16/12/2014

POURQUOI?

120.-Crucifixion-«-Pourquoi-m’as-tu-abandonné-»-Matthieu-27-46-287x360.jpg 

Pourquoi ?

 Dans le Psautier de l’Ancien Testament, le livre de prières de l’Eglise, on trouve à pratiquement vingt reprises cet appel pressant ou ce cri vers Dieu : pourquoi… ? En voici quelques exemples:

 

Pourquoi te tiens-tu éloigné, pourquoi te caches-tu dans la détresse...? (Ps 10,1)

de l'atelier Lanzo del Vasto

Pourquoi m’as-tu oublié ?  (42,10)

 Pourquoi donc m’as-tu repoussé ? (43,2)

 Pourquoi refuses-tu de nous voir, et oublies-tu nos misères, nos détresses ...? (44,25).

 Pourquoi ? c’est l’expression que nous utilisons quand il nous arrive quelque chose que nous ne comprenons pas ou quand nous sommes embarrassés ou déçus.

 C’est ce mot que nous lançons quand nous nous tournons vers Dieu en le suppliant, le priant ou en criant vers lui. Ce pourquoi signifie aussi clairement que Dieu est le Tout-Autre, l’Inaccessible.

 Le Psautier était aussi le livre de prière de Jésus. Je suis persuadé qu’il n’a pas simplement ignoré tous ces douloureux pourquoi et qu’il ne les a pas mis de côté; il était lui-même investi dans le pourquoi. Les évangélistes Marc et Matthieu n’ont pas hésité à prêter à Jésus sur la croix l’appel dramatique du Psaume 22:

 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Marc 15,34; Matthieu 27,46).

 D’ailleurs le pourquoi n’est-il pas inhérent à notre humanité ? à notre relation à Dieu ? Et ne fait-il pas également partie de nos relations personnelles ?

 Si dans chaque événement, chaque situation, chaque personne, chaque relation tout était toujours clair et net, il n’y aurait pas de secret, pas de non-dit et ainsi pas de pourquoi. Mais le monde et la vie seraient ennuyeux. Et une vie ennuyeuse, sans surprise, sans secret, mérite-t-elle le qualificatif de vivant ? Notre pourquoi n’est pas forcément l’expression d’attente déçue; cela peut refléter notre curiosité attentive, notre ouverture envers ce que la vie nous apporte. Le pourquoi en témoignage de relations vivantes.

 Hermann-Josef Venetz

 Traduction Christiane Gäumann


14:37 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Sœur Claire Marie et si vous changiez le pourquoi en comment peut-être vous en sortiriez vous mieux que de poser un pourquoi à une question dont vous connaissez très souvent la solution
C'est ce qui nous avait été enseigné par un pasteur à la vision beaucoup plus libérale que beaucoup de ses confrères car avait -il ajouté ,Jésus n'a pas interdit à quiconque de réfléchir autrement que lui
Très belles fêtes de fin d'année pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 16/12/2014

Les commentaires sont fermés.