04/09/2013

Ma bonne action du jour

 

images.jpg

Un jeune technicien travaille dans mon bureau, il est studieux car ses heures payées sont comptées. Donc, je ne l’interromps pas. Au moment de ranger les outils, il s’arrête au bord de la fenêtre et à l’aide d’un bout de papier glissé avec une infinie précaution sous un papillon perdu, craintif, engourdi de peur... il le soulève délicatement , nous regardons ensemble l’insecte amis des fleurs … qui se dégourdit lentement, reprend souffle et vie et prend son envol, ses ailes ambrées déployées pour s'envoler en ligne directe vers les fleurs... Et le jeune homme de dire : « J’ai fait ma bonne action ».

 

Ce matin, Nolan est revenu s’occuper de mon ordinateur rébarbatif, concentré sur son travail technique, il s’arrête juste le temps d’ouvrir sa "cage à pensées" et dit : « Ce matin j’ai ramassé un hérisson  égaré sur la route et en danger immédiat d’être broyé… c’est ma bonne action. »

 

michele.jpg

J’ai oublié tous les soucis techniques, et j’ai vu comme une traînée lumineuse, chaude et tendre de bonnes actions quotidiennement humanisant les hommes, les femmes, les enfants, révélant l’innocente et spontanée bonté de notre divin créateur qui est, lui, l’amour en action dans les plus petites choses.

 Et j’en ai pleuré de tristesse, consciente que, dans notre monde et notre société paralysés par le « stress », on passe volontiers l’aspirateur sans se soucier des papillons égarés afin que nos couloirs soient impeccables... ou comme les étrangers, hérissés et seuls avec leur désespoir, sur la route... Mais quelqu'un, un samaritain de 2013 « Fait sa bonne action !» Et nous sauve de la mort.

 Je voudrais que nos vies sèment, jusqu’à ne plus s’en rendre compte, les bonnes actions comme comme l'ami technicien de la Rue d'à côté le fait, et comme « Jésus de Nazareth qui allait de lieu en lieu faisant du bien." (Actes 10:38).

Suivre Jésus de la Suisse au Moyen Orient, en Asie, en Afrique à la Rue du Marché, à la Taubenstrasse ou la Bahnhofstrasse… dans nos cuisines, nos chambres à coucher, nos bureaux… attention aux multiples papillons, aux multiples hérissons en danger d’être oubliés, écrasés,  aux enfants, aux pauvres, aux abandonnés,  à la merci  de l’indifférence mondialisée comme le clame infatigablement François, évêque de Rome.

Les commentaires sont fermés.