23/08/2013

Réflexion sur une perquisition

 

images.jpg

Qu’un journaliste subisse la pression de la ligne éditoriale du journal qui l’embauche est quasi inévitable. Mais cette ligne ne signifie pas, j’espère, que l’employeur formate la pensée de l’employée selon la rentabilité du journal, ce qui serait un comble.

 Un journal informe la population sur les affaires qui la concerne : or la vie de la population mondiale nous concerne tous dans le sens de responsabilité pour le bien de tous, du particulier au général. Ne serait-ce que pour nourrir la prière, l'engagement, l'action en un tout organiquement liée !

 Les outils de communication et les progrès d’accessibilité sans frontières sont une chance unique de prendre conscience des autres dans leurs réalités,  et nos réalités sont interdépendantes les unes des autres! La chance de pouvoir prendre conscience que notre avenir est ensemble et non « séparé » !!!

 Le travail d’un journaliste est, je crois, d’informer et de former, comme l’a montré Jésus, le « journaliste » passionné de vérité jusqu’à affirmer « Ne les craignez donc point; car il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. » (Mathieu 10 :26). Nous savons aussi qu’il est mort pour avoir dit la vérité comme le dit notre Guy Béart.

 Ce 14 août 2013, j’ai cru être en Afrique du Sud en pleine censure d’apartheid et mon attention est fixée sur ce signe concret d’apartheid jusque chez nous ! Aujourd'hui :images2.jpg

Opération coup de poing « mardi à l’aube chez le journaliste du Matin Ludovic Rocchi. La justice neuchâteloise a perquisitionné son domicile privé, à La Chaux-de-Fonds.

Réactions lues : la liberté de la Presse et la protection des données foulée aux pieds, intimidation des journalistes, opération commando, selon nos journaux romands… pour entendre au téléjournal : « c’était justifié » par un magistrat quelconque.

Je ne connais pas Ludovic Rocchi et ne lis pas beaucoup le Matin, mais il s’agit de tous les journalistes et de tous les journaux et « médias », si l’on ose appeler le journal de la TV romande autre chose qu’un divertissement !

Mais Ludovic Rochhi est journaliste d'investigation au Journal Le Matin « populaire s’il en est, qui remplit aussi à sa manière une mission civique » Par Christian Campiche, La Méduse.

« A Neuchâtel, pour ne prendre qu’un exemple, cela fait des années qu’il met le doigt sur les dysfonctionnements qui minent la gouvernance de l’ancienne possession prussienne. »

Ludovic Rocchi : „Notre métier doit servir à vulgariser, expliquer et dénoncer des abus, au service d’une population large. C’est pour moi un choix de société!”

Est-ce que dire la vérité sur un plagiat « menace la sécurité de l’État comme en Afrique du Sud sous le règne du trop fameux (BOSS) (1969), State Security Bureau, la censure « qui rend illégale la publication de tout ce qui touche à la sûreté de l’État. »? Nous en sommes témoins. Ou alors l'idéologie de l'Apartheid inspire-t-elle l'agir de notre force de police?

Mais à Neuchâtel il s'agit d'un plagiat, et alors ? En Suisse un plagiat touche-t-il à la sécurité de l’État ? Je ne sais pas.

En Allemagne voisine : la ministre de l’Education Annette Schavan, coupable de plagiat a démissionné avec l’accord d' Angela Merkel. C'est à son honneur selon moi. Pourquoi ne pas accepter les faits lorsqu'ils sont avérés ?

Revenons à la perquisition chez le journaliste du Matin :

 „Je me bats pour tout le monde, c’est une posture morale.”


Ludovic Rocchi fait partie des journalistes qui se battent pour une négociation unitaire de tous les métiers touchés par les économies voulues par le groupe Edipresse.
Propos recueillis par Christian Campiche

Soutien après la perquisition ? On voudrait bien l'espérer! 

C’est tout ? Et les lecteurs et la population civile ? On reste bouches cousues. Pourquoi ? On attend que d'autres agissent à notre place.

Questions: "que fait-on de la liberté de la presse dans ce pays qui reste néanmoins bucolique mais qui visiblement, applique dans ce cas, des moyens dignes de pays totalitaires?!"

Ce sera tout ? Solidarité-fatigue ? Indifférence mondialisée ? (pape François).  Sans doute NON, mais ce qui est étonnant chez nous, au pays des festivals aux décibels délirantes, c’est le peu de bruit que fait cette perquisition qui concerne non seulement les journalistes mais avant tout les lecteurs et leur droit à l'information.

Réalise-t-on que, prendre à la légère cette violation de la liberté de la Presse, ouvre la porte à la censure, non seulement éditoriale, mais policière. Nombreux sont les pays privés du droit à l'information. Un signe des temps ?

Même l'Imprimatur ecclésiastique ne nécessite pas nécessairement des descentes policières chez les écrivains et journalistes.

16/08/2013

Mourir: c'est avancer

 Hier soir, un groupe d’amis était réunis à la morgue, en souvenir de N. un jeune homme de 27 ans, et un ami, décédé quelques jours auparavant tout près d’ici. Comment ? Le cœur a lâché. Pourquoi ? Pas de réponse. Ce beau jeune homme était né pour vivre hors des étroites frontières de notre société. Il a rejoint le Hors espace-temps. Il avait écrit en 2008 : « Mourir , c’est avancer ». 

 Le peuple égyptien, comme tant d’autres. revendique son droit à la dignité humaine, il sait ce que signifie : « Mourir, c’est avancer ». Pas en 2011 seulement...

 Le peuple s’est révolté parce que le Président démocratiquement élu ne plaisait pas à tout un pan de la population. Depuis de nombreuses années Mugabe a trahi la confiance qui lui a été faite : il est devenu un dangereux César. Dans les deux cas – qui ne se ressemblent pas mais qui ont des éléments communs – il y a l’armée et les intérêts de « puissances et de dominations » au-dedans et en dehors des frontières.

 Aujourd’hui, « vendredi de la colère », la violence est à son comble : mais ils sont là, debout face aux tanks (de quelle provenance ?) face à l’armée sans tête ni cœur, face à un gouvernement fantoche dont le vice-président Mohamed El Baradei, prix Nobel de la Paix vient de démissionner  après l’intervention sanglante de l’armée pour déloger les islamistes pro-Morsi -  démocratiquement élu - de deux squares du Caire. "Il m'est devenu difficile de continuer à assumer la responsabilité de décisions avec lesquelles je ne suis pas d'accord et dont je redoute les conséquences", a dit El Baradei dans sa lettre de démission.

 Un autre prix Nobel devrait démissionner «--- s’il lui était difficile de continuer à assumer la responsabilité de décisions avec lesquelles il  ne peut être d'accord --- » C'est Obama : qu'a-t-il fait de son Prix Nobel  de la paix ? Est-ce une licence pour armer l'armée égyptienne ?

 La colère gronde après  que la démocratie à été bafouée, la seule révolte possible : « Sit in » en groupe – sans armes - le temps qu’il faut pour éveiller l’attention des autorités nationales et du monde. Ce devait être pacifique et aboutir, d’abord à un dialogue, si possible, au retour du président afin qu’il puisse partir « démocratiquement » s’il ne remplissait pas son mandat. Éviter la violence et préserver la dignité d’un peuple et d’une nation. C’est utopique?

 Et nos sœurs et frères chrétiens : les Coptes (signifie : Égyptiens)

 « Après que le patriarche de l’Église copte d’Égypte, le pope Tawadros II, a ouvertement approuvé la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, la minorité chrétienne redoute les représailles » Mais était-ce très prudent de prendre parti au nom de la communauté Copte à un tel moment alors que le pape François s’efforce de créer des liens et de s'adresser personnellement « aux musulmans du monde entier »

 Irréaliste? On dirait que la violence est une fatalité inhérante à notre nature humaine. Dès lors prier signifie quoi si nous ne l'a créons pas; la Justice ? Dès l’origine des temps : la violence agit, blesse, tue. La violence verbale, religieuse, psychique et systémique. Les armes au service de Mammon. Pourquoi ne pas faire campagne contre la fabrication et la vente d'armes. Prier pour la paix sans actions concrètes, n'est-ce pas être complice de l'hypocrisie ?

 Le Nouvel Observateur est en directe :

 Aux États-Unis, Le New York Times a appelé le Président à Obama à s’opposer « sans équivoque au comportement de l’armée égyptienne ... suspendre immédiatement l'aide militaire  ».

