25/10/2014

les vieux sont comme des gamins

 

68? Non 36,9! Mercredi 22 octobre 2014

 

·       « C'est oublier que les vieux sont comme des gamins. Tous les six mois, ils changent, leur vision des choses se modifie à leur corps défendant, leurs besoins ne sont plus les mêmes. Les uns grandissent, s'émancipent, se renforcent, se libèrent, les autres rouillent, angoissent, dépriment, s'enferment. »

 

Je commence dans le ventre de maman grâce à pape et je finis dans le ventre de la terre, entre temps nous avançons ensemble sur des chemins non balisés vers l’arrivée…

 

 Voilà qui me ramène à ma jeunesse !

 

Tous les six mois, ils changent : c’est vrai et je suis bien placée pour le savoir. Il y a des années que je fais l’exercice. C’est impulsif en même temps qu’inévitable et audacieux ! Pourquoi ? Parce que le contexte social se sent « cosy » dans le cocon bourgeois.

 

Leur vision des choses se modifient à leur corps défendant: c’est vrai, heureusement : ouvrir ses ailes et quitter le nid aller là où rien n’existe sinon l’horizon et la route invisible et espérer laisser une trace (go rather where there is no path and leave a trace)… mais qu’importe !

 

 Leurs besoins ne sont plus les mêmes : je ne crie plus « papa ou maman ou Pierre ou Sophie » et même si le besoin reste bien tenace, les répondants sont absents.

 

Si le pain abonde, le boulanger manque.

 

Les uns s’émancipent …et se libèrent : je ne suis qu’un vieux pommier nonagénaire … mais Ô miracle, les pommes sont fraîches et savoureuses.

 

Le pommier sourit.

 

 Ma prière du soir : Jésus sur ta pierre, tu penses à nous et ton cœur désire que nous y prenions place. Qu’importe l’âge et la condition : Nous sommes l’œuvre de tes mains pour le petit marathon terrestre. Que je sois dans le peloton de tête ou de queue, je cours… qu’importe l’arrivée puisque le chemin, c’est TOI. (Jean 14:6).

 

Heureux les chemins non balisés, nous sommes sûrs de ne pas nous tromper.

 

 Pas de GPS, Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité, la vie », impossible de s’égarer et donne-moi la fantaisie, Seigneur de rester – entêtée que je suis -  hors-piste ...

 

 

Les commentaires sont fermés.