13/01/2014

Rencontre vivante aujourd'hui

 

Dimanche passé, les Sœurs de Menzingen (connues dans le monde anglophone sous le nom de Holy Cross Sisters) ont accueillie Sœur Telma Manicksnamparampil, en tant que supérieure générale des 15 provinces que compte la Congrégation dans 4 continents. Elle résidera en Suisse pour les années qui viennent et son mandat consiste à rassembler, visiter, évaluer, inimages.jpgspirer, bref à mettre à jour, selon moi, notre manière d’être et de faire comme le demande Evangelii Gaudium, et comme essaie de le faire le pape François, l’argentin. Sr Telma a été choisie lors d’une rencontre des responsables des 15 provinces sus mentionnées. Elle est originaire de l'Inde. Bravo. J’espère de tout mon cœur qu’elle nous surprendra avec autant d’enthousiasme, d’audace que le fait François de Rome, l'argentin.

 Aujourd’hui, une consœur de l’Inde du Nord s’envole pour Uttar Pradesh, Inde du Nord, plus précisément à Luknow, nous avons pris le temps d’une conversation musclée. J’aime ça, c’est peu dire car, des déléguées Holy Cross n’auraient pas lieu d’être si elles ne portaient pas en elles, les espérances, les souffrances, la volonté et les actions des populations au service desquelles elles sont. Le partage a pour but d’approfondir et de concrétiser la solidarité de façons correspondantes aux signes des temps, en général et en particulier.

À Lucknow (2 937 833  habitants » (Uttar Pradesh) la ville où se trouve la Maison centrale : les sœurs se réjouissent de son retour, elles l'attendent: elle doit leur apporter notre partage, notre solidarité renouvelées.

La plupart des sœurs travaillent en mission dans les zones rurales les plus défavorisées. Qui sont-ils, celles et ceux que l’on désigne comme « pauvres » ? Quel type de politique les gouverne?

Politiquement, « le parti des sans caste » (intouchables), le Bahujan Samaj Party, est principalement implanté en Uttar Pradesh. » La paix semble régner. Mais le mot « sécurité » si cher en Suisse, est une fantaisie dans la plupart des pays qui ont gardé leurs valeurs humaines. Un « truc » comme le NSA nous paraîtrait fantaisiste qui rend superflus les anges gardiens !

« L'Hindi est devenu la langue officielle de l'administration de l'état par le Uttar Pradesh Official Language Act de 1951. En 1989, un amendement de cet acte ajoutera le Ourdou comme autre langue native de l'état. (de Wikipedia)

Les religions : D'après le recensement de 2001, 80 % de la population est hindouïste alors que les musulmans représentent 18 % des habitants de l'Uttar Pradesh. Le reste est composé de sikhs, de bouddhistes, de chrétiens et de jaïns .  Le passé a connu des tensions et violences entre les hindouistes nationalistes et les musulmans et le danger de frictions est présent.

Actuellement, la paix semble régner : nos sœurs (catholiques) sont éducatrices, infirmières, engagées pour le bienfait du corps, ce qui est aussi la santé de l’âme, sans autres paroles que la présence humaine, elles œuvrent à promouvoir la dignité humaine de chacun. Sans oublier l'aspect collectif.

Sr M.C. me disait : « Nous allons là où on nous invite, nous sommes équipées de notre bonne volonté, de notre formation, de notre savoir. Nous sommes bien accueillies. Nous faisons bientôt l’expérience que nous avons tout à apprendre : au niveau des maladies et des soins des malades et des mourants, au niveau du vivre ensemble, au niveau de survivre avec le minimum… peu à peu, vivant, mangeant, travaillant, partageant le jour et la nuit avec eux, nous apportons notre aide en quasi connivence avec les pauvres ! L’eau est le plus grand besoin et le plus grand danger… abondante lors de la saison des moussons certes, mais rare est l’eau potable… ! Rendre accessible l’eau potable aux populations (du monde) en particuliers en Uttar Pradesh dépend d’une volonté politique !!!

800px-Public_transport_in_India.jpgJe jubilais en écoutant Sr M.C. qui part ce soir. Nous resterons en contact pour autant que l’électricité soit disponible là où elle se trouve. Internet existe déjà, mais pas partout et les informaticiens, bien que nombreux et experts en Inde, ne sont pas toujours là où on en a besoin! On se servira de Skype quand ce sera possible !

Les relations humaines font plus de bien que les relations virtuelles. Mon expérience est  que les relations virtuelles ont souvent, une âme et un cœur. Elles m'humanisent, m'instruisent, m'accompagnent.

Je me suis trop peu intéressées à l’Asie… il reste un peu de temps et je m’y emploie. La planète est si minuscule et si riche en êtres humains auxquels nous sommes unis.

 

22:04 Publié dans Inde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.