 Ma prière : ces quelques lignes ne sont qu'une réflexion sous le regard de Jésus au désert, si proche de l’Égypte qui l'avait accueilli, petit enfant ! Jésus sait, comme notre ami dans son poème que : « mourir c'est avancer ».

Et ne pas oublier les Chiffoniers aimés de Sr Emmanuelle: on se demande si leurs déchets aident les plus pauvres à survivre:



09/07/2013

La Commission Tiers-Monde de l'Eglise catholique

 

cotmec.jpg

La COTMEC

 

La COTMEC supprimée, l'Eglise catholique fait-elle fausse route? 09/07/13 dans les blogs de la TdG.

 

Protestant et citoyen

 Allons dans l’excellent blog de Daniel Neeser,  pasteur à Montbrillant et au Service de formation des adultes de l'Eglise. 09/07/2013

 Lisons ce qu’écrit le Pasteur Daniel Neeser et épluchez les journaux au sujet de cette décision d’évacuer La Commission Tiers monde de l’Eglise Catholique, sans dialogue approfondi et élargi avec les responsables de la Cotmec et avec les membres, les personnes encouragées par son travail obstiné pour un monde plus juste.

 Quand vous aurez lu Daniel Neeser, vous pouvez lire ce qui suit et comprendre pourquoi je ne pouvais pas me taire à moins de rejoindre le fleuve de l’indifférence mondialisé  (pape François) :

Ma réflexion : « Où trouver en Suisse, une organisation, un mouvement, qui analyse les structures d’apartheid dans les années quatre-vingt alors que je rentrais d’Afrique du Sud, avec la mission d’informer, chez nous,  sur ce qui se passait au ras des pâquerettes dans ce pays du Sud où nos banques suisses faisaient des profits !

 J’ai dû chercher hors de l’Eglise catholique en Suisse française à l’époque, et j’ai trouvé le Conseil Œcuménique des Eglises (dont l’Eglise catholique n’est pas membre), le Mouvement anti-apartheid, avec l’héroïque Marianne Laufer, le Pasteur Alain Perrot principalement.  La Déclaration de Berne, et enfin, la COTMEC  Commission Tiers-monde de l’Eglise catholique où j’ai eu la chance de rencontrer Dominique Froidevaux !

 Je me souviens de l’interview de Dominique, qui me permettait pour la première fois, en Suisse, de parler de l’Apartheid sur les ondes dans mon pays natal ! C’était au 16 Boulevard du Pont d’ Arve à Genève ; c’est encore lui que me facilita la venue en Suisse du Secrétaire général de Catholic Institute for International Relations, Ian Linden, (aujourd’hui « Progressio ».)

 La solidarité engagée, au delà de nos frontières, donnait un sens à notre engagement humain et chrétien.

 Puis,  il y a eu la Jeunesse étudiante chrétienne, vibrante et engagée des années quatre-vingt à Genève notamment. L’évêque Farine s’en souvient-il ? Il en était l’aumônier.

 Je sais que l’Eglise catholique à Genève n’est pas riche, et je me souviens des affiches dans les trams de la ville pour récolter des sous. Aujourd’hui, notre pape François, dit prophétiquement : «Comme je souhaite une Eglise pauvre pour les pauvres ».

 Si les finances de l’Eglise ne sont pas la raison pour l’évacuation de la Commission tiers-monde, COTMEC, alors, la motivation, c’est quoi ?

 « Une pastorale des rues », oui cela se fait et je connais des personnes engagées dans cette pastorale comme elles le sont pour les requérants d’Asile, l’AGORA par exemple, vous connaissez ? (Aumônerie genevoise œcuménique auprès de requérants d’asile et des réfugiés).  

 Le pape François est allé hier à Lampedusa et il a serré la main en accueillant ceux que la pauvreté force à quitter leur patrie ? Pourquoi ne pas aller jeter un coup d’œil là où la pastorale est une urgence ?

 Aller donner un coup de main au « bureau » de la COTMEC ou, plus exposé, descendre dans la rue et joindre votre voix à celles et à ceux qui font une vraie pastoral des rues. Mais je vous demande pardon, Monseigneur, au cas où vous l’auriez déjà montré publiquement, ce témoignage de solidarité ; au cas où vous  seriez déjà allé, en personne, à Vernier, à Frambois, boire un café avec « EUX ».

 N’est-ce pas urgent de soutenir tous les efforts de la COTMEC qui pose la question lancinante et tellement inconfortable : Pourquoi sont-ils pauvres ?  Pourquoi ne pas aider par tous les moyens, celles et ceux qui s’efforcent de trouver une réponse honnête à cette question compliquée et qu'on aime pas aborder !?

 On se souvient  de l’initiative Minder : y a-t-il une relation causale entre les salaires abusifs des uns et la pauvreté des autres par exemple?

 Ma prière : Esprit ressuscité, aide-nous à prendre conscience qu’un cœur de pierre peut engendrer un cœur de chair. (Jésus aussi s’est mis en colère et il l’a montré).

19/06/2013

Le bourbier systémique

 Je me souviens : un jeune Africain me disait ce que cela signifie « avoir 20 ans » en Afrique australe à l’époque de l’exploitation raciale qui lui ôtait toute perspective d’un avenir meilleur.

 Aujourd’hui, les lois injustes ont été abrogées, le gouvernement  est composé de toutes les races. De gros efforts sont faits pour reconstruire une société plus juste. Comme partout, le pouvoir politique, s’il est jumelé au pouvoir économique, va à la dérive. Ainsi aujourd’hui, alors les élections auront lieu dans un an, un jeune, une jeune africain/e n’a même plus envie de dire : « Avoir 20 ans en Afrique » avec un frisson d’espoir. vzm48mac.jpgOn somnole, le système semble assoupi sur ces structures mondialement verrouillées. « Je suis comme une girafe qui scrute l’horizon lointain et dont les sabots sont embourbés sans possibilité de se dégager pour avancer ! » C’est ça, avoir 20  ans dans notre société inégale.En Afrique et ailleurs!

 Le bourbier immobilisant toute velléité d’avance : c’est le système économique indigne de ce nom, car il paraît être organiquement lié à la rage de "s’humaniser" en tuant la fange humaine et superflue ! Pure cécité! Pure cynisme!

 Le système fait courir en Irlande les G8, pourquoi ?  Bilan : « Divisés sur la Syrie, les dirigeants des grandes puissances du G8 ont affiché mardi en Irlande du Nord un front uni pour "combattre le fléau de l'évasion fiscale". » Où se trouve la racine du fléau ? Ils restent, presque d’un commun accord, divisés sur « la Syrie » !!! Un front commun pour Mammon, une division – pourquoi ne pas cyniquement dire – commune sur le calvaire syrien.

Autant de girafes aux sabots coincés dans le bourbier de leur intérêt, collectif ou non et qui posent pour la photo de famille...

Lex USA: Le bourbier cloîtrant les sabots de la girafe, on le trouve aussi chez nous, même si cela nous répugne, il faut y faire face : depuis mon retour d’Afrique, je suis frappée de l’honnêteté des compatriotes que je connais lorsqu’il s’agit de gérer l’argent. A « un centime » prêt me disait un ami banquier retraité. Et je n’en doute pas. Alors, le bourbier, dans notre système bancaire, c’est quoi ? C’est qui ? Depuis que cela dure ! Madame Widmer-Schlumpf, stoïquement pour ne pas dire héroïquement, fait ce qu’elle doit faire, comme le petit David avec sa fronde et sa pierre face à Goliath américain, « un géant d’une taille de six coudées, une cotte de mailles en cuivre de 5000 sicles,  soit 57kg. et armé de la lame de fer de sa lance de 600 sicles, soit de plus de 6 kg. Widmer-Schlumpf n’a qu’une petite pierre et une fronde. » Je simplifie à outrance.

arbre_a_palabres.jpg

 Les délibérations de nos politiciens et Widmer-Schlumpf ressemblent aux girafes de la hauteur de leur six mètres, ils scrutent  intensément … l’horizon… cela ressemble de loin a une palabre à l’ombrage du grand arbre du parlement. Et cela ressemble encore davantage à l’effort des girafes tentant de libérer leurs sabots de la bourbe systémique !

  Ma Prière pour la patrie, pour les gens qui gèrent  et pour celles et ceux qui sont gérés, afin que nos pieds secouent la bourbe redeviennent les beaux pieds 

que nous aimons !

