la sœur Cécilia Binder et la sœur Smily Schmidt eurent accès au stade  de Mbomebla.

mbombela2.jpg

Ayant franchis la barrière de sécurité, les visiteurs furent conduits à l’entrée No 10, où M. Roelf Kotze les accueillit pour les conduire au stade où les ouvriers étaient encore au travail. Quelques centaines de gardes de sécurité  faisaient leurs exercices de formation pour la surveillance des matchs à venir.

 

L’évêque Sandri lut le psaume 67 suppliant le Seigneur « de bénir cette merveilleuse structure, ceux qui l’ont construite et tous ceux qui l’utiliseront dans un esprit de Fair Play » L’évêque a marché sur les pourtours du terrain qui fut copieusement aspergé d'eau bénite. L'évêque Sandri bénit aussi les deux premiers rangs ainsi que les places réservées aux joueurs remplaçants, aux coachs et aux capitaines. Des ouvriers et certaines personnes ont observé cette "cérémonie" avec beaucoup d’enthousiasme et de joie. Une prière et un cordial merci à M. Rolf Kotze conclut la Bénédiction du stade.

Voir le texte anglais à l’adresse :

http://www.churchontheball.com/index.php?option=com_content&view=article&id=55:-a-bishop-blesses-the-mbomebla-2010-fifa-soccer-stadium&catid=6:news&Itemid=13

 

· Cardinal Wilfred Napier:

Qu’est-ce que l’Eglise a de si spécial ?

 

Regardez :



http://www.youtube.com/watch?v=VoX3aB42Pyg

 

http://www.youtube.com/watch?v=VoX3aB42Pyg&feature=player_embedded


affaire à suivre

 

 

18:03 Publié dans Spiritualités | Tags : napier | Lien permanent | Commentaires (0)

24/05/2010

NOTRE DAME DU WEB

 

toile-araignee.jpg

Notre Dame du WEB

« Toile (d’araignée) mondiale »

Histoire vraie

C’est en 1964 ou 65 que je fus envoyée à la Holy Cross secondary School à Mongu non loin du Zambèze. Le soir dans ma minuscule chambrette blanchie à la chaux, je vois avec horreur une ou plusieurs araignées au plafond et j’appelle au secours! Qu’on vienne me débarrasser de cet infecte insecte ! Oh ! Non, me répond Katharina, plus les araignées sont grosses et plus elles sont inoffensives, en plus elles mangent les petites qui, elles, sont venimeuses. Pas de débat possible. Donc j’ai appris à dormir, occasionnellement en compagnie d’araignées.

 

L’araignée me revient en mémoire alors que je pense à Notre Dame du World Wide Web, ou de la Toile d’araignée mondiale ! Les toiles d’araignées  chassées comme la peste, des « couvents et monastères», sont quand même bien belles, très utiles, car elles ont enseigné, je présume, la construction du WWW !

 

Par un heureux hasard, voici que Notre Dame du WEB se présente sur « ma toile » tissée peut-être par une belle dame tout d’azur vêtue ! Et j’ai envie de la partager avec tous les blog-people que j’aime.

Cheiracanthium3.jpgC’est pourquoi, vous trouvez, en compagnie de Jacques Gaillot et de Tony de Mello: Notre Dame du Web qui réfléchit, elle, avec moins d’efforts que moi sur l’actualité. J’en suis ravie.

 

22:35 Publié dans Spiritualités | Tags : web | Lien permanent | Commentaires (0)

23/05/2010

PENTECOTE 2010

 

Pentecôte 2010

 

Katutura1.gif

Ce matin au petit déjeuner, une consœur au nom de la plus belle des fleurs, nous dit ce qu’elle avait entendu à la RSR 1ère : Copernic a été réhabilité après avoir été condamné par l’Eglise catholique  au XVIe siècle pour avoir affirmer - "De la révolution des sphères célestes" - que la « Terre tourne ». Idem manière de faire avec Galilée. D'où vient cette ambiguïté? Une Sœur vraiment loyale à la Lettre des Saintes Écritures raconter joyeusement ça m’a fait dire : « Tu vois, c’est la Pentecôte ! ».

 

En fait, oui c’est la Pentecôte et la fanfare de Bulle fanfaronne martialement sous ma fenêtre conduisant des enfants « faire » leur 1ère Communion à Saint Pierre aux Liens. Une belle procession cadencée dirigée par derrière par le curé de vêtements dorés vêtu. Les enfants sont prêts, les cadeaux, le repas après la Messe. C’est la fête folklorique et c’est bien.

 

Tout petit, dans ce spectacle liturgique, se cache Jésus alias l’Esprit Saint, énergie de Vie pour construire la famille des humains ! Les humains, aujourd'hui occidentaux d'abord semble-t-il, désespéremment engagés à trouver une solution politique, économique, à la crise des bourses et des banques! Ce Jésus que reçoivent ces enfants dans leurs mains, c'est simplement le modèle et la recette de la crise économique mondiale: le Pain partagé. Et quand ce Pain est partagé il est vraiment VIE. Concrètement !

 

Peut-être que la Communion prendrait le sens rêvé par Jésus alors que, après avoir lutté contre lui-même 40 jours durant, « Il retourna en Galilée, avec la puissance de l'Esprit, et une rumeur se répandit par toute la région à son sujet. »

 

Sa prise de conscience devenait agissante ! Quel courage ! Dans un milieu qu’il connaissait bien : annoncer la Libération de l’exploitation, de la domination politico-religieuse ! Proche de la nôtre... sinon dans le temps.


« Il vint à Nazara où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit

L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a consacré par l'onction, pour

·       porter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé annoncer aux captifs    la délivrance

·       aux aveugles le retour à la vue,

·       renvoyer en liberté les opprimés,

· proclamer une année de grâce du Seigneur.

 

Il replia le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : "Aujourd'hui s'accomplit à vos oreilles ce passage de l'Écriture. "

 

Imaginons ce paysan juif, fils de Joseph, en habit de travail, s’avancer à Saint Pierre-aux-Liens, Bulle, aujourd’hui, trouver dans la Bible et lire cette « Parole d’Isaïe » ?


Imaginons que ce Fils de l’Homme, paysan juif, en habit de travail, s’avance vers le sanctuaire de la Basilique vaticane Saint Pierre aujourd’hui,  et qu’il lise, lui, avec son âme et son accent et son vécu palestinien, africain, indien, italien des bidonvilles, ce passage de l'Évangile de Luc et d'Isaïe?


Il serait après tout « chez lui » - peut-être pas - et le pape, se disant « son vicaire », lui ferait place, lui donnant la parole et se mettant à l’écoute ?

 

Pour ma part, je suis sûre « qu’une rumeur se répandrait par toute la région à son sujet. » Et c’est peu dire.


Pentecote_189C.gifToutes les conditions sont pourtant réunies pour ce miracle de Pentecôte 2010.

Affaire à suivre.

 

 

11:20 Publié dans Spiritualités | Tags : esprit | Lien permanent | Commentaires (1)

21/05/2010

mouvance

 

time-passing.jpg

« Vivre, c’est à chaque instant s’identifier au changement et non pas subir ! »

21 mai 2010 : petite réflexion  à la tombée du jour. Une journée qui ne reviendra jamais, ni pour moi, ni pour les gens qui m’entourent, ni pour la société, dans sa variété, ni pour la nature, ni pour l’univers. La roue tourne et nous « passons » comme une brise, un vent, un orage, un chant d’oiseau, le murmure d’un ruisseau. Au Cap, en Islande, à Moscou, Pékin, Berne, Berlin, des millions de gens ne sont plus ce soir ce qu’ils étaient ce matin.

Combien se sont envolés, emportés par l’âge, la faim, la violence, la « fatalité » et sont arrivés « hors espace temps » ?

Combien viennent de naître au bonheur, à la famine, à l’épanouissement, à la mort ?

Combien se sont donnés aux autres pour construire ensemble la 13_arbre_vierge_small.jpg« famille humaine » chaque jour un peu de pain, un peu d’eau, un regard ami ?

Combien de services rendus par les travailleurs des services publics, par les politiciens qui recherchent le plus grand bien pour le plus grand nombre ?

Nous sommes conscients de faire partie intégrante d’un immense corps humain et que ce qui fait du bien à l’un fait du bien à tous, ce qui fait du mal à l’un fait du mal à tous ! Nous nous sentons responsables envers nous-mêmes et envers tous. Les journaux nous permettent de toucher du doigt la vie de nos sœurs et frères éloignés. Le télé journal devrait mettre toute sa force et son intelligence à prendre au sérieux sa responsabilité et à répondre aux attentes « non pas des consommateurs, mais des citoyens » (Roger de Weck).

« S’identifier activement au « changement » je crois que c’est ce que Jésus a fait et continue de faire avec nous en cette minute Birth.jpgdéjà dépassée pour enfin découvrir le pourquoi, le sens de notre vie ! De chaque vie, œuvre d’art de notre Créateur passionnément amoureux, oui, jusqu’à s’identifier, Lui, l’immuable, à chacun de nous, dans la mouvance du temps qui passe…

ET le VERBE s'est fait ENFANT!

