23/04/2014

Comme un chant d'oiseau

 

Suisse: Violences à Berne en marge de la finale de la Coupe

 Actualité Général du 22 avril 2014 @ 8:35

 Quelques-unes de mes consœurs aiment bien regarder un match de foot à la télé. : par exemple lundi après-midi.  J’ai  regardé ce pauvre ballon rond malmené dans tous les sens par des coups de pieds, des coups de têtes sous les hurlements, les sifflements, les gestes de polichinelles passionnés et chauffés à blanc… Je ne sais plus mais je crois que les Zurichois sont arrivés à faire entrer la balle dans le net de Bâle et ce fut le délire : là-bas et ici.

 

19575711-ballon-de-football-a-pied-de-joueur-bottant.jpg

C’est vrai que papa et mes frères étaient des fans de foot sans trop savoir qui était pour et qui était contre surtout à l’époque lorsque  Squibbs, de son vrai nom Marcel-William Suès faisait « youtser » ma famille assise à côté de la radio « mediator » . Quand c’était fini, on se partageait une bouteille de bière qui avait été mise au frais dans l’auge des vaches.

images.jpg

 

Ce souvenir m’a fait sourire ce lundi après-midi mais nul n’aurait deviné la raison : on était trop « tendu » à l’approche d’un goal …  de Bâle ou de Zurich avec  une espèce d’appréhension… ou même une sournoise et malsaine « envie » d’une échauffourée et l’on verrait ces braves « policiers » à l’action.

 J’ai repensé à l’histoire d’un homme que j’aime, Anthony de Mello, et qui, avec Jésus. s’intéressait au sport aussi bien qu’à la méditation : au fond, cela dépend de nous que les deux ne fassent qu’un.

 Jésus au Match de Football : des amis avaient invité Jésus-Christ à cette première entre Poinçonneurs protestants et les Croisés catholiques. Au premier goal des Croisés, Jésus applaudit à tout rompre et il jeta son chapeau en l’air.  Au premier goal des Poinçonneurs, Jésus fit exactement la même chose et son chapeau voltigea en l’air… C’était pas normal : on lui tape sur l’épaule en disant : mais pour quelle équipe manifestez-vous ? Et Jésus de dire : Oh ! je suis ici rien que pour le plaisir de voir le jeu…

 Sur le chemin du retour, on expliqua à Jésus que dans notre société actuelle on pense toujours que Dieu est du côté de l’équipe gagnante et tant pis pour les perdants.

Jésus qui pensait peut-être aux multiples petits ballons ronds dit : « C’est pour ça que je n’appuie pas les religions : j’appuie les hommes (et les femmes bien sûr), l’homme est plus important que le Sabbat. Un copain lui dit « faites » attention, Jésus, vous été crucifié une fois pour avoir dit une chose semblable, vous savez ! » « Oui, et par des gens de religion dit Jésus avec un sourire en coin ».

 (Mon adaptation libre d’après « Jésus au Match de Football, Anthony de Mello, sj, in « Comme un chant d’oiseau » Desclée de Brouwer, 1984, p 160)

 

22:09 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.