 Dérange-nous, Seigneur

lorsque nous sommes satisfaits de nous-mêmes

 lorsque nos rêves se sont réalisés

 parce que nous avons trop peu rêvé

 Dérange-nous, Seigneur

 lorsque l’abondance de nos possessions

 nous fait oublier l’eau de la source

 lorsque fascinés par le temps qui passe

 nous oublions nos rêves d’éternité

 et nos efforts pour construire un monde nouveau

 nous font oublier le ciel

 Secoue-nous, Seigneur

 éveille en nous l’audace de larguer les amarres

 au large, au-delà  de toute sécurité

 vers les tempêtes révélant ta maîtrise

 lorsque la terre natale se dérobe à nos yeux

 attirés vers l’étoile

 Nous te le demandons au nom de celui qui fait reculer

 l’horizon de nos espérances et nous invite à le suivre

 Amen

 Attribuée à sir Francis Drake – 1577

 (ma traduction libre et adaptation)

10/06/2013

Prière du soir

 

images (36).jpg

 

Vivre, c'est changer jour après jour, c'est avancer vers un but et c'est savoir que tout notre cœur, toute notre volonté sont tendus vers ce but : hors-espace temps. Ce sera accompli : plutôt que de s'efforcer d'atteindre le plus haut sommet, j'ai toujours préféré la traversée, d'un désert, d'une mer, d'une rive à l'autre. L'accomplissement : la foi d'avoir contribué à la construction, jamais achevée, de la famille de Dieu. La vie a, et aura eu le sens merveilleux d'être co-créateur.

 Avec Madiba (Nelson Mandela) lorsqu'il aura donné à Dieu (Modimo) son dernier souffle, rencontrera le reflet de son propre sourire dans la pureté de la Croix du Sud ! Il a déjà dit, il y a longtemps son « nunc dimittis ».

 Le petit peuple se sent depuis longtemps seul avec la flamme de Madiba qui restera l'énergie pour continuer la « Long chemin vers la Libération. »

 C'est un long chemin pour les étrangers cherchant chez nous du pain, de l'eau, de L130610c.jpgl'amitié, non par avidité économique, par besoin de survie. Il semble que l'Europe, la Suisse, préfèrent le replis sur soi et la rentabilité. Le 9 juin, la majorité n'accordera aux étrangers que de maigres miettes de pain sec et quelques gouttes d'eau et des ombres d'amitiés hésitantes. Toutes les excuses sont « bonnes » pour refuser le partage et l'amitié : il n'y a qu'une vrai excuse qui crève les yeux : Notre EGO collectif panique. Il est atteint de lâcheté. Toutefois, si 79 % des voix ont dit oui au durcissement de la Loi sur l'asile, remercions les 21 % qui ont dit non à l'égoïsme et oui à la justice avant la sécurité et la rentabilité. Je suis certaine que les vrais changements en vue du bien commun prennent naissance et corps au ras des pâquerettes. La démocratie directe en Suisse nous offre la chance de l'engagement collectif. Aujourd'hui et dans cette dernière votation, il n'est même pas question de rapport de force perdant : il est question de respecter sa propre dignité d'être humain, et celle de tous.

(Image cartoon: avec l'aimable permission de © Chappatte - www.globecartoon.com,)

Je prie ce soir pour la Conseillère fédérale Evelyn Widmer Schlumpf. Elle aussi, en charge de l'asile en son temps s'est laissée aller au fonctionnement privé de sentiment, et S. Sommaruga suit cette trace. Mais Evelyn Widmer Schlumpf doit (collégialement) assumer le bourbier et les abcès qui éclatent de toutes parts dans ce sacro-sanct « sanctuaire financier » abritant Mammon qui ne pardonne pas. Je prie que la dignité humaine de cette fonctionnaire soit respectée. Oui, « . La Suisse traverse une crise politique, car elle est en train de perdre les affaires "où elle cultivait des 1292675_pic_970x641.jpgavantages concurrentiels un peu parasitaires ». Mme Widmer-Schlumpf a simplement le courage de regarder les choses en face. "Puisque nous ne pouvons continuer comme avant, dans le dysfonctionnement banalisé et systématisé, le plus urgent est de s'adapter » et c'est ce que la conseillère fédérale fait.  Courage. J'ai horreur de cette hypocrisie révélée en termes clairs par Laurent Flutsch dans l'édito de Vigousse (7 juin 2013).

 Et je me souviens d'une petite réflexion dans le blog en 2008 je crois lors de la saga de Samuel Schmit et Roland Nef : j'avais cité : « Parfois, dans le stress du quotidien, on oublie l'âme. Et soudain une grande fatigue est là. Non pas une fatigue physique, mais une fatigue de l'esprit.»
(Notre ministre de la défense,
Samuel Schmit très ému, qui s'est révélé être un animal politique blessé.)

 La comparaison est sans doute mal placée. Je m'en excuse mais je dis : Qu'importe ! Je crois savoir le mal que peut faire (sans le vouloir ni le savoir) le rejet, avec mauvaise foi ce qu'on sait être mûri et juste et de s'acharner sur « un bouc émissaire » comme un enfant refuse d'avaler son huile de foie de morue qui l'aiderait à grandir !

Une fois ou l'autre, chacune, chacun fait sa prière du soir, le cœur au repos où larme à l’œil.

 Ma prière, c'est : « Mon Dieu, je remets mon âme entre tes mains. »

02/06/2013

Le ciel, le soleil: ici et là-bas

 Puisque le soleil revient, réjouissons!

 On a envie de rire, de chanter, d’aller se promener, l’air du large nous ferait tant de bien !

 Merci, Créateur de l’Univers,  pour le soleil, la douce chaleur, la luminosité quelque peu molletonnée, le retour et le renouveau !

 Merci ! Vraiment ? N’est-ce pas un peu facile ? On se souvient de notre juvénile générosité solidaire chez les exploités : « Ne rien posséder que tous ne puissent posséder » ! En pensant au bien commun !

 A quelques heures de vol, pas de toits, pas de pain, pas d’eau, et plus de ciel ni de soleil car les bombes tombent, les femmes et les enfants, sous les décombres gémissent et…meurent s’ils ont de la chance !

 Que notre merci au Seigneur se transforme en supplication, ne serait-ce qu’une supplication de solidarité à distance si on en est là !

 Ecoutant le Dr Tawfik prier d’une voix ou filtre le désespoir  de l’agonie :


 

Qu’ils nous rendent enfin notre ciel pacifié,

 Le ciel de la Syrie arraché à la terre par les armes de terreur

 Quousseir : le nouvel enfer, l’enfer des innocents, suite à Homs, à Alep, à Damas. Là où les gens sont pris en étau… comme dans les « fours » d’il y a quelques années à peine.

 Et l’impardonnable crime du Pouvoir refusant le passage à la Croix Rouge en route pour porter secours…

 

Et je me dis : si au moins je ne le savais pas, si j’étais en brousse parmi les quelques civilisés restants.

 Mais je suis, nous sommes proches, tout comme nous l’étions autrefois, avec la satisfaction de pouvoir prendre parti, sinon pour tous les révoltés, du moins pour tous les blessés… et de partager

 En Europe, à quelques heures de vols, nous sommes des spectateurs enfauteuillés… en attendant godo, ce qui qui est moins fatigant que de vérifier les informations, de les analyser, de pleurer, de discuter, de chercher des moyens d’aimer… et de prier.

 Merci du soleil qui revient dans le ciel helvétique

 Et que le ciel du Moyen Orient, de la Turquie que j’aime, de la Syrie où est née Marie, dit-on retrouve son ciel pacifié afin que le soleil viennent sécher les flaques de sang d’enfants innocents.

 

27/05/2013

La plénitude du moment présent

 

946879_468316486585368_1098028372_n (1).jpgSi nous sommes conscients de notre « présence » individuelle et personnelle dans le développement de l’espèce humaine, nous ne pouvons être indifférents aux autres. En Europe et dans le monde, la Syrie, le peuple syrien, son histoire et la tragédie vécue, principalement par le « petit peuple » depuis 2011, nous interpellent. Personnellement, plus j’essaie d’être « au clair » sur les causes : ce qui était, au début une simple manifestation dans les rues a viré à ce que nous croyons savoir en écoutant, en visionnant ce que les médias rapportent.