22:35 Publié dans Spiritualités | Tags : temps | Lien permanent | Commentaires (1)

18/05/2010

ISLANDE

 

 

LE NUAGE ENTRE CIEL ET TERRE

 

87708184.jpg
Dans les Cendres du volcan en Islande

Trafic aérien: selon Eurocontrol External link28000 vols ont été opérés hier, 17 mai 2010, en Europe, soit 1000 de moins qu'en temps normal. Un ciel partiellement et provisoirement épuré du le-volcan-eyjafjoll-en-eruption-5-mai-2010-4542106qjmmi_1713.jpgdéversement d'acier toxique. Les oiseaux gazouillent, les étoiles réfléchissent, la lune aussi, les voyageurs gémissent, les compagnies aériennes se tremblent et se lamentent. Il y a de quoi. La TV 19h30 hier soir « priait » que ce vilain méchant nuage de cendres islandais qui menace nos voyages de la Pentecôte nous « foute la paix! »

Nuage de cendres dans le ciel de l'Agleterre et de l'Irlande

Oh! Je sais que ce n'est qu'une infime partie de la réalité. La réalité totale. C'est quoi?

 

"Les cendres islandaises s'attaquent aux cieux d'Irlande et d'Ecosse, l'Europe, le Maroc, le nuage se promène au "gré du vent qui souffle où il veut" arrosant sur son passage des languettes de feu, des cendres "toxiques, gluantes, menaçant passagers dans leur boîte d'acier, s'écoulant en pluie et dangereusement crystalline sur notre terre et ses habitants!

 

Qu'est-ce qu'on attend là, à regarder le ciel? Le sort, la fatalité? Peut-être bien, comme le tremblement de terre à Haïti, mais Haïti n'est pas le monde. Et l'impertinence des cendres m'apparaît comme un signe des temps. Un de plus! Notre réflexion remplirait des pages, - et beaucoup gardent ces choses en leur coeur - mais pour les Islandais, la réalité, c'est quoi? Le volcan Eyjafjallajokull. A prononcer respectueusement EY-ya-fyat-lah-YOH-kuht.

 

D'abord les Islandais eux-mêmes, leur ciel, leur terre, leur cheptel, leur nourriture, leur vie quotidienne? La Presse nous informent plus intelligemment que la TV. Et c'est avec reconnaissance que j'explore grâce aux journaux, la réalité islandaise. (Ainsi que le dossier http://lci.tf1.fr/volcan-islande-cendres/)

 

Même à densité moindre, les gens par centaines sont évacuées des régions périphériques du volcan, les écoles fermées, les enfants à la maison, les secouristes débordés viennent aider les fermiers à rentrer leurs bêtes à l'abri dans les étables ou même les maisons.

"Nous avons entendu qu'il y avait des animaux qui mouraient. Des chevaux et des oiseaux", explique Solveig Olafsdottir, de la Croix-Rouge islandaise. Des vaches, des moutons et de 142425.jpgfrêles poneys islandais sont récupérés à la faveur d'un changement de direction du vent qui poussait jusque-là massivement la cendre au-dessus de leurs têtes et les plongeait dans une profonde nuit artificielle et suffocante. "On pouvait sentir qu'ils étaient heureux de se mettre à l'abri", raconte le fermier Sigurgeir Ingofsson en terminant d'entasser sept chevaux semi-apprivoisés dans une petite étable où se pressent déjà sept vaches et 48 moutons dont des brebis enceintes. Lui-même forcé d'évacuer sa ferme, M. Ingofsson avait dû abandonner ses chevaux samedi en pleine tempête de cendre. "Il fallait que je parte. Ce fut une décision très difficile mais il y avait du soufre dans l'air", explique-t-il comme pour s'excuser auprès de ses bêtes. "Je ne savais pas à quoi m'attendre en rentrant ce matin. Mais "les gens sont remarquablement calmes".

La cendre, que la pluie a transformée en une boue épaisse et grisâtre, pose un problème sanitaire car elle est fortement concentrée en fluorure, le sel de l'acide fluorhydrique, préviennent les scientifiques. "
L'ingestion de fluorure cause des problèmes aux os et aux dents, en particulier chez les animaux en croissance. La cendre peut aussi (...) provoquer chez eux des difficultés respiratoires et digestives", mais on ne panique pas « Les gens sont remarquablement calmes. » Ils sont en état de choc, mais que faire ? Il faut bien jouer avec les cartes que l'on a en mains", note un policier en patrouille dans son 4x4 recouvert de cendre.

L'activité volcanique enregistrée ces dernières semaines dans le sud de l'Islande fait craindre aux spécialistes le réveil du volcan Katla voisin, considéré comme l'un des plus dangereux de l'île et qui sommeille depuis 1918. (selon AFP)

Mais les oiseaux? Qui, selon la nature de la Création, devraient avoir la priorité de l'espace aérien: « Le danger pour les oiseaux est bien plus immédiat. Ils n'ont malheureusement 142407.jpgaucun abri ni aucune conscience de ce qui se passe. En entrant dans le nuage de cendres, leurs ailes ont beau battre l'air, elles ne trouvent plus aucune portance. De plus, les plumes chargées de cendre s'alourdissent et perdent leur profil aérodynamique. Bref, les oiseaux tombent et meurent au sol. C'est assez dramatique vu que la saison des migrations vient de débuter. Un observateur a vu hier un vol d'oies sauvages disparaîtrent ainsi dans la tourmente. »

Cher oiseau islandais mort dans les cendres

« Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs et de cendres » Jonas 3:8. Cette fantastique histoire de Ninive et du pauvre Jonas me revient à la mémoire … mais notre Créateur est empathie incarnée, Il se met à notre place. Ecouter ce qu'Il en pense, cela peut être très intéressant.

 

11:30 Publié dans Spiritualités | Tags : nuage | Lien permanent | Commentaires (2)

15/05/2010

OMBRE ET LUMIERE

light-in-darkness.jpg

Ombres et lumières

"Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père."

L’immensité embrasse la présence micro-macro de Jésus, au cœur de toute réalité, dans les situations les plus inattendues. Parce que nous croyons en Jésus, l’homme si « parfaitement humain qu’il est Dieu », nous croyons en l'homme, et nous sommes concernés par son droit à sa dignité ! Je crois en l’être humain et la foi en lui est principalement vécue  « hors des murs du sanctuaire », parce que le royaume est au plus profond de nous et parmi nous !

Étrange planète que la nôtre, je la contemple en écrivant. Elle brille de l’intérieur. J’en fais le tour. Je vois les ombres et je cherche la Lumière !

Afrique du Sud : « A l’ombre des stades fleurit la misère » Dans 4 semaines, sportifs, journalistes, et supporters de nombreux pays  iront dans ce pays pour la Coupe du monde de football qui aura lieu du 11 juin au 11 juillet 2010. Pendant ce temps:

les exclus s’entassent dans des ghettos sordides qui rappellent ceux de l’apartheid.

Les autorités ont fait le ménage pour offrir aux touristes une image policée de la nation “arc-en-ciel.” http://www.courrierinternational.com/article/2010/05/06/a-l-ombre-des-stades-fleurit-la-misere

Palestine : Des milliers de Palestiniens menacés : la décision israélienne d'expulser de Cisjordanie les Palestiniens domiciliés à Gaza ou à l'étranger, pas par mesure de sécurité mais afin d'aggraver les conditions de vie déjà difficiles des Palestiniens. (cynique)

Thaïlande : Khattiya Sawasdipol, alias Seh Daeng, un héros au sein des “chemises rouges”. aujourd’hui entre la vie et la mort, de nouveaux affrontements dans les rues de Bangkok entre manifestants antigouvernementaux et forces de l’ordre. « Mais tout est fait pour la sécurité des touristes. »

Etats-Unis: La marée noire au large des côtes de la Louisiane traumatise une population qui craint pour son avenir De source officielle, on prédit que cette marée constituée de produits chimiques et de goudron pourrait durer de deux à trois mois. Qu'en est-il de la survie des gens, des animaux, de la nature?

Chine: La torture, une pratique bien ordinaire

"Les exemples de décès de citoyens sous la ‘protection’ de la police se succèdent. Mais j’estime qu’on ne peut se contenter d’en imputer la responsabilité aux policiers. Si certains peuvent y prendre plaisir, l’extorsion d’aveux n’est pas sans relation avec notre tradition millénaire des aveux sous la torture »

Inde: Le gouvernement indien paie 150 roupies [2,5 euros] pour chaque exécution. Le bourreau n'est pas un fonctionnaire à temps plein. C'est un volontaire autorisé et son salaire, une rétribution exceptionnelle.

Suisse : Vendredi, vers 20h45, un incendie s’est déclaré dans l’un des trois bâtiments du centre. Le sinistre n’a pas fait de blessés. Le bâtiment a été totalement détruit.

Portugal: Le Journal « Le monde du 11.05.2010 » écrit que la visite du pape Benoît XVI au Portugal devrait coûter trente-sept millions d'euros par jour » TSF-Radio Noticias. Le Portugal est pauvre mais le Pape est riche en paroles : dans l’avion d’abord, ensuite des torrents de paroles !

