16/12/2015

Liberté et responsabilité

10098774563_5ac0d99f73_z.jpg

Saint Paul est l’un des théologiens qui s’est investi le plus intensément en faveur de la liberté. Son Épitre aux communautés chrétiennes de Galatie (au centre de la Turquie actuelle) est un fervent plaidoyer pour la liberté. Paul voyait la liberté sociale et politique comme la liberté religieuse mises en danger.

C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis

écrit-il dans son Épitre aux Galates 5,1, et quelques versets plus loin il répète :

c’est à la liberté que vous avez été appelés.

Paul appelle ses compagnons chrétiens à sortir de leur étroitesse d’esprit et de leur mesquinerie. Son appel est toujours valable aujourd’hui.

Non seulement dans les cercles critiques mais également dans les cercles restés fidèles à l’Eglise, on parle de réforme stagnante. C’est ainsi que depuis un certain temps, des laïcs engagés se sont réunis en une diète pour discuter de questions brûlantes, comme ce thème sur les droits de l’homme dans l’Église. Il y a quelques années déjà, on pouvait lire dans un rapport final :

Les règles actuellement en vigueur dans l’Église sont discriminantes pour les laïcs, en particulier pour les femmes, les divorcés remariés et les personnes éprouvant une attirance sexuelle pour les individus de même sexe. Ces discriminations sont fondamentalement incompatibles avec les droits de l’homme et l’Évangile. Elles portent gravement préjudice à la crédibilité de l’Église catholique. Les responsables ecclésiaux doivent prendre position fermement pour l’élimination de telles discriminations ... tant au sein de l’Église de Suisse que dans l’Église universelle.

On dirait bien que les gens en ont assez de ces excuses cousues de fil blanc et même carrément indignes tels que : ‚l ’Église ne peut pas se le permettre’, les choses ne sont pas encore réglées du point de vue théologique’, nous devons avoir des égards envers l’Église universelle’, ou tout autre prétexte.

Pour les participants à la diète – comme pour moi –, une chose est claire : liberté ne signifie pas faire ce qu’on veut: liberté signifie faire ce qu’il y a à faire et en prendre la responsabilité.

 

15:12 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.