30/01/2014

Réponse à "Je me mêle de tout"

 

 

logo_gif.gif

Ma réponse au commentaire - de « Je me mêle de tout » au sujet de « Le 9 février 2014 approche » que vous pouvez lire si cela vous dit.

 

Juste quelques petites précisions :

 

a)  Oui je suis à la retraite là où j’ai débuté la vie de volontaire pour les Missions, avec Jésus. Ici j’ai « le toit, la nourriture, les vêtements » comme les 85 consœurs avec qui je vis. Oui, nous avons Internet et j’utilise un ordinateur. Rappelée en Suisse en 1980, mes consœurs, ma famille et parenté et les habitants la Suisse dans leurs contextes très variés m’ont permis de connaître les ramifications sociales, politiques, économique, culturelles de chez nous.

 

b)  J’ai œuvré de 1948 à 1980 en Afrique australe. (Histoire inavouée de l’Apartheid)

 

c)  De 1984 à 1994, j’ai eu le privilège de travailler, d’abord à la défense du Droit d’asile en Suisse dans le canton du Jura,

 

d)  puis 13 ans à l’intégration des étrangers dans le cadre de « Français en jeu à Lausanne »

 

e)  Parallèlement, j’ai pu participer activement au mouvement anti-apartheid en Suisse dont nos autorités soutenaient le système.   et avec le Conseil œcuméniques des Églises à Genève : Programme pour combattre le racisme

 

 Voilà pour répondre aux allégations quasi blessantes de « Je me mêle de tout » dans la blogosphère de TdG. Une trentaine d'années en Afrique australe et une trentaine d'années en Suisse. Je ne le fais pas de gaîté de cœur, mais je me devais de le faire.

 

Pour ce qui est de l'initiative voir :

 Amnesty International swiss

 

« La Section suisse d’Amnesty International rejette clairement l’initiative «contre l’immigration de masse» qui exige que, lors de sa mise en œuvre, le droit national prévale clairement sur le droit international public et les droits humains. De plus, les conventions internationales qui entreraient en conflit avec la mise en œuvre du droit national ou la limiteraient devraient être soit renégociées soit dénoncées. »

 

Et si cela vous intéresse :

 

A   Amnesty International 30.01.2014

 



 

Les commentaires sont fermés.