24/05/2014

Viens maintenant

 

Viens maintenant !

88_Gebet_D.jpg

 En lisant le bréviaire – recueil de l’Église contenant la prière quotidienne des Heures – je tombai, après le Notre Père, sur l’appel suivant:

 Combien de temps encore, Éternel  jusqu’à l’arrivée de ton règne ?

 Viens, notre Sauveur, viens maintenant !

 Le ‚Notre Père’ peut tout à fait exprimer quelque chose de prioritaire. Nous pouvons même prier en insistant : Viens maintenant ! La demande: Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ! souligne bien cette urgence.

 J’entends les enfants affamés gémir et pleurer. Et j’entends les pères et les mères démunis, sans rien pour les nourrir. C’est aujourd’hui encore qu’ils ont besoin d’aide.

 La quête de pardon exprime également quelque chose d’urgent. Et non pas pour que les choses soient ‚réglées’ dès que possible, mais afin que nous nous sentions libérés de nos fardeaux et de nos obsessions.

Je perçois aussi, à chacune des quêtes, l’écho venant de Dieu : Comment puis-je faire valoir ma volonté aujourd’hui si tu ne coopères pas ? Comment puis-je venir maintenant si tu n’es pas là pour me tendre la main ? Comment mon nom peut-il être sanctifié si tu n’approuves pas aujourd’hui cette sanctification ?

 Ne serait-il pas possible de prier le Notre Père en offrant à Dieu notre aide pour réaliser chacune des demandes ? Par exemple :

 Que ton règne viennej’aimerais te tendre la main

 Que ton nom soit sanctifiétu peux compter sur mon aide

 Que ta volonté soit faitetu peux compter sur moi

 Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jourje le partagerai volontiers avec ceux qui ont faim

 

D3-500x500.jpg

On ne peut pas prier les bras croisés ou les mains dans les poches. En tout cas pas le Notre Père.

 Hermann-Josef Venetz

Traduction Christiane Gäumann

 Avec l'aimable autorisation de l'auteur

15:07 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.