16/05/2014

Une semaine de Retraite

 

p_kramskoy1.jpg

 

Ivan Kramskoi (1837 - 1887)

Être sœur : une vie, un choix ?

 L’historien Jacques Le Goff, juste un an mon cadet, décédé il y a 6 semaines, a été ma référence lorsque je me suis intéressée à l’histoire des « Sœurs », donc de femmes (comme moi) membres d’un groupe, d’une institution, d’un ordre ou d’une congrégation religieuse, comme moi encore.

 Selon mon vécu : il y la forme et il y a le fond : les deux éléments peuvent être un tout organiquement liés.

 Le fond : selon ma compréhension signifiait partager, éduquer… en vue d’un but : épanouissement  dans la dynamique du quotidien… au service des « petites gens » , de celles et de ceux de la périphérie. (Selon la compréhension de l’époque en 1943). J’ai appris à connaître cette réalité dans mon enfance frontalière (franco-germano-suisse) dans l’atmosphère de deux guerres : 1918 (papa soldat) et 1939 (frère soldat).

 Une famille sans frontières est à l’origine de ma prise de conscience solidaire, d’un « charisme » (terme plutôt religieux) ou un "don" vers la base comme le charisme des agriculteurs, des enseignants, des artisans, des politiciens, des artistes, des journalistes, des philosophes,des médecins qui sont éduqués et « formés » en vue du bien commun.

 Je me suis engagée en spécifiant : « En vue de… ou des « missions » et j’ai reçu une formation d’enseignante que j’adorais ! Cette espérance « Made me tick ! »

 Le charisme est donc le fond, la motivation, en anglais et c’est intraduisible : « That which makes you tick ! » C'est le moteur ...

 La forme peut promouvoir le fond et l’accomplissement de la vocation ou de la profession religieuse ou laïque afin d'accomplir le fond dans ce que j'ai appris à reconnaître comme le "mystère pascal". Pas morne: la dynamique de l'éternel provisoire!

 Le journaliste en harmonie avec la ligne éditoriale de son journal a de la chance, ainsi que tous ceux et celles  nommés plus haut… Tous n’ont pas la même chance en ce qui concerne la forme. La dialectique entre le fond et la forme fut et est continuelle. Et cela s'appelle l'évolution du fond et de la forme... Mais c’est une autre histoire pour un autre billet.

 Mais je pense aux millions d’ouvriers et d’ouvrières dont le fond est LA VIE et la SURVIE au prix de n’importe quelle forme !

 Du 5 au 12 mai, nous étions une vingtaine de « sœurs » à faire un retraite, comme chaque année, sans moyen de communication, en grand silence selon l’expression religieuse, écoutant deux fois par jour la conférence d’un expert en théologie, spiritualité, expérience, selon le thème qui avait été proposé. En méditant et en réfléchissant chacune à sa manière.

 Le but de la retraite n’est pas le repos, c’est selon moi la mise à jour, la mise au point du fond et de la forme dans mon quotidien.

Comme le font les personnes engagées dans les professions citées plus haut. On peut nommer ça la formation continue… les banquiers font-ils cela au FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL à Saint Moritz ? Chacun honnêtement peut-il rendre compte de l’Espérance qui est en lui ? Comment ? « Soyez toujours prêts à rendre compte de l'espérance qui est en vous » (1P 3,16).

Cette invitation à rendre compte m’a beaucoup préoccupée durant tous ces jours de retraite.

 J’ai aussi pensé, dans ma prière silencieuse aux ouvriers de la blogosphère et au précieux partage d’opinions et de points vue différents et enrichissants.

(Notre conférencier n'était autre que Hermann Josef Venetz que vous pourrez lire demain dans le billet dominical qu'il écrit juste pour nous tous et à qui je dis merci.)

Les commentaires sont fermés.