06/01/2014

Le pape François : réflexion

 

 

Porteurs_de_lumiere.jpg

Porteurs de lumière

 Ces louanges des médias à la « personnalité de l’année », à « l’homme de l’année » - dans nos journaux romands aussi – m'inquiètent en ce qui concerne François. Les hosannas médiatisés à outrance .... c’est planétaire dit-on, et c’est comme si le Saint Esprit se mettait à twitter les promesses d’un monde nouveau... car c’est bien ce que nous souhaitons avec le plus de ferveur ! Un autre monde est possible a écrit Suzan George, et répète l'Attac (agir pour la justice sociale et l'écologie) et tant d'autres dans les pays les plus pauvres et les plus exploités, ceux de la périphérie justement ! Un mot qui revient sans cesse sur les lèvres de François.

 Que de hosannas pour le pape François ! (mis à part quelques critiques… et pourquoi pas ?) Mais il est bon d'être conscient que : Ce qui s’est passé au temps de Jésus se passe aujourd’hui, à Rome aussi …

 Comme l’homme de Nazareth, François parle le langage des petites gens, comme celui des riches… Son approche est chaleureuse, inconditionnelle, tendre pour les plus petits, les enfants, les défigurés, les personnes âgées,  les réfugiés et on l’accueille avec des cascades de hosannas dont les médias se font l’écho sur tous les continents et c’est bien…

 François est un prophète et son langage est prophétique comme le sont ses gestes… ses demandes, pour la construction d’une société humaine et juste sur les cendres du système capitaliste collectivement reconnu, combattu et graduellement muté en un « système » de partage de la terre, du travail, du pain ! Ce n’est pas trop demander, spécialement de celles et de ceux qui se disent « chrétiens » et qui promettent, à vie, de construire le royaume, comme les sœurs, les moines, les prêtres et le reste de ce qui est encore structuré en hiérarchie.

 Il est beau de voir François sous les projecteurs : mais n’est-ce pas autant de mises en scène si chacun ne retrousse pas ses manches afin de chercher et de s’engager dans une vie qui nous rend heureux, car simplifiée. Et c'est urgent, ne serait-ce que pour sauver de qui reste à sauver de la planère et de l'espèce humaine...

 Je prie pour qu’on écoute la Bonne Nouvelle de François, et qu’on essaie, communautairement de la mettre en pratique selon nos contextes. Aujourd’hui, je viens de lire la quinzaine de pages – pas encore traduites en français – des paroles prononcées lors de sa rencontre avec les « supérieurs majeurs » le 3 janvier à Rome. Si ce que dit candidement François à ces personnes d'autorité religieuse - qui n’est autre que le message de Jésus – avait été « permis » à leurs subordonnés, l’Église, les ordres et communautés religieuses, les paroisses, seraient comme autant de petites flammes s’allumant les une les autres. Aujourd'hui, du Moyen Orient au fond de l'Occident et de l'Est à l'Ouest !

 Je prie pour que François garde la force de s’attaquer sans trop tarder à ce qui sera périlleux peut-être, c'est changer les structures hiérarchiques, de la verticale à l’horizontale de la Curie romaine, de l’État du Vatican à une « Église pauvre pour les pauvres ».  Comment accomplir cette Mission ?

 Il y a 2000 ans Jésus et les petites communautés de base qui constituaient son mouvement, avaient toute la ferveur de son exemple et son Esprit ressuscité.

 Après les « hosannas, les tolles ». Comment dire... il me semble que ces deux exclamations sont pour François, comme pour nous tous, ce qui donne un sens à nos luttes pour un monde nouveau.

Les commentaires sont fermés.