23/06/2015

L’estime

 

237033-Kleines-Zeichen-der-Wertschätzung.jpg

 

 Lors d’une conférence des Indiens d’Amérique du Nord, il y a des années, le texte suivant fut publié :

 La clé pour comprendre la vie comme un tout, c’est l’estime. L’estime pour l’enfant, pour la mère, pour son chez-soi, pour la tribu, pour tous les hommes. L’estime pour les animaux et les plantes, pour le temps qu’il fait, pour le soleil et la lune, pour les étoiles, pour la Mère Terre, et par-dessus tout pour l’immense force spirituelle à l’origine de tout cela et qui rend la vie possible et radieuse et valant la peine d’être vécue...

 Ce texte a tout son sens. L’estime commence par l’enfant pour passer par les animaux et les plantes, le soleil et les étoiles et jusqu’à la force spirituelle à l’origine de tout, rendant la vie possible et radieuse.

 J’aimerais aller plus loin et réfléchir à ce que le mot ‚estime’ pourrait encore signifier. L’estime est lié au respect, à la bienveillance, à la reconnaissance; il exprime aussi l’intérêt à l’autre, l’attention, la gentillesse, l’attachement.

 Concrètement, j’ai de l’estime quand

 

- je prends le temps d’être attentif aux personnes de mon entourage,

 

- je suis à leur écoute pour comprendre leurs malheurs et leurs soucis afin de mieux les partager,

 

- j’accepte d’entendre leurs critiques constructives,

 

- je les prends au sérieux et suis prêt à entrer en matière pour toute proposition.

 

On pourrait continuer encore longtemps.

 

Pour moi il est important que mon estime ne repose pas uniquement sur l’efficacité de l’autre et sa bienveillance, mais bien sur l’entier de la personne, telle qu’elle est et sans attentes de ma part. En fait, l’estime pourrait vraiment être à l’origine de la compréhension du monde et de la vie.

 

D’ailleurs, ce simple mot ‚l’estime’ ne s’approcherait-il pas de ce mot que nous galvaudons souvent : l’amour ?

 Hermann-Josef Venetz

Traduction : Christiane Gaeumann

 

 

 

13:52 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Chère Claire-Marie,

Tes derniers billets sont d'une lumière pure, de celle qui nous engage sur le chemin d'une humanité réconciliée. L'été sera brûlant. Peut-être n'aurai-je pas la possibilité de te rendre visite. Mais en choeur nous nous visitons chaque jour. Je te souhaite un très bel été plein de promesses humaines que nous nous faisons afin de changer les coeurs et notre façon de faire cette globalisation de la Terre qui se réalise au détriment des plus faibles, globalisation dirigée par les puissances de l'argent obnubilées par la Bourse et les profits. Retrouver son âme d'enfant, l'amour du prochain, la passion qui enflamme nos entrailles et nous pousse à nous engager sur le chemin de la fraternité plutôt que sur celui de la haine et de la division.

Écrit par : pachakmac | 28/06/2015

Les commentaires sont fermés.