Une gentille portugaise, très catholique, m’a raconté qu’elle est restée des heures, étendue sur son lit à contempler ce spectacle à la télé portugaise, c’était grandiose, ces cérémonies, messes, bénédictions, processions !!! Dans sa patrie ! La seule chose qu’elle a compris, et qui lui a fait plaisir, c’est la récitation du chapelet qu’il a présidé à Fatima. Un chapelet-cadeau tout neuf. Elle s’est jointe au Pape et à la foule pour prier la Vierge au pied de la statue. C’est tout.

Selon le Figaro du 15.05.2010 : Le pape Benoît XVI est "très content" de son voyage au Portugal, dont il est revenu vendredi "réconforté".

Ce peut-il que ce réconfort lui soit venu de la foi du peuple « Hors des murs du sanctuaire ? » en récitant le chapelet ?

(Le reproche: "Tu es négative, tu mets le doigt sur ce qui va mal. Il y a beaucoup de positif". Cela revient sans cesse. Ce reproche est-il mérité? je ne sais pas) cm

23:17 Publié dans Spiritualités | Tags : ombre | Lien permanent | Commentaires (3)

13/05/2010

ASCENSION 2010

 

Ascension.jpg

Ascension 2010

Ce nom n’est pas très heureux pour décrire la prise de conscience des apôtres : il était temps de se mettre au travail sans tarder. Et d’arracher leur regard béat d’un ciel vide, et regarder là où notre grand leader et prophète vit actuellement : « Au milieu de nous » (Luc 17, 20).

Demandez aux enfants du « Caté », et même aux adultes qui vont à la messe ce que signifie  « Ascension » : C'est monter, s' envoler, grimper. L’Ascension de l’Everest, du Mont Blanc par exemple. Une réussite vers le haut, une carrière, une promotion, mais oui, les Suisses sont des grimpeurs.  C’est bien.

 

En Occident chrétien, le week-end de l’Ascension est un jour férié et supposé être chômé. Peut-être un « pont » de repos jusqu’au lundi suivant. C’est une chance.

Dans les Eglises chrétiennes, l’évangile de Luc 24, 46-53 sera lu :

« Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur disait : « Il fallait que s'accomplisse ce qui était annoncé par l'Écriture ; les souffrances du Messie, sa résurrection d'entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
C'est vous qui en êtes les témoins.
Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus d'une force venue d'en haut. » Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit. Tandis qu'il les bénissait,
il se sépara d'eux et fut emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu. »

Il fut emporté, donc Il fut absorbé en Dieu d’où Il venait, après avoir accompli son passage, sa Mission sur terre ! Le verbe est au passif :  "fut emporté" . Ce n’est pas une Ascension, comme le montrent à cœur  joie de grands artistes classiques tels que Rembrandt, Pietro Perrugino Andrea Mantegna, Garofalo : un envol spectaculaire dans l’atmosphère et les pauvres apôtres anéantis, par terre, à regarder le ciel !

C’est vrai que, comme nous, ces apôtres n’étaient pas des héros, ils avaient peu de foi, comme nous, ils étaient en manque d’une prise de conscience profonde de leur vécu avec Jésus ! Et je crois que c’est ce qu’il arriva quand ils entendirent la semonce des messagers arrivés là soudain pour les secouer de leur torpeur ! : « Mais qu’est-ce que vous faites là, doucement inertes, dans vos liturgies, vos encensements, vos litanies et prières toutes faites. Mettez-vous au travail, en route, en salopettes et sandales, pas en mitres ni souliers rouges ni papamobile pare-balles ! Allez d’abord vers le Temple de Jérusalem que Jésus, notre prophète et leader, a confronté, et, de là, partez partout où la société déshumanise, exploite, opprime, les citoyens, vos frères et sœurs, et soyez mes témoins !

Cette prise de conscience est un bouleversement lorsque l’on se trouve là où l’on nous attend, quand l’injustice crève les yeux ! Et qu’on a plus le choix. Il faut proclamer ce que l’on a vu, entendu, vécu, comme l’ont fait les disciples de Jésus, dans leur réalité et comme nous essayons de le faire aujourd’hui.

Au-delà des murs du Temple, au-delà des frontières, des mers des déserts, témoigner que Jésus libère tout homme et tous les hommes ! Etre témoins, c’est avoir vu, entendu, vécu, et dire cela en vérité, nous le devons à celles et à ceux qui espèrent et attendent un monde meilleur. Le sens de notre vie, à nous, est d’être témoins de la vie de Jésus dans les souffrants d’un monde injuste ! Pas  simplement par des actes de charité et de bons mots consolateurs, qui font trop souvent le jeu des systèmes pervers économiques, politiques, ecclésiastiques, culturels.

Je pense à nos chômeurs, et à celles et ceux qui subissent le mobbing des plus forts, aux licenciés, aux malades, aux étrangers qui ne savent où se tourner pour se faire aider, aux médecins épuisés par des demandes et une bureaucratie mortifères, aux jeunes, bombardés de publicités polluantes, aux vieux qui se sentent « surplus people » et languissent de mourir, aux fonctionnaires honnêtes mis dans le même panier que leurs compagnons escrocs, aux mères qui mettent au monde dans les sous-sols de l’humanité, aux journalistes marginalisés, assassinés et pour cause, à celui qui balaye les rues seul avec son ballet en main, ses courbatures et la pensée qui s’incline vers le « Très-Bas ».

2105410739_5d2dd9ba8c.jpg

Je vais de par le monde postmoderne et je me dis : « Le Verbe fait Chair » dans notre monde, Il ne monte pas « au ciel », je crois que le Père l’absorbe et que sa résurrection active est l’énergie et la dynamique de toutes celles et de tous ceux engagés aujourd’hui, hors de toute religions et frontières dans la transformation de notre société.

((Inspirée, en partie, par l’excellente étude de Hermann-Josef Venetz dans « Der Evanglist des Alltags » Paulus Verlag, Schweiz, Freiburg, p. 191 à 195, mais je suis seule responsable du texte)

 

17:20 Publié dans Spiritualités | Tags : ascension | Lien permanent | Commentaires (5)

09/05/2010

MEDITATION DOMINICALE


Nouveau-monde.jpg

Jésus savait lire même s’il n’écrivait pas

La chronique de Fabrizio Sabelli : Il l’écoute à la radio, la lit sur mon blog et inspire ma prière contemplative de ce dimanche matin, sous le ciel gris bleu… je perçois son regard, «Il pleure sur Jérusalem » selon Luc 19, 41. Il pleure sur notre espèce humaine et sur notre monde. J’entends des érudits qui raillent, se fâchent et clament qu’il faut arrêter de mettre le doigt sur l’absurde et voir positif, mais L’Esprit de Jésus dit : « S’ils se taisent, les pierres crieront », selon Luc, idem. Et c’est vrai que la nature tremble, gémit, crie, se révolte et engloutit des millions de « surplus people ». Et que restera-t-il de celles et de ceux qui comptent ???  Des trônes et des dominations ? Seuls assis sur le sommet de l’arbre sans racines ?

« Au-delà d’un seuil », comme je le comprends, le « seuil » c’est lorsque « le travail des hommes produit le plus grand bien pour le plus grand nombre ».  Et l’au-delà du seuil, c’est :

Les oiseaux d’acier remplacent-t-ils les hirondelles, les mésanges, les rossignols qui ne polluent ni n’accumulent, ni ne font d’heures supplémentaires ! Marc 6,26 nous dit, à nous qui avons peur de l’avenir ou « d’imaginer l’inimaginable » « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? ». Je me demande si je vaux mieux qu’un petit oiseau ? Et ceux des G7 ou G8 ou des bonus bancaires ?

« Au-delà d’un seuil » : lorsque les soins de la santé seront accessibles au plus grand nombre. Et que les médicaments seront destinés à toutes celles et tous ceux qui en ont besoin, les sidéens y compris, au fin fond de la brousse comme à la bahnhofstrasse ! Avec ou sans argent ! Avec des bonus ou une bourse vide.

Quelle audace, ce rêve ! Et pourtant, c’est encore Jésus selon Matthieu 6, 25 « Ne vous inquiétez pas (ou ne soyez pas en souci) pour votre vie… » et encore : « Qui de vous par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » selon Matthieu 6, 27.

Jésus parle haut et fort aujourd’hui chez nous, comme chez lui autrefois, voici la solution  « Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice… et toutes choses vous seront données par-dessus » selon Matthieu 6, 33.

C’est clair : chercher signifie, je crois, faire partie de celles et de ceux qui selon saint Paul aux Romains 8,22 « Gémissent et sont dans le travail de l’enfantement jusqu’à cette heure. » Et ils sont nombreux souvent ignorés des médias.

La Chronique de Fabrizio met le doigt sur les faits et nous provoque à imaginer l’inimaginable, pas pour accepter la mort, mais justement pour travailler à l’enfantement d’un nouveau nouveau. Il y a mille manières de le faire, construire un réseau de relations qui ressemblerait aux premières communautés « chrétiennes en mouvement » serait une force ! Au-delà des systèmes, de leurs maîtres et contremaîtres !


10:49 Publié dans Spiritualités | Tags : fabrizio | Lien permanent | Commentaires (4)

03/05/2010

LEADER AUJOURD'HUI

 

Marc_Chagall_Moise_devant_le_Buisson_ardent_Detail_les_armees_de_Pharaon_englouties_dans_la_mer_Rouge._jpeg.jpg

 

Marc CHAGALL : Les armées de Pharaon englouties dans la Mer Rouge.

