05/04/2014

Lorsque Jésus fut baptisé ...

 

 

bassorilievo-battesimo-di-gesu_4578ab918b2a2bd8f1d5b6736fca2965.image.330x330.jpg

 

 Les quatre évangélistes racontent le baptême de Jésus, qui eut lieu juste avant ses apparitions publiques, en y mettant chacun l’accent un peu différemment. Ce n’est pas étonnant. Le fait que Jésus ait été baptisé par Jean-Baptiste posait un problème aux premiers chrétiens. Si Jésus a reçu le baptême de Jean-Baptiste, ce dernier était donc plus important que lui; ainsi certaines personnes bien-pensantes voyaient en Jean-Baptiste le Messie. Il a fallu donc remettre les choses en place. Celui-là (Jean-Baptiste) n’était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière, comme il l’est écrit dans le Prologue de l’évangile de Jean (1,8).

Pour les évangélistes, il ne s’agissait pas tant des faits relatifs au baptême mais bien plus de l’interprétation des événements. Les textes sont remplis de renseignements.

 

-       ...et voici que les cieux s’ouvrirent, c’est comme un appel au secours du peuple en exil : Ah !si tu déchirais les cieux et descendais (Is 63,19);

 

-       l’esprit de Dieu est le même que nous trouvons lors de la création du monde: un souffle de Dieu agitait la surface des eaux (Gn 1,2);

 

-       Jésus, le serviteur, élu de Dieu qui met sur lui son esprit, est le Fils de Dieu (Is 42,1).

 

On pourrait en rappeler ici bien plus. Un concentré de théologie de plusieurs époques et sous diverses facettes.


miniatura.php.gif

 

 

Mais aussi diverses que soient les descriptions des événements par les évangélistes, ce qu’on retrouve chez chacun d’eux, c’est la colombe. Dans les temps anciens, la colombe avait une signification religieuse, également en dehors du christianisme, on voyait en elle un oiseau plus proche des cieux que toute autre créature. Mais elle signifiait encore bien d’autres choses: la beauté, la grâce, la douceur, la tendresse. Elle inspirait la poésie amoureuse, comme dans le Cantique des Cantiques de l’Ancien Testament, lorsque le bien-aimé s’extasie : Tes yeux sont des colombes (1,15).

 

On ne peut se figurer le baptême de Jésus sans la colombe, symbole de paix et de tendresse. On ne peut pas non plus en faire abstraction dans la relation de Dieu avec son Fils bien-aimé et toutes les créatures de Dieu. Dans la Première Epître de Jean (4,8) il est écrit :

 Dieu est amour

 et on pourrait aussi bien ajouter :

 Dieu est tendresse.

 Hermann-Josef Venetz

Traduction Christiane Gäumann

 Avec l'aimable permission de l'auteur

 

09:53 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.