28/05/2015

La Bible – terrain de jeux de la prière


october-22.jpgDepuis plus de 40 ans, je me consacre à la Bible professionnellement. On y trouve d’innombrables possibilités de parler de Dieu, sur Dieu et avec Dieu. Lorsque j’ouvre la Bible, il arrive que je tombe sur un prophète tenant un discours commandé par  Dieu. On y chante aussi des cantiques ici ou là. Souvent on lit des récits qui n’ont, au premier abord, rien à voir avec Dieu. Ils racontent la vie de gens qui, comme nous, sont en recherche; ils avancent dans le doute et l’espérance. Puis je tombe sur les proverbes, paroles de sagesse qui renvoient aux expériences pluriséculaires des hommes avec Dieu, et donc aussi à nos propres existences. On y trouve également d’authentiques prières. Elles sont comme des réponses à certaines demandes. Ce pourrait être d’ailleurs des appels de Dieu. Mais ce pourrait être aussi des requêtes face à certaines destinées : sollicitations de malades, de persécutés ou d’autres personnes victimes d’injustice; exhortations pour accompagner de formidables événements comme l’amour, le pardon et la solidarité. En croyant et en priant, on peut percevoir l’appel de Dieu.

 

Dans toute la Bible, que ce soit dans l’Ancien ou le Nouveau Testament, on tombe toujours sur les deux : la demande et la réponse. Lorsque dans la Bible, la parole est donnée à Dieu, jamais il ne s’agit d’une communication unilatérale ou même monotone. Il ne se présente pas comme un Commandeur ou un Législateur. Tout au contraire, il est souvent celui qui prie et qui persuade avec amour, qui encourage et qui soutient, qui libère et qui invite, qui questionne, qui accuse et menace… comment la Bible pourrait-elle parler de Dieu autrement qu’avec nos mots humains ou en images et paraboles?

 

Et tout aussi souvent dans la Bible, c’est aux hommes qu’on donne la parole. Ils répondent aux demandes et aux plaintes, aux invitations et aux menaces de Dieu. Et rien de plus varié que ces réponses : ils exultent et louent, ils glorifient et remercient, ils se lamentent, pestent, grondent, maudissent, ils jurent et rient, interrogent, pleurent et se taisent.

 

Effectivement, dès qu’on ouvre la Bible, on tombe sur un dialogue permanent entre Dieu et les hommes. Et quand on commence à lire, on entre dans le dialogue et on constate que Dieu nous interpelle, nous remet en question, nous taquine avec doigté, il s’enveloppe dans le silence ou il boude, il nous sourit.... Mais nous ne sommes pas seuls ; avec nous nos pères et nos mères dans la foi, notre père Abraham, notre mère Sara, Moïse l’intercesseur, Myriam et ses timbales, David dansant, Jérémie qui menace, Job qui se lamente, Marie qui exulte et la pécheresse et ses parfums.... c’est avec eux tous que nous sommes à l’écoute de Dieu et tentons de lui répondre.

 

Prier avec la Bible, c’est être présent, écouter, discuter, participer aux jeux…

 

 

 

Hermann-Josef Venetz

 

Traduction Christiane Gaeumann

 

 

 

 

 

 

 

15:34 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.