 

LEADERS AUJOURD?HUI

(les 4 notes précédentes)

1. On est en manque de leadership

2. On ne naît pas leader : on le devient

3. Henri Schaller : un modeste leader

4. Jésus adolescent se forme au leadership

 

Dessine-moi un leader ? Merci cher Burki:

http://www.24heures.ch/actu/burki/doris-leuthard-rencontre-barack-obama

      • Kadhafi père et fils :

www.24heures.ch/actu/burki/justice-raison-hannibal-kadhafi-contre-tribune-geneve

 

      • Leaders : le Conseil fédéral, les partis politiques, la hiérarchie ecclésiastique, le monde de la finance ? Aussi loin que je regarde chez nous, je ne trouve pas de leaders. Au meilleur, ils sont des fonctionnaires, des managers, des présidents, des directeurs. Au pire, le salaire,  les bonus obèses, le prestige les fascinent et le statut quo leur est favorable. Leur motivation profonde ?

Mais j'en ai trouvé un: un Leader, Prophète, reconnu par les juifs, les musulmans, les chrétiens, c’est Moïse et c'est un LEADER! Wikipedia en fait une excellent présentation : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mo%C3%AFse

A-t-on besoin de « Moïse » aujourd’hui, ou bien est-ce que lire son histoire nous suffit ? Est-ce qu’il existe aujourd’hui des pays et des peuplades dominés, exploités, voués à l’esclavage, à la mort et qui attendent un Moïse?

 

Mais les enfants sont toujours les plus intelligents! Lisons:

xav7ans.jpgMoïse aujourd’hui et la sortie de l’Egypte

David, huit ans, rentre du catéchisme. 
Sa maman l’interroge : 
— Qu’as-tu appris aujourd’hui ?
— L’histoire de Moïse.
— Ah bon ? Tu peux me la raconter ?
— Bien sûr. Moïse était un agent du Mossad infiltré derrière les lignes égyptiennes. Il a réussi à sortir les otages juifs et les a emmenés au bord de la Mer Rouge. Il a fait construire des ponts flottants et a fait passer les gens de l’autre côté.
Entre-temps les tanks de l’armée ennemie, commandée par le général Pharaon les poursuivaient et se sont mis en position de tir.
Moïse a alors appelé par radio l’état-major de l’armée du Néguev et a demandé un soutien aérien. Les F16 et les Pharaons sont arrivés et ont détruit tous les tanks ennemis ainsi que les ponts flottants. Le tank où se trouvait le général Pharaon, qui était déjà engagé sur le pont, est tombé dans la mer et tout l’équipage s’est noyé, y compris le général Pharaon.
Horrifiée, la maman demande :
— C’est vraiment cela que le prêtre t’a dit ?
— Pas tout à fait Maman, mais si je te le raconte exactement comme il me l’a dit, tu ne le croiras jamais.

Avec toute ma reconnaissance à la

source:

http://mejbsp.blogspot.com/2010/04/un-peu-dhumour.html

Nous avons donc des « Moïse » aujoud'hui qui ont grand besoins d’enfants pour dévoiler leur présence aux adultes et qui demandent notre solidarité.

 

 

21:49 Publié dans Spiritualités | Tags : moïse | Lien permanent | Commentaires (1)

01/05/2010

1er Mai 2010

 

 

artisan.jpg


1er mai 2010

Aujourd’hui samedi, c’est la journée des travailleurs, des chômeurs, des sans domiciles fixes, sans oublier Joseph et Jésus de Nazareth.

Les chrétiens se souviennent des deux charpentiers qui connaissaient bien la valeur des forêts autour de Nazareth, la valeur des arbres : des chênes, des cyprès, des cèdres, des pins. Il fallait les abattre, traiter ce bois jusqu’à ce qu’il soit utilisable pour être travaillé.

Ces travailleurs savaient manier la scie, les rabots, les racloirs, le maillet le marteau, les poinçons, les chevilles, les clous. J’imagine Joseph et son fils confectionnant des tables, des tabourets, des chaises, des bancs, des divans, des objets de cuisines tels que des cuillères, des sébiles. Mais ils fabriquaient aussi des barques, des jougs et puisqu’ils habitaient un pays occupé par les Romains, ils devaient sans doute fournir des croix pour les condamnés !

Les restes de bois utilisés servaient à faire du feux, pour faire la cuisine, se chauffer, s’éclairer ; les copeaux, la sciure pour renforcements des fonds de planchers peut-être… et les échardes : les mains des charpentiers connaissent ! Elles étaient sans doute rugueuses et belles, leurs mains !

On leur demandait aussi d’aller mettre en place un plafond, une porte, une fenêtre, des lambris, des poutres et des escaliers dans des maisons des alentours. Ils étaient connusguedelon_18.jpgpuisque, plus tard, confrontés à Jésus, des juifs diraient : « N’est-ce pas là le fils du charpentier Joseph ? » (Mt 13 :55 et Mc 6 :3). Pour les gens, Jésus et Joseph ne faisaient qu’un : charpentier.

Qui étaient les clients, comment payaient-il le travail accompli ?

Aujourd’hui, Joseph et Jésus se trouveraient chez eux dans nos familles d’artisans. C’est le travail manuel bien fait qui compte ! Pour l’artisan, le temps n’est pas de l’argent, c’est de l’or ! Mais rares aujourd’hui sont celles et ceux qui peuvent s’offrir le luxe de faire ce qu’ils aimeraient tant!

Il faut nouer les deux bouts en sciant, rabotant, limant, Joseph et Jésus réfléchissaient : Joseph sur le pain quotidien alors que Jésus sentait grandir en lui une solidarité avec les ouvriers de son pays, de tous les pays de tous les temps.

Peut-être éprouvait-il une sourde révolte gronder envers le « pouvoir » romain et juif qui pratiquait la peine de mort sur une croix, peut-être pensait-il à l’inévitabilité d’un conflit contre les oppresseurs et les exploiteurs, peut-être qu’une espèce de prémonition faisait frémir son adorable visage de jeune homme ! Ce fils de charpentier, si parfaitement humain qu’il est Dieu (Edward Schillebeexs) est le Leader qui avait la vision d’un monde de justice et d’amour et qui a mis toutes ses forces à le construire. Il en est mort sur une croix en bois. Et nous poursuivons son travail.

 

22:21 Publié dans Spiritualités | Tags : charpentier | Lien permanent | Commentaires (1)

15/04/2010

NUAGE DE CENDRES


 

xin_500303261010085239224.jpg

Le nuage, le destin et Ospel

 

Ce matin, ce mot entendu à la RSR1ère : « Il faudrait éviter de s’en référer toujours à une personnalité… »  (ce n’est pas une citation). Et j’ai vu défiler quelques-uns de ces personnages :

Marcel Ospel : ce nom revient et ne sonne pas mal avec el et el. Une marche à deux temps. Mais comment comprendre l’enjeu des milliards à gogo, composés des économies d’ouvriers honnêtes confiées en « lieu sûr » en « mains sûres ». Comment ne pas voir des gens qui ont faim jetés en tôle parce qu’ils ont volé, jetés dehors parce qu’ils n’ont pas payé le loyer, mis sur une liste de renvois parce qu’ils n’ont pas obéi à des consignes qu’ils ne comprenaient pas, ruinés pour avoir eu confiance ce qu’une assurance leur promettait… Comment ne pas voir les milliards d’humains, des chiffres sans nom qui n’ont jamais vu un centime, dont le seul bonus de survie est peut-être un demi-verre d’eau ou quelques miettes de pain ? Ils ne s’appellent ni Ospel, ni Winniger, ni Marc Rich qui fut bien vu à Zoug.

Face à face, les SDF, les chômeurs, les non-nommés : « Personne ne sait mon nom ! » (James Baldwin)  Et nous vivons côte à côte sur une même planète ? Et nous avançons sur un chemin vers l’arrivée où nous serons tous rassemblés ???

886104.jpg

C’est presque comme ce nuage de cendres que crache le volcan et se promène dans notre ciel printanier. Cela effraye les avions, les passagers, et tue les oiseaux par milliers sans doutes et puis quand la pluie cendrée, fragmentée arrosera nos prairies, et entrera par infraction dans nos poumons. Sans « early warning system! » Serions nous alors tentés de croire à une attaque terroriste ? Combien re rendez-vous annulés ?

Peut-être qu’un vrai danger planétaire pourrait tous nous rendre frères humains, avec la nature, les oiseaux, les fleurs, les petits enfants, les vieillards et tous ceux qui se trouvent entre les deux !

Le nuage de cendres d’aujourd’hui, ressemble de loin ou de moins loin à celle des palestiniens fuyant les pharaons, l’esclavage. « L'Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils marchassent jour et nuit. » (Exode 13.21)

Quand nous pérégrinons sous le nuage de cendres, les leaders sont à la queue, il n’y a plus d’Ospel ni de Rich, à moins qu’ils ne se réfugient dans les rangs des va nu-pieds, dépouillés de leurs carcans, un beau sac de jute sur les épaules vers un destin commun.

