15/04/2014

Ne se trompe-t-on pas d’époque ?

 

jesus-statue-timothy-schmalz.jpg

Timothy Schmalz

Une femme nommée Jasmin, sud-africaine d’origine « afrikaner », me disait : « On parle des souffrances de Jésus… la souffrance des Africains noirs chez nous est-elle moindre que celle ce Jésus sur son chemin de croix et crucifié ? »  Les bidons-villes, les slums, les mines, les chantiers, les « prison farms » les travaux forcés… en Afrique et l’échelle planétaire…

 Que de structures économiques, que de murs visibles et invisibles nous séparent les uns des autres… que de guerres à basse intensité, que de conflits larvés, de millions d’agonisants dans la brousse, dans les ruines d’Homs… du Centre Afrique …

L’inévitable migration dans tous les sens ! Que de riches angoissés, de réfugiés, d’étrangers terrorisés. De lois, de passeports , d’arrestations, de prisons.

 C’est comme un tsunami de la souffrance humaine, un tsunami de fabrication d’armes, un tsunami de victimes, de morts de fosses communes … Nous sommes d’autant plus responsables parce que nous savons et que nous sommes conscients même si nos moyens d’action sont faibles ou nuls. Nous ne pouvons pas vivre, encore moins vivre cette « semaine Sainte » inconscients de ce que nos sœurs et nos frères vivent dans leur actualités, alors qu’à genoux : nous embrassons la croix.

 Oui, Nous le reconnaissons, il y a de nombreux Simon de Cyrène inconnus dans cette « comédie humaine » ; oui il y a d’innombrables Véronique pour panser les plaies et essuyer les visages et les larmes … les médecins sans frontières, les reporters sans frontières, les pacifistes, les indignés, les révoltés, les manifestants, les œuvres de justice, de charité, de miséricorde… sur ce chemin de croix de notre ère post-moderne.

 Mais il ne faut pas se leurrer : c’est une vraie et douloureuse montée vers Pâques que notre population mondiale accomplit et, c’est aussi vrai que François pape a raison quand il parle de la mondialisation de l’indifférence, et Albert Nolan a raison quand il parle de la mondialisation de la compassion et de l’empathie.

 Ne se trompe-t-on pas de lieux et d’époque dans nos liturgies minutieusement préparées et pieusement vécues, mais qui manquent de « mises à jour »,  ou comme l’avait fait remarquer Martin Buber (juif) , il manque l’actualisation de la résurrection ! L’actualisation du chemin de Croix stagne dans l’abstraction d’une histoire passée alors que Jésus n’a rien voulut d’autre que de donner un sens à notre Histoire humaine. Aujourd’hui. Jasmin avait raison.

 

Les commentaires sont fermés.