30/10/2014

Manger à la cantine

 

Le-pape-Francois-s-invite-a-dejeuner-parmi-les-employes-du-Vatican_article_main.jpg

Le pape va dîner à la cantine de la zone industrielle du Vatican. François arrive et va mettre son paletot au porte-manteau disant  à l’employé de ne pas y mettre de numéro. Il arrive vers midi dix. De nombreux employés sont déjà là, et quelques-uns ont déjà commencé leur repas. Ils ont bon appétit.  François prend le plateau  orange en main, avec la fourchette, la cuillère, le verre et va chercher son repas de midi. Il y a cinq magasiniers en uniforme bleu à sa table.  De nombreux employés mangent déjà, d’autres font la queue au self-service.

 (On est le 25 juillet 2014).D’après l’Osservatore Romano . Le pape a pris des fusilli sans sauce, une portion de merlan, des légumes gratinés et un peu de frites. Je crois qu’il a payé dans les 10 Euros. Le pape a parlé de lui et de ses origines italiennes (chacun de nous en aurait fait de même je pense, j’aime toujours demander aux gens d’où ils viennent, qui ils sont, ce qui les amène ici). A la cantine, tous les clients présents étaient, on le suppose, italiens. François leur a dit (toujours selon Osservatore Romano) qu’il priait pour eux et je soupçonne fort qu’il leur a demandé de prier pour lui comme à la première heure de son nouveau mandat alors que la fumée blanche disparaissait lentement de la cheminé vaticane.

 Ensemble ils ont discuté de l’économie, des difficultés, des longues heures de travail et des petits salaires ! Comment François pourrait-il évoquer les problèmes d’argent s’’il n’en discutait pas d’abord avec les petites gens. Donc l’économie, les patrons, les emplois, les salaires, le chômage menaçant, étaient au menu de saison ! Assaisonné discrètement entre hommes (Tiens il n’y avait pas de femmes à la cantine !) Pourquoi?

N’y –t-il donc pas de femmes dans la zone industrielle du Vatican ??? Ces hommes discutaient donc, en aparté, comment ils avaient ont passé la nuit « au lit », comment se comportaient leurs femmes « au lit » et « hors lit »,  les soucis de leurs enfants  et des vieux parents attendant qu’on « les place » car l’appartement exigu obligeait qu’ils fussent « rangés dans un home » bon gré mal gré … et comment ils craignent les rhumatismes dans leurs propres articulations et leurs tendons distendus à force de maçonner en toute saison sur les chantiers de Rome.

 Retour à mon propos : le pape qui mange à midi : En faire un plat ? N’est-ce pas ce qu’il y a de plus normal que de prendre un repas, peu importe l’année, le jour et l’heure : François est un humain : il a faim (j’espère !) et il mange de bon appétit, (j’espère encore !)  à la table de famille (Ose-t-on l’espérer ?)  Est-ce assez sensationnel pour en faire la « une » de l’Osservatore Romano, de Radio Notre-Dame et Dieu sait quoi encore ?

 C’est toutefois assez nouveau pour que les médias prennent ce « fait divers » au sérieux et le publie.  J’en suis contente et cela a une teinte plus « aimable » que les refrains « dogmatiques et moralistes » de certains des prédécesseurs qui,  quand même, avaient certainement une touche de tendresse dissimulée.

 C’est donc une Bonne Nouvelle en Octobre 2014 et qui vaut une diffusion vaste pourvu que les plus affamés – en marge de l'institution ecclésiastique - y trouvent un peu d’espoir, un peu de pain.

 François le messager « plénipotentiaire » de notre Jésus bien-aimé sur terre mange en famille. Que cet exemple apaise un peu la faim de celles et de ceux qui, en ordre ou pas en ordre avec des lois conjugales bien trop rigides, n’aspirent qu’à vivre le plus honnêtement possible dans une société en devenir !  En fait, rien n’est plus normal : le pauvre et le pape à la table commune, c’est normal. Les « hétéros et les homos » ont aussi besoin du pain quotidien.  Nous sommes tous « condamnés » à faire de notre mieux dans des sociétés « religieuses » souvent tellement glacées et glaciales, dans des institutions religieuses ... tellement froides : que nous devons « tenir notre lampe allumée » jusqu’à ce qu’Il vienne nous chercher et nous prendre dans ses bras... pour nous réchauffer et sécher nos larmes !

 L’exemple du pape François à table ce vendredi à midi, avec les employés et ouvriers du Vatican, à leur « cantine », dans un climat de « bonne humeur », c’est une petite flamme d’espérance pour un monde un tout petit peu plus humain ! C’est urgent !

16:32 Publié dans Église(s) | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

L'exemple de cet homme devrait interpeller tout le monde !

Écrit par : Carol Scheller | 01/11/2014

Guy Gilbert en l'un de ses livres avait dit avoir imaginé que "le pape venu de l'Est" renoncerait à ses appartements pontificaux pour habiter en un simple appartement tout en se rendant au Vatican pour y travailler.
Le problème, s'il y a, n'est-il pas celui d'un pape mangeant avec des salariés tout en faisant en sorte, puisque photographié a priori non à son insu, que cela se sache alors que l'"une de nos mains est censée ignorer ce que donne l'autre"? Extrêmement populaire François travaille-t-il à redorer le blason de l'Eglise?

Si oui, redorer le blason de l'Eglise, François le peut-il tout seul?

Que l'on cherche sur Google "alchimie et Blanche Neige" on sera accueilli par un gigantesque REVEILLEZ-VOUS!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/11/2014

Les commentaires sont fermés.