 Je me pose la question : où est Dieu, où est Allah en Syrie en ce moment ! Pour les catholiques, l’année de la FOI a été vécue avec force activités dans le but de renforcer la Foi des fidèles. La Foi en l’Homme, en tous les hommes d’abord, c’est quoi pour ce qui concerne l’actualité en Syrie aujourd’hui-même?

En fait qui sont réellement les protagonistes, et à qui profite cette guerre?

 « A quoi joue Hassan Nasrallah ? Le leader du Hezbollah s'est engagé ouvertement aux côtés de Bachar Al Assad ce week-end. Quel est l'objectif du « parti de Dieu ? » La plus grossière trahison du Dieu, qui, s’il existe, ne peut être qu’ AMOUR !

 DERNIÈRES INFOS: 

 "Conférence internationale" sur la Syrie ce mercredi en Iran :

  « L’Iran, allié régional du régime syrien, accueille mercredi une "conférence internationale" visant à trouver une "solution politique" au conflit en Syrie, a annoncé lundi le ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian.

  Plus de 40 pays devraient être attendus. (Sans plus de précision) Cette conférence, de Téhéran, intitulée "solution politique et stabilité régionale" aurait pour but de  "préparer le terrain pour mettre fin à la violence et aider à organiser des élections sous supervision internationale".

 L’intention est-elle de faire « avancer le projet d'une conférence de paix internationale baptisée Genève-2 prévue en juin ou juillet 2013 ? A Genève, les Syriens, représentants du régime et les opposants au régime sont invités à s’asseoir à table afin de négocier…

  Syrie : l’Iran veut participer à la conférence "Genève 2" mais voilà que, le mardi 21 mai 2013 « Fabius préfère que l’Iran soit tenue à l’écart ! » Etrange politique de rapprochement!

 L'écoute attentive du dévat en deux partie est éclairante, grâce à france.24:

http://www.france24.com/fr/20130527-fr-debat-syrie-liban-...

 http://www.france24.com/fr/20130527-debat-syrie-liban-nasrallah-hezbollah-iran-bachar-al-assad-armes-chimiques-partie2

 Réflexion: Nelson Mandela savait très bien qu’on ne peut ni négocier, ni construire la paix sans s’asseoir à table avec les opposants, les ennemis. Madiba disait : J’aime mieux avoir l’ennemi au dedans des frontières que au dehors. Il a montré l’exemple. Le Président de l’Afrique du Sud, M. F.W. de Klerk a eu, lui aussi, la sagesse et l’intelligence de reconnaître la sincérité du prisonnier de Robben Island: Nelson Mandela a fait confiance à l'intégrité de l'ennemi.

 Ma prière du soir :  Abba bien-aimé et notre Créateur, merci de nous écouter, merci de partager avec tous ces paroles de sagesse de Madiba, qui a eu, dans sa cellule, « La plénitude du moment présent » qui a duré plus de 20 ans. Il priait avant tout pour son peuple, noir et blanc, pour ses amis et pour ses ennemis.

 Les huit leçons de leadership de Mandela

1 - Le courage n'est pas l'absence de peur- c'est inspirer les autres à la dépasser. 
2 - Dirigez depuis le front- mais ne laissez jamais votre base à l’arrière.
3 - Dirigez depuis l'arrière - et laissez croire aux autres qu'ils sont à l'avant
4 - Connaissez votre ennemi et sachez son sport de favori. (apprenez à parler sa langue) 
5 - Gardez vos amis près de vous - et vos rivaux encore plus près.  
6 - Soignez l'apparence- et n'oubliez pas de sourire. 
7 - Rien n'est noir ou blanc. 
8- Partir c'est aussi diriger.

 Grand MERCI:  à https://www.facebook.com/YACHAME?directed_target_id=0 pour la magnifique image de PAIX en Syrie!

 

20/05/2013

Réflexion sur la mort de Marie et de Lucie

 

images (20).jpg

 Oui, la presse régionale se penche longuement sur le drame de Marie et de son assassin bullois. Et c’est bien. Ce corps mutilé sera mis en terre le 27 mai, et toute la région continuera le deuil de Marie associée maintenant à Lucie. Notre mère la terre recueille leur corps et notre Père créateur les accueille dès l'origine !

 On sent sa propre vulnérabilité confronté à la maladie mentale, la folie, la violence. Les jeunes filles de la région sont marquées et leurs parents sont inquiets.

 Être prise au piège de la perversion colorée de charme fielleux, lorsqu’on se sait jeune et que le corps s’éveille à l'intelligence de la vie, c’est possible. Et quand on s’en rend compte, c’est trop tard et c’est fatal. Il faut dire que les roueries de sexe sale ne manquent pas dans les médias et, pire, sur internet. Pollution banale.

 On verse des larmes et c’est juste et on paraît paralysé par l’étalage de la violence qui est devenue une habitude.

 Certes, les dysfonctionnements présumés de la justice doivent être examinés. Ils le seront. «  La problématique des délinquants graves doit être envisagée sur le plan national. » (voir le Matin 20.5.2013)

 ET dans 24 heures le papa de Lucie (RIP), Roland Trezzini,  « Ce nouveau cas est inadmissible  Parce que maintenant, cela suffit ! Combien de jeunes filles doivent encore mourir ? » Mais laissons un peu de temps au temps.

 Ailleurs dans la Presse, des politiciens s’expriment (UDC, PS, PLR) mais je trouve déplacé, en ces jours de deuil, qu’on « profite » de ce drame pour se faire des points contre d’autres partis! Il y a un temps pour tout.

10/05/2013

La Loi du Marché

 

Le point de vue.

 J’ai du mal à croire à l’objectivité, ni en ce qui concerne les journalistes, les bloggers et même d’autres personnes dont la fonction les oblige à l’impartialité, telle celle d'un juge par exemple.

 Mon point de vue pourrait m’empêcher de voir au-delà d’horizons étroits. Lorsque mon neveu (aujourd’hui décédé) rencontrait un problème, il disait : « Prenons de la hauteur ». C’est un conseil précieux. Prendre de la hauteur ne signifie pas ignorer les profondeurs, au contraire, mon ouverture d’esprit et de cœur peut faire de moi un envoyé spécial, sur le terrain, là où les choses se passent et qui nous interpellent directement. Comme Jacob Berger que je remercie très sincèrement !

 Même si c’est à l’autre bout du monde : au Bangladesh par exemple, Jacob Berger présente la réflexion vraie, analytique, provocante de la tragédie.

 Mais regardons et prions.


 Moi je me permets de pleurer ! Oui, il serait presque plus facile de pleurer sur la Pieta de Rome que sur la Pieta actuelle au Bangladesh. On aurait moins honte, on resterait avec un sentiment de piété, alors qu'un sentiment d'humanité souillée nous met à genoux !

 Nous les prisonniers de la Loi du Marché et des interminables 39frs90 !

15/04/2013

Inacceptable réalité!

 

Ce matin, un mail de Independant catholic news : « Les chrétiens, en Syrie, doivent fuir ou mourir ». C’est l’appel de Samir Nassar, évêque, la mort est partout, 223 hôpitaux fermés, malnutrition, blessés, un peu dévasté, chrétiens et musulmans, des enfants, des milliers d’enfants qui n’ont jamais demandé à naître encore moins à souffrir, mourir ! L’église locale, selon Samir Nassar « est un mur de larmes », ils veulent fuir, ils le doivent, mais où et comment ? « Ils ressentent aujourd'hui de l'angoisse devant l'indifférence et le silence de la communauté internationale face à leur triste et long calvaire », relate l'archevêque. « Nous sommes abandonnés, condamnés à la mort sans pouvoir fuir. Les consulats sont fermés depuis un an et demi ». « Notre terre : un champ de bataille où tout est manipulation, mensonge, hypocrisie ». Nassar de gémir : « La terre biblique se vide de ses derniers chrétiens ». Source: Fides

 

Paolo_Dall'Oglio.jpgC’est un peu comme l’écho du témoignage du Jésuite Paolo Dall’Oglio, invité de Manuela Salvi – émission Haute Fréquence du dimanche 14 avril 2013, mais écoutons : ...

 

Ce qui me frappe, c’est « Laisser ce peuple à son sort, c’est la trahison… la trahison « de nous tous », car ne rien faire, ne rien dire, c’est être complice des bourreaux. Et qui veut être complice du mal, ni vous, ni moi… Alors nous devons au moins témoigner et parler en plus de prier ! Pour « renverser les potentats de leurs trônes, élever les humbles » (Magnificat de Marie) en Syrie et espérer, avec le Père Paolo Dall’Oglio d’une Syrie réconciliée entre la méditerranée chrétienne et musulmane.

