03/09/2013

Jeûnons et prions

jpg_couv1-c696d.jpg

 Nous pouvons et devons jeûner et prier pour la Paix en Syrie, que le pape François le dise ou pas. L’injustice est intolérable et lorsqu’elle règne : le  dialogue est dangereux, donc impossible ! Résultat : les victimes de la violence et du non dialogue sont muettes dans la mort. La Syrie en est l’exemple actuel sanglant qui « crie vengeance au ciel ».

 Nos discours sur Dieu paraissent dérisoires face à «l'insondable souffrance du monde, de "son" monde», Dieu est-il encore pensable? »Jean Baptiste Metz

 Oui, Dieu se révèle peut-être si nous avons le courage de le reconnaître au cœur du carnage syrien et bien au-delà.

 Jeûner et prier nous permet de prendre conscience de notre corps qui devient solidaire de celui des autres, en l’occurrence des victimes de la violence systématisée ! Le bruit des armes étouffe les cris des blessés, des mourants. Et ce sont eux, pourtant dont l’autorité doit être reconnue et qui jugeront les bourreaux. Si le jeûne et la prière devenaient planétaire un jour seulement : les armes disparaîtraient, ne serait-ce que l’espace d’un jour 

 Le Pape François décrète le 7 septembre, jour de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde.

 Jeûnons et prions là où nous travaillons, seuls ou ensembles et n’ayons pas peur de notre proximité de simples êtres humains comme nous. En Syrie, au Moyen-Orient. Notre espèce humaine tourmentée par la violence brutale et qui nous détruit tous à moins de nous réveiller...

 On ne jeûne, on ne prie pas pour faire « comme si ».

images (30).jpg

 Notre jeûne et notre prière est une lutte, un acte de solidarité, une option pour une politique de justice active… en compagnie des peuples de Syrie, du Moyen Orient, sans oublier notre pays ni le reste du monde.

 « …la culture du dialogue : c’est l’unique voie pour la paix… un vrai dialogue demande que l'on aie confiance aux interlocuteurs.

 

« Le 7 septembre, sur la Place Saint-Pierre – ici – de 19h00 à 24h00, nous nous réunirons en prière et dans un esprit de pénitence pour invoquer de Dieu ce grand don pour la bien-aimée Nation syrienne et pour toutes les situations de conflit et de violence dans le monde. L’humanité a besoin de voir des gestes de paix et d’entendre des paroles d’espérance et de paix ! Je demande à toutes les Églises particulières qui, outre le fait de vivre cette journée de jeûne, d’organiser des actions liturgiques à cette intention. »François, pape.

11:30 Publié dans théologie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.