21/02/2014

Jésus pleure sur la Syrie

 

images.jpg

Ma prière s’inspire de plus en plus de la réalité actuelle de notre petite planète et du regard de Jésus sur nous tous. Chaque créature est précieuse au cœur de notre créateur et, s’il pleure sur nous aujourd’hui comme il l’a fait sur Jérusalem Luc 19 : 41-44, ce n’est pas sans raisons ni à l’époque de Jésus ni aujourd’hui chez nous : la violence étalée dans les journaux, sur les écrans, nous fait pleurer et peut-être que nos larmes sont un affront de plus aux victimes qui pourraient nous répliquer comme Jésus aux femmes pleureuses : Luc 23 :2-8, « Pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants ! »

Stériles seraient larmes et lamentations vides d’actions : quelles actions ? Prier (les sœurs prient par profession du moins !) ? Et alors ? D’abord les Syriens – les gens de tous les jours – s’entraident pour survivre, leur courage n’est pas mis en lumière dans les médias ; mis à part quelques flashes, le travail des infirmières, des médecins locaux et les médecins du monde, les membres d’innombrables ONG sont engagés dans les coins les plus reculés, ces gestes de générosité innombrables restent cachés et c’est bien ainsi. Ces“ Cyrénéens ” n’empêchent pas la mort ni la force brutaledes armes et des chefs d’États ! Mais ils sont les derniers vestiges de compassion humaine sur place… et là est notre espérance que la mort, ni la violence ni le pouvoir n’auront le dernier mot !

Mais il y a ceux aussi – des jeunes surtout - sont tourmentés par l’inhumanité du spectacle exposé sur les écrans, dans des réseaux internet, révélateurs de vérité inaccessible aux journalistes, ou alors ne rien d’autre des pièges… !

J’ai été frappée par l’émission de France Culture : les « candidats au martyre d’Europe » des jeunes européens qui rejoignent les jihadistes et font le désespoir de leurs mères et de leur parentéavaient la parole… et disaient le pourquoi et le comment de leur « fuite » vers les djihadistes syriens ou d’ailleurs. L’un dit : j’ai choisi le martyre, l’autre à dit : ça donne un sens à ma vie… j’ai publié ma réflexion sur le blog et je remercie le commentateur "Lambert" dont voici quelques lignes :

 … «  ces jeunes qui vont se faire tuer en Syrie, ces jeunes paumés qu'une dialectique radicale a su convaincre. Il n'y a qu'à écouter ce jeune français pour savoir d'où il vient. La misère et l'illettrisme forment le terreau de tous les radicalismes et les imams fanatiques ont beau jeu pour convaincre ces jeunes tout prêts à les entendre… »

 Si je  pouvais lui parler, je dirais à « Lambert » : êtes-vous sûr que les imams sont tous fanatiques et que celles et ceux qui sont dégoûtés de la violence des forts sur les faibles et veulent s’engager proviennent tous du terreau de la misère et de l’illettrisme ?  Étés-vous sûr qu’il ne serait pas plus noble de pleurer avec leurs mamans et leurs amis ! D’essayer de parler avec nos jeunes de ce qui leur fait mal et les rend malade et de leur offrir une autre version des faits… Il n’y a aucun doute que ces jeunes gens vulnérables sont victimes de manipulations. Où trouvent-ils quelqu’un qui donne un sens à leur vie en Europe : le même monde et un monde à part !

D’essayer de se poser des questions de fonds sur les causes de la misère et de l’illettrisme chez nous, chez nos voisins et bien au-delà… ? Et d’essayer avant tout de se réconcilier avec ce qu’il y a de meilleur en nous ? Et de relire peut-être l’histoire de Jésus qui pleure sur Jérusalem et sur nous en 2014.

Les commentaires sont fermés.