Qu’est-ce qui retient l’ONU, les pays occidentaux de s’engager, n’est-ce pas la peur de l’Islam ? Les médias occidentaux nourrissent, en majorité et insidieusement ou non, cette peur ; à quelle fin ?

 

Est-ce que la démarche d’une réconciliation est possible entre des gens, des groupes, des nations et des cultures qui ont peur les unes des autres ?

5480474.jpg

L’Histoire montre qu’il y a des raisons d’avoir peur ! Même nos propres expériences interpersonnelles engendrent la prudence sinon la peur les uns envers les autres ! Raison de plus lorsqu’il s’agit de relations économiques et politiques ! Alors, c’est la course aux armes, aux stratégies, aux diplomaties hypocrites, aux tergiversations sans fin, alors que la terre est rouge du sang des innocents. Des milliers d’enfants comme le dit Paolo Dall’Oglio, qui peut témoigner, car il a vu, et surtout, il est solidaire ! Où trouver et où prier Jésus dans notre actualité syrienne ?

 

01/04/2013

Jésus est en bonne forme

8461472903_1ea21db2e6_z.jpg

Évangile de jésus christ selon saint Matthieu 28,8-15. 
… Quand les femmes eurent entendu les paroles de l'ange, vite, elles quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. Et voici que jésus vint à leur rencontre et leur dit : « je vous salue. » Elles s'approchèrent et, lui saisissant les pieds, elles se prosternèrent devant lui. Alors jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront. » 

 Sœur « Lily » (nom fictif), à qui personne n’a jamais demandé un conseil, ni une information ; elle ne fait pas de bruit et ne prend pas la parole à moins d’un balbutiement pour demander une prière ; Sœur Lily paraît insignifiante et le guidon de la voiture ne lui sera pas confié, mais elle est responsable de l’organisation des poubelles à la cave ; bref Lily est une de ces « petites mains » qui fait tourner la maison et le monde, elle est l’huile dans l’engrenage, elle est ce rayon de soleil pascal discret au travers des interstices !

 Ce matin à la messe, elle a entendu l’histoire de la rencontre de Jésus ressuscité et chaleureusement et spontanément accueilli en chemin par ses collègues féminines à qui il dit « Bonjour » ! Ces femmes, ces « petites mains » s’entendent dire ce matin: « Allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront. »  Elles sont investies d’un pouvoir tout neuf : être Messagères.

 Eh ! oui, « Le médium EST le message » Alors que hier ces mêmes apôtres masculins s’étaient moqués d’elles et n’avaient pas voulu croire « ces femmes délirantes » Luc 24 : 1-12   

 Selon le désir de Jésus, son message est dorénavant confié aux femmes, un message  prégnant de l’énergie féminine qui enfante le monde nouveau à longueur de siècles. Un monde libéré et libérateur : une utopie créatrice. Oui le Medium c'est le Message selon Mac Luhan   En dépit des trônes  et des dominations, en dépit des trahisons dès le premier moment … Luc 24 : 1-12   

 Jésus investit (empower) donc les femmes d’un pouvoir qui doit caractériser le message de la Bonne Nouvelle à travers l’Histoire, c’est-à-dire la tendresse enthousiaste d’un irrésistible mouvement de libération. A l’époque, confier aux femmes la Mission d’annoncer l’Évangile et les investir de son pouvoir de Ressuscité était encore une fois : une action subversive ! Une espèce de désobéissance civile de la part du Ressuscité. Mais tout est possible depuis ce matin pascal ! Que s’est-il passé depuis?

 Peut-on imaginer des femmes construisant une Institution hiérarchique ?

 Le royaume advient de bien des manières et souvent, avec Jésus « Dans les murs ou « hors les murs » (St Paul aux Hébreux, 13, 14 :24).

 Les signes de temps meilleurs sont nombreux si l’on accepte de les voir et de les analyser.

 Et la petite Sœur Lily qui me dit que les femmes ont trouvé Jésus ce matin en « bonne forme » en dit long sur un vocabulaire théologique renouvelé ! Merci !

08/03/2013

Hugo Chavez

 Nous sommes dans un monde impitoyable : le monde occidental capitaliste et la mort de Hugo Chavez démontrent la mauvaise foi, les partis pris ou simplement le manque d’information de certains de nos médias. J’ai été choquée en lisant ce qu’en disait la Liberté de Fribourg ! Je cite : « VENEZUELA  • Le président Hugo Chavez décédé mardi laisse une économie dévastée qui survit grâce aux pétrodollars. La redistribution de cette rente a fait reculer la pauvreté. Bilan peu glorieux ».

 Heureusement d’autres journaux et médias existent, au-delà de nos frontières !

 Je sais que Hugo Chavez n’est pas Nelson Mandela ! Ni son langage, ni sa diplomatie, mais les deux avaient connu la prison et tous les deux aspiraient « au plus grand bien pour le plus grand nombre » dans leur pays où régnait et ou règne encore l’injustice.

 Dans nos régions, depuis que ce leader charismatique est mort,  Mahmoud Ahmadinejad,  Bashar Al-Assadet, Mouammar Kadhafi sont nommés plus souvent que Chavez et les présidents des pays latino-américains ! Comment ça ? A nous de trouver une réponse honnête!

 A Rome cependant, « le cardinal du Venezuela Jorge Urosa Savino, archevêque de Caracas  a manifesté sa participation » au deuil du pays. L’archevêque a exprimé ses condoléances à la famille du président défunt. Aujourd’hui, même s’il critiquait la politique de Chavez, (et cela va quasiment de soi en tant qu’autorité ecclésiastique) ce « papabile » célèbre une messe en action de grâce pour Hugo Chavez.

 Hugo Chavez était chrétien à sa manière frustre peut-être, il avait le vocabulaire des pauvres, mais je suis sûre que notre Seigneur Bien – aimé aura dit à Chavez qui aimait tant la vie : « Aujourd’hui, tu seras avec moi au paradis ! »


 


P.S. Et voici un entretien (BBC) de Steve Sackur avec Hugo Chavez qui montre qu’il est possible de se parler honnêtement face à face sans langue de bois !

22/02/2013

Paroles en chemin

Chers amis/es Blogueurs,

 Quand on se rencontre, on se dit bonjour et je jour sera bon, je sais.

téléchargement (2).jpg En novembre 2011, Hermann-Joseph Venetz a répondu à ma suggestion d’écrire un petit billet pour le blog que vous avez sous les yeux et c’est devenu une réflexion hebdomadaire grandement appréciée, par moi et par de nombreux lecteurs. Mais beaucoup d’amis n’ont pas internet et j’ai proposé que plusieurs billets soient rassemblés et imprimés en une modeste brochure. C’est fait. Nous avons une brochure « Paroles en chemin »  et une deuxième brochure « Worte auf den Weg ».  C’est un recueil de 65 textes, assez courts, tels qu' ils sont apparus dans mon blog.

 

téléchargement (3).jpgDites-moi si vous aimeriez en recevoir une ou plusieurs copies.  Et il n’est pas question de d’argent, c’est un grand privilège de partager cette recherche de sens et de vérité, et cela ne se vend pas et ne se paye pas. C’est le don de se dire Bonjour chemin faisant. C'est un partage de vie.

 Pour la brochure française, le mail : Claire-Marie Jeannotat katutura@bluewin.ch

 Pour la brochure allemande, le mail: Hermann-Josef Venetz :  hermann.venetz@unifr.ch

 Mon adresse postale : Foyer Ste Croix, rue du marché 10, 1630 Bulle.

 Claire-Marie

31/07/2012

1er Aoùt 2012

 

1__Aug__2010_Ru_tli_237.jpg

J’avais 9 ou 10 ans lorsque les enfants de l’école à Montenol sont allés, en course scolaire au Grütli, Maman nous avait accompagnés. Je me souviens.

Je me souviens de cette espèce d’atmosphère patriotique que nous respirions là-haut, et de l’idée que nous nous faisions des trois hommes debout prêtant serment en 1291 de tout faire pour que les gens de la région soient libres, fiers et forts. Une étincelle patriotique ? Plutôt une famille élargie dont faisait partie notre Clos-du-Doubs inégalable.

Nous avons pique-niqué là-haut ; nous avons chanté « Sur nos Monts quand le soleil… » et sommes revenus en train dans le soleil couchant de notre beau Jura. Le temps passe...