Comme chaque année, je ferai ma retraite une semaine durant, et je me réjouis de revenir parmi vous. Claire Marie

P.S. http://www.beobachtungsstelle.ch/

22:40 Publié dans Spiritualités | Tags : ubs | Lien permanent | Commentaires (1)

13/04/2010

INTERVIEW

 

 

fleur-jaune-soleil.jpg


Soeur Marie-Gabrielle

 

INTERVIEW | Abbesse du seul monastère du canton de Vaud, celui de Sainte-Claire, à Jongny, Sœur Marie-Gabrielle souhaite l’abolition du célibat des prêtres.

 

http://www.24heures.ch/vaud-regions/actu/soeur-marie-gabrielle-aimerais-eglise-dise-simplement-peche-2010-04-11

http://www.info.rsr.ch/fr/news/Soeur_Marie_Gabrielle_cesser_le_culte_du_secret.html?siteSect=2010&sid=11955907&cKey=1271066293000

http://www.info.rsr.ch/fr/.../Soeur_Marie_Gabrielle_cesser_le_culte_du_secret.html?...

Merci à Francine Brunschwig pour cette excellente interview

12.04.2010 | 00:03

 

Sœur Marie-Gabrielle : «J’aimerais que mon Eglise dise simplement: nous avons péché»

 

J’ai la grande chance d’être abonnée à 24 Heures, ne serait-ce que pour l’interview publiée hier, le 12.04.2010.

 

Il aurait suffit, il suffirait de peu pour mettre au clair les gens qui constituent l’Eglise de la base, confrontée au pitoyable comportement de l’Institution, qui tente à tout prix de sauver la face plutôt que de se montrer telle quelle. Sœur Marie Gabrielle, à Jongny, l’a dit avec une intelligente lucidité : je me permets de citer ce qui suit et que vous trouvez à l’adresse de 24 Heures. C'est la dernière rponse à la dernière question:

 

Qu’attendez-vous de votre Eglise en ce moment? (F.B.)


– Qu’elle se débarrasse du culte du secret, ce qu’elle est d’ailleurs en train de faire. Nous devons nous battre pour que justice soit faite. Le goût du secret constitue un problème de toute la société, dont les hommes d’Eglise font partie. J’aimerais aussi que lorsque mon Eglise est attaquée, elle ne tente pas de se justifier, de s’expliquer, mais qu’elle dise simplement: Oui, nous avons péché, mais nous allons réparer, revenir à l’essentiel de ce que nous comprenons de l’Evangile, soit la relation, le respect de l’autre, le partage du pain. Mais je demande aussi aux autres, aux médias notamment, de ne pas s’acharner. Je perçois de la malveillance, comme une volonté d’achever un malade.

 

Je suis heureuse d’insérer ce précieux billet de Sœur Marie Gabrielle suite à ce que dit le professeur Hermann-Josef Venetz dans le billet « Méditation dominicale » de dimanche passé.

 

J’ai rencontré par ici aujourd’hui des gens aux sourires épanouis. Dans un soupir de soulagement : quelqu’un vient de me dire : « Enfin un peu de courage ! » Pour ma part, je crois, qu’en notre cœur, nous ne nous débarrasserons pas si facilement du virus de la « trouillardise »; il faut beaucoup d’exercices pour y arriver, il faut aussi, comme le dit si bien Albert Nolan dans « Suivre Jésus aujourd’hui » (Cerf 2009) « Etre  prêt à perdre sa bonne renommée ». Mais la « bonne renommée » de quiconque, y compris celle de l’institution ecclésiastique n’y gagnerait-elle pas si elle disait, comme le souhaite Sr Marie Gabrielle : 1644415328.jpg« Nous avons péché ». Mais sans y être contraint ! Il ne s'agit pas tellement de mots, il s'agit du comportement. Quelle hypocrisie qu’une réputation de « sainteté » assise sur des dissimulations en chaînes ! On fait si souvent « Comme si » ! Ce cher Luc (12 :2) rapporte que Jésus a dit : « Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert,, ni de secret qui ne doive être connu. » Je me demande bien ce que Jésus a voulu dire par ça ???

 

23:42 Publié dans Spiritualités | Tags : gabrielle | Lien permanent | Commentaires (1)

04/04/2010

JESUS AIMAIT LA VIE

 


Des chers amis de Chambésy m'ont envoyé ce très beau texte et je suis très heureuse de le partager avec tous!Les femmes ont trouvé la pierre roulée et Jésus libéré! Elle n'ont pas douté un moment, mais les apôtres sans foi et peureux ne voulaient pas croire! Merci à Vous2!

 

 

Tombeau-vide-Marie-Madeleine.jpg

"...Sa vie, il l’aimait.

Nous gardons des traces de son passage, dans nos cœurs et dans les livres qui ont raconté son histoire, même si de sa vie, il n’a jamais rien écrit.

C’était un voyageur, un vagabond du bon Dieu.

Impatient, c’était un homme du chemin, pas de la maison. Quand il consentait à s’asseoir, c’était pour mettre les autres debout. Lui marchait et entraînait les autres à sa suite. Il marchait sans se lasser sur cette terre qui l’avait vu naître. Attentif à la vie de la nature, enraciné en Dieu qu’il appelait son Père, son enseignement porte la trace de ses promenades à travers les champs. Il appelait les autres ses frères et il aimait la compagnie des femmes.

Même ses ennemis pour lesquels il lui arrivait d’éprouver de la colère, il ne les a jamais condamnés. Il aimait les humbles dont il partageait la vie.

Il avait cette faculté d’aider sans humilier, de sauver sans mettre en dépendance, d’aimer sans contraindre. Il a vécu en faisant ce qu’il disait. Il est mort d’avoir fait ce qu’il a dit.

On ne supporte pas une telle clarté...
La résurrection, c’est un mot savant qui veut dire une chose toute simple : la mort n’est plus le dernier mot de la vie. Au matin de Pâques, les femmes d’abord, découvrent que le tombeau est vide.

C ’est simple mais comme elles, dans un premier temps, on a de la peine à y croire ". 

Quand on est prisonnier des tombeaux dans lesquels il nous arrive de croupir, quand on vit crucifié aux bois de la maladie, de la solitude, de la dépression, de l’échec, du découragement face à ce monde cruel on a de la peine à croire que la vie est forcément au bout, que l’amour n’est pas très loin, que les pierres, toutes les pierres se roulent…

Ce n’est pas évident de se dire et de proclamer qu’il n’y a rien ni aucun lieu de cette terre qui ne puisse être visité par le souffle du dieu qui vient relever, redresser, ressusciter.

On a de la peine à le croire, pourtant, c’est bien cette expérience dont nous sommes aujourd’hui les témoins.

Avec les disciples de l'Évangile, avec les hommes et les femmes qui ont vu le Ressuscité, avec ceux et celles qui célèbrent aujourd'hui  ce Dieu qui vient nous donner sans cesse de nouvelles raisons de croire et d’espérer...

Belle journée de Pâques !

Nous 2 de  Chambésy

20:29 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (0)

03/04/2010

INSURRECTION RESURRECTION

dyn007_original_486_484_pjpeg_53683_78a3744793aac41ca9e69147a5f79836.jpg

La résurrection en directe !

A quoi serviraient ces interminables liturgies pascales sans la pratique pascale ?

Chaque battement de cœur, chaque souffle est une dynamique de vie ! Comme pour Jésus et son dernier souffle, ou plutôt, comme sa belle parole que je murmure chaque soir avant de fermer les yeux : « Mon Dieu je remets mon même entre tes mains ».

Il a ajouté : « C’est accompli ». Quel accomplissement ? Il a fait ce qui fut sa raison d’être : « Donner publiquement aux enfants et aux femmes leur dignité propre. Guérir les souffrants, encourager chacun à s’assumer, libérer les « gens de trop » de leur timidité, de leur peur face aux puissants… » Mais Luc nous raconte tout ça en quelques pages.  Et je rougis de plaisir, oui, quand je rencontre tellement de gens qui, forts de son Esprit, continuent aujourd’hui son travail : dans la construction, dans les bureaux, les hôpitaux, les écoles, par la plume, la pelle, le scalpel, la casserole, et les mains nues qui pétrissent la pâte de notre pain quotidien. L’Eucharistie. C’est la résurrection en directe.

Et toutes ces « petites mains » de la famille humaine annoncent la Bonne Nouvelle, dénonçent les injustices, les scandales, proposent la vérité au risque parfois de leur « bonne réputation » ! Ces « petites mains » femmes et hommes, sont les bâtisseurs d’un monde nouveau et, oui, ces derniers temps, d’une Église nouvelle (Église signifie une assemblée, une famille élargie, un peuple en chemin).

Mais il nous faut bien toute l’énergie qui surgit des multiples tombeaux sociaux, culturels 3261032676_e7a48a6b17.jpget religieux pour continuer le travail du « Ressuscité ». Nous sommes ses « petites mains » guidées par sa vision et sa résilience face aux trônes et aux dominations !

J’ai compris combien les images, les liturgies et les flots de mots bibliques de la saison pascale étaient  futiles sans la dynamique quotidienne du mystère pascal !

