25/11/2013

Le Jura ce lundi 25 novembre 2013

 

images.jpg

« Si l'avenir était certain, il n'existerait pas et nous serions figés dans une terrifiant présent. »*

 Au lendemain de la votation de hier : nous pouvons être sûr que l'avenir existe car rien n'est certain ni définitif lorsque des Jurassiens refusent la main tendue, ne serait-ce que pour discuter. Les Jurassiens du Nord, ni ceux du Sud ne peuvent rester « figés » dans un malheureux – mais non terrifiant – présent.

La campagne, comme j'ai pu le ressentir, n'annonçait rien de positif, mais il fallait aller jusqu'au bout de l'initiative et voter.

Dans le contexte socio-politique mondial, nous paraissons une minuscule région : le Jura nord et sud tout à la fois. C'est important quand même puisque cela touche des gens, des frère et sœurs.

On ne voulait pas tout refaire « à neuf », comme un « fix-fertig » prêt à porter ! C'était simplement un invitation, soigneusement mûrie, à discuter, à dialoguer... pour construire ensemble ce qui reste inachevé.

Et une idée m'est passée par la tête : Et si la population du Jura sud avait pris l'initiative de tendre la main aux Jurassiens du Jura nord, cela aurait-il fait la différence ?

Si le Jura sud avait dit : nos sensibilités culturelles, nos droits linguistiques souffrent parfois du fait que nous sommes minoritaires dans le Canton de Berne ... pour quoi ne pas parler entre nous, éventuellement « institutionnellement », ne serait-ce que par solidarité ? Le fait que nous sommes avantagés (peut-être) économiquement dans le Canton de Berne, nous empêche-t-il d'envisager d'avancer les uns vers le autres et finalement tous ensemble vers un monde plus juste, cela vaut la peine d'en parler.

Nos compatriotes suisses alémaniques savent que nous sommes bilingues... et que tous désirent se parler, même se disputer et enfin ... se comprendre !

J'ai entendu quelque part : « Die Grenze deiner Sprache ist die Grenze deiner Welt ! » « La frontière de ta langue est la frontière de ton monde ». C'est vrai qu'il est plus facile de renverser les frontières géographiques que les frontières qui polluent nos têtes et nos cœurs !

On peut se réjouir que « l'avenir soit incertain pour tous », y compris pour les Jurassiennes et les Jurassiens, ainsi nous savons que « nous ne sommes pas figés dans un présent » - malheureux – et que l'avenir existe ! Quelle belle perspective !

*Phrase prise avec reconnaissance dans un blog du TdG.

21:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.