 

1er août 2012, demain au Grütli :

1er août – Fête nationale suisse 2012


Fête commémorative: Le mercredi 1er août 2012, la Société suisse d’utilité publique organisera, dans la prairie du Grütli, la commémoration officielle de la Fête nationale.

 

Hôte de l'année 2012:  Pro Juventute, à l'occasion son centenaire

 

http://www.ruetli.ch/fr/excursion/423

 

Bravo ! La belle et vibrante jeunesse de notre pays  redonnera son âme à nos vieilles racines,

demain, là-haut !

L’âme helvétique est aussi dans la lettre écrite par Markus Büchel, évêque à Saint et qui, mandaté par ses confrères, écrit :

"L'ARGENT EST AU SERVICE DE L'HOMME, ET NON PAS L'HOMME UN ESCLAVE DE L'ARGENT"

 

Réfléchir et prier


Markus  Büchel écrit :

« Saint Basile, qui était évêque dans l'ancienne métropole économique de Césarée au 4e siècle, avait déjà interpellé les riches avec ces expressions orientales de son époque: "Le pain qui demeure inutile chez vous, c’est le pain de celui qui a faim; la tunique suspendue dans votre garde-robe, c’est la tunique de celui qui est nu; l’argent que vous tenez enfoui, c’est l’argent du pauvre; les témoignages d'amour que vous n'accomplissez pas, sont autant d'inégalités que vous commettez".

Ces phrases prononcées par l'évêque Basile sont toujours actuelles. Et ceci est encore plus valable pour nous aujourd'hui: l'argent est au service de l'homme, et non pas l'homme un esclave de l'argent. Le 1er août est peut-être un jour idéal pour donner un tel sens à notre comportement face à l'argent, et mettre ainsi en place un fondement solide en vue d'une nouvelle forme de confiance. »

http://www.eveques.ch/documents/messages/message-1er-aout-2012

Joyeuse fête du 1er août 2012 !

 

23:22 Publié dans Solidarité | Tags : grütli | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2012

L'enfant que je fus

 

5296420-jeune-garcon--un-petit-enfant-et-son-grand-pere--vieil-homme.jpg

Prendre conscience de l’enfant que je fus

N’est-ce pas prendre conscience de l’enfant que je suis ?

L’enfant que je fus : que traverse l’énergie cosmique qui me lie à l’univers

L’enfant que je suis : une particule étoilée du cosmos dans le cœur de Dieu

Fait homme, l’enfant qu’il fut, c’est

Jésus

Nous aussi, nous tous : adultes

Quand j’étais enfant, je parlais comme un enfant, maintenant que je suis adulte, je parle… (Paul aux Corinthiens 13 :11)… Oh ! J’aimerais avoir une discussion musclée avec Paul sur la route de Damas ! Car il était trop adulte, le fougueux Paul de Tarse !

Penser, parler, agir comme un adulte, indépendamment du genre, de la religion,  de la race…

Politiciens qui gouvernez les peuples et qui parfois tuez les enfants, comme en Syrie, comme en Érythrée, comme en Chine, comme en Europe, vous qui les méprisez,  les agressez,  les exploitez :

Ouvrez les yeux face à l’enfant que vous fûtes et qui rougit de honte face à l’adulte que vous êtes …

Financiers,  traders qui n’avez  jamais appris à partager le capital qui vous est confié :

Prenez conscience de l’enfant que vous fûtes partageant sa tirelire et que votre rapine affame,  par millions,  il a honte de vous…

Princes, empereurs, autorités religieuses, civiles, militaires de tout bord, assis sur vos trônes, férule en main comme les romains d’antan

Prenez conscience de l’enfant que vous fûtes et qui recherche en vain son innocence…

Je prie d’être aujourd’hui l’enfant que je fus jadis, c’est tout simplement la condition sine qua non pour « entrer dans le royaume des cieux ».

Mais Rainer Maria Rilke conclut ma méditation

« Les enfants sont toujours comme l'enfant que vous fûtes: tristes et heureux; et si vous pensez à votre enfance, vous revivez parmi eux, parmi les enfants secrets. Les grandes personnes ne sont rien, leur dignité ne répond à rien. »

 

 

21:56 Publié dans Solidarité | Tags : enfants | Lien permanent | Commentaires (3)

17/12/2011

Cherche un logis, désespérement !

 

« … Ils ne trouvèrent pas d’abris » Luc 2 : 7

 

Quand nous étions enfants à la maison ou à l’école, nous avions plaisir à mettre en scène le récit de la Nativité, souvent enrichi de chansons,  un peu comme un opéra d’écolières et d’écoliers ! A chaque représentation, la partie la plus émouvante était lorsque le « couple saint» cheminait de maison en maison, de porte en porte, frappant timidement, suppliant d’une voix tremblante : « La jeune femme doit accoucher, c’est urgent,  y aurait-il une petite place chez vous ? » Et la réplique cinglante : « Pas de place, allez voir ailleurs ! »

 

Il ne s’agissait pas de rejeter l’enfant Jésus ou le Fils de Dieu, si on avait soupçonné cela, on aurait examiné autrement la question ! Non, il s’agissait de refouler ces étrangers, potentiellement criminels qui, c’est connu, ne sont que des parasites qui viennent saper notre système laborieusement construit. Il en était ainsi en ce temps-là et il en est ainsi aujourd’hui.

 

Les prophètes connaissant bien la Loi de l’Ancien Testament étaient conscients de cette terrible réalité. Quasiment aucun autre groupe de gens – les étrangers, les veuves, les orphelins – n’était aussi expressément confié aux bons soins des citoyens, que ce groupe-là. Et les prophètes ne cessaient de le répéter !

 

Ce même groupe de gens sans domicile fixe, était particulièrement proches du cœur de l’homme de Nazareth, au grand dam des « gens bien », choqués de le voir partager un repas avec eux. Mais Jésus allait plus loin encore… jusqu’à s’identifier explicitement avec eux : « J’étais étranger et vous ne m’avez pas accueilli… »  et « l’aide que vous avez refusée aux étrangers, c’est à moi que vous l’avez refusée ! »

 

Mais les prophètes, les enseignements de l’Ancien Testament, Jésus, nos représentations de sa naissance quand nous étions enfants à la maison ou à l’école, semblent n’être qu’un cri dans le vide de notre société. J’en veux pour preuve l’Initiative populaire pour le renvoi des étrangers, l’opposition de nos communes pour leur accorder un lieu d’accueil… on connaît la chanson ! Une chanson triste.

Hermann-Josef Venetz

Traduction : Claire-Marie Jeannotat

Avec l’aimable permission de l’auteur

 

 

22:11 Publié dans Solidarité | Tags : avent 2011 | Lien permanent | Commentaires (3)

05/04/2011

UN DEUIL

images.jpg

« Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres » Jésus selon Saint Jean (13 :34).

Je contemple ce monde occidentalisé qui aurait été, lit-on dans des livres d’Histoire, christianisé selon une doctrine et des dogmes précis. Je cherche ce signe qui ferait justice à la parole de Jésus, laquelle est  parfois lue  et prêchée dans les églises, enseignée au catéchisme... et je reste sur ma faim !

Il y a des groupes qui se disent spécifiquement chrétiens, les noms des baptisés sont inscrits dans des registres.  Il existe un Droit Canonique avec une multitude de lois. Il y a des gardiens/gardiennes de ces lois ! Il y a des tribunaux ecclésiastiques pour ceci et pour cela. Il y a des fautes, des erreurs – avec tant de lois comment les obéir toutes ? – Au sommet de la somptueuse pyramide vaticane siège le gouvernement, les départements, les diplomates, les banques, la police, les Gardes Suisses et sur la vaste Place Saint Pierre, il y a l’assemblée du dimanche pour l'Angélus, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, le pape va dire quelques mots d’enseignement, c’est selon, et il va dire qu’il faut prier pour la Libye, la Côte d’Ivoire, le Japon, bref pour un monde brisé ! Sans en chercher les causes d'abord.

Il va dire l'Angélus : « Le verbe s’est fait homme, humain… !!! » Le Verbe, en anglais « The Word » une parole active : une seule ! Un homme ! Il est où ? Au moyen Orient ? En Afrique ? Au Japon ? Chez Berlusconi ou chez les prostituées ? Chez les faiseurs d’armes ou chez les cadavres qu’on étale en disant à la télé: « attention, ça peut vous choquer. » Chez nos chômeurs en fin de droit ? chez les drogués par manque de sens dans la vie? Dans les murs ou « hors les murs » (St Paul aux Hébreux, 13, 14 :24) ? Car, oui, on trouve Jésus Hors les murs!

