18/02/2015

Souvenir d'enfance: Carnaval à Fahy

047[amolenuvolette.it]1897 maternal kiss (le baiser à l'enfant), pastel sur papier.jpg

 J'avais huit ans et c'était Carnaval à Fahy (la belle Ajoie) où je passais l'hiver scolaire chez Tante Marie, Oncle Joseph Rérat et leurs 4 filles. Il n'y avait pas de cortège organisé mais des gens masqués se promenaient partout. Une personne masquée me souleva dans ses bras et, gentiment, me montra son visage : un beau visage homme ou femme, je ne sais plus. Il/elle mit un baiser sur ma joue d'enfant et me posa par terre ... Heureuse et riche d'un gros bec. Je me souviens de ce visage : se souvient-il/elle du mien ? C'est bien possible.

 Riche de ce baiser de carnaval, j'ai sautillé, j'ai couru, pirouetté et, poussant la porte de la cuisine j'ai sauté sur les genoux de l'oncle Joseph pour enfouir dans sa moustache le baiser ramassé sur la route du village, un baiser qui ne servirait à rien si, égoïste je le gardais pour moi. Telle n'était pas ma nature ! J'ai voulu partir, semer à pleines mains des signes de tendresse ! J'ai essayé et j'essaie encore de semer des graines de vie en souhaitant parfois « qu'on me le rende ! »

 Que de carnavals depuis sur les routes du monde ... la source des baisers quasi tarie, je jette sur Jésus de Nazareth mon regard à l’affût de tendresse « hors espace-temps ! »

 Tout au fond de la vieille armoire de maman j'avais découvert le petit livre aux pages fripées :

 « Si tu savais le don de Dieu... » C'était des « Paroles en chemin »... des paroles qui font tomber les masques et révèlent la Parole, le Verbe. « Je suis la Parole ».

 Que de carnavals depuis... que de baisers, que de révélations ! En Suisse alémanique les personnes masquées m'effrayent et, lorsque qu'accidentellement, un masque tombe j'ai envie de prendre mes jambes à mon cou ... et de fuir un danger sous le masque de sécurité. Encore ne faut-il pas mépriser un certain « masque de sécurité ».

 Laissons-le passer, dépassons-le tendus que nous sommes vers le BUT.

 Je saurais, là, « le Don de Dieu » le contenu du DON de Dieu... que je ne fais que percevoir... comme un baiser de maman sur ma joue d'enfant mûrie par d'innombrables années et d'innombrables baisers...

Les commentaires sont fermés.