Quand j’ai compris la résurrection ! C’était en 1977 et voici en quelques mots l’histoire :

« Le 18 Décembre 1946, en Afrique du Sud naît Steve Biko, 12 Septembre 1977, il est torturé à mort à Prétoria il avait 30 ans, martyr de la lutte contre l'apartheid en Afrique du sud.
Il avait appelé les Sud-africains à faire surgir du tombeau de l’apartheid leur esprit ! Pour libérer de ses chaînes le plus beau pays du monde, celui de Invictus ! Steve disait : "L'arme la plus puissante dans les mains de l'oppresseur est
l'esprit de l'opprimé".

Je me souviens du jour de sa mort en 1977. La radio, les journaux, le bouche à oreille : "Steve a tout donné, son Esprit est libéré, sa Vie est une dynamique (dynamite disaient nos jeunes) de résurrection, de vie nouvelle. C’est à nous la suite !
Une vibration pascale, une lumière d’espérance s’attardaient sur les visages des petits et des grands. Il ne sera pas mort en vain, Steve. La marche vers la liberté continue.  "Un point de non-retour", ce fut le début de la fin de l'apartheid. J’ai eu le privilège et la douleur d’être sur place ce jour-là ! La force organisée de la jeunesse sud africaine  toutes races confondues fut la grande peur des autorités et la répression fut sans pitié ! Combien de blessés, d’emprisonnés, de morts. Les funérailles étaient des célébrations pascales mouillées de larmes, une force de vie nouvelle ! Les prêtres totalement engagés dans notre lutte ne se distinguaient pas du reste si ce n’était pour quelques gestes de bénédiction !

Conséquence : les Forces de l’Ordre interdirent les funérailles publiques. Raison : c’était une « liturgie politique » ! Les interdictions furent ignorées le plus souvent possible ou alors, les funérailles prirent une autre forme tout aussi unies au mystère pascal.

Et Pâques aujourd’hui : la résurrection n’est-elle pas une insurrection ? Dans quel but ? En Suisse? Éradiquer la pauvreté, les bonus de la honte, les complots politiques, les mensonges, les hypocrisies rampantes ! Je suis vulnérable. Nous le sommes tous. Mais Pâques en directe nous pousse en avant. Jusq'au moment où nous pourrons dire: C'est accompli!

 

22:25 Publié dans Spiritualités | Tags : pâques | Lien permanent | Commentaires (1)

01/04/2010

COMME UNE COMEDIE HUMAINE

Jeudi et vendredi de ce début d'avril 2010

 

brico60.jpg

 

L'Occident « chrétien » se souvient de Jésus de Nazareth. Sa vie, sa lutte, ses conflits avec les autorités du Temple et de l'empire, l'arrestation, le procès, la condamnation, l'exécution et la suite qu'on dit être la Résurrection.

Le devoir de mémoire ou bien la force de l'Esprit de cette mémoire vivante? Le vécu de Jésus aujourd'hui?

 

Derrière l'écran de mon ordinateur, l'homme Jésus assis sur une roche, les mains jointes, les pieds nus, son regard plongé jusque sur les touches du clavier et dans mon cœur, ce jeudi soir, je crois.

 

Inutile de feuilleter les livres liturgiques et de rabâcher des textes en attendant l'Amen final. Un coup d'œil autour de nous suffit. C'est le choc, l'effroi. Mais c'est aussi l'immense espérance que la souffrance et la mort n'ont pas le dernier mot. Nous restons figés « au bord du chaos de notre planète malade tout en « sachant » que notre Histoire est en train de préparer gigantesque bond en avant!

 

Avec Jésus au désert regarder la réalité en face, prendre conscience de ce qui se passe sans toutefois gaspiller trop d'énergie à pointer du doigt telle ou telle personne, sans négliger pourtant les systèmes corrompus et qui corrompent! Difficile d'exister hors du péché de ces systèmes!

 

La réalité: est-ce que le progrès humain découle du progrès de l'économie et de la politique? Le manque de profs dans les écoles, parce qu'on a peur des élèves. Le manque de médecins généralistes qui coûtent trop cher aux Caisses maladies? Le fric s'accumule dans la mesure ou les ouvriers redondants chôment. Les bonus « nécessaires à la survie de coffres-forts et du veau d'or. » dans les couloirs et les parvis des Temples.

 

La cécité, la surdité, l'amnésie, les dénis de crimes des gardiens des Temples et, à intervalles accélérés, le chant du coq: « Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois Matt. 26:34 ». Les « excuses cum demande de pardon » télévisées d'institutions par un porte-parole lisant un texte préparé. Puis dans ce crépuscule poussiéreux on entend comme le bruissement tourmenté de tiges d'herbe sèche et drue des « non-nommés soupçonnés d'être prédateurs et/ou victimes de mauvaises pensées contre la pureté comme le catéchisme l'écrivait pour les enfants. »

 

Les « lieux saints seulement » ne sont pas seuls, il y a des « boîtes » économiques à suicides (telécom France), des réseaux de drogues bon marché, des complots diplomatiques dans les coulisses d'institutions et de partis politiques en vue d'une nomination. L'outrageante business des religions dans des États férocement pro-lifers au USA mais pas seulement! Puis ces fausses notes porteuses d'un mépris méprisable: la « jacasserie » qui s'écoule comme une bavure dans les égouts des masses qui n'y comprennent rien. Comme un grincement de dents ou de tôle rouillée.

 

Jésus est pleinement homme et même s'il gémit « Pourquoi, Abba, m'as-tu abandonné? » le désespoir n'aura pas le dernier mot. Il scrute les rein et les cœurs et « ce qui se passe » des signes de vie au-delà des murs, des puissances et des dominations.

  • Par exemple: les instituteurs d'une école laïque français se cotisent spontanément pour permettre à l'un d'entre eux de rester plusieurs semaines auprès de son enfant de 11 ans qui se meure d'un cancer

  • Cette femme sans domicile fixe qui trouve un lit et une présence dans l'étroit deux pièces d'une étrangère

  • Cette famille qui abandonne les lapins en chocolats pour mettre leurs sous pour Haïti

  • Cette infirmière épuisée qui prolonge son temps de travail afin d'aider un peu l'infirmière sensée la remplacer à telle heure fixe

  • Et ce matin sur la RSR 1ère vers 8h15 l'invitée Claire Clivaz théologienne et pasteur, professeure de Nouveau Testament à l'Université de Lausanne, qui publie "L'ange et la sueur de sang" aux Éditions Peeters, et qui commente simplement et clairement sans langue de bois, certain faits scabreux. (http://www.rsr.ch/la-1ere/les-emissions)

 

  • "Le début d'une ère nouvelle" en commençant par une une meilleure connaissance des débuts de l'univers et de la particule Dieu. Les scientifiques espèrent percer certains mystères de l'Univers que nous habitons et qui nous habite. Et mon ami Albert Nolan de jubiler: « ,,,la science devient un tremplin vers la spiritualité et la mystique » (Suivre Jésus aujourd'hui par A. Nolan, la science après Einstein, chapitre 4, page 70)

     

  • les excellentes émissions de la RSR 1ère « à vue d'esprit » http://www.rsr.ch/espace-2/a-vue-d-esprit


    Passer de la défiguration à la transfiguration

    Solidaire de la parole des pauvres

     

  • La résurrection, une insurrectionsemaine-sainte-cest-propre-histoire-partants--L-1.jpeg

 

Mais j'espère revenir à cette insurrection résurrection dimanche!

 

29/03/2010

SEMAINE SAINTE

FLEUR DE LA PASSION.jpg

 

« J’ai l’impression de grandir dans ma vie et de rester enfant dans la série » Miley Cyrus (17 ans)

Je pense ce soir à des milliers de prêtres qui se sentent individuellement et collectivement humiliés face aux paroissiens participant aux liturgies de la Semaine sainte 2010. Je les respecte et prie pour eux.

Combien d’entre eux « ont eu l’impression de grandir dans la vie et de rester enfant dans la série » c’est-à-dire dans l’Institution où ils fonctionnent dans l’humiliation

de rumeurs malsaines et généralisées alors qu’ils sont au service des gens en qui Jésus vit.

 

Que d’énergie gaspillée. Le langage diplomatique épiscopale reste quelque chose comme ni Oui ni Non !

Je me souviens d’un prêtre qui s’est suicidé après que l’évêque lui ait interdit tout activité sacramentelle.

La question brûlante : y avait-il eu une rencontre fraternelle entre l’évêque-juge et le prêtre présumé coupable? L’évêque a-t-il des oreilles pour écouter et pour entendre avec un cœur fraternel ?

 

En Afrique un cher ami, prêtre écossais mort dans un accident de voiture, nous disait : « Pour annoncer l’évangile aux gens, je dois apprendre à désapprendre toute les théories qu’on m’a enseignées au Séminaire ». Les jargons régionaux et doctrinaux étaient incompatibles : du latinage occidentale pour des oreilles africaines ! Le sens de la vie, la dynamique de l’évangile ?

On en avait faim et soif.