Mais comment nos frères et sœurs du monde entier, tout près de nous, très loin de nous, celles et ceux pris dans la tourmente de la haine des chefs, pour l’amour du pouvoir, et de leurs trônes, comment trouver ce signe qui nous ferait percevoir sa présence communautaire comme Il l'a tant désirée? Ce signe qui révèle les disciples de Jésus ?

Selon notre Yeshuah bien-aimé, qui « connaissait ce qui est en l’homme (Jean 2/23 à 25) » puisqu’il fait partie de notre société, nous avait avertis : la seule publicité chrétienne, c’est ce signe :

« Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres » Jésus selon Saint Jean (13 :34).

Mais ça veut dire quoi ? S'aimer, ce n’est pas, je pense, plaquer ma bouche sur celle de l’autre par coup de foudre – bien que – mais n’est-ce pas plutôt regarder ensemble dans la même direction, marcher ensemble, travaillant, luttant, souffrant, mourant ensemble face à nos Goliaths gardiens? Nos autorités, aussi et surtout celles qui se diraient chrétiennes, et trahissant Jésus flagellé au moindre chant du coq ???

Je suis en colère ce soir, car une amie, une sœur, dont l’empathie pour les petits et les méprisés d’Afrique du Sud, a fait lever les sourcils de certains trônes. On ne valorisait pas son engagement prophétique trop proche de celui de Jésus. Il n’est venu à la tête de personne qui aurait pu être un Simon de Cyrène ! Elle est restée seule avec sa croix!

Elle est morte ! Son souffle accueilli dans le Coeur de son Créateur! Demain, elle sera enfouie dans la terre d’Afrique.

Et moi je resterai seule. Je me souviendrai de ce qu’elle a partagé avec moi, avec beaucoup, beaucoup de petites gens: son empathie authentique!

images (34).jpg"Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres.» J’ai vécu cet amour actif, dans l’affection du petit peuple ! HAMBA KHAHLE, my friend!"



22:54 Publié dans Solidarité | Tags : deuil | Lien permanent | Commentaires (6)

25/02/2011

En Libye et chez nous

 

Ce vendredi 25 février 2011 en Libye et chez nous

images (14).jpg

 

C’était un vendredi de l’an 33. Le jour des exécutions/crucifixions, car le lendemain, Sabbat était le jour du repos à Jérusalem.

Jésus, le condamné portait la Croix. Durant la montée, il tombe deux fois, se relève et tombe une troisième fois contre terre et ne peut se relever. Les soldats le forcent sur ses pieds sanglants mais plus de force pour porter la croix ! Ils appellent un paysan basané, étranger, et lui ordonnent d’aider le malheureux. Simon de Cyrène n’a pas le choix. Il s’exécute et porte la croix rugueuse et j’imagine Jésus s’accrochant à son bienfaiteur avec le lambeau d’énergie restante et une immense reconnaissance dans son regard qui aura certainement illuminé Simon ! Chaque pas est une communion, ils ne font plus qu’un ! Une paire de jumeaux !   Et je ne serais pas étonnée d’apprendre que le Cyrénéen ait accompagné Jésus jusqu’au-delà de la mort ! (Voir aussi Matt 27.32-44 ; Luc 23.26-43 ; Jean 19.17-27)

Mais d’où vient-il, ce Simon ? De Cyrénaïque, aujourd’hui en Libye de l’Est, qui comprend Benghazi, Tobrouk. « Le 23 février 2011 la Cyrénaïque est le premier secteur de Libye à se déclarer en rupture de ban du pouvoir de Kadhafi, un douloureux parfum de printemps arabe inachevé dans le pays. »

 

220px-Ottoman_Provinces_Of_Present_day_Libyapng.png

Oui, Simon de Cyrène, avec le Nazaréen crucifié, est une source d’énergie cachée dans l’âme des petits et des opprimés du Moyen Orient. Alors que, hormis les femmes, les apôtres et disciples, honte à eux, avaient déserté Jésus, l’étranger, lui, le Libyen de Cyrénaïque est là. Le premier saint est Simon de Cyrène.

C’est vendredi aujourd’hui les Libyens prient avant de reprendre la lutte sur la place publique face aux pouvoirs et aux dominations. La Sourate Al.Joumou’a (62) – verset 9 dit : « Quand on appelle à la Salât du jour du vendredi accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. C’est bien meilleur pour vous, si vous saviez ! » Mais on ne  sait pas et on avance dans le ténébreux tunnel de l’espérance malgré tout !

Mais comme la lutte des uns pour une vie normale, effraye la sécurité des autres, chez nous notamment,  j’ai été effarée de lire : « La Suisse doit préparer un arrêté fédéral urgent afin que l’armée puisse en cas de besoin soutenir le Corps des gardes-frontière. Il s’agit d’une situation extraordinaire.
Il faut par tous les moyens empêcher des passages clandestins aux frontières. Un réseau de contrôle serré, (enfermer ceux qui sont dedans pour mieux rejeter ceux qui sont dehors! cm) . Il s’agit donc de préparer un arrêté fédéral urgent pour permettre à l’armée de soutenir le Corps des gardes-frontière… »
Communiqué UDC Suisse, 25.02.2011 http://www.udc-valais.ch/?p=2548

Alors qu'en Cyrénaïque, dans la mêlée, dans les hôpitaux, partout, des Sœurs soignent les malades, les blessés, les mourants. A Tripoli aussi, les Sœurs de Mère Térésa sont actives dans les centres sociaux et partagent la vie des gens sans se soucier de qui est qui !  http://212.77.9.15/audiomp3/00249414.MP3 « Osservatore Romano » Accueil > Justice et Paix > dernière mise à jour: 24/02/2011, 16.54.46. Elles ont refusé de quitter le pays.

Selon le « Catholic News Service, en anglais» il n'y a pas de chrétiens autochtones en Libye, mais 50.000 à 60.000 immigrés chrétiens, principalement africains, y travaillent http://www.catholicnews.com/data/stories/cns/1100768.htm.

C’est ma prière de toute la journée, en solidarité avec l’Orient printanier et l’Occident enneigé. Tous enfouis dans ma méditation et chers à mon cœur. Comme le Simon de Cyrène nous l’apprend à la suite du Nazaréen Jésus, notre Seigneur.

 

1521-chardonneret-elegant.jpg

En Afrique du Nord, le Chardonneret se reproduit en Égypte autour du Caire, dans la zone littorale de Cyrénaïque et de Tripolitaine

Le Chardonneret chante avec notre Brassens :

« Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids
S'écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras
Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne
Je vous salue, Marie. »

22:24 Publié dans Solidarité | Tags : cyrénaïque | Lien permanent | Commentaires (2)

27/11/2010

FMI, OMC à GENEVE 08.12.10

affiche-image Journée du bien commun, 14 sept 2008.jpg

A ne pas manquer

Le directeur de l’OMC vient de faire une déclaration très remarquée sur «le capitalisme de marché», qu’il juge «intrinsèquement injuste». Évidemment, ce sont les déclarations du directeur général du FMI qui vont le plus retenir l’attention le 8 décembre prochain.

Dominique Strauss Kahn vient débattre à Genève

Rendez-vous mondiaux de Genève | Le directeur général du FMI est l’invité des Rendez-vous mondiaux de Genève le 8 décembre prochain

http://www.tdg.ch/actu/divers/dominique-strauss-kahn-vien...

 

« L’impact de la crise financière sur la gouvernance économique mondiale», aura lieu le mercredi, 8 décembre 2010 de 16 h 30 à 18 h 30 au Palais des Nations à Genève

www.unitar.org/gls/fr : Pour celles et ceux qui ne pourront  être présent

LES RENDEZ-VOUS MONDIAUX

DE GENÈVE

Une initiative conjointe ONUG/UNITAR pour répondre

aux défis contemporains

6e ÉDITION

Conférence publique

L’impact de la crise

financière

sur la gouvernance

économique mondiale”

Dominique Strauss-Kahn

Directeur général du Fonds monétaire international

Pascal Lamy

Directeur général de l′Organisation mondiale du

Commerce

 

Réflexion:

« Malheureusement dans des crises de ce genre, ce sont toujours les plus vulnérables, les plus pauvres qui trinquent le plus… » D. Strauss-Kahn.

http://www.tsr.ch/video/info/2724460-dominique-strauss-ka...

