15/02/2016

Chaque séparation est un lien.

J'ai lu quelque part ces lignes  attribuées à Simone Weil

Simone
Weil
:
mystique
chrétienne
hors
de
l’Église

« Deux prisonniers, chacun dans sa cellule, communiquaient en tapant sur le mur de la cellule voisine.

Le mur est ce qui les sépare tout en leur permettant de communiquer. Il en va de même pour nous et pour Dieu.

10098641886_004cc80947.jpg

Chaque séparation est un lien. »

Toujours au sujet de l'Amour et de Simone Weil j'ai grappillé et j'ai trouvé :

« Mais l'Amour clairvoyant, me voyant hésiter

Dès ma première entrée,

Se rapprocha de moi, demandant doucement

S'il me manquait quelque chose.

« Un invité, répondis-je

, digne d'être ici. »

L'Amour dit : « Tu seras lui. »

Moi, le méchant, l'ingrat ? Ah ! mon aimé,

Je ne puis te regarder.

L'Amour prit ma main et répondit en souriant

« Qui a fait ces yeux sinon moi ?

C'est vrai, Seigneur, mais je les ai

souillés ; que ma honte aille où elle mé-

rite.

Et ne sais-tu pas, dit l'Amour,

qui en a pris sur lui le blâme ?

Mon aimé, alors je servirai.

Il faut t'asseoir, dit l'Amour, et goûter à mes mets. »

Ainsi je m'assis et je mangeai.

 

Les commentaires sont fermés.