14/05/2014

SOMA

 

 

images.jpg

Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front : la terre n’appartient pas à ceux qui la cultivent et les mines n’appartiennent pas aux mineurs, pauvres « esclaves » des profondeurs qui, comme cela vient encore une fois d’arriver : mangent les humains.

 

« Le propriétaire de la mine, SOMA Komur  Isletmeleri A.S., a confirmé qu'un certain nombre de mineurs ont été tués sans indiquer le bilan des victimes. Selon lui, l'accident est survenu malgré «les plus importantes mesures de sécurité et une surveillance constante». Une enquête a été lancée. »

 

« La société Soma, entreprise privatisée a multiplié près de 2,5 fois sa production en seulement 6 mois… »

 

Les mesures de sécurité ne sont pas respectées et des améliorations avaient été refusées.

 Aujourd’hui, Soma en Turquie, hier en Afrique du Sud,  la Chine, au Texas USA, en Hongrie … 

 Plus proche de nous et de nature marginale et « associée » : pollution au mercure, électromagnétique, et le Doubs vide de truites et d’eau clair.

 La mort des mineurs turcs, la souffrance des familles, la détresse de tout un peuple : Notre solidarité doit dépasser la prière, la commisération, la recherche de boucs émissaires. Le travail du mineur, celui du paysan, du maçon, de la cuisinière, des fonctionnaires : le travail est noble si les conditions de travail sont respectueuses de la santé des travailleurs et si nous partageons le fruit de la sueur de leurs fronts !

 

La lumière dans les mines est ténèbres, la seule lumière des mineurs est la lampe attachée  à leur front : Prions les mineurs de nous éclairer …

 

«Only a miner, bury him quick;
Just write his name on a piece of a stick.

 Though humble and plain be the poor miner's grave

 Beyond, all are equal, the master and slave.»

 « Only a Miner Killed » de John Wallace Crawford (1879)

 

 "Pour arracher le charbon à la terre,
A chaque instant, la mort plane sur eux ;
C’est l’eau, le feu, c’est l’odeur délétère,
L’éboulement au fracas ténébreux,
Qui, tout à coup, viennent ravir dans l’ombre
La vie à l’homme, ô comble de malheurs !
Ces accidents sont fréquents et sans nombre
Fils de Caïn,
bénissez les mineurs

 

Les commentaires sont fermés.