Ils ont un nom, ils sont nés d’une mère et d’un père, ils sont un maillon dans la continuité de notre espèce humaine. Monsieur Strauss-Kahn, en reconnaissant la conséquence de « la Crise », vous reconnaissez, en gros, la dérégulation et l’impardonnable gérance du FMI dont vous êtes le patron. Comme le fait votre collègue Pascal Lamy, patron de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) qui, lui, confesse que «le capitalisme de marché est intrinsèquement injuste». Tous les deux vous allez, ce 8 décembre 2010 débattrent de « L’impact de la crise financière sur la gouvernance économique mondiale ».

IMPACT signifie aussi conséquences : et j’espère que vous vous adresserez « aux plus vulnérables et aux plus pauvres ». Par exemple à Madame Aïchata Draé, 23 ans avec son bébé Fatimata, sa fille Djenaba, 4 ans et son garçons Gaoussou,  3 ans, réfugiés dans un cagibi de 4 mètres carrés au 11ème étage d’un HLM de Pantin (Seine-Saint-Denis). A Karima et ses 3 enfants abrités dans un appartement de 25 mètres carrés, insalubre, et avec 10 ans d’attente, à Paris. Aux 80 millions de personnes qui vivent dans la pauvreté ou bien sont menacés par celle-ci, dont 19 millions d’enfants, en Europe. En Suisse aussi!

http://www.dw-world.de/dw/article/0,,5178339,00.html

Messieurs Pascal Lamy et Dominique Strauss-Kahn, le 8 décembre, il serait bon de vous montrer à Genève en compagnie de quelques-uns de « ces vulnérables et pauvres » illustration concrète que  « l’Economie de marchés intrinsèquement injuste », et qu’il faudrait « revenir aux origines du FMI, selon la pensée de la pensée de John Maynard Keynes, qui stipule que sa Mission est de faire reculer la pauvreté.

http://www.imf.org/external/pubs/ft/exrp/what/fre/whatf.pdf

Si vous avez le courage, donnez-leur le micro et encouragez-les à dire leur histoire.

Le débat qui suivra n’en sera que plus intéressant.

Messieurs Lamy et Strauss-Kahn, vous avez déclaré honnêtement que le « système croule » et qu’il faut réfléchir sur ce qui est possible. Soyez-en remerciés. Avouez qu'un autre monde est possible, et comment l'imaginez-vous, ce monde-là?

Mais puisque nous formons une société civilisée, occidentale et chrétienne, prenons un peu de temps pour écouter Jésus, présent aujourd’hui et identifié aux victimes du système !

Même « si on ne peut obliger les gens à partager » (mon billet d’hier)  Jésus nous conduit vers un « désir passionné de partager » selon Albert Nolan, (p. 209). Jésus avait formé des petits groupes, des petites communautés qui mettaient en commun ce qu’ils possédaient pour en faire un BIEN COMMUN. Partager comme des frères et sœurs, en famille. Oui un autre monde est possible! Jésus a vécu cela avec ses disciples, et c’était Judas qui était chargé de gérer la « bourse » selon Jean 12,6. Plus tard, après que Jésus fut exécuté injustement, son Esprit, plus vivant que jamais, a motivé de multiples petites communautés à mettre leurs biens en commun afin que chacun reçoive ce dont il/elle a besoin. Incroyable mais vrai, ces gens firent l’expérience de n’avoir « qu’un cœur et qu’une âme » (Actes 4, 32-35). Un autre monde est possible! La propriété commune délivra les membres de ce merveilleux mouvement chrétien de l’injustice de la propriété privée ! Cette mise en commun fut confirmée et se répandit dans les premières communautés chrétiennes et, plus tard, le fougueux Saint Paul encouragea le vase communiquant entre les communautés de plus en plus nombreuses et dispersées. (1Cor 16, 1-4 ; 2Cor 9, 11-15). Et les gens qui voyaient ce mode vie disaient : « Voyez comme ils s’aiment » (Actes 2,4 et 6).

Comme le FMI (selon Strauss - Kahn) l'Église Institution a-t-elle perdu l’élan initial et fondateur de son origine ? « La spiritualité radicale de Jésus s’est édulcorée ». Et aujourd'hui, l’Institution possède des propriétés privées qui scandalisent les pauvres et les vulnérables sans domicile fixe comme le fut Jésus. Et comme Il le reste aujourd'hui.

 

21:16 Publié dans Solidarité | Tags : fmi | Lien permanent | Commentaires (5)

06/05/2010

AUJOURD'HUI

picture_small.jpg

Le contexte

Jeudi, 6 mai 2010 / 08:00 – 12:00. C'est le Marché hebdomadaire de Bulle, à la « rue du Marché » juste en face, j'aime, de ma fenêtre contempler les Bullois, Gruyériens, Fribourgeois qui vont, viennent, se donnent la main, achètent fruits, légumes, fromages, saucisses, fleurs. Nombreuses sont les jeunes mamans avec un bébé à la main et un autre dans la poussette. Nombreux sont celles et ceux qui sont allés à la messe à Notre Dame de compassion, juste à côté. Et l'on a prie pour l'évêque B. Genoud gravement malade. J'entends le murmure des conversations, Les exclamations consternées des femmes surtout, des éclats de rire et parfois jusqu'à des soupirs mélancoliques qui semblent fusionner avec le CD d'un marchand de musique, par exemple: « Paysans que ton chant s'élève... »

Contexte

Les trois journaux: la Gruyère, La liberté et 24 Heures, chacun à sa manière, informent.

Image pieuse en première page de La Liberté: la multiplication des pains et des poissons et un prétendu client qu'on peut prendre pour un « actionnaire » du Crédit Suisse de dire: « ça marche! » En fait comme je l'ai compris, il s'agirait de songer sérieusement à l'éthique de l'usure, qui sait peut-être, réfléchir avec Saint Thomas: « Recevoir un intérêt ou une usure pour de l'argent prêté est une chose injuste de soi, car en faisant cela on vend une chose qui n'existe même pas .»  Ah! qu'en est-il des Bonus?

Contexte

24 Heures très discrètement, à travers l'inimitable et précieux Burki, expose le lien qui relie l'actuelle présidente de notre Confédération à Berlusconi. C'est un spaghetti bien droit cuit al dente et qui évite les faux pas linguistiques grace au lien de bouche à bouche. Lorsque je fais la lecture des journaux à quelques-une de mes consœurs malvoyantes, j'explique ce tête à tête des deux personnalités et elles me demandent si le spaghetti avait un peu de sauce tomate et comment tout ça s'est terminé.

Contexte

Cela terminé, un autre événement toujours à Rome: la même présidente de notre Confédération suisse, Madame Doris Leuthard, observe avec fierté ces « soldats du Pape » en uniforme prêter serment au pontife. A la Télé le reportage un peu bruyant de cette solennelle assermentation, mais ça s'est vite calmé et nos 4 Fribourgeois ont montré leurs frimousses souriantes à l'écran. C'est suivi aussitôt d'une procession plus que solennelle de dignitaires du Vatican escortant la Présidente Leuthard, sans mantille, jusqu'au bureau de Benoît XVI. L'homme en blanc accueille la femme en noir, les deux mains tendues. Vingt-cinq minutes de discussion qui s'est voulue transparente d'après le rapport de Madame Leuthard.

Contexte

La Grande Bretagne est en ébullition. On vote. Il n'y a pas de commission de surveillance et c'est vrai que je pourrais à peine l'imaginer dans le contexte du Royaume-Uni! Gordon Brown, David Cameron, Nick Clegg le surprenant petit dernier! On verra demain et on verra plus tard, on verra la suite quant à l'économie, les étrangers, les malades.

Mais il faut toujours espérer et c'est cette sage phrase anglaise que je me redis en implorant la lumière de Jésus ressuscité sur les contextes de notre monde inquiet: « 'There is so much good in the worst of us and so much bad in the best of us,' that it ill behooves any of us to talk about the rest of us.' " (attribué à plusieurs auteurs mais je m'aventure à dire que c'est Fulton Sheen)

Je serais infiniment reconnaissante à qui pourrait traduire en beau français, cette phrase digne du Livre de la Sagesse.

23:05 Publié dans Solidarité | Tags : contexte | Lien permanent | Commentaires (3)