Oui cela a changé après Vatican II pour certains, affamés de Vie en abondance ! Nous étions prêts pour le changement ! On percevait le renouveau des prêtres et de nous tous, proches des gens, proches de tous. Engagés dans des groupes solidaires et fraternels, œcuméniques,  inter religieux,  et au-delà. Nous avions à construire un avenir commun en déracinant l’apartheid. Nous avions une foi commune en nous-mêmes, en les autres, finalement en Jésus. Les évêques restaient d’abord en retrait (sauf un ou deux oui), mais les prêtres avaient l’esprit prophétique, sans signes extérieurs les identifiant, nous les aimions et les respections dans l’action. Dans la vie. La prière et l’Eucharistie étaient nourries,  et célébraient la réalité vécue ! Pas d’ornements d’or et d’argent pour les cultes ! C’était « l’offrande de la nature humaine celle de tout l'univers » selon Maurice Zundel que nous ne connaissions pas en ce temps-là !

 

Aujourd’hui, alors que les abcès crèvent à travers le monde, j’ai de l’empathie pour ces milliers de prêtres prophétiques qui sont

· Humiliés par les soupçons

· Les regards et les rumeurs

· Par l’attitude, les déclarations des fonctionnaires hiérarchiques qui clament à distance :

· Tolérance zéro, transparence absolue

· Pour l’avenir : prévention, tests de toutes sortes à faire sur d’éventuels candidats au sacerdoce…et j’en passe

A part quelques prêtres qui, face aux médias essayent d’aller aux racines des problèmes, et qui n’ont pas souvent la parole, le reste ressemble aux Gardes suisses du Vatican.

 

christ_with_the_children_anderson_l.jpg

Et les enfants ? Comment ne pas sentir avec eux ? C’est l’empathie spontanée. Peut-on s’imaginer un enfant de 9 ou 10 ans, jadis, aller dire son problème à l’évêque ou même à la maison ? Entre février 1837 et avril 1839, Charles Dickens racontait l’histoire d’un orphelin à Londres. Un petit londonien et qui aurait fraternisé avec les enfants africains des townships et des institutions catholiques ou autres. Un enfant qui confronte une autorité pour exprimer une demande juste : la faim par exemple, du pain : Please Sir, I want some more ! More Truth, more Bread ! La Justice pour tous comme ce 16 juin 1976 à Diepkloof, Soweto, Johannesburg : 700 écoliers abattus parce qu’ils demandaient le droit de parler ! Les survivants sont marqués à vie comme les témoins ! Les leaders, prêtres de toutes dénominations, les imams, les instituteurs étaient parmi eux. La Hiérarchie restait en retrait. On a accusé ces prêtres d’être des agitateurs pour un certain temps du moins ! Que d’énergie inutilement gaspillée !

 

Aujourd’hui, ce n’est pas « tolérance zéro » pour les prêtres et autres « pécheurs » c’est d’abord un changement du fonctionnement relationnel entre le haut et le bas des systèmes, un changement du contenu et des cadres de la formation peut-être. C’est la rencontre, l’empathie, les mises au point certainement, et la compassion qui ne dérive pas en déclarations moralisatrices, culpabilisantes, mais la compassion d’une présence humaine.  Le regard de Jésus vers Pierre après le chant du coq. Lui qui jouait avec les enfants et les prenait sur ses genoux.

 

Voir le blog Katutura du 27.03.2009 :

JESUS: SON ATTITUDE ENVERS LES FEMMES ET LES ENFANTS

 

Prions avec et pour nos frères prêtres, ils sont nos frères serviteurs, les serviteurs des plus pauvres et des plus petits, ils se laissent évangéliser par les plus pauvres. Soyons heureux avec eux, des frères et des sœurs joyeux en partageant un jeu, une réflexion, une étude, un repas, une rencontre qui nous révèle ce Fils de l’homme, tellement humain qu’Il est Dieu. Enfant de Dieu comme nous.

 

Et nous prions pour que les autorités se détachent des échelons hiérarchiques, jusqu’en bas. Qu’ils deviennent comme du sel dans la Soupe de la Bonne Nouvelle ! Nous monterons ensemble vers Pâques en remerciant d’avoir passé la nuit de la mort. Invincibles en Jésus. INVICTUS !

 

 

23:30 Publié dans Spiritualités | Tags : prêtres | Lien permanent | Commentaires (2)

24/03/2010

OSCAR ROMERO

 

 

 

oscar_large.jpg

Pour Oscar Romero

Depuis 2 jours que je pense à Oscar Romero, au peuple salvadorien, aux laïcs et aux prêtres Jésuites abattus pour avoir proclamé l’évangile toujours subversif ! Oscar Romero, l'évêque assassiné il y a 30 ans aujourd'hui alors qu'il disait la messe! Je pense à ceux qui restent comme Jon Sobrino SJ et qui continuent de proclamer aux pauvres et aux opprimés la Vérité qui libère ! (Jean 14 :6) Cette vérité, c’est Jésus aujourd’hui.

http://www.la-croix.com/Le-Salvador-celebre-la-memoire-de-Mgr-Oscar-Romero/article/2419605/4078

J’ai été à la messe ce matin : aucune mention de ce grand martyre, témoin de Jésus ! Oscar Roméro, cet évêque qui a permis aux plus pauvres, aux campesinos, aux illettrés de le convertir ! Lui. Aujourd'hui, pas de signe de solidarité avec ce peuple immense qui avance lentement pour un « Aujourd’hui Autrement ! » Et ce vide fait mal! Sans solidarité mondialisée et qui commence ici, maintenant, à quoi servent ce « carême », ces interminables liturgies répétées année après année, ces lectures des Ecritures parfois édulcorées par des commentaires bien intentionnés, mais comme du sel affadit.

Après l’INFRAROUGE de hier soir magistralement animée  par Esther Mamarbachi http://infrarouge.tsr.ch/ deux faces d’une « même » Eglise s’affrontaient : celle de la lettre, de la protection de l’institution, de ses chefs. Un flot de paroles débitées rapidement « comme une livre » d’une part, et celle qui émergeait laborieusement de ceux et celles qui sont, eux, « Eglise » sans pontifier ni affirmer des prises de position, sinon être avec le petit peuple, humilié, poussiéreux! Une "poussière étoilée!

Sans le vouloir, hier soir, j’ai associé Mgr Jacques Gaillot à Mgr Oscar Romero assassiné, qu’on honore aujourd’hui. Ce peuple du El Salvador et d’ailleurs, fait carême 365 jours par année, il a faim de justice ! Souvent privé d’école, il n’a pour toute lecture et étude doctrinale que les quelques pages des Histoires de Jésus en qui il peut reconnaître sa propre Vie !

Vendredi Saint. La dynamique de la résurrection des victimes de l'injustice effraye les trônes et les dominations. Un homme debout, ça peut faire peur ! Mais pour marcher vers la lumière, il faut être debout et la route est longue :

Aimé Duval chante:

Tout au long des longues, longues plaines
Peuple immense avance lentement.
Chants de joie et chants, et chants de peine
Peuple immense va chantant.

Ils n’ont pas leur Père avec eux,
Mais ils savent bien leur chemin.
Ils n’ont pas leur père avec eux,
Mais leur Mère les tient par la main.

Tant de haine tombe sur eux,
Tant d’orages troublent leur ciel,
Qu’ils s’en vont d’un pas miséreux
Mais les joues baignées de soleil.

Et quand l’un des leurs est tombé,
Sur sa tombe ils sèment des pleurs.
Mais pour une larme tombée
Sur la tombe il pousse mille fleurs.

Ils s’en vont du fond des vieux temps
Vers des cieux sans haine et sans pleurs.
Ils s’en vont du fond des vieux temps
Embrassant leurs frèr’s en passant.

http://pagesperso-orange.fr/g.decourreges/disqduval.html

(demain je reviendrai à Oscar Romero car il est le modèle qui pourrait inspirer l'Eglise catholique aujourd'hui)

 

23:16 Publié dans Spiritualités | Tags : romero | Lien permanent | Commentaires (0)

23/03/2010

REFLEXION:SANTE

 

Réflexion: Santé

6546cd45d4a81be3487cca864530-grande.jpg

 

La santé en Suisse

 

Un petit coup d’œil en arrière. Je ne sais pas depuis quand l’assurance maladie est obligatoire en Suisse ; elle l’est aujourd’hui.Et c'est tant mieux. Et coûteux.

 

En Afrique du sud, je n’ai jamais entendu parler d’assurance maladie. Un accident, dans les années soixante, m’a valu  2 ans d’hospitalisation dans des hôpitaux d’Etats. J’ai beaucoup appris sur la maladie, les soins, les morts, les guérisons.Sans prix.

 

La santé aux Etats-Unis

Apprendre que des millions de personnes, les plus pauvres, aux USA, sont privés de soins est simplement incroyable ! Un scandale dans un pays riche. Qu’il faille une telle lutte et tant d’énergie pour combler cette lacune en 2010 dépasse tout un chacun ! « Comment vas-tu ? » n’est-ce pas le « bonjour » de chaque rencontre ?

 

Et hier soir, j’ai écouté, tard dans la nuit, Obama parler à l’adresse suivante :

 

http://www.dailykos.com/story/2010/3/20/848356/-President-Obama-Most-Emotional-Speech-to-the-House-Caucus

 

L’adresse Internet paraît compliquée mais la connection est rapide.

Ce que j’ai retenu de ce long discours est "I Am Not Bound To Win. But I Am Bound To Be True."

