12/10/2015

Une vision du mariage

images.jpg

Marc Chagall

 

Quand la Bible nous parle du commencement des temps et de l’homme, elle ne veut pas nous expliquer ce qui s’est passé il y a des milliers d’années. C’est l’affaire des scientifiques, des historiens, des ethnologues. La Bible veut nous faire part de quelque chose de beaucoup plus important. Elle nous raconte sur un ton poétique ce qu’il est advenu de l’homme, de la relation entre l’homme et la femme, et également de la relation entre Dieu et les humains. Les auteurs des textes bibliques le savaient : on ne peut parler de Dieu qu’en images et en paraboles. Et ces dernières sont plus expressives et imaginatives que des faits et des chiffres.

 

Dans le récit de la création (Genèse 2,4 ss) Dieu apparaît d’abord en potier lorsqu’il crée l’homme. Il façonne avec de la terre et de l’eau une figure ressemblant à un homme. Mais ce n’est pas tout. Pour que cette figure prenne vraiment forme humaine, Dieu lui insuffle dans les narines son propre souffle de vie. Cela dit tout sur l’homme : originaire de la terre, il prend vie en recevant le souffle de Dieu par bouche-à-bouche.

 

Mais l’histoire continue. Dieu constate lui-même : Il n’est pas bon que l’être humain soit seul. Je vais le secourir en lui faisant une sorte de partenaire. Et l’Eternel se comporte en chirurgien plastique. Il plonge l’homme dans un profond sommeil, une sorte de narcose, et lui prend une côte en refermant la chair, pour créer avec cette côte une femme. Ensuite, tel le garçon d’honneur dans un mariage, il conduit la femme à l’homme. En la voyant ce dernier s’écria : Enfin ! la voilà, os de mes os, chair de ma chair, quelqu’un qui est plus que tout autre du même sang que moi !

 Voilà aussi la raison pourquoi l’homme – un être très raisonnable en somme – quitte père et mère pour s’attacher à sa femme et devenir tous deux un seul être, corps et âme.

 Durant ce mois, un synode  – le Synode sur la famille – réunit le pape et les évêques de l’Eglise catholique. Dommage qu’il ne soit composé que d’hommes célibataires. Mais passons. Mon espoir est que ces hommes se laissent inspirer et séduire par les images fascinantes de la Bible et ne les réduisent pas à nouveau en lois et règlements. La Bible nous décrit un Dieu plus grand et plus aimant que notre propre coeur, plus grand et plein de fantaisie, au-delà de toute imagination. La vision du royaume de Dieu – et le mariage en fait également partie – ne se laisse pas convertir en lois. Nous ne pouvons que nous ouvrir sans cesse à la vision du royaume de Dieu afin que chacun de nos jours soit plus paisible, plus intègre, plus heureux. C’est ainsi que nous prions au quotidien : Que ton royaume arrive !

 

 

 

Hermann-Josef Venetz

 

Traduction Christiane Gaeumann

 

15:26 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.