In what the New York Times called “an extraordinary session,” President Obama began his speech by quoting Abraham Lincoln. “I am not bound to win but I’m bound to be true,” he said. “I’m not bound to succeed, but I’m bound to live up to what light I have.”

 

Qui peut m’aider à traduire ce message évangélique ? « Je n’ai pas l’obligation de gagner, mais j’ai l’obligation d’être vrai ! Je n’ai pas l’obligation de réussir, mais j’ai l’obligation d’être fidèle à la lumière qui m’est donnée. » Cette traduction ne me satisfait pas ! Mais pour le moment, je ne peux faire mieux. Qui peut m'aider?

 

Obama continue : « Ne votez pas pour moi, ne votez pas pour les Démocrates, votez pour eux ! » Eux, les malades qui sont notre responsabilité, à tous.

 

Les résultats de ce matin nous remplissent de reconnaissance. Envers Dieu, envers l’Esprit de Jésus, Lui qui nous a montré ce qu’est la souffrance et la guérison. La maladie et la souffrance est une réalité mondiale et la guérison est la raison d’être de Jésus, pour nous tous, pour la nature, pour la survie.

 

L’application de cette réforme sera laborieuse et longue. L’émission (16h30) de la BBC « Hardtalk » montrait la virulence de l’opposition. Et la stupidité des arguments avancés sans réflexion aucune. Voir l’excellent journaliste Steve Sacker face à un membre du mouvement Tea Party !

http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/hardtalk/


Il fait ressortir les arguments centrés sur « la vie, la propriété et la liberté » d’un nombre de personnes prisonnières de leur égoïsme de groupe. « La vie », la leur, pas la vie des autres du même pays !

Selon LEXPRESS.fr, publié le 22/03/2010 à 18:40 - mis à jour le 22/03/2010 à 18:42 : dix Etats contestent la réforme d'Obama. La lutte continue.

« Je n’ai pas l’obligation de gagner, mais j’ai l’obligation d’être vrai ! Je n’ai pas l’obligation de réussir, mais j’ai l’obligation d’être fidèle à la lumière qui m’est donnée. »

Ma prière du soir est pleine de reconnaissance pour cette expérience de courage, de vision, engagement d'un homme qui essaye d'être vrai envers lui-même et envers les gens.

 

Ce 23 mars, dans la soirée:

Vers 16h30 cet après-midi, on pouvait suivre, en directe à la BBC, Barack Obama apposant sa signature à la « Health Reform »! Celles et ceux qui l'entouraient étaient des malades hommes, femmes, et un enfant.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/8583350.stm?ls

Des applaudissements sincères avec, c'était à prévoir, des cris de haine des « pro-lifers ». L'application de cette réforme sera ardue. La cause n'est pas tant que les gens n'apprécient pas les soins pour eux-mêmes et pour tous, mais c'est l'obsession d'un système favorable aux riches (caisses de pension privées etc) qui durcit les cœurs. Partager, c'est risquer de recevoir un peu moins afin que ceux qui n'ont rien reçoivent un peu quelque chose!

ALeqM5gCHPX7x5ROG2oVlpOxNoXZ3adB0A.jpg

00:06 Publié dans Spiritualités | Tags : obama | Lien permanent | Commentaires (2)

20/03/2010

REFLEXION DOMINICALE

 

 

Little_girl_reading_book_4.jpg

Quel Bonheur

 

Quand j'étais petite à la ferme, il y avait dans la chambre d'en haut dont la fenêtre accueillait le grand soleil des matins de printemps, une belle armoire en bois clair et sculpté, (du bois de tilleul je crois) jamais fermée à clés. Elle contenait du linge de lit, quelques habits bien pliés de papa et de maman et, tout au fond, un petit livre que j'ai déniché par mégarde: « Si tu savais le Don de Dieu ». Du haut de mes huit ans, assise sur le planché en bois, je lisais lisais lisais jusqu'à ce qu'on m'appelle, je rangeais le livre et courait en bas les escaliers pour « faire mes devoirs ».

 

Mais « le Don de Dieu » me trottait par la tête. C'était quoi? C'était mon crayon, l'ardoise, les frères, les sœurs, les parents; les bêtes: Video - Animal Farm.jpgchevaux, vaches, cochons, couvées. Le bol de lait, le morceau de pain, l'œuf de la poule, l'eau du puits coulant de la pompe. C'était ces deux immenses tilleuls et la croix dessous entre les deux, que papa avait érigée après la guerre de 14-18 pour dire merci! C'était le ciel, le vent, le soir et la nuit étoilée: Oh! l'appelle au ravissement, aux rêves, à l'envie naissante d'explorer ce « don de Dieu » au-delà de la frontière française toute proche, au-delà de toutes frontières!

 

Maman, de sa belle voix chantait:

« quand je contemple dans les cieux,

ce doux éclat de mille feux,

mon œil se perd dans cette espace

que Dieu peupla si brillamment

et ma pensée ainsi se lasse

à contempler le firmament ».

children.jpgJ'écoutais et avec mon frère Jean, on s'est mis à chanter pour ne plus s'arrêter jusqu'à, il y aura six ans ce vendredi Saint, sa voix douloureuse comme celle du Golgotha devienne alléluia hors espace-temps! Qui nous invite à chanter!

 

Voilà comment j'ai appris la Bible, le livre comme on dit, et la Bonne Nouvelle de Jésus. C'était fait du vécu de chaque jour auquel nul besoin de conclure: « Parole du Seigneur ». Comment ça?

 

J'éclate tellement dans ma création...

« La foi, ça ne m'étonne pas.

Ça n'est pas étonnant.

J'éclate tellement dans ma création.

Dans le soleil et dans la lune et dans les étoiles.

Dans toutes mes créatures.

Dans les astres du firmament

et dans les poissons de la mer.

Dans l'univers de mes créatures.

Sur la face de la mer et sur la face des eaux.

Dans le mouvement des astres qui sont dans le ciel.

Dans le vent qui souffle sur la mer

et dans le vent qui souffle sur la vallée.

Dans la calme vallée. Dans la recoite vallée.

Dans les plantes et dans les bêtes et dans les bêtes des forêts.

Et dans l'homme. Ma créature.

Dans les peuples et dans les hommes

et dans les rois et dans les peuples.

Dans l'homme et dans la femme sa compagne.

 Et surtout dans les enfants.
Mes créatures.

Dans le regard et dans la voix des enfants.

Car les enfants sont plus mes créatures.
Que les hommes
Ils n'ont pas encore été défaits par la vie.

De la terre.

Et entre tous ils sont mes serviteurs.

Avant tous.
Et la voix des enfants
est plus pure que la voix
du vent
dans le calme de la vallée.

Dans la vallée recoite.
Et le regard des enfants est plus pure
que le bleu du
ciel, que le laiteux du ciel,
et qu'un rayon d'étoile

dans la calme nuit.
Charles Péguy. (1873-1914

Vous comprenez que nous n'avions pas tellement besoin de prêtres, ni de doctrines, ni de dogmes pour devenir amis de Jésus. Il est le Don de Dieu que mes parents et ma famille m'ont fait voir au grand jour!

 

 

22:43 Publié dans Spiritualités | Tags : bonheur | Lien permanent | Commentaires (1)

16/03/2010

AU REVOIR

 

JEAN

La vie de Jean fut un chant jusqu’en ce vendredi saint 2004 où sa voix rejoignit l’hymne de l’Univers ! Jean est mon frère.

Il me fut dès ce jour-là impossible d’écouter les chansons que j’avais velas.jpgenregistrées sur de simples cassettes, sans m’effondrer. J’ai renoncé jusqu’à ce soir. Comment ça ?

Parce que la voix d’un autre Jean vient de rejoindre l’Hymne de l’Univers. Jean Ferrat.

Deux chanteurs : une voix, une chanson que j’écoute maintenant, apaisée. Deux visages : un seul regard de feu, d’amour de la justice, des petits; d’engagement pour un monde d’humains dont le sens de la vie fut de construire un monde nouveau en criant, en chantant l’injustice, en annonçant que tout peut et doit être autrement ! Ils avaient un modèle mort un vendredi aussi, l’Hymne de l’Univers ! Ce modèle, c'est Jésus en nous, parmi nous, chez nous, dans la rue, il s'en va faisant le bien. Chanter, "c'est prier deux fois", c'est créer, c'est vivre!

 

   

« Après trente ans de feu de souffrance et de larmes
Des millions d'hectares de terre défoliés
Un génocide vain perpétré au Viêt-Nam

Quand le canon se tait vous vous continuez… »

"...Mais la vie continue

Les gens me parlent et je souris
Je ris même aux éclats
Je leur dis non
3497207.jpg
Je leur dis oui
Mais au fond de moi... (je vous aime!)

Chaque jour que Dieu me donne

Soirs d'hiver matins d'été
Au printemps ou en automne
Tu ne m'as jamais quitté
A travers d'autres amours
C'est toujours toi que je fuis
Je n'ai plus assez de jours
Je n'ai plus assez de nuits
Pour pouvoir t'oublier mon amour… »

Au revoir dans l’Hymne de l’Univers ! Nous aurons vaincu!

 

00:12 Publié dans Spiritualités | Tags : jean | Lien permanent | Commentaires (0)